AIE D’AQUELAS MOSCAS !

AIE D’AQUELAS MOSCAS !

Trè que lo maistrau se lèva, vaquí que las moscas, qu’èran en embuscadas vaite’n saaupre ont, arriban lèu lèu.

Son pegosas, venon un còp sul braç, un còp sus la camba, autre còp sul nas e nos fan guechejar. La caça comença, e quand sèm plan entainats, cercam bregas :

  • Lo ridèl ! tira lo ridèl que sèm envasits. Es pas tant dificil de comprener aquò, saique !
  • No, es que lo ridèl las empacha de tornar sortir…e patin, e confin.

Pasmens, cal faire amb elas que son aquí dempuèi 65 milions d’annadas, e mai lo riban  de papièr pega que nòstres grands penjavan al plafond de la cosina n’es pas vengut a bot.

Un qu’a sachut mai que digús les descriure, es lo Joan de la Fontaine dins La mouche du coche, e s’es pas geinat d’escarraunhar al passatge totes los que barralhan fòrça dins lors bragas, come se ditz, sens per aquò estre eficaçs…

Es pas aisit de seguir lo rambalh de las moscas ; son aquí, son aila, son de pertot. Alara, a l’ostal, cal tot cobrir, fins a las fruchas e als legums, de fès que dins la banda n’i ague qualques unas de « vegetalencas ».

E anatz saupre ont an rebalat abans de s’entraucar en cò nòstre. Òr la mosca es coma l’amor, disiá ma maire : se pòt pausar sus una m…coma sus una ròsa…

Ivona BEAUME.

AIE CES MOUCHES !

Dès que le mistral se lève, voilà que les mouches, qui étaient en embuscade qui sait où, arrivent dare-dare.

Elles sont collantes, elles viennent une fois sur le bras, une fois sur la jambe, une autre fois sur le nez et nous font loucher. La chasse commence, et quand nous sommes bien irrités, nous cherchons la dispute :

  • Le rideau ! tire le rideau que nous sommes envahis. Ce n’est pas difficile à comprendre quand même !
  • Non, c’est que le rideau les empêche de ressortir…et patati et patata.

Pourtant, il faut faire avec elles, car elles sont là depuis 65 millions d’années, et même le ruban de papier collant que nos anciens pendaient au plafond de la cuisine n’en est pas venu à bout.

Un qui a su mieux que personne les décrire, est Jean de la Fontaine dans La mouche du coche, et il ne s’est pas gêné d’égratigner au passage tous ceux qui s’agitent dans leur culotte, comme on dit, sans pour cela être plus efficaces…

Ce n’est pas aisé de suivre le manège des mouches ; elles sont ici, elles sont là-bas, elles sont partout. Alors à la maison, il faut tout couvrir jusqu’aux fruits et aux légumes, au cas où dans la bande, il y en aurait quelques-unes de végétariennes.

Et allez savoir où elles ont traîné avant de s’introduire chez nous. Or la mouche c’est comme l’amour, disait ma mère : elle peut se poser sur une m…comme sur une rose…

Yvonne BEAUME.

Rencontre

ENCÒNTRE

Aquò se passa dins una EHPAD, coma disèm ara.

Un jorn arriba una pensionària novèla. Las tèstas se viran de son costat, tant que sos peus argentats fan resssortir sus uòlhs d’un blau de safir.

Un papèt que rosiga son fren dins un fautuelh es acrocat per son regard… E aquel regard, li parla.

Daissa passar 2 o 3 jorns abans de s’avenura a l’acostar : lo temps de remenbrar sos sovenirs, tant esmogutbolegat qu’un joine òme. Un darrièr agach dins lo miralh. Es verai que li manca qualques peus sus la tèsta, mas es encara drech coma una I. Anem !

     –  Bonjorn, seriatz pas Catarina ?

  • Òc, e vos ? Esperatz,

daissatz-me devinar…lo Joan-Pèire ! Es aquò ?

