Les jeunes du CMJ se sont réunis salle de la république

C’était la dernière séance du mandat du conseil municipal des jeunes. Lundi 25 novembre, les enfants se sont réunis pour aborder les projets à venir, ceux réalisés, le budget, et leur ressenti sur ces 2 dernières années passées au service de Mèze et de ses habitants.

En 2019, les jeunes ont organisé plusieurs évènements : une grande journée sportive en famille, une manifestation dédiée à l’environnement,  une collecte de fournitures scolaires pour les plus démunis.  Ils ont également participé aux projet vidéo de la Retirada avec le service patrimoine, aux journées jeunesse et culture, au tournage de la vidéo de présentation de la ville avec le service communication, à la fête du bouletchou, à la commémoration du 11 novembre, à la journée de ramassage des déchets, à la création des nichoirs à mésanges et à chauves souris avec le service des espaces verts. Ils ont également visité les locaux du conseil départemental et rencontré les élus.

Un séjour à Paris est prévu en février 2020 afin de visiter les instances de la République : l’assemblée nationale et le sénat. Ce projet s’inscrit dans le cadre des visites du patrimoine institutionnel français.

Une nouvelle piste cyclable

Le réseau des pistes cyclables et voies vertes de Mèze se développe. La Ville de Mèze a lancé le chantier d’une première partie d’un nouveau tronçon de piste réservée aux vélos, rue du 8 Mai 1945. Elle permettra aux cyclistes d’effectuer en toute sécurité la jonction entre le boulevard Ernest Massol et la rue Adrien Bernard. Ces 350 mètres de piste cyclable viennent s’ajouter aux 8 kilomètres déjà créés sur la commune.

 

Les jeunes du CMJ s’invitent à l’Ehpad

Dans le cadre de leur projet « donner du bonheur », les membres du Conseil Municipal des Jeunes ont passé un après-midi convivial et ludique avec les résidents de l’EHPAD Le clos du moulin. Jeux de cartes, de mimes, de société, chants et goûter… les enfants et les séniors se sont retrouvés pour un moment de partage privilégié. Pour la responsable du service animation et son équipe « ce type de rencontre est bénéfique pour les résidents comme pour les enfants qui apprennent à se découvrir mutuellement. De très beaux moments d’échanges ont eu lieu et la timidité a vite laissé place à la complicité. Ce type d’animation est d’ailleurs régulièrement organisé avec les crèches et les écoles de la ville pour créer des passerelles entre les générations. »

L’église Saint-Hilaire et son clocher bientôt rénovés

Les travaux de restauration de l’église Saint-Hilaire et de son clocher seront lancés début 2020.

L’église Saint-Hilaire, construite au XIIIème siècle, fait partie depuis toujours de l’histoire et du patrimoine de la Ville. Cet édifice particulièrement fréquenté souffre des effets du temps. Un chantier de restauration d’envergure est aujourd’hui nécessaire.
La Ville de Mèze, propriétaire du bâtiment, a d’abord confié à un spécialiste de l’architecture patrimoniale la réalisation d’une étude sur les travaux à réaliser.
La restauration de l’église sera effectuée en quatre phases distinctes.
Dès le début de l’année 2020, sera lancée la rénovation extérieure et intérieure du clocher de Mèze, symbole s’il en est de l’identité locale. La façade occidentale de l’église sera réalisée dans la foulée.
Lors des phases suivantes, la façade sud puis le chœur de l’église seront à leur tour rénovés.
Le montant global des travaux s’élève à environ 550 000 euros.
Pour cette opération, la Ville de Mèze bénéficie d’une aide financière de l’État de 136 400 euros dans le cadre de la Dotation d’Equipement des Territoires Ruraux.

Ehpad : une nouvelle méthode d’accompagnement des résidents


En 2019, l’ensemble du personnel de l’EHPAD « le Clos du Moulin » a été formé à la méthode Montessori. Ses principes et sa philosophie humaniste et bienveillante seront appliqués dès 2020 au sein de l’établissement. La méthode Montessori repose sur trois grands principes : la dignité, l’égalité et le respect. Grâce à cette formation, les équipes vont proposer des « missions quotidiennes » aux résidents, en tenant compte de leurs capacités physiques et cognitives, de leurs centres d’intérêts et de leurs envies. L’appropriation de ces activités par les personnes âgées est source de satisfaction, renforce leur autonomie et leur utilité sociale. Les résidents vont, par exemple, être chargés d’aider à la préparation du café, couper le pain, éplucher les légumes, débarrasser la table, distribuer le courrier, plier le linge, nettoyer leur chambre, arroser les plantes… « Aide-moi à faire seul » est la nouvelle logique de l’établissement. Fini les blouses blanches. Les agents travailleront en tenue « civile » pour recréer un environnement serein et semblable au domicile.

