FITNESS AEROBIC STÈP IP-OP FUNC…et CORONAVIRUS

FITNESS – AEROBIC – STÈP – IP-ÒP – FUNC…e CORONAVIRUS.

Son de gimnasticas que se fan en musica. De competicions nationalas e internacionalas sont organizadas cada annada. Lo pus sovent, sont praticadas per des «Lolitas», e ataben qualques filhètas e qualques garçons.

Es un vertadièr plaser de veire los joines se bolegar atal, mostrar dins un grand sorire una jòia evidenta, amb un ensemble pas luènh de la perfeccion. Executan des movements atletics, fan lo grand escart, levan la camba tant naut que de dançaires de dança classica ; tot aquò se debana sus un ritme endiablat e sus una musica « techno »…que copa un pauc la testa, signe de nòstra temps !

E se d’aventura descrocan una medalha d’aur o d’argent, alara i a mas de pampalhetas dins lors uèlhs que su lors costums, que pasmens beluguejan plan.

En aquelas activitats, coma dins tant d’autres, se pòt veire que nòstres joines passan pas lor temps a se rabalar sus des « radassièrs » o a fumar de michantas èrbas.

Quite d’estra a contra corrent, caldriá aver  fisença en aquela joinessa, que mòrd la vida a plen cais, e qu’es perfeitament capable de se donar a fons dins los estudis, los arts, los esports, eca.

Mas uèi, sems a la pena, e los joines primièrs. Dempuèi mas d’una annada ja la crisi sanitari del Coronavirus nos rosiga la vida, e en aquel moment, sembla qu’òm voldriá nos enrebalar dins una guèrra de generacions perdents/perdents, alara qu’avèm tant besonh los uns dels autres.

Òm vòl téner l’ afogament de la joinessa per protegir los ainats. E òm pensa talament fòrt que caldriá embarrar los vielhs, que l’entendon amai siaguèsson un pauc sordanhas.

Daissem correr totes aqueles bruches malsans. Avem plan comprés las consignas e los aplicam…aperaquí.  Vielhs, joinas e totes les autres, sem amassa, embarcats dins la meteissa galèra, e n’en sortirem amassa, aquò s’en s’estre manjats lo nas. Après, ièu çò que ne disi…

Lolitas: mena de jovencèlas que lor particularitat es d’aver lo monilh a l’aire, estiu coma ivèrn.

Yvonne BEAUME.
22 Fébrièr 2021.

FITNESS – AEROBIC – STÈP – IP-OP – FUNC…et CORONAVIRUS.

Ce sont des gymnastiques qui s’exercent en musique. Des compétitions nationales et internationales sont organisées chaque année. Le plus souvent elles sont pratiquées par des «Lolitas», et aussi quelques fillettes et quelques garçons.

C’est un vrai plaisir de voir les jeunes se bouger ainsi, montrer dans un grand sourire une joie évidente, avec un ensemble pas loin de la perfection. Ils exécutent des mouvements athlétiques, font le grand écart, lèvent la jambe aussi haut que des danseurs de danse classique ; tout cela se déroule sur un rythme endiablé et sur une musique techno… qui casse un peu la tête, signe de notre temps !

Et si d’aventure ils décrochent une médaille d’or ou d’argent, alors il y a plus de paillettes dans leurs yeux que sur leurs costumes qui pourtant brillent bien. 

Dans cette activité, comme dans tant d’autres, on peut voir que nos jeunes ne passent pas leur temps à se traîner sur des canapés ou à fumer de mauvaises herbes.

Au risque d’être à contrecourant, il faudrait avoir confiance dans cette jeunesse, qui mord la vie à pleines dents, et qui est parfaitement capable de s’investir dans les études, les arts, les sports, etc.

Mais aujourd’hui, nous sommes à la peine, et les jeunes en premier. Depuis plus d’un an déjà la crise sanitaire du Coronavirus nous ronge la vie, et en ce moment, il semble que l’on veuille nous entraîner dans une guerre de générations perdants/perdants, alors que nous avons tant besoin les uns des autres.

On veut contenir la fougue de la jeunesse pour protéger les aînés. Et on pense si fort qu’il faudrait enfermer les vieux, qu’ils l’entendent, même s’ils sont un peu sourds.

Laissons courir ces bruits malsains. Nous avons bien compris les consignes et nous les appliquons…à peu près. Vieux, jeunes et tous les autres, nous sommes ensemble, embarqués dans la même galère, et nous en sortirons ensemble, cela sans s’être bouffés le nez. Après, moi ce que j’en dis…

Lolitas : race de jouvencelles qui ont la particularité d’avoir le nombril à l’air été comme hiver.

Yvonne BEAUME.
22 Février 2021.

 

 

Recette du Garhiophilatum

RECEPTA DEL GARHIÒFILATUM

Qu’es aquò ? Es un aperitiu tant vièlh que lo rei d’Angleterra, Henri III de Plantagenest ne fasiá sos dimenges emai los autres jorns de la setmana. Foguèt creat al sègle XIII dins los nòstre Miègjorn.

Dins aquela periòda ont un novèl confinhament nos risca d’arribar, seriam plan avisats de nos i preparar. Que de mai regaudissent que de s’afairar amb gromandisa a crear una bevenda originala qu’estonarà vòstres amics, quand tornaràn enfin los jorns bèlses.