  • Òc. Veses, se t’ai

reconeguda, es qu’as pas tròp cambiat…perdon, òm pòt se dire de tu ?

  • Òc, naturalament. Soi

talament contenta d’encontrar una conoissença !…e quana conoissença. La conversacion contunha coma si aqueles dos s’eran quitats la velha.

Pauc a pauc, cada tantossada, passan un moment de masi en mai long a se remembrar lor joinessa, e aquò ensolelha lor vida quotidiana. Cadun aviá seguit son camin, avian quitat lor vilatge rapòrt als estudis e al trabalh. S’eran maridats, e avian fondat una familha, avian agut d’enfants e de felens, viscut lo bon e lo mens bon d’una vida, e ara sont veuses totes dos.

Per autant, un primièr amor es pas quicòm qu’una vida sufís a faire doblidar, e se retrobar al ser de sa vida es un present preciós e plan polit. I vòlon veire la man de la destinada.

Aquò les empacha pas de parlar amb una granda libertat de lor familha, e amai de lor conjunt defunt totjorn amb respect.

Demest lors enfants, n’ia que se ragaudisson d’aqueles retrobalhas que van adocir lors vielhs jorns. D’autres an paur per lor eretatge, e parlan de metre lo paire jos tutèla. Una autra viu aquò coma una traïson de sa maire… Cadun reagís segon sa natura.

Catarina e Joan-Pèire, amb la saviesa de lor atge, daissan dire, e prenon çò que la vida vòl plan encara lor bailar.

Los autres pensionaires los agachan amb enveja, pendent que lo personal de l’EHPAD se mòstra atendrit per aquel coble tocant.

Et vaquí que, coma per nosautres, lo confinhament causat per la CÒVID, lor tomba sus lo clòsc. Cadun deu demorar jorn e nuòch dins sa cambra coma un pestiferat. Veson just de mond portant masqueta. Las visitas de las familhas sont interditas. Las chifras de los pendules an tant de mau a montar la còsta coma de debalar la penda. Es pas possible que las oras faguessen sonque 60 minutas…Quana tristessa !

Aürosament que Catarina e Joan-Pèire avian acceptat, jos los conselhs de lors enfants, d’apréner a se servir del telefonet, emai de faire des « selfies » ! Aquò lor a permés de manténer lor relacion en esperant lo moment enfin vengut  de se retrobar dins lo jardin del establiment per anar recaufar lors vielhs òsses al solelh.

Enfin liberats, prenon consciénça de l’importànçia de lor rendetz-vos quotidian. Parlant de las causas de la vida, e coma un ritual, tastan un parelh de « Cachous Lajaunie », que lo Joan-Pèire a pas doblidat que la Catarina era gromanda de regalícia. Mèfi qu’aquò fa montar la tension arteriala ! Mas un cachon es talament pichonet que pòt pas faire de mau ! e es l’ocasion de lissar discrètament

 la man de l’un dins la de l’autra, doblidant de la retirar pendent un grand moment…deliciós e seren.


* LAJAUNIE : Es lo nom de l’apoticaire tolosenc qu’a inventat la pastilha negre, en 1880. Sa recèpta es totjorn gardada secreta, mas òm sap que i entra de regalícia e de cachon, dont se fabrica la polvèra d’aquela notz d’Arec de las Indias orientalas, e autres ingredients. Lo bonbon era vendut coma potinga contra lo marrit alen.

Ivona BEAUME
Mèsa le 7 de Mai de 2021.

RENCONTRE

Cela se passe dans un EHPAD, comme nous disons maintenant.

Un jour, il arrive une nouvelle pensionnaire. Les têtes se tournent de son côté, tellement ses cheveux argentés font ressortir ses yeux d’un bleu de saphir.

Un grand-père qui ronge son frein dans un fauteuil est accroché par son regard…Et ce regard, il lui parle.

