D’ont ven aquel nom : Rouvière.

Rouvière es lo biais en francès de Rovièra en occitan.

Rovièra: aquel nom es ligat a un luòc ont creisson de ròures  (quercus robur). Una rovièra es  un bòsc de ròures.

Lo nom del luòc  de toponim es vengut tanben patronim que se rescontre en Occitània.

Las personas que pòrtan aquel nom an de segur un aujòl que viviá del costat d’una rovièra o èra proprietari d’una rovièra que venguèt son nom de familha.

Dins aquela dralha, Rovièra pòt aveire de variacions coma Rovièr, Roveiròl, Roire e mantuns autres e de diminutius coma Roveireta. En castilhan passam a Rovira.

Dins Erau Rovièra es un toponim conegut de Valhauquès fins a Sant Pons en passant per Sant Andrieu de Buèges. Nòstres vesins de Lopian o de Frontinhan an un luòc dich lo Roire e los Roires.

D’où vient ce nom : Rouvière

Rouvière est la manière de dire en français Rovièra en occitan.

Rouvière ce nom est lié à un lieu où poussent des chênes blancs (quercus robur). Une rouvièra  est un bois de chênes.

Le nom du lieu de toponyme est devenu aussi un patronyme que l’on rencontre en Occitanie.

 Les personnes qui portent ce nom ont certainement un aïeul qui vivait du côté d’une rouvièra ou était propriétaire  d’un bois de chênes, le toponyme est devenu son nom de famille.

Dans cette voie Rouvière peut avoir des variations comme Rouvier, Rouveyrol, Rouire et beaucoup d’autres et des diminutifs comme Rouveyrette.

En castillan nous passons à Rovira.

Dans l’Hérault Rouvière est un toponyme connu de Vailhauquès à Saint Pons en passant par Saint André de Buèges.

Nos voisins de Loupian Frontignan ont un lieu dit Rouire et les Rouires.  

LA GALINA DELS UOUS D’AUR

L’avarícia pèrd tot en volent tot  ganhar.

Ne vòli , per ne testimoniar,

qu’aquel òme,que sa galina, nos ditz la faula,

pondiá cada jorn un uòu d’aur.

Creguèt que dins son còrs i aviá un tresaur

La tuèt, l’obriguèt e la trobèt semblaba

a aquelas que sos uòus li raportavan pas res,

s’essent tot sol quitat lo pus bèl de sos bens.

Polida leiçon pel sarrapiastra ;

pendent los darrièrs temps, quantes ne’n vegèron

que del ser al matin, paures devenguèron

per voler èstre rics d’ara-d’ara !

JOAN DE LA FONT

L’òme qu’aviá tot compres e qu’aguèt l’intelligéncia de far parlar los animals, per metre amb talent l’accent sus los defautes de la natura umana. Aqueles que semblan intemporals…

 

 

LA POULE AUX OEUFS D’OR

L’avarice perd tout en voulant tout gagner.

Je ne veux, pour le témoigner,

Que celui dont la poule, à ce que dit la fable,

Pondait tous les jours un œuf d’or.

Il crut que dans son corps elle avait un trésor.

Il l’a tua, l’ouvrit, et la trouva semblable

A celle dont les œufs ne lui rapportaient rien,

S’étant lui-même ôté le plus beau de son bien.

Belle leçon pour les gens chiches.

Pendant ces derniers temps, combien en a-t-on vus

Qui du soir au matin sont pauvres devenus

Pour vouloir trop tôt être riches.

JEAN DE LA FONTAINE

L’homme qui avait tout compris, et qui eut l’intelligence de faire parler les animaux, pour mettre avec talent l’accent sur les défauts de la nature humaine. Ceux-là mêmes qui semblent intemporels…

D’ont ven aquel nom : Nougarède

Aquel nom ven del nom occitan d’una fruchan la noga. En latin nux.

Los nouguièrs (juglans maxima) que nos balhan las nogas se trapan un pauc de per tot e quand son pro nombroses sul meteis luòc forman una NOGAREDA. Es aital qu’aquel nom es vengut un toponim e puòi un patronim pel proprietarin o vesin d’un espaci plantat de noguièrs.

Nogarède es pas lo sol d’aveire coma origina « noga » D’en primièr parlarem de Noguièr mas tanben amb un diminutiu Nogaret, puèi Noguières et Noguiès qu’òm troba dins los compeses  tre el sègle XIII.

 D’où vient ce nom : Nougarède

Ce nom vient du nom d’un fruit, la noix. En latin nux.

