Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la place Aristide Briand


Déjà cadastrée en 1768, sous le nom de « place Royale » puis « Impériale d’armes », cette place prend, en 1900, l’appellation de « place de la Mairie ».

Comme le bâtiment du premier édile de la Ville, la place de la mairie a été réalisée ensuite dans les fossés des remparts de Mèze.

En 1908, celle-ci sera rebaptisée « Place Aristide Briand ».
Aristide Briand qui a été député sous la 3ème République et Ministre de l’Instruction Publique.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue Raspail


Cette voie a été cadastrée sur le Compoix de 1768.

On appelait la grande maison à l’angle de la rue Gambetta « La Tour », c’était la Maison du Viguier jadis.

En 1900, la municipalité nomme cette rue « rue Saint Charles ».

Trois ans après la séparation de l’église et de l’état, en 1908, la rue fut alors rebaptisée « rue Raspail ».

François-Vincent Raspail, originaire du Var, chimiste, botaniste et homme politique français du XIXème siècle. Il participe aux gouvernements de la 2ème et  3ème République. Libre penseur et franc-maçon, il créé une eau de vie avec plusieurs associés appelée « l’élixir Raspail », liqueur de dessert où l’on trouve des zestes d’oranges outre l’alcool.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue Méril Poujade


Cadastrée sur le Compoix de 1768, cette voie se nommait « Ancien chemin de Montpellier » (accès par Loupian).

En 1900, la municipalité a rebaptisé cet espace « Rue des Moulins » car des moulins s’y trouvaient auparavant.

La municipalité Piétrasanta donnera le nom de « Méril Poujade » à cette rue en 1987.

Méril Poujade fut le Maire de Mèze de 1925 à 1941, créateur du Foyer des Campagne, du Service d’Incendie et de Secours. La caserne des Sapeurs-Pompiers était à l’emplacement de l’école de musique, elle y restera jusqu’en 1987.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue des Ecoles


Cadastrée sur le Compoix de 1768, cette voie se nommait « rue des Aiguillons ».

Depuis les temps anciens, Mèze est une presqu’île qui s’aménage au fil du temps. De l’Etang de Thau vers le nord, au fur et à mesure que les terres s’assèchent, l’accès à la ville s’effectue par « le Sesquier » et la « rue des Aiguillons » jusqu’à 1780 avec la création de la « voie Royale 87 » qui deviendra la « RD 613 » d’aujourd’hui.

En 1881, l’école Jules Ferry a ouvert, avec les garçons d’un côté du bâtiment et les filles de l’autre côté.

En 1900, la municipalité va rebaptiser ce lieu « rue des Ecoles ».


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue des Trois Pigeons


Cadastrée dans le Compoix de 1768, cette voie portait le nom de « Jousort », probablement des familles qui devaient y résider.

En 1930, la municipalité Poujade baptise cette rue courbe « rue des Trois Pigeons ».

Dans cette rue, il y avait des tavernes et autres auberges. L’une d’elle,  avait, un jour de marché, accueilli des marchands venus de Marseille en querelle avec l’illustre Molière lors de ses pérégrinations en Languedoc de 1656 à 1657. C’était l’Auberge du Saint Esprit. D’ailleurs, non loin de là, une rue porte le nom de l’illustre comédien.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Les permanences 2020 d’ACTIOM, mutuelle communale

Des permanences d’ACTIOM, mutuelle communale, auront lieu au pôle social, résidence Le Courrier du Printemps, exclusivement sur rendez-vous pris auprès de l’accueil du CCAS au 04 67 43 60 67 et serviceadministratif@ccas-ville-meze.fr :
.

  • lundi 28 septembre, matin 
  • lundi 19 octobre, matin 
  • lundi 2 novembre, matin 
  • mardi 8 décembre, matin 

En dehors de ces créneaux, vous pouvez contacter contacter les référents au 09 72 56 78 26 ou par mail lr.mcms@gmail.com pour une étude personnalisée ou tout autre demande d’information.

>>plus d’infos

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue Villaret Joyeuse


Cadastrée sur le Compoix de 1768, cette voie portait le nom de « Sainte Croix ».

En 1908, la municipalité a rebaptisé cette rue d’un célèbre personnage « Villaret de Joyeuse ».

Louis Thomas Villaret de Joyeuse, célèbre amiral, commandant de la 12ème région militaire, promu par le Bailli de Suffren, s’illustre dans la guerre d’Indépendance des Etats-Unis. Sur la route des Indes, il sert brillamment la Marine Royale, comme celle de la République ou l’Empire. S’il est en procès en 1792 et perd sa particule, l’Empire le fera Comte en 1804. Louis Thomas fera carrière outre dans le navale, mais sera également député des Cinq-Cents et gouverneur général de Venise.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue de la Méditerranée


Cadastrée au XIXème siècle, cette voie portait le nom de « rue de l’Usine à gaz ». En 1872, on construit cette rue sur des terrains qui jouxtent une usine fonctionnant au gaz. Cette usine alimentait des becs de gaz qui éclairaient la Ville. Mèze se modernise alors et se développe ainsi que le port. On trouvait également une distillerie sur l’emplacement de l’actuel « Village-vacance Thalassa ».

En 1946, l’usine à gaz n’est plus en service, seule la distillerie portant le nom de Melle fonctionne encore.

La municipalité Bessede décide de rebaptiser la voie d’accès en « rue de la  Méditerranée », nom qu’adoptera d’ailleurs la dernière distillerie : « Distillerie de la Méditerranée ».


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Parcours de l’Art : édition 2020


Le centre-ville ne manque pas d’attraits. Son activité commerçante, sa vie de village, ses architectures typiques, ses ruelles insolites, sont autant d’atouts séduisants pour celles et ceux qui l’arpentent et l’explorent. Le centre ancien abrite aussi de nombreux ateliers d’art. Que vous aimiez la peinture, la sculpture, la céramique, le travail sur le métal, le bois ou le verre. Que vous soyez en quête d’une oeuvre originale, d’un bijou ou simplement curieux de rencontrer les artistes, d’échanger avec eux, ce dépliant publié par la Ville de Mèze vous propose de les découvrir au hasard de vos promenades.

>>téléchargez le dépliant « Parcours de l’Art mézois 2020 »

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la place Baptiste Milhau

Cadastrée sur le Compoix de 1768, cette place a porté le nom « Villebois-Mareuil » au XIXème siècle.

Issu d’une famille parisienne, Georges Henri Anne Marie Victor De Villebois-Mareuil, comte de Villebois-Mareuil, est un militaire français.

Il prend part au conflit Franco-Prussien de 1870. Colonel engagé dans la légion étrangère, il reste principalement connu pour son engagement aux côtés des Boers contre l’armée britannique lors de la deuxième Guerre des Boers.

En 1930, la municipalité décide de rebaptiser cette place « Baptiste Milhau » du patronyme d’un enfant de Mèze, syndicaliste qui a lutté toute sa vie contre l’obscurantisme.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Les frères Karabatic sur le sable mézois

C’est presque devenu une tradition ! Nikola et Luka Karabatic parrainent le stage annuel organisé à Mèze par le Frontignan Thau handball pour la 7e année consécutive. Ce stage est consacré à la formation des jeunes handballeurs avec l’implication d’un staff d’encadrement de haut niveau. Les services municipaux des sports et d’hébergement du Taurus se mobilisent pour l’accueil de cet événement. Accueillis par Benoît Sol, adjoint au maire de Mèze, et Jean-Marc Llopis, conseiller municipal, les champions internationaux de handball ont pris part à quelques matchs inoubliables pour les enfants. La journée s’est conclue par une séance de photos et dédicaces.