Vaquí la recèpta del garhiòfilatum, que se pòt faire a l’ostal :

Per un veintenat de personas :

-1,5 l. de bon vin doç d’en cò nòstre ; n’en mancam pas, siá a basa de muscat, siá a basa de granache.

-100 g. de siròp de mèl.

-50 g. de gengibre.

-20 g. de canèla.

-10 g. de clavèls de giròfle (qu’auriá bailat son nom a la bevenda)

-20 g. de racina de valeriana.

-8 dolsas de cardamòm.

Preparar a l’avança lo siròp de mèl en mesclant 50 g. de mèl e 50 g. d’aiga. Sul fuòc far fremesir a fuòc mejan fins que lo mèl siá fondut.

Dins un recipient, bojar lo vin e lo siròp de mèl. Bolegar.

Dins una tela, pausar las espècias. Nosar la tela per la barrar. La trempar dins lo vin e lo siròp. Cobrir. Daissar macerar al mens 4 oras. Puèi levar la tela. Filtrar e metre en bothelhas, las amagar e las doblidar pendent qualques temps. La bevenda que se pòt beure ataben en dessèrt, se conserva mantunas annadas.

Amb l’ajuda dels vaccins, un jorn vendrà ont ֳòm nos anonciarà la fin de la sarramauca que vivèm e ont poirem fin finala escampar las masquetas.

Alara, non sens una pensada prigonda e respectuosa per totas las victimas del coronavirus e per lors pròches, nos virarem amb fisança e estrambòrd cap a l’avenidor.

Lo moment serà vengut d’obrir amb fòrças precaucions las botelhas de garhiòfilatum, e partejar amb la familha e los amics la divenca bevenda.

Dins l’embriaguesa de la libertat retrobada, cantarem, dançarem e nos encigalarem tota la nuòch sens moderacion, per un còp. E se rotlam jos la taula, cal esperar que demorarà un parèlh de pissavinagres qu’auram gardat la testa pro freja per nos rebalar fins a la cambra, ont en prevision, aurem pausat un capèl al pè de nòstre lièch. Trè que veirem 2, 3 e enfin 4 capèls, serem lèstes per nos adormir del sòm del juste. Joguem qu’a nòstre revelh, la clòsca un pauc dolorosa tanplan, aurem caçat de nostre esperit lo coronavirus e son cortègi de laguis. A nosautres l’avenidor, o vòli tornar dire, plen de fisança e estrambòrd.

Me sembla que la fin de la galèra meritarà plan aquò ! Santat !

Ivona BEAUME.
Mèsa lo 7 de febrièr de 2021.

*Mas sorsas : una BD : Montpellier, de la préhistoire à Rabelais, del setòi Dobbs e autres, e l’Internet.

 

RECETTE DU GARHIOFILATUM

Qu’est-ce que c’est ? C’est un apéritif si vieux que le roi d’Angleterre, Henri III de Plantagenêt en faisait ses dimanches et même les autres jours de la semaine. Il fut créé au XIIIème siècle dans notre Midi.

Dans cette période où un nouveau confinement nous pend au nez, nous serions bien inspirés de nous y préparer. Quoi de plus réjouissant que de s’affairer avec gourmandise à créer une boisson originale qui étonnera vos amis, quand reviendront enfin les jours beaux.

Voici la recette du garhiofilatum, qui peut se faire à la maison :

Pour une vingtaine de personnes :

-1,5 l. de bon vin doux de chez nous ; nous n’en manquons pas, soit à base de muscat, soit à base de grenache.

-100 g. de sirop de miel.

-50 g. de gingembre.

-20 g. de cannelle.

-10 g. de clous de girofle (qui aurait donné son nom à la boisson).

-20 g. de racine de valériane.

-8 gousses de cardamome.

Préparer à l’avance le sirop de miel en mélangeant 50 g. de miel et 50 g. d’eau. Sur le feu, faire frémir à feu moyen jusqu’à ce que le miel soit fondu.

Dans un récipient, verser le vin et le sirop de miel. Remuer.

Dans une toile, poser les épices. Nouer la toile pour la fermer. La plonger dans le vin et le sirop. Couvrir. Laisser macérer au moins 4 heures. Puis enlever la toile. Filtrer et mettre en bouteilles, les cacher et les oublier pendant quelques temps. La boisson, qui peut aussi se boire en dessert se conserve plusieurs années.

Avec l’aide des vaccins, un jour viendra où l’on nous annoncera la fin du cauchemar que nous vivons et où nous pourrons enfin jeter les masques.

Alors, non sans une pensée profonde et respectueuse pour toutes les victimes du coronavirus et pour leurs proches, nous nous tournerons avec confiance et enthousiasme vers l’avenir.

Le moment sera venu d’ouvrir avec beaucoup de précautions les bouteilles de garhiofilatum, et de partager avec la famille et les amis la divine boisson.

Dans l’ivresse de la liberté retrouvée, nous chanterons et nous danserons, nous nous soûlerons toute la nuit sans modération, pour une fois. Et si nous roulons sous la table, il faut espérer qu’il restera une paire de pisse-vinaigres qui auront gardé la tête assez froide pour nous traîner jusqu’à la chambre, où en prévision, nous aurons posé un chapeau au pied de notre lit. Dès que nous verrons 2, 3 et enfin 4 chapeaux, nous serons prêts pour nous endormir du sommeil du juste. Gageons qu’au réveil, la tête un peu douloureuse peut-être, nous aurons chassé de notre esprit le coronavirus et son cortège de soucis. A nous l’avenir, je veux le redire, plein de confiance et d’enthousiasme.

