Fête de Mèze : le programme du jour

 

Jeudi 15 août

  • 8 h-19 h : Concours boules lyonnaises Challenge Loulou (tête à tête) organisé par la Boule d’Azur au boulodrome de l’association. Ouvert à tous.
  • 10 h-12 h / 16 h-18 h : Tournoi de tennis non homologué ouvert à tous (du 12 au 22 août) organisé par le Tennis club de Mèze. Finale le jeudi 22 août à partir de 17h.
  • 12 h : Repas des anciens avec animation musicale dansante, parc du château de Girard.
  • 15 h : Concours en doublettes montées – Challenge Dedou-Gorsse organisé par la Pétanque Mézoise au boulodrome de la Parée. Participation de 5€ par joueur. Ouvert à tous.
  • 18 h : Remise des prix du concours fleuri dans le parc du château.
  • 18 h 30 : Apéritif à la marquisette servi par les élus, parc du château, animé par « Agde Swing Orchestra ».
  • 19 h : Salve d’artillerie et sonnerie des cloches.
  • 21 h : Loto des amis des Pénitents dans le parc du château.

 

Les artistes mézois exposent


Pour la 11ème année, quinze artistes du cru exposent leurs œuvres conjointement au chai de Girard pour offrir une très belle « balade artistique mézoise ». Le vernissage de cette exposition s’est déroulé mardi 13 août. Au cours de son allocution, le maire, Henry Fricou, accompagné de l’adjointe à la culture Nathalie Cabrol, a présenté le parcours et les orientations artistiques de chaque membre de ce collectif d’exposants dont le dénominateur commun est de résider à Mèze.

Les artistes sont : Jean-Pierre Cabrol, Jean-Louise Carton,Denis Cohen, Jean-Marc Daura, Claude Durand, Christian Florentin, Dany Jean, Bernard Jayer, Marie-France Laurent, Jennifer Ortiz, Régine Rigal, Monsieur et Madame Sanchez, Bénédicte Tournemire et Didier Vidal

A découvrir jusqu’au 25 août 2019 au chai de Girard

Les commerçants ouvrent le bal

Mardi 13 août, les commerçants de l’ACEM ont quitté leurs boutiques, le temps d’une soirée, pour se mettre au service, derrière le bar, en cuisine ou à la préparation des crêpes. Le repas – spectacle proposé cette année marquait le point de départ des festivités. La foule était encore une fois au rendez-vous dans le parc du château de Girard.

Fête de Mèze : le programme du jour

 

Mercredi 14 août

  • 15 h : Concours en doublettes montées. Souvenir Jean Pierre BONDON dit KP organisé par la Pétanque Mézoise, au Boulodrome de la Parée. Participation de 5€ par joueur. Ouvert à tous.
  • 10 h-12 h / 16 h-18 h : Tournoi de tennis non homologué ouvert à tous (du 12 au 22 août) organisé par le Tennis club de Mèze. Finale le jeudi 22 août à partir de 17h.
  • 18 h : Grande brasucade organisée par les Vignerons Coopérateurs de Pomerols, Mèze, Castelnau, et animation musicale par « Carpe Diem ». Parc du château de Girard.
  • 18 h : Joutes – Tournoi des Anciens – Challenge des Vieilles Canailles organisé par la Nouvelle Lance Mézoise, sur le port. À l’issue du tournoi, repas dansant sur le parking de la capitainerie.
  • 21 h : Nuitée de l’école de joutes organisée par la Jeune Lance Sportive Mézoise dans le bassin du port.

Fête de Mèze : le programme du jour

Mardi 13 août

  • 10 h-12 h / 16 h-18h : Tournoi de tennis non homologué ouvert à tous (du 12 au 22 août) organisé par le Tennis club de Mèze. Finale le jeudi 22 août à partir de 17h.

  • 15 h : Concours de pétanque en triplettes montées Challenge l’Oscarine Bar-Restaurant organisé par la Pétanque Mézoise au boulodrome de la Parée. Participation de 5€ par joueur. Ouvert à tous.

  • 18 h 30 : Vernissage de l’exposition « Balade artistique mézoise » au carré d’art Louis Jeanjean.

