Festival de Thau 2018 : une idée cadeau…

FESTIVAL DE THAU 2018
Les toutes premières nouvelles de la 28e édition !

A vos agendas !  Vous pouvez mettre une croix sur les dates de la prochaine édition du Festival de Thau : du 16 au 24 juillet 2018, rendez-vous autour de la lagune de Thau pour tout un programme de musiques et de rencontres, en soirée et même en journée !

A offrir ou à s’offrir, le voilà enfin, le PASS NOEL 3 JOURS du Festival de Thau !
Valable pour les 3 soirées sur le port de Mèze du 20 au 22 juillet 2018
au tarif spécial de 50 € (hors frais de location)
disponible tout le mois de décembre, en ligne sur le site internet www.festivaldethau.com et au bureau du festival, château de Girard à Mèze

>>Billetterie Pass 3 Jours

Des coupures d’eau à prévoir

En raison de travaux de raccordement sur le réseau d’eau potable, des coupures d’eau et des baisses de pression auront lieu le jeudi 14 décembre 2017 de 8h30 h à 12h.

La zone concernée : rue de la Palombière

Le service des eaux s’excuse par avance de la gêne occasionnée. 

Il est recommandé de s’assurer d’une réserve d’eau suffisante pour la date indiquée.

Pour toutes informations complémentaires, vous pouvez contacter le service des eaux au 04 67 51 89 07.

 

Mangez des huîtres !

Libérée, délivrée… la reine de Thau va faire son grand retour sur tous les étals. Tous les clignotants sont au vert. Après une longue attente, la vente des huîtres de l’étang peut enfin reprendre. Les derniers tests tant attendus ont livré leur verdict. Plus rien ne s’oppose à la consommation des coquillages de la lagune. Alors un seul mot d’ordre pour les agapes de fin d’année : mangeons des huîtres de Thau !

Signature de la convention d’objectifs pluriannuelle pour l’association Jazzamèze

Monique Teyssier, présidente de Jazzamèze, Nathalie Cabrol, maire-adjointe de Mèze, Christophe Durand, vice-président de Sète Agglopole Méditerranée, Zina Bourguet, représentante de Carole Delga, présidente de la région Occitanie, Anne Matheron, adjointe au DRAC

Mardi 5 décembre 2017, Monique Teyssier, présidente de Jazzamèze, a réuni les partenaires de l’association pour la signature d’une convention d’objectifs 2018-2020 dans la salle voûtée du château de Girard.

Ce document, conclu entre L’Etat, la Région Occitanie, Sète Agglopole Méditerranée, la Ville de Mèze, et l’association Jazzamèze, permettra d’assurer la pérennisation des actions menées depuis 26 ans, dans un esprit de clarification des objectifs et des missions confiées à la structure. La convention fixe les moyens nécessaires pour atteindre ces objectifs et les critères d’évaluation qui conditionnent leurs maintiens et leurs ajustements.

Cette convention a été souhaitée par l’association depuis plusieurs années. Un travail de concertation avec les différents partenaires a permis de mettre en évidence :
– L’importance du travail de diffusion à travers le Festival de Thau, les Automnales, et les activités en saison depuis de nombreuses années.

– L’importance du travail de création, d’éducation artistique et culturelle sur le territoire régional réalisé à travers le Silo, centre de création dédié aux musiques du monde et traditionnelles.
– L’importance du travail de développement durable ayant conduit l’association à la certification à la norme ISO 2021  » label de management responsable lié à l’activité événementielle » et à la sensibilisation du public avec les Eco-dialogues de Thau.

Nathalie Cabrol, adjointe à la culture de la Ville de Mèze, précise que « la commune soutient depuis toujours le travail de Jazzamèze dans le cadre du Festival de Thau évidemment, mais aussi d’autres évènements organisés sur la commune tels que « Des femmes et des arts », « Les Automnales de Thau » et les collaborations d’artistes en résidence à l’école municipale de musique. »

La signature de cette convention est un moment particulièrement fort de l’histoire de l’association.

