Pollution dans l’étang : nouvelle action préventive

Une second barrage flottant a été installé pour renforcer la sécurisation de la zone

Avant même de savoir si des produits toxiques sont présents dans les effluents et afin d’éviter tout impact sur l’environnement et, tout particulièrement sur l’activité conchylicole, le maire de Mèze, Henry Fricou, a décidé, ce matin, de lancer une action préventive avec les autorités compétentes.
En concertation avec les services préfectoraux, une opération mettant en œuvre d’importants moyens logistiques spécifiques du SDIS a été mise en place sans délais.

100 000 litres d’eau polluée pompés et stockés provisoirement dans de réservoirs et des citernes

En début d’après-midi, ce 14 février, un second barrage flottant a été installé sur zone pour renforcer celui déjà posé en urgence mardi. Afin d’éliminer la plus grande partie de la nappe toujours présente près du rivage de la plage du Thalassa, une opération de pompage a été effectuée. Quelque 100 000 litres d’eau souillée ont ainsi été pompés. Ils seront provisoirement stockés dans des réservoirs et des camions citernes avant d’être évacués par une entreprise spécialisée.
A ce jour, les analyses complémentaires sur les éventuels produits polluants déversés de manière illicite dans la lagune de Thau sont en cours et les résultats sont attendus dans les tout prochains jours.

Les débats citoyens soutenus par la Ville

Lors du débat citoyen organisé le 11 février, Henry Fricou, a remis les revendications et propositions des Mézois au député Jean-François Eliaou.

Après le débat proposé, lundi dernier, par un groupe de trois citoyennes mézoises – 150 personnes y ont assisté et ont pu interpeller le député Jean-François Elialou, d’autres rendez-vous autour du mouvement des Gilets jaunes sont organisés ces prochains jours.
Dans sa volonté d’être un facilitateur de l’organisation de débats citoyens, la Ville a mobilisé ses services pour répondre, dans les meilleurs délais, aux diverses demandes. Une réactivité visiblement appréciée par des représentants locaux du mouvement. 
Ainsi, la salle Jeanne Oulié sera mise à disposition des Gilets jaunes ce jeudi 14 février à 17h pour accueillir une étape mézoise des « marcheurs du RIC », partis du Boulou dimanche 10 février et se dirigeant vers Paris.
Le mercredi suivant, c’est cette même salle qui accueillera un débat des Gilets Jaunes de Mèze et du bassin de Thau.

 

Pollution dans l’étang de Thau : premiers éléments d’analyses

Au lendemain du déversement illicite d’effluents dans l’étang de Thau, le laboratoire Médilab a livré ses premiers résultats d’analyses.
Ils montrent que le volume d’effluents pollués rejetés dans la lagune est estimé entre 1 et 4 m3. Selon le laboratoire, « les concentrations de matières en suspension mesurées sont comparables aux taux généralement observés dans les eaux usées à l’arrivée d’une station d’épuration, abstraction faite de l’absence de trace bactériologique dans le cas présent ». Des analyses complémentaires sur d’éventuels polluants dans les sédiments doivent être réalisées par les services de l’Etat (Direction Régionale Environnement Aménagement Logement).
Le barrage flottant installé par le SDIS est maintenu jusqu’à nouvel ordre.

Pollution dans l’étang : le maire de Mèze porte plainte

Gendarmerie, pompiers, police de l’eau et services municipaux immédiatement sur place.

En fin de matinée ce 12 février, à Mèze, une pollution a été observée dans l’étang de Thau, devant la plage du Thalassa.
D’après les premières constatations, une entreprise de terrassement travaillant sur un chantier à proximité aurait été aperçue en train de déverser de manière illicite un produit non identifié dans le réseau pluvial.
Services techniques de la Ville, pompiers, gendarmerie et police de l’eau de l’agglopôle se sont rendus immédiatement sur place afin de prendre les mesures d’urgence.
Très rapidement, la canalisation pluviale a été obstruée et son contenu pompé. Un barrage flottant a été posé sur la zone littorale impactée.
Des prélèvements ont également été effectués dans les eaux de la lagune et en amont. Les analyses sont en cours et les résultats sont attendus dans les meilleurs délais.
Le maire de Mèze, Henry Fricou a décidé de porter plainte. Il suit avec la plus grande vigilance les évolutions de cette pollution et partage tout particulièrement les préoccupations des professionnels de l’étang.