  • 20 h : Soirée des commerçants organisée par l’ACEM. Repas dansant avec orchestre dans le parc du château.

Fête de Mèze 2019 : demandez le programme !

Le programme de la 212e Fête de Mèze, qui se déroulera du 13 au 19 août 2019, est disponible en mairie, chez vos commerçants ou à l’office de tourisme.
Pour répondre à la demande de nombreux Mézois, la Ville de Mèze a choisi, cette année, de vous offrir un programme format poche, plus compact, beaucoup plus pratique à transporter et à garder sur soi pour ne rater aucun des nombreux rendez-vous de notre fête locale.

Téléchargez le programme de la 212e de Mèze (PDF) >>>

Exposition « Les artistes du Parcours de l’art exposent »

Les artistes du Parcours de l’Art sont des professionnels qui habitent et travaillent à Mèze : Michelle Bordas, Dominique Schaetzel, Brigitte Barberane, K-Arty, Michel Dupuis (Mi-el), Noëlle Dauly, Véronique Laurenge. Toute l’année, vous pouvez les rencontrer dans leurs ateliers ou galeries (ou sur rendez-vous). De plus, de Mars à Novembre, ils vous invitent chaque 1er jeudi du mois, dans leur lieu ou celui qu’ils investissent ensemble pour une manifestation artistique particulière.

« LES ARTISTES DU PARCOURS DE L’ART EXPOSENT »

Du 4 juillet au 4 août 2019
au Carré d’Art Louis Jeanjean – Chai de Girard

du mardi au dimanche de 16h à 19h,
jeudi et dimanche matin de 10h à 13h (fermé le lundi)

Vernissage le jeudi 4 juillet à partir de 18h
Dévernissage le jeudi 1er août de 10h à 13h

Exposition « Balade artistique mézoise »


A l’occasion de la fête locale, Henry Fricou, maire de Mèze, a souhaité inviter la population à découvrir des artistes qui présentent au moins deux points communs, du talent, chacun dans son style d’expression, et un lieu de vie qui les inspire, Mèze. Ce sont donc quatorze exposants originaires de notre ville, nouveaux habitants ou résidant quelques mois par an dans notre cité, qui ont été réunis pour nous présenter une grande exposition collective. Large palette de thèmes, de couleurs et de techniques picturales, nous pourrons admirer les œuvres de :
Jean-Pierre CABROL, Jean-Louis CARTON, Denis COHEN, Jean-Marc DAURA, Christian FLORENTIN, Dany JEAN, Marie-France LAURENT, Jennifer ORTIZ, Bernard JAYER, Régine RIGAL, Jean-Marc SANCHEZ, Pascale SANCHEZ, Bénédicte TOURNEMIRE et Didier VIDAL.

Du mardi 13 au dimanche 25 août 2019 au carré d’Art Louis-Jeanjean

Exposition d’artistes amateurs mézois à l’occasion de la fête locale. Vernissage : mardi 13 aout 18h30

Entrée libre de 16h à 19h du mardi au dimanche, de 10h à 13h, jeudi et dimanche matin, y compris les jours fériés (fermeture le lundi)

 

Ciné-concert électro « Bienvenue au club ! 25 ans de musique électronique »


Mercredi 7 août à 21h au cinéma municipal Le Taurus

Documentaire de Dimitri Pailhe suivi d’un set électro avec Clemence et Mellanie aux platines

En 2013, la techno a fêté ses 25 ans. Devenue une culture à part entière élevée au rang de musique branchée, la techno rassemble des millions de gens à travers le monde. Grâce à Internet mais aussi à des festivals emblématiques, le mouvement techno est aujourd’hui dans une phase croissante exponentielle. Quels sont les codes, les processus créatifs, de cette culture mondiale ?