 Il me semble que la fin de la galère méritera bien sa! Santé !

Yvonne BEAUME.
Mèze, le 7 février 2021.

*Mes sources : une BD : Montpellier, de la préhistoire à Rabelais, du sétois Dobbs et d’autres, et Internet.

 

De contes de ma grand la bòrnhia

DE CONTES DE MA GRAND LA BÒRNHIA.

Quand sèm pichotèts, nos aiman faire paur amb d’istòrias, afrosas quand òm i pensa. 

Se regalam, amb d’estrementidas d’esglais, de veire lo lop manjar la grand del capaironet Roge, Barba Blauva engolir sas femnas, e lo Pichòt Pocèt Poceton se far semenar e abandonar per son quiti paire dins la forèst. E tant e tant d’autres istòrias de la meteissa farina fins a la de nòstre regretat vesin, Boby LAPOINTE, que cantava amb un aire simplet : la mamà del peis es plan genteta, e ieu l’aimi plan… amb de citron.

 De que vòl dire aquò, senon que dins la vida, cadun trapa son predator, çò qu’empacha pas cadun d’èstre predator a son torn. E l’òme es pas lo darrièr! Aquò es tant dins la natura umana coma dins la natura tota, que la cançon de Boby Lapointe es apresa dins las escòlas  mairalas ; Plai tant als nenons que rintrant de l’escòla la cantan a lors parents e a lors grands.

Seriá pas un biais d’estre en capacitat d’acceptar nòstras mancas, e d’èstre armats per afrontar la vida ? Mas l’òme, que d’instinct se pren per lo Rei de la Planèta Tèrra , seriá pas a mostrar son impoténcia davant quicòm que se vei pas, que s’entend pas, que se sentis pas, mas qu’es plan aquí, e que s’en prend, aquel sacaman, als mai febles, fins a los tugar, de còps.

Vòli parlar del Coronavirus que nos empoisona la vida dempuèi de mèses,  s’aplicant a metre de genolhs l’economia de la Tèrra entièra. E parlem pas de sas consequèncias sus los rapòrts umans, cadun se mefisant de son vesin e tanben d’èl meteis.  Auriam pas trapat nòstre mèstre ?

Mas es pas dins las abitudas de l’òme de se daissar caucigar los agacins sins reagir. I metrem lo temps que cau e ganharem la partida, cadun a sa plaça e segon sas capacitats. Que ara la situacion es devenguda l’afar de totes.

E qu’òm me venga pas parlar de “collapsologia” ! Na.

BEAUME YVONNE.
MÈSA Lo 16 de SETEMBRE 2020


DES HISTOIRES DE MA GRAND-MERE LA BORGNE.

Quand nous sommes petits, nous aimons nous faire peur avec des histoires, affreuses quand on y pense.

On se régale, avec des frissons d’effroi, de voir le loup manger la grand-mère du Petit Chaperon Rouge, Barbe Bleue avaler ses femmes, et le Petit Poucet se faire semer et abandonner par son propre père dans la forêt. Et tant et tant d’autres histoires du même genre, jusqu’à celle de notre regretté voisin, Boby LAPOINTE, qui chantait avec un air naïf : la maman des poissons elle est bien gentille, et moi je l’aime bien…avec du citron.

Que veut dire cela, sinon que dans la vie, chacun trouve son prédateur, ce qui n’empêche pas chacun d’être prédateur à son tour. Et l’homme n’est pas le dernier ! Cela est tellement dans la nature humaine comme dans la nature tout entière, que la chanson de Boby Lapointe est apprise dans les écoles maternelles. Elle plaît tant aux petits qu’en rentrant de l’école ils la chantent à leurs parents et à leurs grands-parents.

Ne serait-ce pas une façon d’accepter nos défauts, et d’être armés pour la vie ? Mais l’Homme qui d’instinct se prend pour le Roi de le Planète Terra, ne serait-il pas en train de montrer son impuissance devant quelque chose qui ne se voit pas, qui ne s’entend pas, qui ne se sent pas, mais qui est bien là ce vaurien, et qu’il s’en prend aux plus faibles, jusqu’à les tuer parfois.

Je veux parler du Coronavirus qui nous empoisonne la vie depuis des mois, s’appliquant à mettre à genoux l’économie de la Terre entière. Et ne parlons pas de ses conséquences sur les rapports humains, chacun se méfiant de son voisin et bientôt de lui-même. N’aurions-nous pas trouvé notre maître ?

Mais il n’est pas dans les habitudes de l’Homme de se laisser marcher sur les pieds sans réagir. Nous y mettrons le temps qu’il faut et nous gagnerons la partie, chacun à sa place et selon ses capacités. Car maintenant la situation est devenue l’affaire de tous.

Et qu’on ne vienne pas me parler de « collapsologie » ! Na.

BEAUME Yvonne.
MEZE LE 16 septembre 2020.

La fontaine miraculeuse

Le saviez-vous ? Dans les temps anciens, il existait, à Mèze, une fontaine qui avait le pouvoir de guérir les mauvaises fièvres… « Font Chandelière ».

