Recepta de mas anchoias a la sal

Per 2 quilòs d’anchòias, 1 a 1,5 quilòs de sal.

Al mès de julhet, crompar las anchòias de matin al mercat. Al pus tard a la tantossada, las preparar, qu’aquò es un pichon peis fragil. Sus una planca, li copar las tèstas en galís amb un bon cotèl de cosina, la tripalha seguís. Plan lavar las anchòias a l’aiga clara. Las daissar s’esgotar un pauqueton.

Dins de bocals, començar per metre de sal, puèi d’anchòias , sal, anchòias, eca… Acabar per de sal. Barrar los bocals e los doblidar dins un endrech fresc dins los 45 jorns.

A l’entorn de la fèsta de Mèsa, las anchòias son lestas. Jos un rajolèt d’aiga, las levar de la sal. Las rinçar dos a tres còps. Tornar mai los faire esgotar e secar un pauc dins de papièr « eissuga-tot ».

Fin finala, las plaçar en rengueta dins los bocals lavadas e secadas mentretant. Las cobrir d’òli d’oliva.

Se conservan fòrça plan, sens besonh de las gardar al refregidor. De consumir dins d’ensaladas, a l’aperitiu dins de butafams, tapenadas, eca. Òm pòt tanben ne farcir d’olivas verdes. Tot aquò es plan bon !

Bon apetís e a lèu.


Recette des anchois au sel

Pour 2 à 2,5 kg d’anchois, 1 à 1,5 kg de sel.

Au mois de juillet, acheter les anchois le matin au marché. Au plus tard dans l’après-midi, les préparer, car c’est un petit poisson très fragile. Sur une planche, leur couper la tête en biais avec un bon couteau de cuisine, les tripes suivent. Bien laver les anchois à l’eau claire. Les laisser égoutter un petit moment.

Dans des bocaux, commencer par mettre du sel, puis des anchois, sel, anchois, etc…Achever par du sel. Fermer les bocaux, et les oublier dans un endroit frais dans les 45 jours.

Aux environs de la fête de Mèze, les anchois sont prêts. Sous un filet d’eau, leur ôter le sel. Les rincer 2 à 3 fois. Les faire de nouveau égoutter et un peu sécher dans du papier « essuie-tout ».

Pour finir, les placer en rangs dans des bocaux lavés et séchés entre temps. Les couvrir d’huile d’olive.

Les anchois se conservent très bien, sans être obligés de les garder au réfrigérateur. A consommer dans des salades, des pizzas, à l’apéritif dans des amuse-gueules, tapenades, etc. On peut aussi en farcir des olives vertes. Tout ceci est bien bon.

Bon appétit et à bientôt.

L’aiga, la vida

Vaquí dos mots que son coma croquet e malheta. Se l’aiga se tarís, l’autra, la vida n’es pas luènh de crebar.

Om pòt pas se faire à l’idèa de çò que son los continents ont cal gastar l’aiga amb fòrca parcimonia. Sa manca fa ja de victimas per milièrs, n’esparnhant pas en particulièr los dròlles que demandan qu’a viure. D’autres còps son de terriblas chavanas, coma las de trista memòria recentas qu’al contrari balajan tot sus lor passatge. Aquí l’aiga egala calamitat vertadièra, e calrà d’annadas e d’annadas per se ne relevar.

Dins d’autres regions e la nòstra ne fa partida, un còp ne’n mancam, un còp n’avèm tròp, amb los fenomenes cevenòls, coma dison los scientifics. Pas fòrça pausa per los secors, en particulièr los pompièrs – volontaris – que passan de còps  sens transicion dels incendis catastrofics d’estius ventoses, a las inondacions pas mens dangieiroses.  Creire o non au rescaufament climatic, aquò releva de la consciença de cadun, mas los fachs son aquí.

Pasmens, cal pas desesperar. I a des paises, los que n’an los mejans financièrs e qu’an la mar a costat, que construison d’usinas sofisticadas per transformar l’aiga salada en aiga doça, coma Un que transformava l’aiga en vin. S’aquò es pas de magia ! Ailas tot lo mond ne podrá beure la mar fins a la liga. Aquò costa trop car.

Alara, , se volèm gardar lo plaser de sentir amb voluptat l’estremesida de l’aiga cauda d’una bona docha sus sa pèl fresca, se volèm contunhar a asagar los jardins, a faire la bugada, eca, cal saupre l’economisar ont es possible. Es pas totjorn facil.