Les noyers (juglans maxima) qui nous donnent les noix se trouvent un peu partout et quand ils sont assez nombreux, ils forment une NOISERAIE. C’est ainsi qu’en occitan ce nom est devenu toponyme et puis un patronyme pour le propriétaire ou le voisin d’un espace planté de noyers

 Nougarède n’est pas le seul à avoir « nouga » comme origine. En premier lieu nous parlerons de Nouguier mais aussi avec un diminutif Nougaret puis Noguières et Noguiès  qu’on trouve dans les compoix dès le XIII ème siècle.

LO GREGAU

Venent d’un plan polit pais, la Grècia, aquel vent es pas fòrça aimat.Los ancians disian ; « grèc, plueja al bèc ». Mas l’estiu, se amaga lo solelh, recaufa l’aiga de l’estanh (cossí fa ?), e aquò es plan bon per los banhaires. Mas coma lo marinás, buta ambvam d’ersas grandas que pòdon  susprene. Es pas greu, e par nadar sens laguis, sufís de trapar lo biais de far per dansar en cadéncia amb aquelas ersas bèlas, e aquò es magic e plan agradiu. Ensajas !

LE GREC

Venant d’un bien joli pays, la Grèce, ce vent n’est pas très aimé. Les anciens disaient : « grec, pluie au bec ». Mais l’été, s’il cache le soleil, il réchauffe l’eau de l’étang (comment fait-il ?), et c’est bien bon pour les baigneurs. Mais comme le gros vent marin, il pousse avec vigueur des grosses vagues qui peuvent surprendre. Ce n’est pas grave, et pour nager sans souci, il suffit d’attraper la manière de faire pour danser en cadence avec ces grosses vagues, et ceci est magique et bien agréable. Essayez !

Vertadièra istorièta de l’ancian temps

Dins lo trin que se sonava d’ « Intérêt Local », un mossù, plan vestit per anar a la vila, s’apreta a alucar una cigarreta. Se prenent per un francimand*, s’adressa a la dòna assetada fàcia a el et li ditz en bon francès :

  • Madame, craignez-vous la fumée ?
  • De segur li respondèt ela.
  • E ben, vous allez en taster un tal…

* Francimandejar : parlar francès amb l’accent ponchut                 

                        Histoire vraie de l’ancien temps

Dans le trin que l’on appelait d’ « Intérêt Local », un Monsieur, bien habillé pour aller à la ville, s’apprête à allumer une cigarette. Se prenant pour un francimand*, il s’adresse à la dame qui est assise en face de lui, et lui dit, en bon français :

  • Madame, craignez-vous la fumée ?
  • Oui pour sûr, lui répondit-elle.
  • He bien, vous allez déguster…

D’ont ven aquel nom : Hérault

Lo nom foguèt donat per un decret reial del 22 de genièr de 1790 a la seguida de documents porgits per l’Amassada Constituanta del 22 de desembre 1789. Caliá nacionalisar França, faire desaparéisser l’organisacion vièlha.
Per totes los despartaments novèls se faguèt en un mes e per los fargaires dels noms novèls l’origina dels idronimes èra pas una preocupacion màger.
D’aquí una perda de sens per Erau vengut Hérault.
Hérault deriva de « hariwald »  en vièlh francic popular, lenga germanique occidentala.  De « hari »  que vòl dire armada e « wal » aquel que mena.
 Res de veire amb lo nom donat al primièr sègle passat Crist, per lo geograf Strabon a nòstre flume, qualificat « Auraris », flume ont òm troba d’aur. Aquela apellacion demòra fins a 1086 per passar a « Erauris » en 1122 e Erau en 1226.
Vist de Paris en 1789, aquela ortografa es una deca que cal corregir amb un nom en bon francès. Doncas Hérault.
E vaquí per de que lo nom de nòstre flume e de nòstre despartament son passats d’una origina latina, topografica, logica e exacta a una autra, germanica nòrd-europenca e guerrièra completament erronea.
Se pòt trobar encara de palhetas d’aur  dins le fleuve Erau del costat de Ganges.
Lo simbòl quimic de l’aur es Au.