« FONT », fréquent dans nos régions, découle du latin Fontis «  Source »… CHANDELIERE prononcée Candelièra de l’Occitan Candela : chandelle – Cette source en forme de chandelle, guérissait les fièvres Jadis, à l’état endémique… Lors de processions, les habitants venaient y brûler un cierge afin de conjurer le sort… (Cadastrée déjà en 1768).

Lo « Blob »

Le document audio du cercle occitan

Ni plante, ni animal, ni champignon, le « Blob » (ou Physarum polycephalum pour les experts) est un organisme vivant qui fascine les scientifiques… Et les occitanistes de Mèze ! Vivant dans des zones fraîches et humides telles que les tapis de feuilles des forêts ou le bois mort, cet étrangeté biologique est même capable d’apprendre et de se déplacer.

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation du « Blob » (audio) en occitan :

 

 

La carrièra del relòtge

Le document « audio » du cercle occitan

Lo disabte 11 de Mai de 2019, le conse, Monsu Henry Fricou a inaugurat, amb lo Cercle Occitan Lo Buòu e l’escòla de la Calandreta de Mèsa, la placa nòva de la carrièra del Docteur Magne, per li apondre lo nom ancian occitan, qu’èra carrièra del relòtge.

Per de que se sonava entau ? En 1678, los cònsols de la vila de Mèsa an fach plaçar un relòtge bèl sus la pòrta que barrava la carrièra dels masèls.

En 1802, quand las darrièras parèts fogueron tombadas, lo relòtge foguèt desplaçat per estre pausat sus la façada de la gleisa Saint Hilaire.

En 1902, aquèla foguèt remplaçada per una nòva e la carrièra foguèt batejada « rue du Docteur Magne ». Cal dire que lo medicin èra plan aimat de la populacion e de los paures en particulièr, que lor donava la mitat de sas rentas.

Son sens del dever pendent l’epidemia de colerá foguèt exemplar.

Dins son discórs, Monsu lo Conse diguèt qu’ara aquèla plaça « rapelará als mesòis, als visitors e als passants, qu’abans de se sonar rue du Docteur Magne, la carrièra portava un nom dins la lenga de còr de ses abitants… », la lenga d’Oc.

E uèi dins la rerembrença del remirable Docteur Magne, lo relòtge contunha de batre encara e encara lo ritme de la vida del monde de nòstre vilatge.
A lèu.  

 

Le samedi 11 Mai 2019, le Maire, Monsieur Henry Fricou, a inauguré, avec le Cercle Occitan Lo Buòu et l’école de la Calandreta de Mèze, la nouvelle plaque de la rue du Docteur Magne, pour lui ajouter l’ancien nom occitan « carrièra del relòtge ».

Pourquoi s’appelait-t-elle ainsi ? En 1678, les Consuls de la ville de Mèze ont fait placer une grosse horloge au-dessus de la porte qui fermait la rue des abattoirs.

En 1802, quand les derniers remparts furent tombés, l’horloge fut déplacée pour être posée sur la façade de l’église Saint Hilaire.

En 1902, celle-ci fut remplacée par une nouvelle, et la rue fut baptisée « rue du Docteur Magne ». Il faut dire que le médecin était très aimé de la population et des pauvres en particulier, car il leur donnait la moitié de ses revenus.

Son sens du devoir pendant l’épidémie de choléra fut exemplaire.

Dans son discours, Monsieur le Maire a dit que « maintenant, cette place rappellera aux mézois, aux visiteurs et aux passants, qu’avant de s’appeler rue du Docteur Magne, la rue portait un nom dans la langue de cœur de ses habitants… », la langue occitane.

Et aujourd’hui, dans le souvenir de l’admirable Docteur Magne, l’horloge continue de battre encore et encore le rythme de la vie des gens de notre  village.
A bientôt.

Le fricot d’escoubilles

La première vocation d’une langue étant d’être parlée, le Cercle Occitan de Mèze a décidé de passer à la vitesse supérieure en proposant des documents « audio » afin de mieux faire connaître et de valoriser la langue occitane.

Présentation :

Pour commencer, découvrez une recette bien de chez nous : « Le fricot d’escoubilles ».

 

 

 

 

 

 

 

 

Ecoutez la recette…

M A S C Ò T

Qu’ès aquò ? Es un d’aqueles engenhs qu’apelam uòi« robot ». Mascòt, pas pus grand qu’una boita de calçaduras, es estat enviat a 325 milions de quilomètres de la Tèrra. Perqué far simple quand òm pòt faire complicat anatz vos dire ? Per de que lo mond que sabon çò que fan, an decidit que Mascòt deviá s’anar barrutlar sus un calhau de 900 quilomètres de diametre,  un « astéroïde » del sistema solar que se sona RYUGU. La mission devriá nos ajudar a detectar sa compausicion primitiva, es a dire la matèria la pus vièlha del sistema, quatre miliards d’annadas, e pr’aquò seriá perfect. Vaquí per de que es aquel e pas  un autre qu’es estat causit.

Tres ans e mieg après s’èstre enanat de la Tèrra, Mascòt es estat largat lo 3 d’octobre de 2018  per la sonda japonesa HAYABUSA 2 (vòl dire : falcon pelegrin) a l’endrech previst per los scientificas. Aquí vesem d’un còp sec lo grand interés de las matematicas e dels ordinadors.