Un barrage flottant a été installé par les pompiers

 

Illiwap : l’appli 100% Mèze

Suivez l’actualité de Mèze en temps réel avec l’application illiwap !

Evénements, réunions publiques, infos pratiques, festivités, incidents, coupures d’eau ou d’électricité, fuite de gaz, alerte météo… recevez toutes les informations de la ville de Mèze directement sur votre téléphone en seulement 3 étapes !

 


une application, gratuite, sans engagement, sans inscription.

Pas d’email, pas de téléphone, aucune coordonnée.

Pour en savoir plus, cliquez ici >>>

Campagne de régulation des goélands

goeland_toit_mathias_prat
Photo : Mathias Prat ©biotope

Leur vol majestueux et leur cri caractéristique sont indissociables des paysages maritimes, des cités portuaires et des sillages de bateaux de pêche. Les goélands sont, plus que tout autre oiseau, le symbole des océans et de la mer.
Pourtant, lorsqu’ils sont trop nombreux en milieu urbain, ils sont nettement moins appréciés par les populations locales. Leur prolifération en ville s’accompagne de nuisances sonores, de salissures, de dégradations des toitures et même de comportements agressifs.
A Mèze, le nombre de goélands ayant choisi de nicher en ville augmente d’année en année et les plaintes des habitants vis-à-vis de ces voisins plutôt gênants sont de plus en plus fréquentes.
Pour remédier à ce problème, la Ville de Mèze, comme le font déjà de nombreuses communes littorales, a décidé d’engager une démarche de régulation des goélands nichant en milieu urbain en s’appuyant sur l’expertise de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO).
Le goéland est une espèce protégée. Toute action de ce type est soumise à une autorisation du ministère de l’environnement (DDTM). Celle-ci est délivrée sur la base d’un recensement des nuisances constatées. C’est pourquoi la municipalité invite toute personne résidant en ville à signaler la présence d’un nid sur sa toiture. Il faut savoir que les goélands pondent entre mars et avril et que l’incubation dure environ trois semaines. Les experts de la LPO assureront le suivi et le comptage des nids ainsi identifiés.

Ce qu’il faut savoir sur la régulation des goélands

goeland_oeufsLes campagnes de régulation reposent sur la stérilisation des œufs par aspersion d’un liquide approprié. Ces derniers doivent être laissés dans le nid afin de mettre les goélands en échec de reproduction. Si les œufs sont détruits ou ôtés, les oiseaux effectueront rapidement une nouvelle ponte. Il faut donc les inciter à couver des œufs stériles.
Cette opération délicate et dangereuse ne peut être réalisée par les particuliers. Elle sera exclusivement effectuée par des spécialistes.
La régulation ne porte que sur la limitation des problèmes liés à la nidification sur les habitations. Elle n’a aucune vocation à empêcher la présence des goélands en ville.

Quelques recommandations pour les particuliers

• Ne pas ôter les œufs des nids, ce qui entraînerait une nouvelle ponte.
• Ne pas détruire les nids, qui seraient rebâtis par le couple nicheur.
• Ne pas nourrir les oiseaux.
• Ne pas éliminer les goélands qui sont une espèce protégée.
• Faciliter l’accès des immeubles aux techniciens.
• Signaler la présence de nids à la mairie de Mèze.