Cette méthode a été expérimentée dans de nombreux établissements. La satisfaction est unanime. Une diminution du stress et de l’anxiété des résidents est systématiquement observée. En étant plus actifs, ils deviennent plus autonomes, se sentent utiles et sont moins sujet à la déprime. Ce projet créé aussi une dynamique positive et renforce la cohésion au sein de l’équipe de l’EHPAD. Il répond à la préoccupation permanente de l’établissement : le bien-être des résidents.

La méthode Montessori a été développée dans les années 1890 par la médecin Maria MONTESSORI. Initialement conçue pour les enfants, le professeur Cameron CAMP, spécialiste de l’accompagnement des seniors, a développé cette vision pour l’appliquer aux personnes âgées souffrant de troubles cognitifs, leur permettant de les aider à être plus autonomes et à se sentir utiles au sein de la communauté.

Le point d’accès numérique ouvert à tous

La plupart des démarches administratives s’effectuent maintenant en ligne. C’est la raison pour laquelle, la Ville de Mèze propose, depuis le début de l’année, un point d’accès numérique gratuit et ouvert à tous. Ce service à la population est situé au pôle social du CCAS. Tous les Mézois qui le souhaitent peuvent utiliser, en autonomie ou avec une aide personnalisée, le matériel informatique, mis leur disposition par le CCAS de la Ville de Mèze.

Quatre ordinateurs connectés à Internet sur un réseau sécurisé et une imprimante permettent de satisfaire la demande des Mézois qui ne bénéficient d’ordinateurs ou de connexion Internet à leur domicile. Ce service sera également utile à ceux qui éprouvent des difficultés avec les nouvelles technologies.

Le point d’accès numérique est ouvert les mardis et jeudis de 9h à 12h (aide personnalisée) et de 14h à 17h (utilisation autonome) sans rendez-vous au Pôle social du CCAS, résidence le Courrier du Printemps, rue Juliette et Edouard Massal – tel : 04.67.18.14.10 – mail : polesocial@ccas-ville-meze.fr.

Retrouvez toutes les informations (pdf)

Mèze, terre de formation

En octobre, la Ville de Mèze a accueilli six jeunes de la Mission Locale d’Insertion pour un chantier d’implication devant le CCAS. Les travaux consistaient à aménager une parcelle de 250m² en le clôturant de ganivelles. En collaboration avec le service espaces verts de la Ville, les jeunes ont ensuite planté ce terrain d’espèces méditerranéennes. Par le biais de cette mise en situation, les jeunes découvrent les métiers du bâtiment (maçonnerie, aménagement paysager, travail de la pierre), sont sensibilisés aux exigences du monde du travail et peuvent se projeter dans un projet professionnel ou une formation qualifiante. Ce chantier d’implication, porté par l’association « PASSERELLES CHANTIERS », est financé conjointement par la MLIJ du Bassin de Thau, Sète Agglopôle Méditerranée et le CCAS de la Ville de Mèze.

Le bœuf se refait une beauté

Après plus de 40 ans d’une vie plus que trépidante et un engagement total dans les festivités locales, le Bœuf de Mèze avait besoin d’un sérieux lifting. La tête du mythique bovidé a particulièrement souffert de tant de charges, tant d’enfants engloutis, tant de bains dans la fontaine et dans l’étang… Sa mâchoire commençait à se désarticuler et son museau à céder aux assauts du temps. C’est ce qui s’appelle avoir la gueule de bois.

Sur les conseils de Didier Cours, bricoleur vétérinaire attitré de l’animal totémique, la Ville a demandé à Ernest Grandjean, ébéniste mézois, de refaire entièrement la gueule de l’animal totémique. La nouvelle tête du Bœuf est sculptée à l’identique dans du bois d’acacia, dur et imputrescible. Didier Cours, quant à lui, rénove la partie métallique du mécanisme. Non content de changer de tête, le totem mézois sera aussi habillé d’une nouvelle peau.