Petite restauration sur place proposée par l’Atelier 35 | Renseignements et réservations au Cellier Mézois 06 22 41 18 24 | tarif unique 13€

Festival de Thau : 21 juillet

Mèze – dimanche 21 juillet – Sensation electro/funk
[Tarifs prévente : jeune 13€ / réduit 29€ / plein 32€]

Chekidjy
Création régionale Silo
Marion Diaques (violon alto), Maksoud Grèze (luth-saz, oud et voix), Frédéric Lefèvre (machines) se réunissent dans ce trio avec l’envie de réussir un métissage culturel musical s’appuyant sur les contrastes pour valoriser les diférentes sources artistiques. Avec cette fusion électro-turque, ils créent une musique à la fois propice au rêve, à la danse, la transe et la surprise.


Vaudou Game
Funk togolais
Un lien entre la nature, le vaudou et le funk. Peter Solo cherche depuis les débuts de Vaudou Game à faire voler en éclat les stéréotypes sur le vaudou, en montrant le rapport que cette philosophie spirituelle entretient notamment avec la nature et notre environnement. Avec son nouvel album, Otodi, il fait de ses cordes les courroies de transmissions entre les divinités et l’auditeur et se paye un retour
aux sources du funk togolais. Et son enregistrement est à lui seul toute une histoire.
Jusqu’alors, c’est depuis la France que Vaudou Game assurait ses connexions avec le Togo. Cette fois, en enregistrant entièrement Otodi à Lomé et avec des musiciens du cru en renfort de son équipe lyonnaise, Peter Solo a puisé le fluide vaudou directement à la source, n’utilisant, encore une fois, que la gamme togolaise pour faire sonner sa guitare. Dans le studio mythique de l’Office togolais du disque, OTODI, le son analogique avait fait de la soul et de la funk togolaises, une marque de fabrique enregistrée, et dont un des grands témoins de cette époque est l’oncle de Peter Solo, Roger Damawuzan, surnommé le James Brown de Lomé (il joue sur deux titres de ce nouvel album).
Pour que les fréquences les plus authentiques sillonnent en profondeur ce troisième album, Peter Solo a confié le sort de ses rythmiques à un duo basse-batterie togolais, une manière imparable de laisser les clés du groove à des experts au feeling enseigné dans aucune école. Une manière aussi de mettre Otodi sur un chemin sonore résolument plus funk. D’en faire une colonne vertébrale qui garde souplesse et agilité quand il s’agit de passer en position highlife. Elle se raidit quand l’invité-habitué
Roger Damawuzan bombarde le micro de hurlements James Browniens. Elle se fait moelleuse quand il faut laisser la politesse à une soul cordée. Elle serpente et ondule quand un chœur de femmes togolaises s’en empare pour le guider dans une lente et hypnotique transe.


Deluxe
Groovy
Groupe d’électro pop français originaire d’Aix-en-Provence, Deluxe possède son propre style musical, electro pop aux accents hip-hop, soul, funk et jazz, et résolument groovy ! Formé en 2007, le groupe se compose de Liliboy au chant, de Kaya à la basse, de Kilo à la batterie, de Pépé au saxophone, de Pietre à la guitare et au piano, et de Soubri, aux percussions.
Trois ans après la sortie de leur dernier album Stachelight (2016) et après plus de 500 dates en France (Francofolies, Printemps de Bourges, Dour, Garorock, Solidays, Montreux Jazz Festival, Paléo, Vieilles Charrues…) et dans le monde (Italie, Suisse, Belgique, Allemagne, Royaume- Uni, Chine, USA, Australie…), Deluxe revient sur le devant de la scène avec un tout nouvel album. Après une pause de plus d’un an dans leur tournée pour se consacrer entièrement à la conception de cet opus, les six amis reviennent plus motivés que jamais pour faire de 2019 l’année de leur grand retour. Car qui dit nouvel album dit nouvelle tournée, nouveaux costumes et surtout tout nouveau live.
On les découvrira dans des costumes encore plus déjantés, colorés et brillants, à l’intérieur d’une scénographie totalement revisitée, qui laissera encore plus de place à leur explosivité et leur dynamisme communicatif. Sans oublier leur emblématique moustache qui sera encore une fois mise à l’honneur. Deluxe nous a ainsi préparé, une performance musicale et visuelle encore plus folle, alors « si ça t’a plu, reviens moustachu » !