Pour signaler la présence d’un nid de goéland, adressez un courrier en indiquant de façon précise sa localisation à :

Mairie de Mèze
Secrétariat du DGS
Place Aristide Briand
34140 Mèze

Ou un mail à : secretariat.dgs@ville-meze.fr

Ou contactez la mairie de Mèze au 04 67 18 30 30

Vous pouvez également remplir ce formulaire en ligne pour signaler la présence d’un nid de goéland sur votre habitation.

Signalement d'un nid de goéland sur la commune de Mèze

 

Verification

L’histoire des Mézois d’origine espagnole : appel aux Mézois

« La famille Planas Sisa – mère et fille (à droite) – et leurs premières voisines, sur l’esplanade, à leur arrivée à Mèze en 1948 » Photo fournie par Montserrat Loupy

Dans le cadre du thème de la saison culturelle « Mèze, une ville des migrations : L’Espagne », le service des archives et du patrimoine recherche des documents ou des photos liés à l’histoire des Mézois d’origine espagnole, leur départ d’Espagne et leur arrivée à Mèze.

Cette collecte servira à combler le fonds archivistique de la Ville de Mèze et fera l’objet d’une exposition en avril 2019 .

Collecte auprès de Lisbeth Saumade jusqu’au 22 février à la mairie annexe 1 au château de Girard.

130 000 € pour la chapelle des Pénitents

La chapelle des Pénitents de Mèze est certainement le site le plus emblématique mais aussi le plus ancien du patrimoine historique de Mèze. Depuis près de 9 siècles, du haut du promontoire où elle a été bâtie, elle veille fièrement sur le port des Nacelles et la lagune de Thau. Malheureusement, cette chapelle, qui est toujours la propriété de l’évêché, est en très mauvais état. Des travaux de restauration, et même de préservation, sont aujourd’hui indispensables. Mais bien sûr, ces travaux ont un coût qui est estimé à environ 250 000 €.
Depuis de nombreuses années, la Ville de Mèze accompagne l’association des amis des pénitents qui met beaucoup d’énergie dans la sauvegarde de la chapelle.
A la grande satisfaction de tous, plusieurs bonnes nouvelles sont arrivées de concert. Tout d’abord, une somme de 86 000 € issue du loto du patrimoine a été attribuée aux travaux de restauration.
D’autre part, la Ville de Mèze et Sète agglopôle Méditerranée verseront chacune 7500 €, soit 15 000 €. A cela, il faut ajouter 7000 € de dons, ce qui totalise 22 000 € supplémentaires.
Et ce n’est pas fini puisque la Fondation du Patrimoine versera elle aussi une aide de 22 000 €.
Ce sont donc 130 000 € qui sont d’ores et déjà réunis pour lancer les travaux de sauvegarde.
Le combat continue pour rassembler les fonds nécessaires à l’aboutissement des travaux qui permettront à la chapelle de Pénitents de poursuivre son voyage à travers les siècles.

Grève du 5 février : perturbations à prévoir

En raison d’un mouvement de grève générale, des perturbations sont à prévoir dans les services périscolaires et au niveau de la restauration scolaire des écoles de la ville.

 

 

 

 

–          École Hélianthe : pas d’accueil périscolaire matin et soir, pas de restauration scolaire

–          École Calandreta : pas d’accueil périscolaire matin et soir, pas de restauration scolaire

–          École Clemenceau : pas d’accueil périscolaire matin et soir, restauration scolaire maintenue

–          École Germaine Coty : pas d’accueil périscolaire matin et soir, restauration scolaire maintenue

–          École Jules Verne Elémentaire : accueil périscolaire matin et soir et restauration maintenus

–          École Jules Verne Maternelle : accueil périscolaire matin et soir et restauration maintenus

Les informations relatives à chaque école ont été distribuées dans les cartables des enfants.