E cal reconéisser que i a de prioritats. Se que non, de qué metriám dins lo pastís, de que tron ?


L’eau, la vie

Voici des mots qui sont comme crochet et maillette. Si l’eau se tarit, la vie n’est pas loin de s’arrêter.

On ne peut pas se faire à l’idée de ce que sont des continents où il faut utiliser l’eau avec beaucoup de parcimonie. Son manque fait déjà des victimes par milliers, n’épargnant pas en particulier les enfants qui ne demandent qu’à vivre. Parfois, ce sont de terribles ouragans, comme ceux de triste mémoire récente, qui au contraire balaient tout sur leur passage. Ici l’eau devient une véritable calamité, et il faudra des années et des années pour s’en relever.

Dans d’autres régions, et la nôtre en fait partie, parfois nous en manquons, parfois nous en avons trop, avec les phénomènes cévenols, comme disent les scientifiques. Peu de répit pour les secours, en particulier les pompiers – volontaires – qui passent parfois sans transition des incendies catastrophiques d’étés venteux, aux inondations non moins dangereuses. Croire ou non au réchauffement climatique, cela relève de la conscience de chacun, mais les faits sont là.

Pourtant, il ne faut pas désespérer. Il y a des pays, ceux qui en ont les moyens financiers et qui ont la mer à proximité, qui construisent des usines sophistiquées, pour transformer l’eau salée en eau douce, comme Un qui changeait l’eau en vin. Si cela n’est pas de la magie !Hélas tout le monde ne pourra pas boire la mer jusqu’à la lie. Cela coûte trop cher.

Alors, si nous voulons garder le plaisir de sentir avec volupté le frisson de l’eau chaude d’une bonne douche sur sa peau fraîche, si nous voulons continuer à arroser les jardins, à faire les lessives, etc, il faut savoir l’économiser là où c’est possible. Ce n’est pas toujours facile.

Et il faut reconnaître qu’il y a des priorités. Sinon, que mettrions-nous dans le pastis, tonnerre ?

D’ont ven aquel nom : Pallas

La primièra aparicion d’aquel nom se pòt legir tre l’an 960 jos la forma de « curtis quem nominant pallatium » valent a dire granda explotacion agricòla sonada pallatium . Gaire mai tard en 990 s’i junta una gleisa « Vila Palas cum ecclesia Santa Maria ».

Un pallatium d’aquel temps aviá pas lo sens de palais de uòi mas èra un bèl ostal per un personatge important. En 1024 se parla pas que de la gleisa de Palatio, puòi del Prior de Palacio a la fin del sègle XIV e de l’abadiá de Palhas en 1740 per arribar a la forma definitiva de Pallas en 1770.

  Del «  curtis pallatium» de l’origina e de la gleisa mai tard, demòra pas res pus mas an donat lo nom al nòstre riu lo Pallas mai o mens sec en estiu mas que sap plan jogar als grands los jorns d’oratge.


D’où vient ce nom : Pallas

La première apparition de ce nom peut se lire dès l’an 960 sous la forme de « curtis quem nominant pallatium » c’est-à-dire grande exploitation agricole appelée pallatium. Pas beaucoup plus tard en 9903 s’y ajoute une église  « Vila Palas cum ecclesia Santa Maria »

 Un pallatiom de ce temps n’avait pas le sens de palais d’aujourd’hui mais c’était une grande maison pour un personnage important. En 1024 on ne parle plus que de l’église de Palatio, puis du Prieur de Palacio à la fin du XIVème siècle et de l’abbaye de Palhas en 1740 pour arriver à la forme définitive de Pallas en 1770.

 Du « curtis  pallatium» de l’origine et de l’église plus tard, il ne reste rien mais ils ont donné le nom à notre rivière le Pallas plus ou moins à sec en été mais qui sait jouer aux grandes les jours d’orage.

D’ont ven aquel nom : Bancillon

Nom tipicament occitan nascut dins los terradors dins las Cevenas ont la culture se fa sus de faissas, de bancèls.

Lo passatge  de bancèl a bancilhon se fa  en dos temps. Amb lo diminutiu « on » e la transformacion de la e en i. Es la tèrra qu’a donat son nom en aquel que la trabalha.

Aquí s’agís d’una pichòta benda de tèrra.

