COPA DEL MONDE DE FOTBÒL

15 de JULHET 2018, finale FRANCE-CROATIE

E un, e dos, e tres, e quatre !

L’avèm fach. Enfin…l’an fach ! 20 après,  los Blaus renovelan l’espleit en enlevant lo trofèu. Son pas anats despenjar la luna, mas son revenguts a l’ostal amb una estela bèla, una segonda estela en aur.

A la manòbra, lo valerós capitani de la còla de 1998, Didier DESCHAMPS. Lo primier còp coma jogaire, e uòi coma entraïnaire d’una còla d’una joinessa susprenenta. D.D. a ganhat son escomesa. A menat sos pichòts a la victòria, fàcia a una còla croate qu’es luènh d’aver desmeritat, e qu’a defendut bècs e onglas son païs de solament 4 millions d’abitants. Òsca a totes.

A l’anoncia de la resulta, totes los mediàs se fan lo resson de l’eveniment, los Champs-Elysées s’emplisson coma per magia e lo païs entièr es detràs nòstres jogaires per los felicitar e los festejar coma se deu. Un grand moment de comunion unís tot lo païs, lo païs dins sa diversitat actuala, e qu’aqueste equip n’es lo rebat.

Vilas e vilatges son a l’unisson, trèva de querelas de cloquièrs o autres. L’ora es a la fèsta. Dins Mèsa, lo Buòu, mai cocardièr que jamai e que se deviá téner en emboscada, es estat lèu sortit de son estable, tot tremolant de jòia. La depanaira del mecanò es tansformada en autobus a imperiala, coma lo de los jogaires, pas qu’aquò ! A son bòrd, un fum de joines, brandissant amb de cridas de victòria, los drapèls francèses. Cal reconéisser qu’ avèm pas lo trionf modeste…Las automobilas surgisson de pertot a grand còps de tut-tut. Tot lo mond sabora aquel moment de fiertat nacionala, entonant, aici e alai nòstra Marselhèsa, nòstre imne nacional. Uòi, que podèm dessirar de mai, sinon que aquèl rebombiguesse totjorn per d’eveniments d’aquèla trempa.


COUPE  DU  MONDE  DE  FOOT  BALL

15 JUILLET 2018, finale FRANCE-CROATIE

Et un, et deux, et trois, et quatre !

Nous l’avons fait. Enfin…ils l’ont fait ! 20 ans après, les Bleus renouvellent leur exploit, en enlevant le trophée. Ils ne sont pas allés chercher la lune, mais ils sont revenus à la maison avec une belle étoile, une deuxième étoile en or.

A la manœuvre, le valeureux capitaine de l’équipe de 1998, Didier DESCHAMPS. La première fois en tant que joueur, et aujourd’hui en tant qu’entraîneur d’une équipe d’une jeunesse surprenante. D.D. a gagné son pari. Il a mené ses petits à la victoire, face à une équipe croate qui est loin d’avoir démérité, et qui a défendu becs et ongles son pays de seulement 4 millions d’habitants. Bravo à tous.

A l’annonce du résultat, tous les médias se font l’écho de l’événement, les Champs-Elysées se remplissent comme par magie, et tout le pays est derrière nos joueurs pour les féliciter leur faire la fête comme il se doit. Un grand moment de communion unit le pays, le pays dans sa diversité actuelle, et dont cette équipe est le reflet.

Villes et villages sont à l’unisson, trêve de querelles de clochers ou autres. L’heure est à la fête. Dans Mèze, le Bœuf, plus cocardier que jamais et qui devait être en embuscade, est vite sorti de son étable, tout tremblant de joie. La dépanneuse du mécano est transformée en autobus à impériale, comme celui des joueurs, rien que ça ! A son bord, un grand nombre de jeunes, brandissant avec des cris de victoire, les drapeaux français. Il faut reconnaître que nous n’avons pas le triomphe modeste…Les voitures surgissent de partout, à grands coups de tut-tut. Tout le monde savoure ce moment de fierté nationale, entonnant, ici et là notre Marseillaise, notre hymne national. Aujourd’hui, que pouvons-nous souhaiter de plus, sinon que celui-ci retentisse toujours pour des événements de cette trempe.

LOS  » MIGRANTS »

Lo Cercle occitan de Mèsa a pas per abituda de se mainar de questions politicas, sindicalas o de religions. Mas la question de los « migrants » d’uòi, aquò releva de l’umanitat.

Coma demorar indiferents davant los dramas d’ara que se debanan jos nòstres uèlhs dins una mar cara a nòstre còr, la mar Mediterranèa. D’unes d’aquèles emigrants, vòlon daissar tras eles lor païs en guèrra dempuèi d’annadas ; un païs en guèrra, cadun sap çò que vòl dire, encara mai en aquesta annada del centenari de la fin de la granda guèrra de 1914/1918. D’autres vòlon se sauvar de la misèria, del problema immens del manca d’aiga, es a dire de las culturas noiricièras, donc de la fam, e partisson segurament la mòrt dins l’amna.

Los emigrants pòdon pas pus ignorar los risques que prenon en s’embarcant dins de batèls amb tota lor familha, de còps, en pagant pro car los servicis de passaires que s’enriquisson sus lor desespèr. Per fugir dins las condicions actualas, cal èstre plan malerós !

Aquela situacion es pas digne de nòstre epoca qu’òm crei civilisada. Cada païs passa lo « bebé », coma se ditz en bon francès, al païs vesin. Encara qu’aquò concernís solament los que son arribats a bon pòrt se l’òm pòt dire, que mentretant  n’i a qu’an perit en mar, e coma acceptar que la mar nòstra, Mare Nòstrum, la tan bèla Méditerranèa devenguèsse un vertadièr cementèri, un vertadièr cementèri ! Cal mesurar lo pes dels mots.

Alara, cal dire que se lo problèma èra simple, auriá trapat una solucion, cal l’esperar. E un còp qu’avèm dit e repetit « il n’y a qu’à et faut qu’on » los ajudar dins lor pròpri païs, vesèm que lo problèma demora entièr. Que fariam se èrem a la plaça de los emigrants actuals e que voldriam esperar dins las meteissas condicions ? En attendent una solucion miraclosa, al mens qu’òm vos tende la man per vos aculhir après aver tant galerat per capitar son viatje. Aquò seriá un primièr procediment positiu.

Pel moment, e sobretot en aquèl periòde de canicula, nosautres, quand sèm sus un trepador al solhèl, traversam la carrièra per cercar l’ombre de l’autre costat, non ? Aquel qu’a comprès aquò a tot comprès a la question recurenta de l’immigracion.

A lèu.

LO CERCLE OCCITAN DE MÈSA
9 de JULHET DE 2018.

P.S. Darrièra minuta : Lo Conselh Constitucional ven de decidir qu’aquel qu’ajudariá un emigrant sus nòstra territòri seriá pas pus passible de punicion. Per tant, pauc a cha pauc las causas avançan…


LES MIGRANTS

Le Cercle Occitan de Mèze n’a pas pour habitude de se mêler de questions politiques, syndicales ou de religions. Mais la question des migrants d’aujourd’hui, cela relève de l’humanité.

Comment rester indifférents devant les drames qui se déroulent sous nos yeux dans une mer qui est chère à notre cœur, la mer Méditerranée. Certains de ces migrants veulent laisser derrière eux leur pays en guerre depuis des années ; un pays en guerre, comme chacun sait ce que cela  veut dire, encore plus en cette année du centenaire de la fin de la grande guerre de 1914/1918. D’autres veulent se sauver de la misère, de l’immense problème du manque d’eau, c’est-à-dire des cultures nourricières, donc de la faim, et partent sûrement la mort dans l’âme.

