Lo Blob

Lo 3 de novembre de 2019 escriguèri l’article que seguís sus l’intrigant BLÒB. Eri luònh de pensar qu’una annada et mièja après, lo blòb s’enanariá barrutlar dins l’espaci!

Nòstre astrònaute Thomas PESQUET, uèi en rota per la Estacion Espaciala Internacionala, a mes dins sos bagatges 4 blòbs per estudiar en particular lor compòrtament en apesantor dins l’espaci. Sus la nòstra Terra, de scientifics e ataben d’enfants de 2000 escֳòlas faran las meteissas experiènças sus d’autres blòbs.

Anam seguir aquela istòria que s’anoncia apassionanta, quand sabèm que lo blòb es sòopechat de se sarrar de la vida eternela…

LO BLÒB o PHYSARUM PÒLICEPHALUM

Qu’es aquò? O conessètz ? pas ieu.

De qualques recèrcas, avèm conclus qu’es pas un animal, pasmens se noirís tot sol. Amai qu’a lo bèc fin : son plat preferit sont los campariòls, e en laboratori o a l’ostal – òc avètz plan entendut, a l’ostal – es gromandas de borrilhs de civada. Ges d’uòlhs, ges de boca, ges de pansa ; entau agantarà pas una estomagada…

Es pas una planta, perde qué se pòt barrutlar ; es vrai que va encara mai doçamanet que la tartuga de la faula de Joan de la Fontaine : 4 cm de l’ora !

A ges de cervèl, mas quand dos blòbs son reünits escambian lor saber. Un còp mai desseparats e après de nòvas estudis de lors facultats respectivas, los cercaires constateron  d’escambis de donadas.

Ara me ne demandètz pas mai ; es tròp complicat per la meuna cervèla. Per s‘enganar pas òm pòt dire qu’es un d’aquòs unicellulari que pòt mesurar fins a dètz metres al carrat e que trepa la nòstra planèta dempuèi 500 a un million d’annadas a quicòm pròche.

Lo blòb es pas polit, pécaïre ! jaunás, vescós, a rès per plaire, mas es pas maissant.

Per acabar, òm lo ditz quasi immortal quand entra en dormança, de fes qu’i a, pendent  mantunas annadas, talament que los saberuts, qu’aiman metre lor nas de pertot, pensèron a estudiar sas particularitats, saique per trapar lo Graal de la vida eternala ?

Se volètz ne saupre mai, lo melhor es d’anar sus l’Internet escotar una conferéncia. Picatz sus l’image, i tombaretz. Conférence d’Audrey Dussutour sur le blòb. Ne seretz pas decebuts !

Mas per de qué n’en parlam uòi ? Per çò  qu’es visible en aquel moment al zòo de Vincennes. I podètz córrer, que s’esperam que venguèsse fins a nosautres, a rason de 4 cm de l’ora es pas rendut, e segurament que serem mòrts abans qu’arribèsse, e sobretot abans que los saberuts ajan trapat lo famós e insasible Graal de la vida eternala, aquela quimèra ! »

Ivona BEAUME.

Le 3 novembre 2019 j’avais écrit l’article qui suit sur l’intrigant BLOB. J’étais loin de penser qu’un an et demi plus tard, le blob irait se promener dans l’espace !

Notre astronaute, Thomas PESQUET, aujourd’hui même en route pour la Station Spatiale Internationale, a mis dans ses bagages 4 blobs pour étudier en particulier leur comportement en apesanteur dans l’espace. Sur notre Terre, des scientifiques et aussi des enfants de 2000 écoles feront les mêmes expériences sur d’autres blobs.

 Nous allons suivre cette histoire qui s’annonce passionnante, quand nous savons que le blob est soupçonné de friser la vie éternelle…

LE BLOB ou PHYSARUM POLICEPHALUM

Qu’est-ce que c’est ? vous le connaissez ? pas moi.

D’après quelques recherches nous avons conclu que ce n’est pas un animal, cependant il se nourrit tout seul, et même il a le bec fin : son plat préféré, ce sont les champignons, et en laboratoire ou à la maison – oui vous avez bien entendu, à la maison – il est très gourmand des flocons d’avoine. Il n’a pas d’yeux, pas de bouche, pas d’estomac ; au moins il n’attrapera pas un ulcère…

Ce n’est pas une plante, car il peut se déplacer ; il est vrai qu’il va encore plus lentement que la tortue de la fable de Jean de La Fontaine : 4 cm à l’heure !

Il n’a pas de cerveau, mais quand deux blobs sont réunis, ils peuvent échanger leur savoir. Une fois séparés à nouveau et après de nouvelles études de leurs facultés respectives, les chercheurs constatèrent des échanges de données.

Maintenant ne m’en demandez pas plus. C’est trop compliqué pour mon cerveau à moi. Pour ne pas se tromper, on peut juste dire que c’est quelque chose d’unicellulaire qui peut mesurer jusqu’à 10 m2 maximum et qui fréquente notre planète depuis 500 à un million d’années à quelque chose près.

Le blob n’est pas beau, le pauvre ! jaunâtre, visqueux, il n’a rien pour plaire, mais il n’est pas méchant.

Pour finir, on le dit quasiment immortel quand il entre en dormance, parfois pendant plusieurs années, au point que les chercheurs, qui aiment fourrer leur nez partout, ont pensé à étudier ses particularités, peut-être en vue de trouver le Graal de la vie éternelle ?

Si vous souhaitez en savoir davantage, le mieux est d’aller sur Internet écouter une conférence. Taper sur l’image, vous y tomberez. « Conférence d’Audrey Dussutour sur le blob ». Vous ne serez pas déçus !

Mais pourquoi en parlons-nous aujourd’hui ? parce qu’il est visible en ce moment au zoo de Vincennes. Vous pouvez y courir, car si l’on attend qu’il vienne jusqu’à nous, à raison de 4 cm à l’heure, il n’est pas rendu, et sans doute serons-nous morts avant qu’il n’arrive, et surtout avant que les savants aient trouvé le fameux et insaisissable Graal de la vie éternelle, cette chimère ! »

Yvonne BEAUME