Après aber rebombit gaitament qualques fes, s’es pausat un primièr còp de galís ; mas amb l’ajuda dels sabents dempuèi la Terra ( ! ), s’es enfin pausat coma cal, e amb fiertat, a desplegat sas alas. Sa mission es d’anar espinchar lo sòl de Ryugu, qu’avèm de rasons de pensar que pòt nos en aprener fòrça sus la formacion de nòstra planeta e segurament sus aquela d’autras. Aquí, mèfi. Caldriá pas que trainesse tròp, que l’autonomia de ses batariás es d’un quinzenat d’oras solament.

Mas, dins qualques jorns, la sonda Hayabusa 2 se pausará « en persona » sus lo calhau après i aver fach petar una bomba per cavar e remenar una partida de son sòl. N’en raportará qualques bocins que seràn analisats sus la Tèrra nòstra. Pasmens se cal armar de paciença. Hayabusa 2 s’en tornará qu’en 2020, en Australia.

Ara, òm pòt se contentar de s’extasiar dabans los formidables espleits que son l’exploracion de l’Univèrs, mas òm pòt tanben soscar sus tot çò que seriá possible de far amb l’argent de tot aquò. La fam dins lo monde, la recerca medicala, los suènhs als malautes e als caboçats de la vida, un teulat per cadun, lo confòrt del ainats devenguts dependents …

Aquò se ten, mas es comptar sens la curiosatat que nos rosiga e que nos fa perseguir una quimera : d’ont venem e ont anam. Ont anam, commençam de ne veire los contorns, se contunham a faire de que que siá sens pensar a  l’endeman. Mas, d’ont venem ? Dempuèi que lo mond es monde, l’Òme a volgut saupre çò que s’amaga detràs çò que se vei, mas que el vei pas. E reconaissem qu’es a aquel prètz que lo progrès s’es desvolopat pauc a pauc, pichòt calhau après pichòt calhau. Cal se faire a l’idèa que res empacharà la fugida en abans de l’òme cap a las descobèrtas.

E per conclure, a qualques jorns de las comemoracions del centenari de la fin de la Granda Guèrra de 1914/1918, apondrem que la mission sus Ruygu èra lo projèct dels francèses, dels alamans e dels japonèses. Aquò val cent còps mai que de s’entretugar, non ?


MASCOT

Quesaco ?* C’est un de ces engins que nous appelons aujourd’hui robot. MASCOT pas plus grand qu’une boite à chaussures, a été envoyé à 325 millions de km de la Terre. Pourquoi faire simple quand c’est compliqué allez-vous dire ? Parce-que les gens qui savent ce qu’ils font ont décidé que Mascot devait aller se promener sur un caillou de 900 km de diamètre, un astéroïde du système solaire qui se nomme RYUGU.  La mission devrait nous aider à détecter sa composition primitive, c’est-à-dire la plus vieille du système (4 milliards d’années), et pour cela il serait parfait. Voilà pourquoi c’est celui-ci et pas un autre qui a été choisi.

Trois ans et demi après être parti de la Terre, Mascot a été largué le 3 octobre 2018 par la sonde japonaise HAYABUSA 2 (cela veut dire : Faucon Pèlerin) à l’endroit prévu par les scientifiques. Nous voyons là d’un seul coup le grand intérêt des mathématiques et des ordinateurs.

Après avoir rebondi gaiment quelques fois, il s’est posé une première fois de travers ; mais avec l’aide des savants depuis la Terre  ( ! ), il s’est enfin posé comme il faut, et avec fierté, il a déployé ses ailes. Sa mission est d’aller observer le sol de Ryugu, car nous avons des raisons de penser qu’il peut nous en apprendre beaucoup sur la formation de notre planète et surement sur celle d’autres. Là, attention ! il ne faudrait pas qu’il traînasse trop, car l’autonomie de ses batteries est d’une quinzaine d’heures seulement.

Mais dans quelques jours, la sonde Hayabusa 2 se posera « en personne » sur le caillou après y avoir fait sauter une bombe pour creuser et fouiller une partie de son sol. Il en rapportera quelques morceaux qui seront analysés sur notre Terre. Cependant il faut s’armer de patience. Hayabusa 2 ne reviendra qu’en 2020 en Australie.

Maintenant, on peut se contenter de s’extasier devant les formidables exploits que sont l’exploration de l’Univers, mais on peut aussi réfléchir sur tout ce qu’il serait possible de faire avec l’argent de tout cela. La faim dans le Monde, la recherche médicale, les soins aux malades et aux cabossés de la vie, un toit pour tous, le confort des aînés devenus dépendants…

Cela se tient, mais c’est sans compter sans la curiosité qui nous ronge et qui nous fait poursuivre une chimère : d’où venons-nous et où allons nous ? Où nous allons, nous commençons à en voir les contours si nous continuons à faire n’importe quoi sans penser au lendemain. Mais d’où venons-nous ? Depuis que le monde est Monde, l’homme a voulu savoir ce qui se cache derrière ce qui se voit, mais que lui ne voit pas. Et reconnaissons que c’est à ce prix que le progrès s’est développé peu à peu, petit caillou après petit caillou. Il faut se faire à l’idée que rien n’arrêtera la fuite en avant de l’homme vers les découvertes.

Et pour conclure, à quelques jours des commémorations du centenaire de la fin de la Grande Guerre de 1914/1918, nous ajouterons que la mission sur Ruygu était le projet des français, des allemands et des japonais. Cela vaut cent fois mieux que de s’entretuer, non ?

*Qésaco : ce mot est un cadeau de la langue occitane à la langue française : qu’es aquò = qu’est-ce que c’est.