Les migrants ne peuvent plus ignorer les risques qu’ils prennent en s’embarquant dans des bateaux avec toute leur famille parfois, en payant bien cher des passeurs qui s’enrichissent sur leur désespoir. Pour fuir dans des conditions pareilles, il faut être bien malheureux !

Cette situation n’est pas digne de notre époque que l’on croit civilisée. Chaque pays passe le bébé, comme on dit en bon français, au pays voisin. Encore que cela ne concerne que ceux qui sont arrivés à « bon » port, si l’on peut dire, car entre temps il y en a qui ont péri en mer, et comment accepter que notre mer, Mare Nostrum, la Méditerranée, si belle, devienne un véritable cimetière. Un véritable cimetière ! Il faut mesurer le poids des mots.

Alors, il faut dire que si le problème était simple, il aurait trouvé une solution, il faut l’espérer. Et une fois que l’on a dit « y a qu’à et il faut qu’on », nous voyons que ce problème reste entier. Que ferions-nous si nous étions à la place des migrants actuels et que souhaiterions-nous dans les mêmes conditions ? En attendant une solution miraculeuse, au moins qu’on vous tende la main pour vous accueillir après avoir tant galéré pour réussir votre voyage. Cela serait une première démarche positive.

Pour le moment, et surtout en cette période de canicule, lorsque nous sommes sur un trottoir au soleil, nous traversons la rue pour chercher l’ombre de l’autre côté, non ? celui qui a compris ça a tout compris à la question récurrente de l’immigration.

A bientôt.

LE CERCLE OCCITAN DE MEZE.
9 JUILLET 2018.

P.S. Dernière minute : le Conseil Constitutionnel vient de décider que celui qui aiderait un migrant sur notre territoire ne serait plus passible de punition. Quand même,  peu à peu les choses avancent…

INAUGURACION DEL PLAN DE LA COMUNA VIÈLHA

Fa qualques annadas, de membres del Cercle Occitan de Mèsa, amb Francis ASENCIO, professor d’occitan al collègi de Mèsa que lor bailava des corses, decidèron de trabalhar sus la traducion de noms de las carrièras de nòstre vilatge. Pr’aquò, lo servici de las arquivas de la comuna nos dobriguèt de bon grat sas portas. Aquèl trabalh foguèt supervisat per Jaumet MILHAU, président del Cercle Occitan pendent 20 ans. Lo Conse màger de Mèsa, Monsur FRICOU e son conselh municipal, bailèron  lor accòrdi per crompar las placas reviradas en lenga d’Òc. Los mercejan totes.

La primièra inauguracion foguèt la d’un panèl del nom de la comuna, panèl implantat a la sortida de la viradoira de l’entrada del vilatge de la rota de Bezièrs.

Dempuèi, lo Cercle Occitan a prepausat a la comuna d’implantar cada annada una placa novèla, çò que foguèt acceptat. Aquesta an es la « place de l’ancienne mairie » que foguèt batejada « plan de la comuna vièlha ». Aquela polida placeta se sonava comunement tanben « plan de Bolièch ». Aquò es pas estonant quand òm sap que entre 1828 e 1874, François, Hypolitte, Constantin e Antonin BOULIÈCH foguèron conses màgers de la comuna de Mèsa. Òm pòt saludar aquela familha per aver bailat quatre de sos enfants a la vida de Mèsa !

Doncas, lo 4 de junh 2018, lo Conse màger monsur FRICOU amb de membres de son conselh e los del cercle occitan dins son entièr, se retrobèron sus la placeta a l’onor aquel jorn. Lo Conse i anèt de son petit discors mancant pas de solinhar lo trabalh fach per lo cercle occitan per manténer e desvolopar la lenga de nòstres grands, la lenga qu’aportèt sa contribucion sovent imajada a la lenga francèsa ; puèi un enfant dins sos brasses, desvelèt amb solemnitat lo drapèl que cobrissià la placa nòva, ara  dicha plan de la comuna vièlha. Naturalament, l’assistança entonèt fin finala lo Se Canta, conegut de totes e qualques fotòs clavèron l’evenivement per la posteritat. Un moment plan agradiu.

A l’an que ven per un novèl baptisme, que las placas de las carrièras son la veirina de la lenga nòstra. Ofrent al passant un modèste agach sur çò que se fa localament dins l’encastre de nòstre cercle per lo manten d’aquel vertadièr patrimòni, sens doblidar tanben l’ensenhament de la lenga a l’escòla de la Calandreta e dins lo collègi. Mercé a Monsur Asencio que li ensenha dempuèi fòrças annadas.


INAUGURATION   DE  LA  PLAQUE  DE L’ANCIENNE  MAIRIE

Il y a de cela quelques années, des membres du Cercle Occitan de Mèze, avec Francis ASENCIO, professeur d’occitan au collège de Mèze, qui leur donnait des cours, décidèrent de travailler sur la traduction de noms des rues de notre village. Pour cela, le service des archives de la mairie nous ouvrit volontiers ses portes. Ce travail fut supervisé par Jacky MILHAU, président du Cercle occitan pendant 20 ans. Le maire de Mèze, Monsieur FRICOU et son conseil municipal donnèrent leur accord pour l’achat des plaques traduites en occitan. Nous les remercions tous.

La première inauguration fut celle d’un panneau du nom du village, panneau implanté à la sortie du rond-point de l’entrée du village, route de Béziers.

Depuis, le Cercle occitan a proposé à la mairie d’implanter chaque année une nouvelle plaque, ce qui fut accepté. Cette année, c’est la « place de l’ancienne mairie » qui fut baptisée « plan de la comuna vièlha ». Cette jolie placette s’appelait aussi « plan de Bouliech ». Ceci n’est pas étonnant quand on sait qu’entre 1828 et 1874,  François, Hipolitte, Constantin et Antonin BOULIECH furent maires de la ville de Mèze. On peut saluer cette famille qui a donné quatre de ses enfants à la vie de Mèze !

Donc, le 4 juin, le maire, Monsieur  FRICOU avec des membres de son conseil et ceux du Cercle occitan dans son entier, se retrouvèrent sur la place à l’honneur ce jour-là.  Le maire y est allé de son petit discours, ne manquant pas de souligner le travail fait par notre cercle pour maintenir et développer la langue de nos aïeux, la langue qui a apporté sa contribution souvent imagée à la langue française; puis une fillette dans les bras, il dévoila avec solennité le drapeau qui recouvrait la nouvelle plaque, maintenant dite « plan de la comuna vièlha ». Naturellement, l’assistance entonna au final le Se Canto connu de tous, et quelques photos figèrent l’événement pour la postérité. Un moment bien agréable.

A l’année prochaine pour un nouveau baptême, car les plaques des noms des rues sont la vitrine de notre langue. Elles offrent au passant un modeste regard sur ce qui se fait localement dans le cadre de notre cercle, sans oublier de même l’enseignement de la langue à l’école de la Calandreta, et au collège. Merci à Monsieur ASENCIO  qui l’y  enseigne depuis de nombreuses années.

Complement d’informacion a prepaus de l’article sus las cagadas de chins

Sèm pas jamai tròp curioses. Ara abans de dire quicòm, cal anar barrutlar sus l’Internet. Se lo Cercle Occitan l’aviá fach, auriá pas enfonzat una pòrta dobèrta. Vaquí que las borrassas per chin existisson ja. Òm pòt ne trobar dins las animalarièrs o sus diverses sitis Internet. Aquò còsta dins los 10 euròs las 12. Nòstre vilatge val plan aquel esfòrç per demorar propi, e seriá fièr de faire escòla en la matièra.