Dins los païses de montanha los òmes an modelat la natura per que se pòsca la cultivar, escalpran  dins los pendents dels serres, de grasas, des faissas , des bancèls bandas de tèrras ont òm pòt semenar.


D’où vient ce nom : Bancillon

Nom typiquement occitan né dans les terroirs des Cévennes où la culture se fait sur des bandes de terre des bancèls ( pas de nom correspondant en français, de même pour faissa, éventuellement banquette)

Le passage C’est la terre qui a donné son nom à celui qui la travaille.

Ici, il s’agit d’une petite bande de terre.

Dans les pays de montagne les hommes ont modelé la nature pour que l’on puisse la cultiver, ils sculptent dans les penchants des monts, des degrés, des faissas, des bancèls, bandes de terre où on peut semer.

A l’ombra del cloquièr

Cada vilatge o vilajòt a son cloquièr, quilhat en sentinèla. De son uòlh de ciclòp, velha sus son mond, ritment la vida videnta, segun las oras, los jorns e las sasons.

Après un estiu de calimas penible, vaquí la davalada. Las vendemias son ja plegadas, e lo mercat a cambiat sas colors e sas nolors per far ònor a fruchas e legums de sason. La plajèta  retroba sa tranquilitat, los enfants tornan mai a l’escola amb mas o mens d’entrin. Los darrièrs toristes levan lo camp, tristonèts, e cadun s’emplèga a sos afars. Las Testas Blancas, èlas, cercan ara lo banquilhon al solelh.

Mas ne i a un que dempuèi de sègles, cambia pas sas abituds. Es lo cloquièr. Dins son lengage nos dits çò que caldrià saupre de la religion catolic e manca pas jamai de dire quina ora ès, sas campanas tindent coma tant de baticòrs. E que lo que s’es pas rendut a la grand messa del dimenge venguèsse pas dire que s’es delembrat, que lo capelan se dona pro de pèna per amassar sas òias a grands còps de ding dong… ding dong…ding dong…e demora pro de temps entre lo primièr e lo darrièr per se lavar en « grand » e s’endimenjar.  Anèm, fidèls o non, tot lo monde ne profecha !


A l’ombre du clocher

Chaque village ou petit village a son clocher, dressé en sentinelle. De son œil de cyclope, il veille sur son monde, rythmant la vie quotidienne, selon les heures, les jours et les saisons.

Après un été de chaleur pénible, voici l’automne. Les vendanges sont déjà achevées, et le marché a changé ses couleurs et ses odeurs pour faire honneur aux fruits et légumes de saison. La plagette retrouve sa tranquillité, les enfants retournent à l’école avec plus ou moins d’entrain ; les derniers touristes ont levé le camp, tout tristes, et chacun s’emploie à ses occupations. Les Têtes Blanches, elles, recherchent maintenant la banquette au soleil.

Mais il y en a un qui depuis des siècles ne change pas ses habitudes. C’est le clocher. Dans son langage, il nous dit ce qu’il faudrait savoir de la religion catholique, et il ne manque jamais de dire quelle heure il est, ses cloches tintant comme autant de battements de cœur. Et que celui qui ne s’est pas rendu à la grand messe du dimanche ne vienne pas nous dire qu’il s’est oublié, car le curé se donne assez de peine pour rassembler ses ouailles à grands coups de ding dong…ding dong…ding dong…et il reste assez de temps entre le premier et le dernier pour se laver « en grand » et s’abiller du dimanche. Allons, fidèles ou pas, tout le monde en profite !

D’ont ven aquel nom : Vaucluse

Encara una dèca venguda de Paris dins la denominacion dels despartaments .

Vau clusa. O Val clusa. Aicí la « L » de val es palatalisada e « O ». Exemples: òm ditz la »sal » la « sau », « salvar » « sauvar »…

Vau o val es l’espaci qu’òm trova entre doas montanhas, dos serres.

Clusa es lo femenin de clus  barrat, tampat.

Vau clusa se poriá dire la valada tampada en referéncia a la famosa font resurgéncia entre los rocassas que i apareis.

En bona logica calriá donc dire  La Vau Clusa.  Ailàs l’occitan èra dejà pas lenga reconeguda pel rei de França en 1790 quand publiquèt los noms dels despartaments ( cf l’article sus Erau).


D’où vient ce nom : Vaucluse

Encore un défaut venu de Paris dans la dénomination des départements.