TRES FRAIRES GUIRAL, LOP e CLAR

Es l’istòria a l’atge mejan, de tres fraires de Sant Martin de Londres : Guiral, Lop e Clar. Èran amoroses de la meteissa domaisèla. Coma se ne podián despartejar que per sas proesas, partiguèron en crosada a la guèrra.

E vaquí que par astre, ne tornèron cobèrts d’onors.

Per contre, e per malastre, sobretot per  la domaisèla, los tres fraires aguèron pas l’escasença de far valer los esplèits que los debián despartejar. La paureta moriguèt la velha de lor retorn.

Plens de desesper, decidiguèron de viure en ermitas, cadun sus un dels  très piòchs que forman un triangle alentorn de Saint Martin de Londres.

Cada 24 de decembre, comunicavan en alucant un fuòc. Una nuòch de Nadal, n’i aguèt pas que dos, puèi autra nuòch de Nadal, pas qu’un, e fin finala , un autre 24 de  decembre, los très piòchs demorèron dins lo negre. Los valents ermitas èran totes mòrts.

En omenatge, aquèles très piòchs foguèron batejats Sant Guiral, Sant Lop e Sant Clar.

Mas, es a Poseïdon que l’ermita Clar deu d’aver pogut s’intallar fins al tèrme de sa vida sus la montanheta. L’istòria – legenda ditz qu’aquel Dieu, per punir nòstres reires d’èstre un pauc tròp fièrs, qu’aquò a pas talament cambiat, faguèt remontar amb son tresdenst una balena de las bèlas, e la pausèt a l’intrada del golfe. Devistant Poseîdon, la balena se petrifiquèt. Atal es nascut lo Mont Sant Clar et lo gòlf es devengut nòstre estanh de Taur.

O sabiatz pas ? E ben ara lo sabètz coma ditz l’umoriste regional Danièl Villanova cada matin sus las ondas de France  Bleu Hérault.

 Mercé plan a Poseïdon per totes los benfaches que l’estanh nos apòrta. E per la treslusenta vista que s’ofrís a nosautres sus Sant Clar cada jorn.


TROIS FRÈRES : GUIRAL, LOUP et CLAIR

C’est l’histoire, au Moyen Age, de trois frères de Saint Martin de Londres : Guiral, Loup et Clair. Ils étaient amoureux de la même jeune-fille. Comme ils ne pouvaient se départager que par leurs prouesses, ils partirent en croisade à la guerre.

Et voilà que par chance, ils en revinrent couverts d’honneurs.

Par contre, et par malchance, surtout pour la jeune-fille, les trois frères n’eurent pas l’occasion de faire valoir les exploits qui devaient les départager. La pauvrette mourut la veille de leur retour. Pleins de désespoir, ils décidèrent de vivre en ermites, chacun sur l’un des trois pics qui forment un triangle autour de Saint Martin de Londres.

Chaque 24 décembre, ils communiquaient en allumant un feu. Une nuit de Noël, il n’y en eut plus que deux, puis une autre nuit de Noël, plus qu’un, et finalement, un autre 24 décembre, les trois pics restèrent dans le noir. Les valeureux ermites étaient tous morts.

En hommage, ces trois pics furent baptisés Saint Guiral, Saint Loup et Saint Clair.

Mais c’est à Poseïdon que l’ermite Clair doit d’avoir pu s’installer jusqu’au terme de sa vie sur la montagnette. L’histoire – légende dit que ce Dieu, pour punir nos ancêtres d’être un peu trop fiers, et cela n’a pas tellement changé, fit remonter avec son trident une grosse baleine, et la posa à l’entrée du golfe. Apercevant Poseïdon, la baleine se pétrifia. Ainsi est né le mont Saint Clair, et le golfe est devenu notre étang de Thau.

Vous ne le saviez pas ? He bien, maintenant vous le savez, comme dit l’humoriste régional Daniel Villanova chaque matin sur France-Bleu Hérault.

Grand merci à Poseïdon pour tous les bienfaits que l’étang nous apporte, et pour la vue splendide sur Saint Clair qui s’offre à nous chaque les jour.

SETEMBRE A LA PLAJETA

De matin, la plajeta es verge de tota presença umana. Sols los gavians an marcat la sorra de lors patas, nos convidant a los seguir a la traça fins a la riba.

Aquí s’ofrisson a nosautres los rebats argentats de l’aiga plana de nòstre bèl estanh, scintilhant jol solelh. Aquel, a flor e  a mesura que perseguís sa corsa, nos fa descobrir las colors de la montanheta de Seta, l’òcra de sa carrièra, lo verd de sos massisses, d’ont emergisson los ostalets, just per nos far remenbrar que l’ermita Sant Clar, son abitant primièr, ne i seriá pas tot sol se i èra encara.

Pel moment, la puòg servís de decòr a las barquetas de l’escòla de vela que lisan doçamenet sus l’aiga. De velas, n’i a de totas colors, de blavas, de rojas, de jaunas, de verdas, amai de blancas… Ges de bruch, senon que lo, discret, de qualques peisses que bombilhan de bon còr aicí e alai, après aquel estiu tròp caud, tant per èles coma per nosautres.