Fòrça es de reconéisser que las borrassas per chins fan pas l’object d’una granda reclama a la television e la ràdio, e dins la carrièra de nòstre vilatge, avèm pel moment pas vist de chins que ne sián munits, que seriá pas besonh d’èstre l’Uòlh del Buòu per se n’apercebre. Anèm, es pas defendut d’espérar.


Complément d’information à propos de l’article sur les cacas de chiens

On n’est jamais trop curieux. Maintenant, avant de dire quelque chose, il faut aller se promener sur Internet. Si le cercle Occitan l’avait fait, il n’aurait pas enfoncé une porte ouverte. Voilà que les couches pour chiens existent déjà. On peut en trouver dans les animaleries ou sur divers sites Internet. Cela coûte dans les 10 euros les 12. Notre village vaut bien cet effort pour rester propre, et il serait fier de faire école en la matière.

Force est de reconnaître que les couches pour chiens ne font pas l’objet d’une grande publicité à la télévision et à la radio, et dans les rues de notre village, nous n’avons pour le moment pas vu de chiens qui en soient munis, car il ne serait pas nécessaire d’être l’Oeil du Bœuf pour s’en apercevoir. Allons, il n’est pas défendu d’espérer.

LOS SANTS DE GLAÇA


Aqueste còp i e sèm ? Arriba la calor ? Uòi primièr de Junh, lo solelh sembla partit per durar tota la jornada. Seriá pas tròp leu ! N’avèm un confle d’aquela umiditat e d’aquel cèl cobert. Se es vrai que cada annada se cal armar de paciéncia per esperar que los Cavalièrs, los sants de glaça e las santas Marias sián passats per plan profiechar del bel temps, aqueste an son estats negats dins una meteò encara mai marrida. Nòstres ancians cresián en aqueles tres fenomèns, e tanplan avián rason.

Per aqueste an, avèm causit de vos parlar dels sants de glaça : sant Mamert, sant Pancrace e sant Servais (de pas confondre amb Gervais, Miko e Igloo).

Dins lo calendièr, figuravan los 11, 12 e 13 de Mai, e a quicòm pròche, per las perturbacions meteorologicas, es aquò. I a pas d’explicacion scientifica, mas lo fenomèn es plan real. Es estat obserbat tre l’Atge Mejan per los ortalièrs que las associavan a la luna rossa.

Direm per faire coneissença amb aqueles sants pas tròp catolics envèrs la meteò, que sant Mamert foguèt l’arquevesque de Vienne ; sant Pancrace, nebot de sant Danís martiri, es estat descapitat en 304 a l’atge de 14 ans, pecaïre !, e sant Servais foguèt evesque de Tongres, en Belgica. Es estat celebre per sa batesta envèrs la puretat de la fe. Moriguèt a Maastrich a 84 ans, en 384. Aquela vila i consagra encara uòi de celebracions.

La bona novèla, es que en principe, la fin dels sants de glaça marca la fin de las geladas… en principi, que i a un autre sant que fòrça mond creson, es lo sant Tomas, aquel que crei que çò que vei…


LES  SAINTS  DE  GLACE

Cette fois-ci on y est ? la chaleur arrive ? Aujourd’hui 1er juin, le soleil semble parti pour durer toute la journée. Ce ne serait pas trop tôt ! Nous en avons assez de cette humidité et de ce ciel couvert. S’il est exact qu’il faille chaque année s’armer de patience pour attendre que les Cavaliers, les saints de glace et les saintes Maries soient passés pour bien profiter du beau temps, cette année ils ont été noyés dans une météo encore plus mauvaise. Nos anciens croyaient en ces trois phénomènes, et peut-être avaient-ils raison.

Pour cette année, nous avons choisi de vous parler des saints de glace : saint Mamert, saint Pancrace et saint Servais (à ne pas confondre avec Gervais, Miko et Igloo).

Dans le calendrier, ils figuraient les 11, 12 et 13 Mai et à quelque chose près, pour les perturbations météorologiques, c’est cela. Il n’y a pas d’explication scientifique, mais le phénomène est bien réel. Il a été observé dès le Moyen-âge par les jardiniers qui les associaient à la lune rousse.

Nous dirons, pour faire connaissance avec ces saints pas trop catholiques envers la météo, que saint Mamert fut l’archevêque de Vienne ; saint Pancrace, neveu de saint Denis, martyre, a été décapité en 304 à l’âge de 14 ans, le pauvre ! et saint Servais fut évêque de Tongres, en Belgique. Il fut célèbre pour sa bataille en faveur de la pureté de la foi. Il mourut à Maastrich à 84 ans, en 384. Cette ville y consacre encore aujourd’hui des célébrations.

La bonne nouvelle est qu’en principe, la fin des saints de glace marque la fin des gelées…en principe, car il y a un autre saint auquel beaucoup de gens croient, c’est Thomas, celui qui ne croit que ce qu’il voit…

SETMANA DE LA CULMTURA OCCITANA

Del 29 de mai al 9 de junh 2018, lo Cercle Occitan, amb lo sosten del CIRDOC*, presentarà d’animacions diversas, que se debanaràn a la bibliotèca e al cinèma de Mèsa, lo Taurus. Aquò se fa dins l’encastre dels 22 èns Rescontres de la Cançon occitana del 3 de junh.

Programa : TOT A GRATIS.

Del dimars 29 de mai al dissatbe 9 de junh, exposicion a la bibliotèca de Mèsa sus la riquesa del patrimoni occitan.

Dimars 2 de mai : presentacion de l’exposicion e envernissatge amb lo concors d’Albert ARNAUD e Jacky MILHAU, a la bibliotèca.

Dimècre 30 de mai :

– a 15 ora a la bibliotèca : lectura bilenga, presentacion de libres per la joinessa, e talhièr per enfants de 6 a 10 ans. Per reservar, picar : bibliothèque@ville-meze.fr

– a 18 oras conferéncia-debat a la bibliotèca “Los trobadors passaires de modernitat”. Lor parcors entre los segle XII e XIII será contat per la profesora d’occitan, Miquèla STENTA.

Dijoùs 31 de mai, a 18 oras al cinèma Lo TAURUS, cine-debat « Lo cant de la calandra o l’eiretatge dels Trobadors », documentari de Patrick CAZALS e escambis amb Miquèla STENTA.

Dissabte2 de junh a 18 ora : plaça de l’anciana comuna, inauguracion d’una placa en lenga occitana « Plan de la comuna vièlha ».

Dimenge 2 de junh : a 14 H 30 al fogal municipal, 22 èms Rescontres de la cançon occitana, amb de grops de cantaires venguts de la region tota.

Vos esperam nombroses . E de pas doblidar : per saupre ont anèm, es melhor de saupre d’ont venèm.

Un grand mercé a la comuna de Mèsa, al personal de la bibliotèca,  al CIRDOC e a totes los que se son investits per la capitada d’aquèla setmana occitana.


SEMAINE DE LA CULTURE OCCITANE

Du 29 mai au 9 juin 2018, le Cercle Occitan, avec le soutien du CIRDOC* présentera diverses animations qui se dérouleront à la bibliothèque et au cinéma de Mèze, le Taurus. Cela se fait dans le cadre des 22ème Rencontres de la Chanson Occitane du 3 juin.