Vau cluse o val cluse. Ici le « L » es palatalisé en « ou ». Exemples: on dit le sel « saou » sauver, « saouvar »(diphtongue)

Vau ou Val est l’espace qu’on trouve entre deux montagne, deux collines.

 Cluse est le féminin de clus fermé. (inclus, incluse)

Vaucluse pourrait se dire la vallée fermée en référence à la fameuse Fontaine résurgence entre les rochers qui y apparaît.

 En bonne logique il faudrait dire La Vauclusa. Hélas l’occitan n’était dejà pas une langue reconnue par le roi de France en 1790 quand il publia les noms des départements.  (cf l’article sur Hérault)

D’ont ven aquel nom : Bauxite

La bauxita es un mineral que conten d’aluminium jos la forma d’un oxid Al2O3  gris, colorat en cò nòstre en rog per d’oxid de fer.

Bauxita ven de BAUS qu’es una mena de paret de ròca.  Es un toponim qu’òm troba mai d’un còp en Occitània particularament als Baus en Provença escrich en francès amb una X. Los Baus presentan un baus remirable amb un castèl que domina la Val d’infern ont demorava la breissa Taven   invocada en provençal per Federic Mistral dins Miréia ? premi Nobèl de literatura  en 1904.

Es als Baus que foguèt extrach lo mineral sorga de l’aluminium que portava pas de nom a la debuta ; coma ne caliá un li balhèron aquel de l’endrech d’ont èra eissut. D’aquí Bauxita.


D’où vient ce nom : Bauxite

La bauxite est un minéral qui contient de l’aluminium sous la forme d’ un oxyde Al2O3 gris coloré en rouge chez nous par de l’oxyde de fer.

Bauxite vient de Baus qui une sorte de mur de rocher (falaise). C’est un toponyme que l’on retrouve plus d’une fois en Occitanie, particulièrement aux Baux en Provence écrit en français avec un X. Les Baux présentent une falaise remarquable avec un château qui domine la Val d’enfer où demeurait la sorcière Taven invoquée en provençal dans Mireille prix Nobel de littérature en 1904.

C’est aux Baux que fut extrait le minéral source de l’aluminium qui ne portait pas de nom à l’origine ; Comme il fallait un, on lui donna celui d’où il était issu. D’où Bauxite.

Arcolan

Arcolan sus l’estanh de Taur

Un dimenge de julhèt, a la vesprada, una suspresa bèla : levant los uòlhs, lo mond qu’èran sus la plaja malgrat un temps mièja-figa mièg-rasin, vegèron un espectacle magnific. Un arcolan, vengut d’enluòc, anèt acabar sa corsa sus la montanheta de Sant Clar, que servs de decòr a nòstre bèl estanh de Taur, dempuèi totjorn, e per totjorn al grand bonaür dels abitants de tot lo bacin.

Per un còp, l’arcolan èra entièr. Sas colors, incomparables, èran sublimadas per un cèl gris, quasi negre. I avià de que ne prene plen los uòlhs, talament que lo mond badava, al luòc de s’aprestar per s’enanar jol las primièras gotas de pluèja. Foguèt un polit moment de contemplacion collectiva.


Arc-en ciel sur l’étang de Thau

Un dimanche de juillet, dans l’après-midi, une belle surprise : en levant les yeux, les gens qui étaient sur la plage malgré un temps mi-figue mi-raisin, virent un spectacle magnifique. Un arc-en-ciel, venu de nulle part, alla achever sa course sur la montagnette de  Saint-Clair, qui sert de décor à notre bel étang, depuis toujours et pour toujours, au grand bonheur des habitants de tout le bassin.

Pour une fois, l’arc-en-ciel était entier. Ses couleurs, incomparables, étaient sublimées par un ciel gris, presque noir. Il y avait de quoi en prendre pleins les yeux, tellement que les gens admiraient ce spectacle au lieu de s’apprêter à partir sous les premières gouttes de pluie. Ce fut un joli moment de contemplation collective.

L’uòlh del buòu

Es mai mòrt !

Lo buòu de Mèsa es mai mòrt…coma cada an per claure la fèsta locala. Mas pauròt, per el aquò se fa pas sans dolors. Sentent venir çò que va li arribar, es près de tremolums de paur, talament que sembla aver agantat la malautiá tragica de la vaca bauja de trista memòria.