Henry Fricou solidaire des conchyliculteurs

Dégustation d’huîtres sur le stand improvisé par les conchyliculteurs à Mèze. Henry Fricou, maire de Mèze est venu soutenir les professionnels de la lagune de Thau.

« Nos coquillages sont parfaitement sains ! Il n’y a plus aucune raison d’interdire leur vente ! » Le message des conchyliculteurs était aussi limpide que les eaux de la lagune. Excédés par ce nouvel épisode de fermeture de la lagune de Thau et toujours suspendus au fameux test de la souris, selon eux inadapté et bien trop lent, ils ont mené une action parfaitement pacifique ce mercredi à Mèze. Afin de sensibiliser et de rassurer le public, une quarantaine de professionnels ont organisé une dégustation d’huîtres pour les automobilistes qui empruntaient l’avenue de Montpellier. Une opération réussie auprès des automobilistes et des passants qui se sont massivement montrés solidaires envers les conchyliculteurs.
Le maire de Mèze, lui aussi, a fait une halte sur ce stand improvisé. Après avoir dégusté quelques huîtres et dialogué avec les producteurs locaux, il a exprimé tout son soutien et sa solidarité avec l’ensemble des conchyliculteurs de l’étang en souhaitant que la vente puisse reprendre dès ce vendredi, mais aussi qu’un nouveau protocole de tests plus réactifs et plus précis que celui de la souris (tel qu’il en existe déjà) puisse être utilisé à l’avenir sur le territoire français.

Le froid arrive, protégez votre compteur d’eau contre le gel !

compteur_proteger_gelEn cas de froid intense, l’usager, locataire ou propriétaire, doit protéger son compteur d’eau du gel.

Comment protéger son compteur d’eau en période de gel ?
Une seule solution : l’isoler !

Exemple de méthode à utiliser :
Remplissez un sac poubelle avec des morceaux de polystyrène. Fermez-le hermétiquement à l’aide du lien et emmaillotez votre compteur avec ce sac.

Vous pouvez protéger votre compteur d’eau directement avec des plaques de polystyrène en les positionnant dans l’abri compteur.

Attention ! N’utilisez en aucun cas de la laine de verre, de la paille ou tout autre tissu qui absorberait l’humidité et serait inefficace.

Une cérémonie pour honorer les combattants d’Afrique du Nord


La guerre d’Algérie, les combats du Maroc et de la Tunisie ont pris fin officiellement voilà 55 ans. Ce mardi après-midi, le maire Henry Fricou, élus, médaillés militaires, anciens combattants, sapeurs-pompiers, police municipale et Mézois, ont rendu hommage aux 25 000 soldats français tombés durant cette période.

La Ville de Mèze et les associations d’anciens combattants ont déposé les gerbes au pied du monument aux morts. Un moment de recueillement solennel devant la stèle.

Dans son discours, le Maire a ensuite rappelé que : « la guerre d’Algérie fut une guerre terrible. Elle a eu ses morts, civils et militaires, dont nous honorons aujourd’hui le souvenir. Elle a causé également d’immenses blessures et souffrances, chez les Français et chez les Algériens. Elle a laissé, dans notre mémoire nationale, des cicatrices profondes. Aujourd’hui, ce que nous voulons, c’est construire un avenir meilleur, de paix définitive, de compréhension et d’amitié entre les deux peuples ».

L’esplanade sous vidéo-protection

La mise en place du système de vidéo-protection a montré toute son efficacité, tant au niveau de la dissuasion que de l’identification. C’est pourquoi, 2 nouvelles caméras viennent d’être installées sur l’esplanade. Les vidéos sont enregistrées et visionnées, en cas de méfait, par la police municipale de Mèze.

