L’uòlh del Buòu

 

L’uòlh del Buòu

Lo monde de Mèsa son pas potonejaires. Son pas mai per èstre  de longa a sarrar la man. Mas coma cada règla a sas excepcions, n’i avià  un qu’avià près l’abitud de lo far… lèu lèu son escais foguèt « tocamaneta ».  Coma los Mesòis son pas des sauvatges, se plegan ara de bon biais a aquèla costuma dels Mesòis novèls que començon per èstre nombroses aicí. De lor costat  aqueles son totjorn lèstes a s’apropriar las nòstras e  n’i an qualqu’uns que fan l’esfòrç d’aprener la lenga d’òc dins l’encastre del cercle occitan e jos la direccion de  Jaumet Milhau. Aquò fa partida d’una volontat d’integracion.

Mas perde-que potonejar e sarrar la man es pas una costuma nòstra ? Cal soscar a aquò. E si èra una reminiscéncia dels temps maudits de la pèsta

L’ OEIL DU BŒUF

Les gens de Mèze ne sont pas « potonejaires »*. Ils ne sont pas non plus tout le temps en train de serrer la main. Mais comme toute règle a ses exceptions, il y avait ici une personne qui avait pris l’habitude de le faire…très vite son surnom fut « Tocamaneta ».**

Comme les mèzois ne sont pas des sauvages, ils se plient de bonne grâce à cette coutume des nouveaux mézois, qui commencent par être nombreux ici. De leur côté, ceux-ci sont toujours prêts à s’approprier les nôtres, et il y en a quelques uns qui font l’effort d’apprendre la langue d’Oc dans le cadre du Cercle occitan de Mèze et sous la direction de Jacky MILHAU. Ceci fait partie d’une volonté d’intégration.

Mais pourquoi « poutounéger » et serrer la main n’est pas une de nos coutumes ? Il faut réfléchir à cela. Et si c’était une réminiscence des temps maudits de la peste ?

* Potonejaire : intraduisible, mais vient de poton : baiser qui se fait avec les « pòts » : lèvres.

** Tocamaneta : littéralement, qui touche la main, c’est-à-dire qui serre la main.

 


L’UÒLH  DEL  BUÒU

En 2015, vaquí qu

e tornèt naisser una tradicion bèla. A la prima, lo mond de MÈSA es convidat a seguir fedas e motons d’un pastre : aquèl qu’òbtenguèt la permission de far pasturar son tropèl dins las garrigas del ròdol de Mèsa. Demai, aquò permèt de contribuïr al desboscalhament de las tèrras comunales e de se prevesir dels risques d’incendis.
Los valents caminaires partisson de VILLAMANDA, per arrivar a MÈSA, pecaire, en suson, assedats, et crebats per los qu’an pas fòrça l’abitud de caminar aital. Mas, pòdon totjorn esperar qu’aquèla sana fatiga los va ajudar a trapar lo sòm. Sinon que, pòdon totjorn comptar los motons…1, 2, 3…

A leu.

LO CERCLE OCCITAN DE MÈSA


L’ŒIL  DU  BŒUF

En 2015, voici qu’ une belle tradition est réapparue. Au printemps, les habitants de MEZE sont invités à suivre brebis et moutons d’un berger : celui qui a obtenu la permission de faire pâturer son troupeau dans les garrigues des environs de Mèze. En plus, cela contribue à débroussailler et à se prémunir des risques d’incendie.
Les vaillants marcheurs partent de VILLEVEYRAC pour arriver à MEZE, peuchère, en sueur, assoiffés, et crevés pour ceux qui n’ont pas beaucoup l’habitude de marcher ainsi. Mais ils peuvent toujours espérer que cette saine fatigue va les aider à trouver le sommeil. Sinon, ils peuvent toujours compter les moutons…1, 2, 3…

A bientôt.

LE CERCLE OCCITAN DE MEZE