Attisat per lo tambor, baila de còps de maissa grands, amb de « am, aaam, aaam » afolits, corriguent de çai e de lai dans lo mond vengut assistir a son sacrifici. Per s’amaisar, li cal manjar tot quatre enfants, a la mòda dels ògres fantastics de nòstra enfança.

Fin finala, lo fièr matadòr , li dona l’estocada d’un còp d’espeda plen de majestat. Nòstre bèl buòu s’affaissa e tot lo mond, sobretot los toristas, desvariats d’aquèl espectacle, lo ploran ja. Mas, pòdon tornar a Mèsa l’an que ven. Veiràn que lo Buòu de Mèsa a lo cuèr tanat e que s’ès plan reviscolat dins l’annada. Cal dire que nòstre buò es 100 del 100 « bio », qu’ès nascut en l’an 49, coma lo dits sa cançon, dins una epòca ont los pesticides e altres engraisses n’èran pes conescuts.

E cal saupre que la populacion mesòia li serà, de generacion en generacion, totjorn reconèissenta de l’aver salvada de la famina. Lo Cercle occitan vos promèt de vos contar un autre jorn sa plan polida legenda.

A leu


L’œil du bœuf

Il est de nouveau mort !

Le bœuf de Mèze est de nouveau mort…comme chaque année pour clore la fête locale. Mais le pôvre, pour lui ceci ne se fait pas sans douleurs. Sentant venir ce qui va lui arriver, il est pris de tremblements de peur, au point qu’il semble avoir attrapé la tragique maladie de la vache folle de triste mémoire.

Excité par le tambour, il donne des grands coups de gueule, avec des « am, aam, aam » affolés, courant à hue et à dia dans la foule venue assister à son sacrifice. Pour s’apaiser, il lui faut manger quelques enfants à la mode des ogres fantastiques de notre enfance.

Pour finir, le fier matador lui donne l’estocade d’un coup d’épée magistral. Notre beau bœuf s’affaisse et tout le monde, surtout les touristes épatés par ce spectacle, le pleurent déjà. Mais ils peuvent revenir à Mèze l’an prochain. Ils verront que notre bœuf a le cuir tanné et qu’il a ressuscité pendant l’année. Il faut dire que le bœuf de Mèze est 100 pour 100 « bio », car il est né en l’an 49, comme le dit la chanson, à une époque où les pesticides et autres engrais n’étaient pas connus.

Et il faut savoir que la population mézoise lui sera, de génération en génération, toujours reconnaissante de l’avoir sauvée de la famine. Le Cercle occitan vous promet de vous raconter un autre jour sa bien jolie légende.

A bientôt.

D’ont ven aquel nom : Rouvière.

Rouvière es lo biais en francès de Rovièra en occitan.

Rovièra: aquel nom es ligat a un luòc ont creisson de ròures  (quercus robur). Una rovièra es  un bòsc de ròures.

Lo nom del luòc  de toponim es vengut tanben patronim que se rescontre en Occitània.

Las personas que pòrtan aquel nom an de segur un aujòl que viviá del costat d’una rovièra o èra proprietari d’una rovièra que venguèt son nom de familha.

Dins aquela dralha, Rovièra pòt aveire de variacions coma Rovièr, Roveiròl, Roire e mantuns autres e de diminutius coma Roveireta. En castilhan passam a Rovira.

Dins Erau Rovièra es un toponim conegut de Valhauquès fins a Sant Pons en passant per Sant Andrieu de Buèges. Nòstres vesins de Lopian o de Frontinhan an un luòc dich lo Roire e los Roires.

D’où vient ce nom : Rouvière

Rouvière est la manière de dire en français Rovièra en occitan.

Rouvière ce nom est lié à un lieu où poussent des chênes blancs (quercus robur). Une rouvièra  est un bois de chênes.

Le nom du lieu de toponyme est devenu aussi un patronyme que l’on rencontre en Occitanie.

 Les personnes qui portent ce nom ont certainement un aïeul qui vivait du côté d’une rouvièra ou était propriétaire  d’un bois de chênes, le toponyme est devenu son nom de famille.

Dans cette voie Rouvière peut avoir des variations comme Rouvier, Rouveyrol, Rouire et beaucoup d’autres et des diminutifs comme Rouveyrette.

En castillan nous passons à Rovira.

Dans l’Hérault Rouvière est un toponyme connu de Vailhauquès à Saint Pons en passant par Saint André de Buèges.

Nos voisins de Loupian Frontignan ont un lieu dit Rouire et les Rouires.  