Il laisse passer 2 ou 3 jours avant de s’aventurer à l’accoster : le temps de rassembler ses souvenirs, aussi ému qu’un jeune-homme. Un dernier regard dans le miroir. Il est vrai qu’il lui manque quelques cheveux sur la tête, mais il est encore droit comme un I. Allons !

  • Bonjour, vous ne seriez pas

Catherine ?

      – Oui. Et vous ? attendez, laissez-moi deviner…Jean-Pierre, c’est ça ?

  • Tu vois, si je t’ai

reconnue c’est que tu n’as pas trop changé…pardon, on peut se dire tu ?

  • Oui, naturellement, je suis si

contente de rencontrer une connaissance ! et quelle connaissance. La conversation continue comme si ces deux-là s’étaient quittés la veille.

Peu à peu, chaque après-midi, ils passent un moment de plus en plus long à se souvenir de leur jeunesse, et cela ensoleille leur vie quotidienne. Chacun avait suivi son chemin, ils avaient quitté le village à cause de leurs études et du travail. Ils s’étaient mariés et avaient fondé une famille, avaient eu des enfants et des petits-enfants, vécu le bon et le moins bon d’une vie, et aujourd’hui, ils sont veufs tous les deux.

Pour autant, un premier amour n’est pas quelque chose qu’une vie suffit à faire oublier, et se retrouver au soir de sa vie est un cadeau précieux et bien joli. Ils veulent y voir la main du destin.

Cela ne les empêche pas de parler avec une grande liberté de leur famille, et aussi de leur conjoint défunt, toujours avec respect.

Parmi les enfants, il y en a qui se réjouissent de ces retrouvailles qui vont adoucir leurs vieux jours. D’autres ont peur pour leur héritage, et parlent même de mettre le père sous tutelle. Une autre vit cela comme une trahison à leur mère. Chacun réagit selon sa nature.

Catherine et Jean-Pierre, avec la sagesse de leur âge laissent dire, et prennent ce que la vie veut bien encore leur donner.

Les autres pensionnaires les regardent avec envie, pendant que le personnel de l’EHPAD se montre attendri par ce couple touchant.

Et voici, que comme pour nous tous, le confinement causé par la COVID leur tombe sur la tête. Chacun doit rester jour et nuit dans sa chambre tel un pestiféré. Ils ne voient seulement que des personnes portant un masque. Les visites des familles sont interdites. Les chiffres des pendules ont autant de mal à monter la côte qu’à descendre la pente…ce n’est pas possible que les heures ne fassent que 60 minutes…Quelle tristesse !

Heureusement, Catherine et Jean-Pierre avaient accepté, sur les conseils de leurs enfants, d’apprendre à se servir du téléphone portable, et même à faire des « selfies » ! Cela leur a permis de maintenir leur relation en attendant le moment venu de se retrouver dans le jardin de l’établissement pour aller réchauffer leurs vieux os au soleil.

Enfin libérés, ils prennent conscience de l’importance de leur rendez-vous quotidien. Ils parlent des choses de la vie, et comme un rituel, ils dégustent une paire de « Cachous Lajaunie », car Jean-Pierre n’a pas oublié que Catherine était gourmande de réglisse. Attention, cela fait monter la tension artérielle ! Mais un cachou, c’est tellement petit que ça ne peut pas faire de mal ! et puis, c’est l’occasion de glisser discrètement la main de l’un dans celle de l’autre pendant un long moment…délicieux et serein.


* LAJAUNIE : c’est le nom du pharmacien toulousain qui a inventé la pastille noire, en 1880. Sa recette est toujours gardée secrète, mais l’on sait qu’il y entre de la réglisse et du cachou, dont on fabrique la poudre de cette noix d’Arec des Indes orientales, et d’autres ingrédients. Le bonbon était vendu comme remède contre la mauvaise haleine.

Yvonne BEAUME.
Mèze, le 7 Mai 2021.