Les pins Place Baptiste Milhau coupés et remplacés

Dans le cadre de la réhabilitation de la place Baptiste Milhau et pour des raisons de sécurité sur la voie publique, les pins qui longent les trottoirs de l’avenue vont être abattus. Supprimer des arbres est une décision qui se prend toujours à contre-cœur mais s’avère parfois indispensable. Ces pins posent d’importants problèmes de sécurité. Les racines soulèvent les enrobés et rendent les trottoirs, complètement déformés, dangereux pour les piétons. Couper seulement les racines aurait, par ailleurs, fragilisé les arbres. Ils auraient fini par mourir, se déchausser et tomber sur la voie publique. Pour ces raisons, et pour sécuriser ce passage très fréquenté, la Ville de Mèze, en accord avec le responsable du service municipal des espaces verts, a fait le choix de couper ces pins. Ils seront remplacés par de nouveaux arbres d’essences locales, et adaptés à l’environnement urbain. Les travaux d’abattage auront lieu du 4 au 6 février 2019.

Grand débat national : une initiative citoyenne à Mèze

Dans le cadre du Grand débat national, un groupe de citoyennes, Sophie Benau, Lysiane Estrada et Monique Teyssier, proposent une rencontre-débat, lundi 11 février à 18h30, au carré d’art Louis-Jeanjean (Chai de Girard). Le député de la 4e circonscription de l’Hérault, Jean-François Eliaou, sera présent. Les quatre thématiques du Grand débat national seront abordées :

  • Transition écologique 
  • Fiscalité et dépenses publiques
  • Démocratie et Citoyenneté 
  • Organisation de l’état et des services publics

En préambule de cette rencontre citoyenne, le maire de Mèze, Henry Fricou, remettra officiellement au député les doléances des citoyens mézois déjà reçues en mairie ou postées sur le site internet de la Ville. Tous les citoyens mézois souhaitant participer au débat sont les bienvenus.

Les pros de l’ASBH sur le pré du Sesquier

 

Mercredi 30 janvier, l’AS Béziers Hérault a délocalisé son entraînement à Mèze, au stade du Sesquier. Les joueurs de pro D2 ont ensuite organisé des ateliers sportifs et ludiques pour les enfants de l’école de rugby « Les vignes de Thau ». En fin de journée, le groupe Angelotti, sponsor de l’ASBH, a remis une dotation de matériel (ballons, chasubles, plots) à l’école de rugby.

Sète agglopôle subventionne la rénovation de l’habitat privé des Mézois

En partenariat avec l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat, Sète agglopôle Méditerranée attribue, sur dossier et sous conditions, des aides financières pour la réhabilitation et la rénovation de l’habitat privé. Ces subventions sont destinées au traitement de l’habitat dégradé, à l’adaptation du logement à la perte d’autonomie et au handicap, à la rénovation énergétique. Les copropriétés en difficulté peuvent également bénéficier de ces aides. Un bureau d’études accompagne gratuitement les propriétaires dans leurs démarches (conseils sur la faisabilité de leur projet, aide au montage du dossier, assistance, visite de conformité). En 2018, 9 dossiers de propriétaires Mézois ont reçu l’agrément pour un montant total de 59 628€ de subventions, soit sur chaque dossier un montant pouvant aller jusqu’à 55% du montant des travaux. Le bureau d’étude tient une permanence pour aider les propriétaires à monter leur dossier, tous les premiers lundis du mois de 9h30 à 11h30 en mairie. Contact : Service Habitat – Sète agglopôle méditerranée : 04 67 46 47 82

Les vignerons rassemblent les Mézois

Depuis 10 ans, la Saint-Vincent met à l’honneur les vignerons mézois et leurs cépages. Cet évènement, organisé par la Ville de Mèze du 19 au 27 janvier, a rassemblé plus d’un millier de personnes. La programmation, toujours sur le thème du vin, mêlait dégustations, culture et fête. La grande soirée vigneronne, animée par la Régglyssouille et DJ Guy Lamour, a fait carton plein. Nouveauté 2019 : dimanche, les viticulteurs ont accueilli le public place des Micocouliers pour le « Marché des vignerons ». Retour en image sur ce rendez-vous festif et convivial.