Festival de Thau : soirée du 20 juillet

Mèze – samedi 20 juillet – Sensation pop/rock
[Tarifs prévente : jeune 13€ / réduit 32€ / plein 35€]

Pantais Clus
Création régionale Silo
Rodin Kaufmann (voix, clavier, thérémine) a réuni autour de lui Valentin Laborde (voix, vielle à roue), Mona Hilaly (harpe, mandoline d’octave), Denis Sampieri (voix, machines) et Alexandre Piques (voix, batterie) pour cette création régionale singulière, où se mélangent plusieurs styles et influences, du slam au chant polyphonique en passant par la trap ou la pop folk alternative.

 

 


Minuit
Nouvelle génération rock
Minuit, c’est le groupe de Simone Ringer (chant) et Raoul Chichin (guitare), enfants des Rita Mitsouko avec Joseph Delmas (guitare) et Clément Aubert (basse).
Trois ans après leur EP éponyme, le groupe sort son premier album, Vertigo, aux accents rétro. Simone et Raoul, « fille et fils de », espèrent cette fois se débarrasser des comparaisons avec les Rita
Mitsouko. La musique de leurs parents en héritage, ils jouent une carte pop à la française. Heureusement, c’est par sa musique que Minuit est en train de s’imposer, rock, sexy, funky, qui emprunte autant aux rythmiques funk de Chic qu’aux guitares de T. Rex, à l’esprit foutraque de Beck qu’aux paillettes de Blondie, à qui le groupe rend hommage dans la chanson d’ouverture.
Et à entendre Vertigo, on se dit que ces quatre-là font de la résistance, au milieu de la domination écrasante du rap et de la musique électronique. Et ils pourraient bien toucher un jeune public en mal de sensation rock, qui découvre ses chansons sans connaître son histoire.
Le groupe affirme son aptitude à transcender les contrastes entre sentiments bruts et mélopées entraînantes. L’amour, l’amitié, la solitude, la ville, l’ailleurs, les addictions, l’onirique… Vertigo est un album hautement visuel et foisonnant. Les morceaux sont tour à tour sensuels, mélancoliques, nostalgiques, inquiétants, et toujours sensationnels, au sens propre du terme et à l’image du morceau titre, Vertigo, qui évoque le déséquilibre fantasque qui peut régir nos vies.
Écho à l’heure de minuit affichée sur les horloges, le vertige symbolise ce glissement du réel à l’imagi naire nourrissant chaque chanson écrite par Simone, songwriteuse en chef du groupe. En résulte un amour du mot simple, des sonorités voisines et complémentaires, des tournures poétiques sans esbroufe.
Ainsi, la mélancolie se twiste de rythmiques imparables, celles du funk, du disco ou du punk, et des mélodies accrocheuses.


Goran Bregovic
World
Compositeur contemporain, musicien traditionnel ou rock star, Goran Bregovic n’a pas eu à choisir, il lui a suffit de vivre et mêler toutes ces expériences pour inventer une musique à la fois universelle et très personnelle.
Avec son Orchestre des Mariages et des Enterrements, il marie les musiciens/cuivres Gitans avec des percussions orientales, mélange les polyphonies féminines bulgares avec un chœur d’hommes classique, mixe des sections de cordes avec des programmations électroniques. Vêtu de blanc, assis entre son ampli et son ordi, une guitare électrique en bandoulière, il mène tous les soirs cet équipage bigarré à géométrie variable (de 9 à 19 musiciens, et même jusqu’à 60 parfois).
Depuis plus de 20 ans, Goran Bregovic et son Orchestre des Mariages et des Enterrements ont parcouru tous les continents, sur une tournée sans fin (plus de 3000 concerts).
Fervent défenseur du dialogue entre les cultures, Goran Bregovic, artiste iconoclaste et attachant né en ex-Yougoslavie, publie Three Letters From Sarajevo (Mercury). Une parution élégante où il fait coexister trois styles (oriental, klezmer et classique) et trois religions (chrétienne, juive et musulmane).
Cet amoureux de la France, connu pour ses collaborations avec Emir Kusturica, sort également une compilation baptisée Welcome to Goran Bregovic (Wrasse Records), un disque plein d’utopie… Mais à quoi ressemblerait le monde sans utopie ?