Virant la tèsta, òm pòt remarcar qualques personas que prenon, installadas en terrassa dels cafès, lor « p’tit dej’ », coma se ditz ara. Semblan pantaissar, daissant barrutlar lor agach cap als palmièrs, evocant tanplan per èles de viatjes al luènh…

Un sentiment de total respect de la natura flotèja dins l’aire, e voldriam que lo temps s’arrestesse per profechar longamai d’aquèles moments de patz e de serenitat.

P.S. Un autre jorn  vos contarem l’istòria de l’ermita de Sant Clar, que a son epoca deviá gaudir cada jorn d’aqueles moments privilegiats.


SEPTEMBRE A LA PLAGETTE

De bon matin, la plagette est vierge de toute présence humaine. Seules les mouettes ont marqué le sable de leurs pattes, nous conviant à les suivre à la trace jusqu’à la rive.

Là, s’offrent à nous les reflets argentés de l’eau plate de notre bel étang, scintillant sous le soleil. Celui-ci, au fur et à mesure qu’il poursuit sa course, nous fait découvrir les couleurs de la montagnette de SETE, l’ocre de sa carrière, le vert de ses massifs, d’où émergent les maisonnettes, juste pour nous rappeler que l’ermite Saint Clair, son premier habitant, n’y serait pas tout seul s’il y était encore.

Pour le moment, la colline sert de décor aux petites embarcations de l’école de voile qui glissent tout doucement sur l’eau. Des voiles, il y en de toutes les couleurs, des bleues, des rouges, des jaunes, des vertes, même des blanches… pas de bruit, sauf celui, discret, de quelques poissons, qui frétillent de bon cœur ici et là après cet été trop chaud, autant pour eux que pour nous.

En tournant la tête, on peut remarquer quelques personnes qui prennent, installées aux terrasses des cafés, leur « p’tit dej’ » comme on dit maintenant. Semblant rêvasser, elles laissent promener leur regard vers les palmiers, évoquant peut-être pour eux de lointains voyages…

Un sentiment de total respect de la nature flotte dans l’air, et l’on voudrait que le temps s’arrête pour profiter longuement de ces moments de paix et de sérénité.

P.S. Un autre jour, nous vous raconterons l’histoire de l’ermite Saint Clair, qui à son époque, pouvait jouir chaque jour de ces moments privilégiés.

RECÈPTA DEL PASTÍS DE VOLALHA DEL PAIRE FRANÇOIS

Lo qu’a pas gostat al pastís del Paire François a res manjat de bon.

INGREDIENTS : per 10 bocals de 200 g.

Per lo bolhon : un blanc de pòrre, una cèba picada de clavels de giròfle, un ramelet garnit (caròtas, api, frigola, laurièr…) un pè de pòrc, ½ pè de vedèl.

Per lo pastís, recuperar totas las tombadas de 10 volalhas : fetges, gresièrs, patas graissas. Gardar al fresc.

COSSÍ FAR : En primièr, faire des plaça dins lo refregidor !

Dins lo bolhon, faire còire los còls, lo bot de las alas, las tèstas e las patas de las volalhas dins una cocòta, fins que la carn se destaca dels òsses. Filtrar lo bolhon e lo daissar refrescar, puòi lo metre al refrigedor fins a l’endeman, per poder lo desgraissar.

Destacar la carn sens doblidar la de las tèstas e de las patas. Conservar al refregidor fins a l’endeman.

Los pès seràn manjats a despart. L’endeman, passar la carn e las tombadas en alternança dins un talhador electric amb una grilha adaptada a la resulta cercada : fina per las mossas, gròssa per lo pastís de campanha. Apondre a aquela mescladissa lo bolhon vengut gelada, après l’aver mai fach fondre sul fuòc.

Sal, pebre, e perqué non de brisum de rabassa se n’avètz.

Claufir als ¾ las terrinas o bocals. Tapar e metre dins un esterilizador. Faire prene lo bolh e daissar còire 1 ora 30. Daissar refrescar completament las terrinas abans de las sortir per verificar l’ esterilizacion. Per los bocals, totjorn prene de rondèlas de caochoc nòvas.

Meteissa procedura per lo pastís de lapin. Per lo de singlar, i a pas de besonh d’utilizar de pès de pòrc e de vedèl, la tèsta e las patas sufiràn per produire  la gelada.

Mercé plan al paire FRANÇOIS  (non es pas lo Pàpa François de Rome, es l’autre François, lo de Valflaunès ), per nous aver fach profiechar amb la generositat que li coneissèm, una de totas sas recèptas de las bonas.


RECETTE DU PÂTÉ DE VOLAILLE DU PÈRE FRANCOIS

Celui qui n’a pas goûté aux pâtés du Père  François n’a rien mangé de bon.

INGREDIENTS : pour 10 bocaux de 200 g.

Pour le bouillon : un blanc de poireau, un oignon piqué de clous de girofle, un bouquet garni (carottes, céleri, thym, laurier…) un pied de cochon, un demi-pied de veau.

Pour le pâté, récupérer les abats de 10 volailles : foies, gésiers, pattes grasses. Garder au frais.

COMMENT FAIRE : Tout d’abord, faire de la place dans le réfrigérateur !

Dans le bouillon, faire cuire les cous, le bout des ailes, les têtes et les pattes des volailles dans une cocotte, jusqu’à ce que la viande se détache des os. Filtrer le bouillon et le laisser refroidir, puis le placer au réfrigérateur jusqu’au lendemain, afin de pouvoir le dégraisser.