Lo Blob

Lo 3 de novembre de 2019 escriguèri l’article que seguís sus l’intrigant BLÒB. Eri luònh de pensar qu’una annada et mièja après, lo blòb s’enanariá barrutlar dins l’espaci!

Nòstre astrònaute Thomas PESQUET, uèi en rota per la Estacion Espaciala Internacionala, a mes dins sos bagatges 4 blòbs per estudiar en particular lor compòrtament en apesantor dins l’espaci. Sus la nòstra Terra, de scientifics e ataben d’enfants de 2000 escֳòlas faran las meteissas experiènças sus d’autres blòbs.

Anam seguir aquela istòria que s’anoncia apassionanta, quand sabèm que lo blòb es sòopechat de se sarrar de la vida eternela…

LO BLÒB o PHYSARUM PÒLICEPHALUM

Qu’es aquò? O conessètz ? pas ieu.

De qualques recèrcas, avèm conclus qu’es pas un animal, pasmens se noirís tot sol. Amai qu’a lo bèc fin : son plat preferit sont los campariòls, e en laboratori o a l’ostal – òc avètz plan entendut, a l’ostal – es gromandas de borrilhs de civada. Ges d’uòlhs, ges de boca, ges de pansa ; entau agantarà pas una estomagada…

Es pas una planta, perde qué se pòt barrutlar ; es vrai que va encara mai doçamanet que la tartuga de la faula de Joan de la Fontaine : 4 cm de l’ora !

A ges de cervèl, mas quand dos blòbs son reünits escambian lor saber. Un còp mai desseparats e après de nòvas estudis de lors facultats respectivas, los cercaires constateron  d’escambis de donadas.

Ara me ne demandètz pas mai ; es tròp complicat per la meuna cervèla. Per s‘enganar pas òm pòt dire qu’es un d’aquòs unicellulari que pòt mesurar fins a dètz metres al carrat e que trepa la nòstra planèta dempuèi 500 a un million d’annadas a quicòm pròche.

Lo blòb es pas polit, pécaïre ! jaunás, vescós, a rès per plaire, mas es pas maissant.

Per acabar, òm lo ditz quasi immortal quand entra en dormança, de fes qu’i a, pendent  mantunas annadas, talament que los saberuts, qu’aiman metre lor nas de pertot, pensèron a estudiar sas particularitats, saique per trapar lo Graal de la vida eternala ?

Se volètz ne saupre mai, lo melhor es d’anar sus l’Internet escotar una conferéncia. Picatz sus l’image, i tombaretz. Conférence d’Audrey Dussutour sur le blòb. Ne seretz pas decebuts !

Mas per de qué n’en parlam uòi ? Per çò  qu’es visible en aquel moment al zòo de Vincennes. I podètz córrer, que s’esperam que venguèsse fins a nosautres, a rason de 4 cm de l’ora es pas rendut, e segurament que serem mòrts abans qu’arribèsse, e sobretot abans que los saberuts ajan trapat lo famós e insasible Graal de la vida eternala, aquela quimèra ! »

Ivona BEAUME.

Le 3 novembre 2019 j’avais écrit l’article qui suit sur l’intrigant BLOB. J’étais loin de penser qu’un an et demi plus tard, le blob irait se promener dans l’espace !

Notre astronaute, Thomas PESQUET, aujourd’hui même en route pour la Station Spatiale Internationale, a mis dans ses bagages 4 blobs pour étudier en particulier leur comportement en apesanteur dans l’espace. Sur notre Terre, des scientifiques et aussi des enfants de 2000 écoles feront les mêmes expériences sur d’autres blobs.

 Nous allons suivre cette histoire qui s’annonce passionnante, quand nous savons que le blob est soupçonné de friser la vie éternelle…

LE BLOB ou PHYSARUM POLICEPHALUM

Qu’est-ce que c’est ? vous le connaissez ? pas moi.