La ville compte à présent 34 caméras de vidéo-protection réparties sur l’ensemble de la commune. Les premières ont été installées en 2011. Depuis, deux faits sur trois constatés ont été élucidés grâce à ces caméras très performantes. L’effet dissuasif de ce dispositif se fait ressentir de façon très positive sur les statistiques de délinquance de la cité.

Il ne s’agit pas de surveiller la population mais d’utiliser la vidéo-protection uniquement en cas de faits avérés, les enregistrements étant conservés durant deux semaines . Les caméras filment uniquement le domaine public.

Sur réquisition d’un Officier de Police Judiciaire, les enregistrements peuvent être extraits dans le cadre d’une procédure judiciaire et par les personnes habilitées par le préfet à cet effet.

Des défibrillateurs pour sauver des vies

Chaque année 40 000 Français meurent prématurément d’un arrêt cardiaque, dont 13 % dans un lieu public. L’arrêt cardiaque se traduit par une perte de connaissance et un arrêt de la respiration. Le rythme cardiaque est perturbé.

Didier Aspa, conseiller municipal délégué au SDIS, explique : « pour faire repartir le cœur, et ainsi permettre de sauver une vie, il est impératif d’agir le plus rapidement possible, les premières minutes étant essentielles ».

C’est pourquoi, la Ville de Mèze dispose de 8* défibrillateurs répartis dans des lieux accueillant fréquemment du public. Les gymnases Gérard Rigal et Bernard Jeu, le dojo, le stade du Sesquier, le poste et le véhicule de la police municipale, l’EHPAD  Le clos du moulin, la capitainerie en sont équipés. Ils sont destinés à être utilisés par le grand public, sans formation spécifique, pour effectuer des réanimation cardio-pulmonaires. Les agents municipaux en fonction au sein de ces structures ont néanmoins pu suivre une formation à l’utilisation de cet appareil portable, dispensée par les pompiers de Mèze.

Le défibrillateur automatisé externe (DAE) fonctionne au moyen d’une batterie dont le rôle est d’analyser l’activité du cœur d’une personne en arrêt cardio-respiratoire. Cette analyse est entièrement automatique, ce qui évite à l’opérateur toute prise de décision. Seuls des chocs externes sont possibles, c’est-à-dire que les électrodes sont placées sur la peau du patient. Si elle détecte un rythme choquable, la machine indique s’il faut délivrer un choc électrique, ou défibrillation. Les réglages de l’appareil sont verrouillés, les seules actions possibles sont l’allumer, l’éteindre et délivrer le choc si l’appareil le demande.

Depuis mai 2007, toute personne, même non médecin, est autorisée à utiliser un défibrillateur automatique externe.

Comment l’utiliser ?

  • Ouvrez la housse du défibrillateur, sortez-le et allumez-le : une voix électronique vous donne les instructions à suivre. Elle vous explique d’abord comment placer les électrodes sur la peau nue de la victime : l’une doit se situer sous l’aisselle gauche, l’autre sur la poitrine côté droit.
  • L’appareil fait lui-même le diagnostic et demande de délivrer le choc si c’est nécessaire.
  • Le défibrillateur va alors vérifier si le cœur est reparti et vous donnera les instructions à suivre.

*La Ville de Mèze compte 2 défibrillateurs supplémentaires l’été dans les postes de secours des plages.

La fin des corps-morts sauvages

45 corps-morts illégaux devant la terrain de tambourin de Mèze évacués par les services de l’Etat.