Détacher la chair sans oublier celle des têtes et des pattes. Conserver au réfrigérateur jusqu’au lendemain. Les pieds seront consommés à part. Le lendemain, passer la chair et les abats en alternance dans un hachoir électrique, grille adaptée au résultat recherché : fine pour les mousses, grosse pour les pâtés de campagne. Ajouter à ce mélange le bouillon devenu gelée, après l’avoir fait fondre sur le feu. Sel, poivre, et pourquoi pas des brisures de truffe si vous en avez.

Remplir aux ¾ les terrines ou bocaux. Fermer et mettre dans un stérilisateur. Porter à ébullition et laisser cuire pendant 1 H 30. Laisser refroidir complètement les terrines avant de les sortir pour vérifier la stérilisation. Pour les bocaux, toujours prendre des rondelles de caoutchouc neuves.

Même procédure pour le pâté de lapin. Pour celui de sanglier, il n’est pas nécessaire d’utiliser des pieds de porc et de veau, la tête et les pattes suffiront pour produire la gelée.

Un grand merci au Père François (non, ce n’est pas le Pape François de Rome, c’est l’autre François, celui de Valflaunès), pour nous avoir fait profiter avec la générosité qu’on lui connaît, d’une de ses meilleures recettes.

COPA DEL MONDE DE FOTBÒL

15 de JULHET 2018, finale FRANCE-CROATIE

E un, e dos, e tres, e quatre !

L’avèm fach. Enfin…l’an fach ! 20 après,  los Blaus renovelan l’espleit en enlevant lo trofèu. Son pas anats despenjar la luna, mas son revenguts a l’ostal amb una estela bèla, una segonda estela en aur.

A la manòbra, lo valerós capitani de la còla de 1998, Didier DESCHAMPS. Lo primier còp coma jogaire, e uòi coma entraïnaire d’una còla d’una joinessa susprenenta. D.D. a ganhat son escomesa. A menat sos pichòts a la victòria, fàcia a una còla croate qu’es luènh d’aver desmeritat, e qu’a defendut bècs e onglas son païs de solament 4 millions d’abitants. Òsca a totes.

A l’anoncia de la resulta, totes los mediàs se fan lo resson de l’eveniment, los Champs-Elysées s’emplisson coma per magia e lo païs entièr es detràs nòstres jogaires per los felicitar e los festejar coma se deu. Un grand moment de comunion unís tot lo païs, lo païs dins sa diversitat actuala, e qu’aqueste equip n’es lo rebat.

Vilas e vilatges son a l’unisson, trèva de querelas de cloquièrs o autres. L’ora es a la fèsta. Dins Mèsa, lo Buòu, mai cocardièr que jamai e que se deviá téner en emboscada, es estat lèu sortit de son estable, tot tremolant de jòia. La depanaira del mecanò es tansformada en autobus a imperiala, coma lo de los jogaires, pas qu’aquò ! A son bòrd, un fum de joines, brandissant amb de cridas de victòria, los drapèls francèses. Cal reconéisser qu’ avèm pas lo trionf modeste…Las automobilas surgisson de pertot a grand còps de tut-tut. Tot lo mond sabora aquel moment de fiertat nacionala, entonant, aici e alai nòstra Marselhèsa, nòstre imne nacional. Uòi, que podèm dessirar de mai, sinon que aquèl rebombiguesse totjorn per d’eveniments d’aquèla trempa.


COUPE  DU  MONDE  DE  FOOT  BALL

15 JUILLET 2018, finale FRANCE-CROATIE

Et un, et deux, et trois, et quatre !

Nous l’avons fait. Enfin…ils l’ont fait ! 20 ans après, les Bleus renouvellent leur exploit, en enlevant le trophée. Ils ne sont pas allés chercher la lune, mais ils sont revenus à la maison avec une belle étoile, une deuxième étoile en or.

A la manœuvre, le valeureux capitaine de l’équipe de 1998, Didier DESCHAMPS. La première fois en tant que joueur, et aujourd’hui en tant qu’entraîneur d’une équipe d’une jeunesse surprenante. D.D. a gagné son pari. Il a mené ses petits à la victoire, face à une équipe croate qui est loin d’avoir démérité, et qui a défendu becs et ongles son pays de seulement 4 millions d’habitants. Bravo à tous.

A l’annonce du résultat, tous les médias se font l’écho de l’événement, les Champs-Elysées se remplissent comme par magie, et tout le pays est derrière nos joueurs pour les féliciter leur faire la fête comme il se doit. Un grand moment de communion unit le pays, le pays dans sa diversité actuelle, et dont cette équipe est le reflet.

Villes et villages sont à l’unisson, trêve de querelles de clochers ou autres. L’heure est à la fête. Dans Mèze, le Bœuf, plus cocardier que jamais et qui devait être en embuscade, est vite sorti de son étable, tout tremblant de joie. La dépanneuse du mécano est transformée en autobus à impériale, comme celui des joueurs, rien que ça ! A son bord, un grand nombre de jeunes, brandissant avec des cris de victoire, les drapeaux français. Il faut reconnaître que nous n’avons pas le triomphe modeste…Les voitures surgissent de partout, à grands coups de tut-tut. Tout le monde savoure ce moment de fierté nationale, entonnant, ici et là notre Marseillaise, notre hymne national. Aujourd’hui, que pouvons-nous souhaiter de plus, sinon que celui-ci retentisse toujours pour des événements de cette trempe.