D’après quelques recherches nous avons conclu que ce n’est pas un animal, cependant il se nourrit tout seul, et même il a le bec fin : son plat préféré, ce sont les champignons, et en laboratoire ou à la maison – oui vous avez bien entendu, à la maison – il est très gourmand des flocons d’avoine. Il n’a pas d’yeux, pas de bouche, pas d’estomac ; au moins il n’attrapera pas un ulcère…

Ce n’est pas une plante, car il peut se déplacer ; il est vrai qu’il va encore plus lentement que la tortue de la fable de Jean de La Fontaine : 4 cm à l’heure !

Il n’a pas de cerveau, mais quand deux blobs sont réunis, ils peuvent échanger leur savoir. Une fois séparés à nouveau et après de nouvelles études de leurs facultés respectives, les chercheurs constatèrent des échanges de données.

Maintenant ne m’en demandez pas plus. C’est trop compliqué pour mon cerveau à moi. Pour ne pas se tromper, on peut juste dire que c’est quelque chose d’unicellulaire qui peut mesurer jusqu’à 10 m2 maximum et qui fréquente notre planète depuis 500 à un million d’années à quelque chose près.

Le blob n’est pas beau, le pauvre ! jaunâtre, visqueux, il n’a rien pour plaire, mais il n’est pas méchant.

Pour finir, on le dit quasiment immortel quand il entre en dormance, parfois pendant plusieurs années, au point que les chercheurs, qui aiment fourrer leur nez partout, ont pensé à étudier ses particularités, peut-être en vue de trouver le Graal de la vie éternelle ?

Si vous souhaitez en savoir davantage, le mieux est d’aller sur Internet écouter une conférence. Taper sur l’image, vous y tomberez. « Conférence d’Audrey Dussutour sur le blob ». Vous ne serez pas déçus !

Mais pourquoi en parlons-nous aujourd’hui ? parce qu’il est visible en ce moment au zoo de Vincennes. Vous pouvez y courir, car si l’on attend qu’il vienne jusqu’à nous, à raison de 4 cm à l’heure, il n’est pas rendu, et sans doute serons-nous morts avant qu’il n’arrive, et surtout avant que les savants aient trouvé le fameux et insaisissable Graal de la vie éternelle, cette chimère ! »

Yvonne BEAUME

Correguda del combatent

 CORREGUDA DEL  COMBATENT.