Programme : ENTIÈREMENT GRATUIT.

Du mardi 29 mai au samedi 9 juin, exposition à la bibliothèque sur la richesse du patrimoine occitan.

Mardi 29 mai : à la bibliothèque, présentation de l’exposition et vernissage avec le concours d’Albert ARNAUD et de Jacky MILHAUD.

Mercredi 30 mai :

– à 15 heures à la bibliothèque : lecture bilingue, présentation de livres pour la jeunesse, et atelier pour les enfants de 6 à 10 ans. Pour réserver, taper : bibliothèque@ville-meze.fr

– à 18 heures : conférence-débat à la bibliothèque : « les troubadours passeurs de modernité ». Leur parcours entre le XIIème et le XIIIème siècle sera conté par la professeure de français Miquèla STENTA.

Jeudi 31 mai : à 18 heures au cinéma le Taurus, ciné-débat « le chant de l’alouette ou l’héritage des Troubadours », documentaire de Patrick CAZALS et échanges avec Miquèla STENTA.

Samedi 2 juin  à 18 heures, place de l’ancienne mairie, inauguration d’une plaque en langue occitane : « Plan de la comuna vièlha ».

Dimanche 3 juin à 14 H 30 au foyer municipal : 22èmes Rencontres de la Chanson Occitane », avec des groupes de chanteurs venus de toute la région.

Nous vous attendons nombreux et ne pas oublier : pour savoir où l’on va c’est mieux de savoir d’où l’on vient.

Un grand merci à la mairie de Mèze et au personnel de la bibliothèque, au CIRDOC, et à tous ceux et celles qui se sont investis pour la réussite de cette semaine occitane.

            *CIRDOC : Centre Inter régional de Développement de l’Occitan.


>>article : 22e édition des rencontres de la chanson occitane 


L’AVENTURA DEL NAVIGATOR SEBASTIEN ROUBINET

En 2006, podrièm veire dins lo pòrt de Mèsa e sus nòstre estanh de Taur una embarcacion tant bisaròta que se sonava « Babouche », aquò en rason de sa forma de grola.

Intrigat, lo Cercle Occitan aviá menat son enquesta per coneisser la vocacion d’aquel equipatge e n’aviá contat l’aventura dins son jornalet « Lo Buòu vos a a l’uòlh ». Lo mèstre d’équipatge, lo joine Sébastien ROUBINET, originari d’un vilatge del Gard, èra ja un navigator aguerrit. En particulièr aviá fach equipatge amb Jean-louis Etienne. Vaquí que s’èra mes en testa de traversar lo passatge del nòrd-est que religa l’ocean Pacific e l’ocean Atlantic. Aquò a la vela. Jès de motor dins son batèl que a concebut tot solet, e qu’a equipat d’esquís per poder lo rabalar ataben sus la glaça.

Avem seguit sos esplechs en 2007, e en 2015 amb « Babouchka ». L’afar èra pas simple e la rota plèna de trapadèlas, sens comptar amb la presença dels orses, que vists de près coma les a vist el, an rès dels « nonorses » de nòstra enfança !!!

La tòca de las doas expedicions era tanben de far de verificacions de l’estat de la glaça e de sa fonta un pauc tròp rapida.

 Caput, Sébastien ROUBINET a decidit de renovelar l’experiènça amb dos òmes tant conflats que el. Lo batèl qu’a mai concebut se sona « Babouchski ». Aquò vol tot dire. Lo navigator a passat una annada e mièja dins lo Grand Nòrd per preparar aquèla aventura nòva, per un départ prévist lo 15 de junh e per quatre meses. A après tanben a caçar lo buòu marin (urosament per nosaustres, es pas lo Buòu de Mèsa !), per podre noirir los très òmes, si de còps passada aquèla atenda, los vivres vendrian a mancar.

L’expedicion, en demai del passatge delicat del Nòrd-Est, se va cargar d’amassar d’escandilhs de glaça per ne mesurar la qualitat e sobretot per saupre ont ne sèms de la polucion galaupanta.

Aqueste còp, a causa de la fonta de la glaça, lo Sébastien a « bon » esper de blocar sa corsa dins los temps prevists, mas manca pas d’ajustar que se aquò es bon per el e  sa còla, aquò es michant per la planeta. Cal saupre que quand la glaça aurá fondut a massa, lo passatge será pron large, e de grands batèls mancaran pas de l’empruntar per ganhar fòrça temps e poluïr de mai en mai.

Mèfi ! La vigilancia es de mesa e Sebastien Roubinet e sos amics fan partida de totes los esperits esparpelats qu’an pres avant los autres consciènça de la menaça grandissanta.

Pr’aquò meritan d’estre coneguts, reconeguts e sostenguts.

Rendetz-vos es pres en cotobre per la seguida de l’istòria. E bon vent !

L’ AVENTURE  DU  NAVIGATEUR  SEBASTEIN  ROUBINET

En 2006, nous pouvions voir dans le port de Mèze et sur notre étang de Thau une embarcation si bizarre qu’elle s’appelait Babouche, ceci en raison de sa forme de savate.

Intrigué, le Cercle Occitan avait mené son enquête pour connaître la vocation de cet équipage et il en avait conté l’aventure dans on petit journal « Le Bœuf vous a à l’oeil ». Le maître d’équipage, le jeune Sébastien ROUBINET, originaire d’un village du Gard, était déjà un navigateur aguerri. En particulier, il avait fait équipage avec Jean-Louis Etienne. Voilà qu’il s’était mis en tête de traverser le passage du Nord – Est qui relie l’océan Pacifique et l’océan Atlantique. Cela à la voile. Pas de moteur dans son bateau, qu’il a conçu tout seul, et qu’il a équipé de skis pour pouvoir le traîner sur la glace.

Nous avons suivi ses exploits en 2007 et 2015 avec Babouchka. L’affaire n’était pas simple et la route pleine d’embûches, sans compter avec la présence des ours, qui vus de près comme il les a vus lui-même, n’ont rien des nounours de notre enfance !!!

Le but des deux expéditions était aussi d’effectuer des vérifications de l’état de la glace et de sa fonte un peu trop rapide.

Têtu, Sébastien Roubinet a décidé de renouveler l’expérience avec deux hommes aussi déterminés que lui. Le bateau qu’il a de nouveau conçu se nomme Babouchski. Ceci veut tout dire. Le navigateur a passé un an et demi dans le Grand Nord pour préparer cette nouvelle aventure, pour un départ prévu le 15 juin et pour quatre mois. Il a aussi appris à chasser le phoque, ou boeuf marin (heureusement pour nous, il ne s’agit pas du Bœuf de Mèze !), pour pouvoir nourrir les trois hommes, si d’aventure passé ce délai, les vivres venaient à manquer.

L’expédition, outre le passage délicat du Nord – Est, va se charger de rassembler des échantillons de glace pour en mesurer la qualité et surtout pour savoir où nous en sommes de la pollution galopante.

Cette fois-ci, Sébastien a « bon » espoir de boucler sa course dans les temps prévus, mais il ne manque pas d’ajouter que si ceci est bon pour lui et sa bande, ceci est mauvais pour la planète. Il faut savoir que lorsque la glace aura fondu en grande quantité, le passage sera bien large et de grands bateaux ne manqueront pas de l’emprunter pour gagner beaucoup de temps, et polluer de plus en plus.

Attention ! la vigilance est de mise et Sébastien Roubinet et ses amis font partie de tous les esprits éveillés qui ont pris avant les autres conscience de la menace grandissante.

