A l’ombra del cloquièr

Cada vilatge o vilajòt a son cloquièr, quilhat en sentinèla. De son uòlh de ciclòp, velha sus son mond, ritment la vida videnta, segun las oras, los jorns e las sasons.

Après un estiu de calimas penible, vaquí la davalada. Las vendemias son ja plegadas, e lo mercat a cambiat sas colors e sas nolors per far ònor a fruchas e legums de sason. La plajèta  retroba sa tranquilitat, los enfants tornan mai a l’escola amb mas o mens d’entrin. Los darrièrs toristes levan lo camp, tristonèts, e cadun s’emplèga a sos afars. Las Testas Blancas, èlas, cercan ara lo banquilhon al solelh.

Mas n’i a un que dempuèi de sègles, cambia pas sas abituds. Es lo cloquièr. Dins son lengage nos dits çò que caldrià saupre de la religion catolic e manca pas jamai de dire quina ora ès, sas campanas tindent coma tant de baticòrs. E que lo que s’es pas rendut a la grand messa del dimenge venguèsse pas dire que s’es delembrat, que lo capelan se dona pro de pèna per amassar sas òias a grands còps de ding dong… ding dong…ding dong…e demora pro de temps entre lo primièr e lo darrièr per se lavar en « grand » e s’endimenjar.  Anèm, fidèls o non, tot lo monde ne profecha !


A l’ombre du clocher

Chaque village ou petit village a son clocher, dressé en sentinelle. De son œil de cyclope, il veille sur son monde, rythmant la vie quotidienne, selon les heures, les jours et les saisons.

Après un été de chaleur pénible, voici l’automne. Les vendanges sont déjà achevées, et le marché a changé ses couleurs et ses odeurs pour faire honneur aux fruits et légumes de saison. La plagette retrouve sa tranquillité, les enfants retournent à l’école avec plus ou moins d’entrain ; les derniers touristes ont levé le camp, tout tristes, et chacun s’emploie à ses occupations. Les Têtes Blanches, elles, recherchent maintenant la banquette au soleil.

Mais il y en a un qui depuis des siècles ne change pas ses habitudes. C’est le clocher. Dans son langage, il nous dit ce qu’il faudrait savoir de la religion catholique, et il ne manque jamais de dire quelle heure il est, ses cloches tintant comme autant de battements de cœur. Et que celui qui ne s’est pas rendu à la grand messe du dimanche ne vienne pas nous dire qu’il s’est oublié, car le curé se donne assez de peine pour rassembler ses ouailles à grands coups de ding dong…ding dong…ding dong…et il reste assez de temps entre le premier et le dernier pour se laver « en grand » et s’abiller du dimanche. Allons, fidèles ou pas, tout le monde en profite !