L’Etat a décidé de mettre un terme à la prolifération anarchique des corps-morts installés illégalement dans la lagune de Thau pour le mouillage des embarcations. Une première opération « coup de poing » a été menée le 1er décembre à Mèze, devant le terrain de tambourin en présence de Philippe Nucho, sous-préfet du bassin de Thau, d’Henry Fricou, maire de Mèze entouré de plusieurs élus municipaux, de représentants de la pêche et de la conchyliculture, ainsi que de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer, des Affaires Maritimes et de la gendarmerie maritime. Sur ce seul site, pas moins de 45 corps-morts sauvages ont été recensés. Leur évacuation est en cours. Les bateaux actuellement au mouillage ont quant à eux été identifiés. Officiellement avertis, leurs propriétaires ont un délais de 30 jours pour enlever leur embarcation du site après quoi ils se verront infliger une amende pouvant s’élever jusqu’à 1500 €.   
A cette occasion, Philippe Nucho a exposé la détermination des services de l’Etat de régler une fois pour toute ce problème. La multiplication des corps-morts n’est pas sans impact sur l’environnement, notamment pour les herbiers de zostères qui sont au cœur de l’écosystème de la lagune. Elle nuit également aux activités de pêche car les zones d’installation des capechades ne sont pas respectées.
D’autres sites, où les mouillages sauvages se développent, à savoir la presqu’île de Balaruc-Les-Bains et le Barrou à Sète, vont faire l’objet du même traitement. Le sous-préfet a annoncé qu’il travaillait actuellement avec tous les partenaires concernés pour envisager la création de zones de mouillages gérées et organisées. Et pour les plus récalcitrants, les services de l’Etat pensent sérieusement à créer une fourrière à bateaux. 

50 ans d’histoire de Thau en vidéo sur internet

L’association Amusthau, en partenariat avec Sète agglopôle méditerranée, a créé un site internet consacré à l’histoire du Bassin de Thau sous format vidéo : « Vivre avec l’Étang images et témoignages ».

Ce projet  multimédia regroupe notamment des films d’archives de l’Ina (Institut national de l’audiovisuel). Une importante recherche effectuée en collaboration avec la délégation Ina sur l’ensemble des fonds de l’Ina (des milliers d’heures de programmes) ont permis d’extraire une centaine d’heures correspondants aux thématiques du territoire de Thau.

Ce territoire habité depuis si longtemps par les hommes témoigne d’une richesse exceptionnelle dans tous ces domaines : histoire, environnement, vie animale et végétale, métiers, économie et loisirs.

C’est pourquoi, le partenariat avec l’Institut Jean Vigo permet parallèlement d’intégrer au site des films amateurs. C’est un autre regard sur le territoire, plus intime, plus simple, et parfois surprenant. Grâce à la convention passée entre les Amis du Musée et l’institut Jean Vigo, les films amateurs collectés par l’association sur le territoire sont numérisés, décrits et intégrés au site Vivre avec l’étang. Chacun est invité à participer à l’enrichissement du projet.

« Vivre avec l’étang, images et témoignages » parcourt les multiples facettes de l’étang de Thau.

Le site est organisé autour de 8 grandes thématiques :

  • Un site exceptionnel : géologie, faune, flore, entretien et protection de l’étang, l’écosystème marin, les hippocampes et les goélands.
  • Les hommes et l’étang dans l’histoire : fouille sous-marine, villa gallo-romaine, la viticulture au milieu du 20ème siècle, le remembrement, etc
  • Pêche et conchyliculture : les métiers de l’étang
  • Une économie diversifiée : l’économie du territoire, conchyliculture, pêche mais aussi viticulture, tourisme et nouvelles technologies
  • Un milieu à protéger : la protection de l’étang, milieu vivant, les actions pour le protéger
  • L’étang et ses ports : les ports de l’étang, hier et aujourd’hui, de Marseillan à Bouzigues
  • L’étang, lieu de vie : festivités, plaisance, tourisme et sports nautiques

Passionnant !

Attention : des coupures d’eau à prévoir Rue Milhau Vidal

Des fuites ont été observées sur le réseau d’eau potable dans la Rue Milhau Vidal. Le service des eaux de la Ville de Mèze va donc procéder aux réparations cet après-midi. L’opération sera réalisée ce jeudi 30 novembre dès 14h, cela va engendrer des coupures d’eau chez les usagers. 

Le réseau sera rétabli après réparation.

La Ville invite tous les mézois concernés à s’assurer d’une réserve d’eau suffisante.

Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter le service des eaux au 04 67 51 89 07.