Pour cela, ils méritent d’être connus, reconnus et soutenus.

Rendez-vous est pris en octobre pour la suite de l’histoire. Et bon vent.

CAGADAS DE CHINS

Per faire resson a l’article que pareguèt dins lo darrièr jornalèt de la comuna de Mèsa a prepaus de las cagadas de chins, article plan virat e plen d’umor, lo Cercle Occitan i vòl apondre son gran de sal.

Es verai que seriá temps de s’afranquir de metòdes dignes de l’atge mejan, d’un temps ont lo mond escampavan las escobilhas per la fenestra. Los pedons se dèvon encara de caminar tèsta baissada per evitar las cagadas alara que la levant, podrián profiechar del espectacle polit dels balcons florits.

Tanplan que podriá existir una solucion per totes los mèstres, de mai en mai nombroses, que se son fach empeutar un totó al bot d’una man. La solucion que vos propausam seriá sobretot interessanta per los qu’an engolit una balaja e que se pòdon pas pus baissar per reculhir la cròtas bèlas : metre coma als nenons una borrassa, qu’un còp lo besonh natural del chin satisfach, s’escampariá… dins la pobèla, sioplèt.

Aquò fariá los afars de qualque industrial ingeniós, de los apotecaris que vendrián aquelas borrassas, las carrièras serián enfin propretas, e tot lo mond serián contents.

*cacàs, cagadas, cagals s’ausisson a Mèsa, cacais benlèu endacòm mai

CACAS DE CHIENS

Pour faire écho à l’article paru dans le dernier journal de la mairie de MEZE à propos des cacas de chiens, article bien tourné et plein d’humour, le Cercle Occitan veut y ajouter son grain de sel.

Il est vrai qu’il serait temps de s’affranchir de méthodes dignes du Moyen Age, d’un temps où les gens jetaient les ordures par la fenêtre.

Les piétons se doivent encore de marcher tête baissée pour éviter les cacas, alors que levant la tête, ils pourraient profiter du spectacle des jolis balcons fleuris.

Peut-être existerait-il une solution pour tous les maîtres, de plus en plus nombreux, qui se sont fait greffer un toutou au bout d’une main. La solution serait surtout intéressante pour tous ceux qui ont avalé un balai et ne peuvent plus se baisser pour recueillir les belles crottes : mettre au chien une couche-culotte qui, une fois son besoin naturel satisfait, pourrait être jetée…dans la poubelle, SVP.

Ceci ferait les affaires de quelque industriel ingénieux, des pharmaciens qui pourraient vendre ces couches, les rues seraient proprettes, et tout le monde serait content.

Fricòt d’escobilhas

Vaquí un exemple de recepta de las que confecciona lo talhièr de cosina del Cercle occitan de Mèsa.

Per 6 personas :

Ingredients :

500 gramas de vedel o de piòta.

6 boletas de carn o 6 salsissas de Tolosa.

6 carròtas – 1 ceba – 1 branqueta d’api e son ramelet – bolets e cepas secs – campairòls de París – 6 a 10 patanas – una punhada d’olivas verdas descloscadas. Òli, sal, pebre.

Preparacion :

Faire trempar las campairòls secs dins d’aiga cauda. Cambiar l’aiga fins que siègue pas pus nègre. Esgotar.

Dins una coquèla far coire la salsissa. Reservar.

Faire dorar la carn. Puèi la ceba trissada. Plan remenar. Apondre carròtas e api copats en troces. Tornar remenar. Apondre los campairòls.

Quand tot es plan rossit, cobrir d’aiga un pauc caudeta. Salar e pebrar.

Daissar còire 15 minutas abans d’ajustar la patanas copadas en cubs,  las olivas e lo ramelet d’api. Contunhar la coisson un vintenat de minutas. Pausar las salsissas e daissar coire 5 minutas de mai. Es leste.

Los ingredients son a titre indicatiu : cal saupre qu’aqueste fricòt se fasiá amb de rèstas que « rabalavan » dins lo refrigèri, o que caldiá utilisar leu leu abans l’èra dels refrigèris. Se fasiá ataben amb las tombadas de volalha. Ara que sèm venguts de mond delicats, escampam tot aquò e metèm de polits mocins de carn. 

N.B. Aqueste plat sentís pas las escobilhas ! Sentís plan bon e es saborós.


Fricot d’ordures

Voici un exemple de recette de celles que confectionne le cercle Occitan de Mèze : le fricot d’ordures !

Pour 6 personnes :

Ingrédients :

500 grammes de veau ou de dinde

6 saucisses de Toulouse

1 oignon – 6 carottes – 1 branche de céleri et son bouquet –Mélange de bolets et cèpes secs – champignons de Paris – 6 à 10 pommes de terre – une poignée d’olives vertes dénoyautées – huile – sel et poivre.

Préparation :

Faire tremper les champignons secs dans de l’eau chaude. Changer l’eau jusqu’à ce qu’elle ne soit plus noire. Egoutter.

Dans une marmite, faire cuire la saucisse. Réserver.

Faire dorer la viande. Ajouter l’oignon coupé fin. Bien remuer. Ajouter les carottes et le céleri coupés en morceaux. Remuer de nouveau et ajouter tous les champignons.

Quand tout est bien roussi, couvrir d’eau un peu chaude. Saler et poivrer.

Laisser cuire 15 minutes.

Ajouter les pommes de terre coupées en cubes, remuer encore et ajouter les olives et le bouquet de céleri. Laisser cuire une vingtaine de minutes. Poser les saucisses et laisser cuire encore 5 minutes. C’est prêt.

Les ingrédients sont à titre indicatif : il faut savoir que ce fricot se faisait avec des restes qui « traînaient » dans le réfrigérateur ou, avant l’ère des réfrigérateurs,  qu’il fallait utiliser rapidement. Il se faisait aussi avec les abats de volaille. Maintenant que nous sommes devenus des gens délicats, nous jetons tout ça et nous mettons de jolis morceaux de viande. 

N.B. Ce fricot ne sent pas les ordures, il sent bien bon et il est savoureux.


 

Plaser de legir

Que de melhor per s’escapar d’un mond pas totjorn remirable que de legir ?

Legir ! un biais de descobrir d’autres orisonts, de s’informar, de satisfar sa curiositat. Los libres tocan totes los domenis de la vida e de la coneissença : de l’istòria a la sciençia, passant per las religions, los pòbles, las medicinas, las plantas, e tant e tant d’autras causas, de son país o del mond entièr ; sens doblidar la poesia e los romans. La lectura d’un roman permèt, s’alunhant de sos propris laguis, de faire còrs amb l’escrivan, d’intrar dins sa tèsta, gardant pasmens tota sa plaça a l’imaginacion del lector. Los eròis prenent la mina, los traches del visatge e amai la votz, inventats, s’impausant tot sols a el, e que van demorar dins l’estat fins a la fin de la lectura del libre. Es unenc e es magic.

Cal pensar als escrivans que se donan tant de mal per concebre un obratge : recèrcas, mai o mens longas e complicadas, verificacions… quitament abans  de començar lo trabalh d’escritura. Tot aquò sens saupre se lo libre traparà son public, serà reconegut amb emfasi o denigrat per la premsa e los mediàs. Que son trabalh siá una capitada o non, l’escrivan merita lo respècte per totes los moments de solituda que pòt viure. De tot biais, contribuís mai que degun a trasmetre lo saber. Coma o ditz lo provèrbi, las paraulas s’envolan e los escriches demòran.