Les platanes de l’esplanade élagués

Les 22 platanes de l’esplanade se font faire leur traditionnelle coupe hivernale. Deux entreprises mézoises, missionnées par la Ville de Mèze, procèdent à leur élagage et suppriment les branches gênantes ou abîmées. Cet entretien est nécessaire pour la santé des arbres, la sécurité de tous et favorise un feuillage dense en été.

Le bois, transformé en copeaux, est récupéré pour être répandu dans les espaces verts, massifs de fleurs ou d’arbustes et sur les parkings. Cette technique permet de limiter la pousse de mauvaises herbes, d’améliorer la structure des sols, de réduire les besoins en eau, de diminuer les maladies, le tout sans travail de la terre ni désherbage ou traitements.

Lycée de la mer : bataille navale contre la pollution plastique

Des élèves du lycée de la mer de Sète sont venus rencontrer le maire de Mèze dans le cadre de la réalisation d’un court métrage sur la pollution plastique des mers et des océans.

Les élèves de première 3 du lycée de la mer sont investis dans un très beau projet pédagogique. Avec leur professeur, Christophe Lalia, ils réalisent un court métrage sur un fléau qui touche tous les océans, les mers et les lagunes de la planète : la pollution plastique.
« Un problème plus insidieux qu’il n’y paraît », expliquent les jeunes réalisateurs. « Une fois dégradée en microparticules, de grandes quantités de matière plastique sont ingérées par les animaux, et, en bout de chaîne alimentaire, par les êtres humains qui ingurgitent chaque année, sans le savoir, l’équivalent d’une carte bancaire ! », alertent les lycéens.
Pour mener leur enquête, les élèves n’ont pas hésité à faire le déplacement de Sète à Mèze à la rame. Durant quatre jours, ils ont rencontré des professionnels des filières cultures marines, les responsables du l’usine de traitement des déchets conchylicoles, l’équipe du festival de Thau… Ils ont également été reçus par le maire de Mèze qu’ils ont interrogé sur les actions menées par les mairies ou l’agglo pour la protection du milieu marin.
Une fois réalisé, leur film servira de support de sensibilisation dans les établissements scolaires du bassin de Thau. Il sera ensuite présenté au festival du court métrage Lumexplor de la Ciotat.

Du neuf au Stade

Plusieurs travaux ont été engagés au stade du Sesquier depuis cet été. Le club house du rugby a entièrement été rénové. Le chantier, réalisé avec la participation financière de la Ville de Mèze, s’est organisé autour des joueurs et notamment des vétérans du club « Les Potes de Thau ». Ils ont complètement réaménagé la salle pour en faire un lieu chaleureux et convivial. Un box a été installé à côté du terrain pour y stocker le matériel d’entrainement des rugbymen et le joug pour travailler le secteur de la mêlée.

La salle de réception du Mèze Stade Football Club a elle aussi fait l’objet de travaux à la rentrée. Le sol a été rénové et les murs repeints. Cet aménagement a été financé par la Ville.

Par ailleurs, une grande partie du grillage abimé du terrain d’honneur a été changé et le câblage d’alimentation générale sera prochainement remplacé pour une meilleure puissance d’éclairage.

Un nouveau pas vers la piscine de Mèze

Magali Ferrier, vice-présidente de Sète agglopôle Méditerranée déléguée aux équipements sportifs communautaires et Henry Fricou, maire de Mèze échangent sur la future piscine de Mèze.