D’où vient ce nom: Hérault

Le nom fut donné par un décret royal du 22 janvier 1790 à la suite de documents apportés par l’Assemblée Constituante du 22 décembre 1789. Il fallait nationaliser la France, faire la vieille organisation.
Pour tous les nouveaux départements cela se fit en un mois, et pour les faiseurs des noms nouveaux, l’origine des hydronymes n’était pas une préoccupation majeure.
De là une perte de sens pour Èrau devenu Hérault.
Hérault dérive de « hariwald » en vieux francique populaire, langue germanique occidentale. De « hari » qui veut dire armée et « wald » celui qui conduit.
Rien à voir avec le donné au premier siècle après Jésus Christ par le géographe Strabon à notre fleuve qualifié « Auraris », fleuve où on trouve de l’or. Cette appellation reste jusqu’en 1086 pour passer à « Erauris » en 1122 et Èrau en 1226.
Vu de Paris en 1789, cette orthographe est une faute qu’il faut corriger avec un nom en bon français. Donc Hérault.
Et voilà pourquoi le nom de notre fleuve et de notre département sont passés d’une origine latine topographique, logique et exacte à un autre germanique nord-européenne, guerrier et complètement erroné.
On peut encore trouver des paillettes d’or dans le fleuve Erau du côté de Ganges.
Le symbole chimique de l’or est Au.

L’uòlh del Buòu

 

L’uòlh del Buòu

Lo monde de Mèsa son pas potonejaires. Son pas mai per èstre  de longa a sarrar la man. Mas coma cada règla a sas excepcions, n’i avià  un qu’avià près l’abitud de lo far… lèu lèu son escais foguèt « tocamaneta ».  Coma los Mesòis son pas des sauvatges, se plegan ara de bon biais a aquèla costuma dels Mesòis novèls que començon per èstre nombroses aicí. De lor costat  aqueles son totjorn lèstes a s’apropriar las nòstras e  n’i an qualqu’uns que fan l’esfòrç d’aprener la lenga d’òc dins l’encastre del cercle occitan e jos la direccion de  Jaumet Milhau. Aquò fa partida d’una volontat d’integracion.

Mas perde-que potonejar e sarrar la man es pas una costuma nòstra ? Cal soscar a aquò. E si èra una reminiscéncia dels temps maudits de la pèsta

L’ OEIL DU BŒUF

Les gens de Mèze ne sont pas « potonejaires »*. Ils ne sont pas non plus tout le temps en train de serrer la main. Mais comme toute règle a ses exceptions, il y avait ici une personne qui avait pris l’habitude de le faire…très vite son surnom fut « Tocamaneta ».**

Comme les mèzois ne sont pas des sauvages, ils se plient de bonne grâce à cette coutume des nouveaux mézois, qui commencent par être nombreux ici. De leur côté, ceux-ci sont toujours prêts à s’approprier les nôtres, et il y en a quelques uns qui font l’effort d’apprendre la langue d’Oc dans le cadre du Cercle occitan de Mèze et sous la direction de Jacky MILHAU. Ceci fait partie d’une volonté d’intégration.

Mais pourquoi « poutounéger » et serrer la main n’est pas une de nos coutumes ? Il faut réfléchir à cela. Et si c’était une réminiscence des temps maudits de la peste ?

* Potonejaire : intraduisible, mais vient de poton : baiser qui se fait avec les « pòts » : lèvres.

** Tocamaneta : littéralement, qui touche la main, c’est-à-dire qui serre la main.

 


L’UÒLH  DEL  BUÒU

En 2015, vaquí qu

e tornèt naisser una tradicion bèla. A la prima, lo mond de MÈSA es convidat a seguir fedas e motons d’un pastre : aquèl qu’òbtenguèt la permission de far pasturar son tropèl dins las garrigas del ròdol de Mèsa. Demai, aquò permèt de contribuïr al desboscalhament de las tèrras comunales e de se prevesir dels risques d’incendis.
Los valents caminaires partisson de VILLAMANDA, per arrivar a MÈSA, pecaire, en suson, assedats, et crebats per los qu’an pas fòrça l’abitud de caminar aital. Mas, pòdon totjorn esperar qu’aquèla sana fatiga los va ajudar a trapar lo sòm. Sinon que, pòdon totjorn comptar los motons…1, 2, 3…

A leu.

LO CERCLE OCCITAN DE MÈSA


L’ŒIL  DU  BŒUF

En 2015, voici qu’ une belle tradition est réapparue. Au printemps, les habitants de MEZE sont invités à suivre brebis et moutons d’un berger : celui qui a obtenu la permission de faire pâturer son troupeau dans les garrigues des environs de Mèze. En plus, cela contribue à débroussailler et à se prémunir des risques d’incendie.
Les vaillants marcheurs partent de VILLEVEYRAC pour arriver à MEZE, peuchère, en sueur, assoiffés, et crevés pour ceux qui n’ont pas beaucoup l’habitude de marcher ainsi. Mais ils peuvent toujours espérer que cette saine fatigue va les aider à trouver le sommeil. Sinon, ils peuvent toujours compter les moutons…1, 2, 3…

A bientôt.

LE CERCLE OCCITAN DE MEZE