Es pas per asard que l’aprentissatge de la lectura ten una plaça capitala a l’escòla. Que de mai esmovent per los parents qu’escotar amb fiertat son enfant de 6 ans, que s’aplica a deschifrar amb esitacion los mots que van li dobrir las pòrtas d’un monde novèl per el ? E per li donar lo gost de la lectura, cossí far a l’ostal ? Una suggestion : pendent lo moment d’intimitat que lo paire o la maire parteja amb son enfant, li legissent un conte o una istorieta abans que s’endormisse, òm pòt s’arrestar just abans lo desnosador, prepausant a l’enfant, ara qu’a apres a legir, de contunhar tot solet l’endeman matin per exemple per  connéisser la fin de l’istòria sens aveire a esperar lo ser.

Picar la curiositat a pas jamai fach de mal a degun. Al contrari, aquò fa avançar a grandes passes dins la vida

A lèu.


Plaisir de lire

Quoi de mieux pour s’échapper d’un monde pas toujours admirable que de lire ?

Lire ! une manière de découvrir d’autres horizons, de s’informer, de satisfaire sa curiosité. Les livres touchent tous les domaines de la vie et de la connaissance ; de l’histoire à la science, en passant par les religions, les peuples, les médecines, les plantes, et tant et tant d’autres choses, de son pays ou du monde entier ; sans oublier la poésie et les romans. La lecture d’un roman permet, en s’éloignant de ses propres soucis, de faire corps avec l’écrivain, d’entrer dans sa tête, en gardant pourtant toute sa place à l’imagination du lecteur. Les héros prennent l’allure, les traits du visage et même la voix, inventés, s’imposant tout seuls à lui, et qui vont rester en l’état jusqu’à la fin de la lecture du livre. C’est unique et c’est magique.

Il faut penser aux écrivains qui se donnent tant de mal pour concevoir un ouvrage : recherches, plus ou mois longues ou compliquées, vérifications…avant même de commencer le travail d’écriture. Tout cela sans savoir si le livre trouvera son public, s’il sera reconnu avec emphase ou dénigré par la presse et les médias. Que son travail soit une réussite ou non, l’écrivain mérite le respect pour les moments de solitude qu’il peut vivre. De toutes façons, il contribue mieux que personnes à transmettre le savoir. Comme le dit le proverbe, les paroles s’envolent et les écrits restent.

Ce n’est pas dû au hasard si l’apprentissage de la lecture tient une place capitale à l’école. Quoi de plus émouvant pour des parents, qu’écouter avec fierté  son enfant de 6 ans qui s’applique à déchiffrer avec hésitation les mots qui vont lui ouvrir les portes d’un monde nouveau pour lui. ? Et pour lui donner le goût de la lecture, comment faire à la maison ? Une suggestion : pendant le moment d’intimité que la mère ou le père partage avec son enfant en lui lisant un conte ou une petite histoire avant qu’il ne s’endorme, on peut s’arrêter juste avant le dénouement, en proposant à l’enfant, maintenant qu’il a appris à lire, de continuer tout seul le lendemain matin par exemple, pour connaître la fin de l’histoire sans avoir à attendre le soir.

Piquer la curiosité n’a jamais fait de mal à personne. Au contraire, cela fait avancer à grands pas dans la vie.

A bientôt.

TALHIÈR DE COSINA DEL CERCLE OCCITAN

Al fiu del temps, lo cercle occitan de Mèsa a desvolopat mantunas activitats qu’apelam talhièrs. Demai de los corses de lenga occitana dels diluns e dimars, existisson de talhièrs, coma lo còr de polifonias, la dança e la cosina. 

Aquel recampa un vintenat d’adérents, qu’aiman plan se retrobar per elaborar de mangilhas sobretot regionalas e d’autres païses de Mediterranea. Un parelh de personas se cargan de crompar totes los ingredients, e lo jorn J, tre 9 oras del matin, lo talhièr sembla una armada de formigas que s’afairan per preparar, de las dintradas al dessèrt, un repais complet. Netejar lo peis o los cauquilhages, o decopar carn o volalha, trissar la ceba, l’alh, los legums, las èrbas…faire còire en susvelhant plan.

Se cal pas endormir sus lo trabalh per estre lèstes a l’entorn de miègjorn. Coma sèm pas de mond qu’aiman de degalhar la merça, anam pas escampar tot aquò, e se metèm a taula per partejar aquel repais, que dempuèi un brave moment nos atissa las papilhas per sas nolors.

Lo Jaumet manca pas de desgrunar lo Benedicite* qu’escotam religiosament. Quand arriva lo plat de resisténcia, un àngel passa. Cadun sabora la preparacion elaborada amb fòrça suènh, amai amb amor.

Puèi, amb l’ajuda d’un pauqueton d’un bon vin, las bocas se desligan, fins a cantar al dessèrt, totjorn en occitan, sioplet . Cal dire que la tòca d’aquel talhièr es pas solament de faire la cosina ; es tanben de parlar e d’escriure en occitan las recèptas. Apuèi, aquelas son presentadas  jos forma de fichas ornadas de fotòs  presas pendent la preparacion, que cal faire perdurar las recèptas tradicionalas. Per acabar, cadun s’afaira per daissar los locals en bon estat de netitge.

E, cal pas l’oblidar, la sola règla requerida per faire partida del talhièr de cosina, es la bona umor, marca de fabrica del Cercle occitan.

* Benedicite de Sant Guilhem :

« Per manjar çò qu’avèm, sèm pro coma sèm.

E se qualqu’un deu venir, que se còpe la camba pel camin ».

Es pas trop crestian aquò !

ATELIER CUISINE DU CERCLE OCCITAN

Au fil du temps, le Cercle Occitan de Mèze a développé plusieurs activités, que nous appelons ateliers. En plus des cours de langue occitane des lundis et mardis, il existe des ateliers comme le cœur de polyphonie, la danse et la cuisine.

Celui-ci rassemble une vingtaine de personnes qui aiment se retrouver pour élaborer des mets, surtout  régionaux et d’autres pays de Méditerranée. Une paire de personnes se charge d’acheter tous les ingrédients, et le jour J, dès 9 heures du matin, l’atelier ressemble à une armée de fourmis qui s’affaire pour préparer, de l’entrée au dessert, un repas complet. Nettoyer le poisson ou les coquillages, ou bien découper viande ou volaille, couper fin l’oignon, l’ail, les légumes, les herbes…faire cuire en surveillant bien.

Il ne faut pas s’endormir sur le travail pour être prêts vers midi. Comme nous ne sommes pas des personnes qui aiment gaspiller la marchandise, nous n’allons pas jeter tout ça, et nous nous mettons à table pour partager ce repas, car depuis un bon moment, il nous attise les papilles par ses odeurs.

Jaumet n’oublie pas d’égrener le Bénédicité* que nous écoutons religieusement. Lorsqu’arrive le plat de résistance, un ange passe…chacun savoure la préparation élaborée avec beaucoup de soins, même avec amour.

Puis, avec l’aide d’un peu de bon vin, les bouches se délient, jusqu’à chanter au dessert, toujours en occitan, s’il vous plaît ! Il faut dire que le but de l’atelier cuisine n’est pas seulement de faire la cuisine. C’est aussi de parler et d’écrire en occitan les recettes. Ensuite, celles-ci sont présentées sous forme de fiches ornées de photos prises pendant la préparation, car il faut faire perdurer les recettes traditionnelles. Pour finir, chacun s’affaire pour laisser les locaux en bon état de propreté.