Future piscine, base arrière des J.O. 2024, deux sujets au menu d’une matinée mézoise bien chargée pour Magali Ferrier, vice-présidente de Sète agglopôle Méditerranée déléguée au développement territorial par le sport, la gestion et la programmation des équipements sportifs communautaires.
La première partie de sa visite en terre mézoise a été consacrée à la réalisation de la future piscine, au Nord du Sesquier, qui franchit ainsi un nouveau palier.
Le maire de Mèze lui a présenté, sur site, le projet qu’il entend porter. « La demande de création d’une piscine intercommunale est largement exprimée par la population, aussi bien à l’échelle locale que sur tout le Nord du bassin de Thau. » Henry Fricou a ensuite développé sa vision de ce que devra être ce futur équipement : « Outre sa vocation éducative et sportive, nous voulons créer à Mèze un véritable pôle aqualudique conjuguant des bassins couverts et bassins extérieurs bordés de plages enherbées, avec une attention particulière portée sur l’intégration paysagère ».
Le maire de Mèze a souligné, auprès de Magali Ferrier, toute la cohérence et la pertinence du site d’implantation. « Cet équipement constituera un élément majeur du parc du Sesquier aménagé pour le sport, les loisirs de plein air, la détente et la nature. La future piscine prendra place à proximité des stades, de la future salle polyvalente, du skatepark, du terrain multisport et du centre aéré du Sesquier. »

Pascal Ifernet, directeur du Thalassa, Henry Fricou, maire de Mèze et Magali Ferrier, vice-présidente de SAM déléguée au sport au Village club Thalassa dans la perspective de la base arrière des J.O. 2024.

Visite d’évaluation au Thalassa

Magali Ferrier et Henry Fricou se sont ensuite rendus au village club Thalassa dans le cadre du projet de base arrière des J.O. 2024.
L’élue communautaire visite actuellement tous les sites du territoire qui pourraient potentiellement accueillir des délégations sportives en vue de la préparation des J.O. de Paris. Ces visites ont pour but d’évaluer si les structures d’hébergement répondent aux critères exigés par le comité olympique et, le cas échéant préconiser les investissements nécessaires aux améliorations indispensables.

Les paysans ont semé leur résistance à Mèze !

 

C’est à Mèze, du 7 au 9 novembre, que le réseau Semences Paysannes a choisi de se réunir pour son grand événement. Plusieurs centaines de personnes ont participé à la grande journée portes ouvertes dans le parc du château de Girard et la salle Jeanne Oulié. Le public a pu rencontrer les 220 paysans participants à travers un programme d’animations et de tables rondes dédié aux graines, à la diversité cultivée, à l’art de la greffe, aux produits et aux savoir-faire du monde entier.

Cérémonie du 11 novembre

La cérémonie commémorative du 11 novembre durant laquelle hommage a été rendu au sergent-chef Navarro, mort pour la France le 7 juin 1992 en ex-Yougoslavie.

« Nous n’avons pas le droit d’oublier. Nous n’avons pas le droit de laisser s’effacer la mémoire de nos aïeuls qui ont laissé leur sang et leur vie sur le front pour leur patrie. Nous ne sommes que les héritiers de leur courage et de leur sacrifice. Nous n’oublierons pas et nos enfants n’oublieront pas que Mèze, comme toutes les villes de France, a payé un très lourd tribut à la Première Guerre Mondiale. Mèze n’oubliera pas qu’entre 1914 et 1918, 252 de ses fils sont tombés pour la France et que 63 tirailleurs algériens venus combattre à leur côtés sont inhumés dans ce cimetière. »
C’est par ces mots que le maire de Mèze a conclu son discours à l’occasion de la cérémonie commémorative du 11 novembre.

Hommage au sergent-chef Jean-Louis Navarro

Une cérémonie marquée, cette année, par l’hommage rendu par la Nation aux 548 soldats morts pour la France lors d’opérations extérieures depuis la fin des guerres de décolonisation, en 1962. Parmi tous ces soldats tombés sur les fronts du Liban, du Tchad, d’Afghanistan, du Sahel, du Mali, d’ex-Yougoslavie, etc… 8 sont inhumés dans l’Hérault.
Le sergent-chef Jean-Louis Navarro, tué le 7 juin 1992 en Croatie, qui faisait alors partie de l’ex-Yougoslavie, repose dans le cimetière de Mèze. Ses proches, ses amis, ses frères d’armes conservent unanimement de lui le souvenir d’un homme d’Honneur, qui a donné sa vie pour que des enfants, des femmes et des hommes puissent vivre libres dans leur pays.
« Ce courage et cette générosité qui l’ont conduit jusqu’au sacrifice suprême justifient pleinement le devoir de mémoire que chacun d’entre nous lui doit et l’hommage qui lui est rendu par son pays, par sa ville, et par vous toutes et vous tous ici présents. » a déclaré le maire avant de déposer sur sa tombe le rosier de la mémoire.