LA GALINA DELS UOUS D’AUR

L’avarícia pèrd tot en volent tot  ganhar.

Ne vòli , per ne testimoniar,

qu’aquel òme,que sa galina, nos ditz la faula,

pondiá cada jorn un uòu d’aur.

Creguèt que dins son còrs i aviá un tresaur

La tuèt, l’obriguèt e la trobèt semblaba

a aquelas que sos uòus li raportavan pas res,

s’essent tot sol quitat lo pus bèl de sos bens.

Polida leiçon pel sarrapiastra ;

pendent los darrièrs temps, quantes ne’n vegèron

que del ser al matin, paures devenguèron

per voler èstre rics d’ara-d’ara !

JOAN DE LA FONT

L’òme qu’aviá tot compres e qu’aguèt l’intelligéncia de far parlar los animals, per metre amb talent l’accent sus los defautes de la natura umana. Aqueles que semblan intemporals…

 

 

LA POULE AUX OEUFS D’OR

L’avarice perd tout en voulant tout gagner.

Je ne veux, pour le témoigner,

Que celui dont la poule, à ce que dit la fable,

Pondait tous les jours un œuf d’or.

Il crut que dans son corps elle avait un trésor.

Il l’a tua, l’ouvrit, et la trouva semblable

A celle dont les œufs ne lui rapportaient rien,

S’étant lui-même ôté le plus beau de son bien.

Belle leçon pour les gens chiches.

Pendant ces derniers temps, combien en a-t-on vus

Qui du soir au matin sont pauvres devenus

Pour vouloir trop tôt être riches.

JEAN DE LA FONTAINE

L’homme qui avait tout compris, et qui eut l’intelligence de faire parler les animaux, pour mettre avec talent l’accent sur les défauts de la nature humaine. Ceux-là mêmes qui semblent intemporels…

D’ont ven aquel nom : Nougarède

Aquel nom ven del nom occitan d’una fruchan la noga. En latin nux.

Los nouguièrs (juglans maxima) que nos balhan las nogas se trapan un pauc de per tot e quand son pro nombroses sul meteis luòc forman una NOGAREDA. Es aital qu’aquel nom es vengut un toponim e puòi un patronim pel proprietarin o vesin d’un espaci plantat de noguièrs.

Nogarède es pas lo sol d’aveire coma origina « noga » D’en primièr parlarem de Noguièr mas tanben amb un diminutiu Nogaret, puèi Noguières et Noguiès qu’òm troba dins los compeses  tre el sègle XIII.

 D’où vient ce nom : Nougarède

Ce nom vient du nom d’un fruit, la noix. En latin nux.

Les noyers (juglans maxima) qui nous donnent les noix se trouvent un peu partout et quand ils sont assez nombreux, ils forment une NOISERAIE. C’est ainsi qu’en occitan ce nom est devenu toponyme et puis un patronyme pour le propriétaire ou le voisin d’un espace planté de noyers

 Nougarède n’est pas le seul à avoir « nouga » comme origine. En premier lieu nous parlerons de Nouguier mais aussi avec un diminutif Nougaret puis Noguières et Noguiès  qu’on trouve dans les compoix dès le XIII ème siècle.

LO GREGAU

Venent d’un plan polit pais, la Grècia, aquel vent es pas fòrça aimat.Los ancians disian ; « grèc, plueja al bèc ». Mas l’estiu, se amaga lo solelh, recaufa l’aiga de l’estanh (cossí fa ?), e aquò es plan bon per los banhaires. Mas coma lo marinás, buta ambvam d’ersas grandas que pòdon  susprene. Es pas greu, e par nadar sens laguis, sufís de trapar lo biais de far per dansar en cadéncia amb aquelas ersas bèlas, e aquò es magic e plan agradiu. Ensajas !

LE GREC

Venant d’un bien joli pays, la Grèce, ce vent n’est pas très aimé. Les anciens disaient : « grec, pluie au bec ». Mais l’été, s’il cache le soleil, il réchauffe l’eau de l’étang (comment fait-il ?), et c’est bien bon pour les baigneurs. Mais comme le gros vent marin, il pousse avec vigueur des grosses vagues qui peuvent surprendre. Ce n’est pas grave, et pour nager sans souci, il suffit d’attraper la manière de faire pour danser en cadence avec ces grosses vagues, et ceci est magique et bien agréable. Essayez !