Et il ne faut pas l’oublier, la seule règle requise pour faire partie de l’atelier de cuisine, c’est la bonne humeur, marque de fabrique du Cercle occitan.

*Bénédicité de Saint-Guilhem :

« Pour manger ce que nous avons, nous sommes assez comme nous sommes.

Et si quelqu’un doit venir, qu’il se casse la jambe en chemin. »

C’est pas trop chrétien ça !

Lo castèl de Girard jos la nèu

28 de febrièr 2018. Quant de nèu ! Fa de temps que n’aviam pas vist autant, sobretot fin febrièr. Lo castèl de Girard aviá près d’aires de païsatge de montanha, amb sos ciprièrs tot vestits de blanc. Puèi a flor e a mesura que la nèu doçamanèt se metèt a fondre, las floretas dels partèrras, ja espelidas, fasián de tacas de colors gaias e variadas. Un espectacle magnific !

Aquò nos amena a vos parlar uòi d’aquel castèl de Girard, per ne faire succinctament son istòria.

Foguèt construit a la fin del sègle XVII per la familha Muret, dins une arquitectura d’estil classic. En 1793, sos proprietaris son la familha Ronzier, la qu’a bailat son nom a una carrièra alentorn. En 1847, a la favor del mariatge de l’Angèle amb Frederic de Girard devenguèt lo castel de GIRARD, bailant tanben son nom a una carrièra d’alentorn.

Dos cents ans mai tard, en 1993, la comuna de Mèsa ne fa l’aquisicion. Dempuèi foguèt renovat mai d’un còp. Ara es plan polit amb sos partèrras de flors, sos rosièrs, sas essencias del Miègjorn, sos ciprièrs, sos falabreguièrs, qu’an bailat lor nom occitan a la placeta de l’intrada del castel, la que se trapa del costat de la passejada.

Tot aquò ne fa una passejada agradiva, plan nolenta de matin o la tombada del jorn, agradiva per los mainatges, e lor mamà a mameta que los susvelhan , tant coma los papetas e las mametas que se regaudisson de los veire jogar.

Lo castèl es l’encastre de manifestacions festivas presadas de la populacion. Los tot novèls nòvis mancan pas de venir i faire las fotòs de maridatge tre la sortida de la comuna e de la gleisa ; aquò atira los badaires, de còps envejoses, de còps se remembrant la bèla epòca de lors pròpias nòças… Vaquí un bèl aspècte de l’utilititat d’un castèl dobèrt a tot lo monde, un castèl devengut un luòc de rescontres totas generacions confondudas. Un luòc de patz al còr del vilatge.

Uòi, òm pòt dire que l’aquisicion per la comuna del castèl es una capitada, e los mesòis son pas pauc fièrs d’èstre, a l’escasença  castelans a lor torn. Enfin lo vèl es levat, que quand èrem mainatges, auriam plan aimat de saupre coma èra la vida de castèl detràs de las muralhas del castèl de Girard.


Le château de Girard sous la neige

28 février 2018. Que de neige ! Il y a longtemps qu’on n’en avait pas vu autant, surtout à la fin du mois de février. Le château de Girard avait pris des airs de paysage de montagne, avec ses cyprès tout vêtus de blanc. Puis, au fur et à mesure que la neige fondait tout doucement, quelques fleurs déjà épanouies faisaient des taches de couleurs gaies et variées. Un spectacle magnifique !

Ceci nous amène à vous parler aujourd’hui de ce château, pour en relater succinctement l’histoire. Il fut construit à la fin du XVII siècle par la famille MURET. Son architecture est de style classique. En 1793, il revient à la famille RONZIER, laquelle a donné son nom à l’une des rues adjacentes. En 1847, à la faveur du mariage d’Angèle avec Frédéric de GIRARD, il devient le château de…Girard, donnant lui aussi son nom à une autre des rues adjacentes.

En 1993, notre bonne ville de MEZE en fait l’acquisition et le fait rénover plus d’une fois depuis. Maintenant il est bien joli avec ses parterres de fleurs, ses rosiers, ses cyprès, ses micocouliers, lesquels ont légué leur nom occitan à la placette des falabrèguièrs, qui se situe à l’entrée du château côté esplanade.

Tout ceci en fait une promenade agréable, bien odorante le matin et à la  tombée du jour, agréable aussi bien pour les enfants et leurs mamans ou mémés qui les surveillent, que pour les pépés et mémés qui se réjouissent de les voir jouer.

Le château est aussi le cadre de manifestations festives prisées de la population. Les tout nouveaux mariés ne manquent pas de venir y faire les photos dès la sortie de la mairie et de l’église. Ceci attire les badauds, parfois envieux, parfois se souvenant de la belle époque de leurs propres noces. Voici un bel aspect de l’utilité d’un château ouvert à tout le monde, un château devenu un lieu de rencontre toutes générations confondues, un lieu de paix au cœur du village.

Aujourd’hui on peut dire que son achat par la ville est une réussite, et les mézois ne sont pas peu fiers d’être châtelains à leur tour à l’occasion. Enfin le voile est levé, car lorsque nous étions enfants, nous aurions bien aimé savoir comment c’était la vie de château derrière les murailles du château de GIRARD.

DANÇA DEL CHIVALET

A Mèsa, avèm dos amics fidèls de longa data, lo Buòu e lo Chivalet. Uòi, vos parlarèm de la legenda polida del Chivalet.

Un còp èra un rei, Pèire II d’Aragon, qu’aviá maridat Maria de Montpelhièr, filha de Guilhaume VIII. Aquel aviá pausat dins la banasta dels nòvis la senhoriá de Montpelhièr. Pas qu’aquò !

Mas vaquí que la Maria aviá pas tròp las favors de son rei de marit. Pendent que viviá tota soleta dins son castel de Miravau, el corriá la patantena amb de jovençèlas. Aquela mena de faire èra pas propici a engendrar un eiretièr légitim. Es alara que los cònsols de Montpelhièr aguèron l’idea famosa de metre la favorita del rei dins lo lièch real de Miravau. Li suggeriguèron de pregar lo rei de « faire aquò », per un còp dins lo negre complet, per pimentar la causa tanplan. Al darrièr moment, cacèron la favorita del lièch e la reina prenguèt la plaça que li reveniá de drech. L’endeman, lo rei èra talament content de sa nuòch que perdonèt la mascariá e entrèt dins Montpelhièr triomfant sus son chivalet, portant la reina en cropa.

Lo « tam-tam » montpelherenc foguèt lèu activat e la fola venguèt dins la jòia aculhir lo cople real, trapant mai l’esper de veire nàisser enfin un eiretièr. E d’efièch, lo 1er de febrièr de l’an 1208, Jaume Primièr vegèt lo jorn dins lo palatz d’en Tornemira (se ditz qu’èra dins lo quartièr de la gleisa Sant Roch, entre lo 2 e lo 6 de la carrièra Jacques d’Aragon)*.

L’intrada a chival dins Montpelhièr aviá tan marcat los eimes que d’unes se ne son inspirats per inventar una dança gaujosa e una cançon per contar l’istòria – o legenda – del chivalet. La costuma despassèt l’encencha de Montpelhièr e mai d’un se n’empoderèt. Los vestits, los passes de dança, lo nombre de dançaires cambièron al fil dels temps e dels luòcs. 

A Mèsa, lo Chivalèt e lo Buòu an sauput, mercé a sa populacion, trasversar las epocas e fan partida de nòstre patrimòni local per longtemps, l’espéram.

Aicí, lo chivalet es portat per un òme que deu dançar amb elegància a passes menuts. Davant enl, un autre li dona , coma lo ditz la cançon, la civada dins un tamborin. Lo dançaire qu’es darrièr, amb d’aisinetas, fa mina de lo ferrar, totjorn en dançant. L’animal e los òmes son vestits de blanc e de ribans e cocardas tricolores. Graile e tambornet acompanhan la dança. Aquèla tan bèla musica foguèt misa en òrdre per lo grand musician Lully, quand lo chivalet foguèt presentat al rei de França

Se la costuma es pas de cantar sa cançon, avèm pogut nos procurar paraulas e particion. Las traparètz leu. Seriá plan que lor difusion ajudèsse a manténer la bèla tradicion, que ara regaudís tanben los toristes nombroses que aprécian nòstra region.

Per totas aquelas bonas rasons, longa vida al Chivalèt, e qu’amb son amic lo Buòu, acompanhesson totjorn las fèstas e regaudisson totes los mesòis e los autres.

*L’ostal existís, lo 1er de febrièr 2008, pels 800 ans de la naissença una placa foguèt clavada sus la faciada a la fin de la fèsta de celebracion d’aquel aniversari.

Source : Tradition au pays de Montpellier. Sauramps édition. La garriga lengadouciana.

DANSE  DU  CHEVALET

A MEZE, nous avons deux amis fidèles de longue date, le Boeuf et le Chevalet. Aujourd’hui, nous vous parlerons de la jolie légende du Chevalet.

Il était une fois un roi, PIERRE II d’ARAGON, qui avait épousé MARIE de MONTPELLIER, fille de GUILLAUME VIII. Celui-ci avait déposé dans la corbeille des mariés la seigneurie de Montpellier. Rien que ça !

Mais voilà que Marie n’avait pas trop les faveurs de son roi de mari. Pendant qu’elle vivait toute seule dans son château de MIREVAU, lui courait la prétentaine avec des « jeunettes ». Cette façon de faire n’était pas propice à engendrer un héritier légitime. C’est alors que les consuls de Montpellier eurent la fameuse idée de mettre la favorite dans le lit royal de Mirevau. Ils lui suggérèrent de prier le roi de « faire ça », pour une fois, dans le noir complet, pour pimenter la chose peut-être. Au dernier moment, ils chassèrent la favorite du lit et la reine prit la place qui lui revenait de droit. Le lendemain, le roi était si content de sa nuit qu’il pardonna la supercherie et entra triomphant sur son petit cheval, portant la reine en croupe.

Le tam-tam montpelliérain fut vite activé et la foule vint accueillir dans la joie le couple royal, retrouvant l’espoir de voir naître enfin un héritier. Et en effet, le 1er février de l’an 1208, JACQUES Ier vit le jour dans le palais de Tournemire (il se dit qu’il était dans le quartier de l’église Saint-Roch, entre le n° 2 et le n° 6 de la rue Jacques d’Aragon).

L’entrée à cheval dans Montpellier avait tant marqué les esprits que certains s’en sont inspirés pour inventer une danse joyeuse et une chanson pour raconter l’histoire – ou légende – du chevalet. La coutume dépassa l’enceinte de Montpellier, et plus d’un s’en emparèrent. Les habits, les pas de danse, le nombre de danseurs changèrent au fil des temps et des lieux.

A Mèze, le Bœuf et le Chevalet ont su, grâce à sa population, traverser les époques et font partie de notre patrimoine local pour longtemps, nous l’espérons. Ici, le chevalet est porté par un homme qui doit danser avec élégance à petits pas. Devant lui un autre lui donne, comme le dit la chanson, l’avoine dans un tambourin. Le danseur qui est derrière, avec de petits outils fait mine de le ferrer, toujours en dansant. L’animal et les hommes sont vêtus de blanc et de rubans et cocardes tricolores. Haut bois et tambourin accompagnent la danse. Cette si belle musique fut mise en ordre par le grand musicien LULLY, lorsque le Chevalet fut présenté au roi de FRANCE à VERSAILLES !

Si la coutume n’est pas de chanter sa chanson, nous avons pu nous en procurer paroles et partition. Vous les trouverez bientôt dans cette rubrique.. Ce serait bien que leur diffusion puisse aider à maintenir la belle tradition, qui maintenant réjouit aussi les nombreux touristes qui apprécient notre région.

Pour toutes ces bonnes raisons, longue vie au Chevalet, et qu’avec son ami le Bœuf, ils accompagnent toujours les fêtes et réjouissances  mézoises.

Source : Tradition au pays de Montpellier. Sauramps édition. La garriga lengadouciana.

LAS « IPOMEES » ALIAS BÈLAS DE JORN

Tre la prima son tan bèlas las “ipomées », que meritan plan d’usurpar lo nom de bèlas de jorn. Sus un lièch de rama d’un verd fòrça nòble, s’espandisson d’un mòde génerós, liurant sas flors d’un violet tanta esclatant que ne seriá gaireben agressiu.

Lo sèr vengut, abans de claure sas parpèlas, lor color s’atendrís, coma per se preparar a una nuèch amaisada. L’endeman, qualques unas auràn trespassat, valentament remplaçadas per d’autras que voldràn mostrar amb insoléncia lor joinessa e regolar de pertot.

Mas a l’ora de la davalada, malgrat lors esfòrces, capitan pas a nos gratificar de lor bèla color violacèa dels jorns d’estiu. Fan çò que pòdon per nos agradar. Pasmens, cal pas comptar sus elas per capitular tant lèu. Sèm en genièr et vaquí qu’encara, aicí e ailà, una floreta pallòta s’arrapa sus la paret, sus un fil, sus una clausura…

Per la bona volontat qu’an mesa a nos plaire, per lor beutat, esperarem lor retorn amb la pus granda impaciéncia.

Mercé a la Natura per sos presents, bailats sens res esperar en escambi. Tanplan seriám  plan inspirats, per lo mens, de la preservar…per nosautres, egoïstament.

La Planeta se ne releverà totjorn. N’a vistas d’autras.     

LES  IPOMEES ALIAS  BELLES  DE  JOUR

Dès le printemps, les ipomées sont si belles qu’elles méritent bien d’usurper le nom de belles de jour.  Sur un lit de feuillage d’un vert noble, elles s’épanouissent d’une manière généreuse, livrant ses fleurs d’un violet si éclatant qu’il en serait presque agressif.

Le soir venu, avant de clore leurs paupières, leur couleur s’attendrit, comme pour se préparer à une nuit apaisée. Le lendemain, quelques unes auront trépassé, vaillamment remplacées par d’autres qui voudront montrer avec insolence leur jeunesse, et « dégouliner » de partout.

Mais à l’automne, malgré leurs efforts, elles ne réussissent pas à nous gratifier de leur belle couleur violacée des jours d’été. Elles font ce qu’elles peuvent pour nous être agréables. Pourtant, il ne faut pas compter sur elles pour capituler aussi vite. Nous sommes en janvier, voici qu’encore, ici et là, une petite fleur pâlote s’accroche sur le mur, sur un fil, sur une clôture…

Pour la bonne volonté qu’elles ont mis à nous plaire, pour leur beauté, nous attendrons leur retour avec la plus grande impatience.

Merci à la Nature pour ses présents, donnés sans rien espérer en échange. Peut-être serions-nous bien inspirés, pour le moins de la préserver…pour nous, égoïstement. la Planète s’en relèvera toujours. Elle a vu d’autres.