Cal saupre que la correguda del combatent es pas quicòm de reservat als soldats.
A mens d’estre sord e avugle, podem pas ignorar que se cal faire vaccinar. Vac-ci-natz-vos ! Òm nos ditz qu’es la sola mena de sortir de l’androna del coronavirus. Se o dison !
Alara, s’avètz ensajat coma tot lo mond d’obtener un rendètz-vos per vos anar vos faire traucar la pèl, solide que serètz de mon vejaire.
En picant sus lo vòstre ordinador « Doctolib », se sètz pas tròp nul en informatica, tanplan avètz descrocat un rendètz-vos per lèu. Quana chança ! Seriái de vos, m’enanariái crompar una bilheta de lotariá.
Mas s’avètz ensajat de telefonar, es aquí que la correguda del combatent comença  : Dring !  la votz d’un aimable fantauma vos ditz : «  en rason d’un fum d’apels, podem pas bailar une seguida a la vòstra demanda. Rapelatz ulteriorament ». Dos o tres cò mème.
Lo subrendeman, victòria, qualqu’un respond : « quant avètz d’atge ? a ! lo vaccin qu’avèm es pas per vòs. Rapelatz dins qualques temps ».
Mentretant, a la radió e la television, tot juste s’òm vos ditz pas : « E ben de qu’esperatz per vos faire vaccinar ? ».
Té ! aga quane rat, que i aguesse de vaccins !
Cò melhor es d’ensajar un autre numèro de telefòn, per veire. « Escoti ? No prenèm pas sus lista d’espèra. Mas anam prener vòstre  nom e tot aquò, e quora aurem d’informacions, mancarem pas de vos sonar ». Dos, tres, quinze jorns, gès de novelas.
A la radió e a la television, venon de dire que los medicins o pòdon faire. Còsta pas res de telefonar. Aquì, lo fantauma vos ditz de sa votz suava : « totas las linhas de vòstre correspondent son ocupadas. Rapelatz ulteriorament » . Un còp, dos còps, eca. E se i anavi d’a pè , aquò me farà de ben als nervis que començon seriosament a se nodar. E vos entendètz dire per la secretari que sètz tròp vielha. Nos arestam a 74 ans. Sens comptar que tre lendeman, los metges an degut anullar de rendètz-vos, que « en naut » en decidit que aqueles serián pas aprobesits en vaccins coma previst pendent qualques temps. Bon !
E totjorn a la radió e a la television contunhan de repapiar que se cal faire vac-ci-nar ! mas i a de novèl. Los apoticaires lo pòdon far. A ! ont es passat lo telefonet ? Cercar lo numèro del mieu apoticaire : « Escoti ! per lo vaccin. Ò ! n’aurem. Es promés. No, coneissèm pas encara la marca, mas n’aurem. No, sètz pas tròp vielha, a condicion de pas avere de contra indicacion, aquò serà possible. Mas vos ai pas ditch, cal esperar un bon desenat de jorns. Puèi, vos apelarem a vòstre torn ». Mercé plan.
Òm pot pas dire que las causas avançan pas, mas a quin anar.  Quand lo vaccin finirà per arrivar se sem pas mòrts, òm podra s’estimar aüroses.
Se caliá tirar una leiçon d’aquel afar, benlèu seriá de se remenbrar dins l’avenidor, que nos cal arrestar de dependre per tot o quasi tot d’autres païses, ont lo mond i son pagats en moneda de monil pendent que d’autres amassan de fortunas.
Mas qual es aquel que diguèt : « Français vous avez la mémoire courte ! ». Ieu o sabi, mas vos o dirai pas. Na !

Ivona BEAUME.
Mèsa, lo 15 de mars de 2021.

P.S. Darrièra minuta : la vaccinacion per l’ AstraZeneca, lo vaccin qu’èra disponible, ven d’estre suspenduda, coma dins qualques autres païses.

P.S.2. Darrièra segonda : la vaccinacion per l’AstraZeneca ven de repréner !

Ten ! en esperant, ieu m’en tòrni dins ma bauma per escotar de musica regaudissenta.

 

 

PARCOURS DU COMBATTANT.

Il faut savoir que le parcours du combattant n’est pas quelque chose réservé aux soldats.
A moins d’être sourd et aveugle, on ne peut pas ignorer qu’il faut se faire vacciner. Vac-ci-nez-vous ! On nous dit que c’est la seule façon de sortir de l’impasse du coronavirus. S’ils le disent !
Alors, si vous avez essayé, comme tout le monde d’obtenir un rendez-vous pour aller vous faire trouer la peau, vous serez sûrement de mon avis.
En tapant sur votre ordinateur « Doctolib », si vous n’êtes pas trop nul en informatique, peut-être avez-vous décroché un rendez-vous pour bientôt. Quelle chance ! Si j’étais vous, je m’en irais acheter un billet de loterie.
Mais si vous avez essayé de téléphoner, c’est là que le parcours du combattant commence : Dring ! la voix d’un aimable fantôme vous dit : « en raison d’un grand nombre d’appels, nous ne pouvons pas donner suite à votre demande. Veuillez rappeler ultérieurement ». Deux ou trois fois dans la journée, c’est pareil.
Le surlendemain, victoire, quelqu’un répond : quel âge avez-vous ? Ah ! le vaccin dont nous disposons n’est pas pour vous. Rappelez dans quelques temps ».
Pendant ce temps, à la radio et à la télévision, tout juste si l’on ne vous dit pas : « Eh bien, qu’attendez-vous pour vous faire vacciner ? ».
Tiens (intraduisible), qu’il y ait des vaccins, pardi !
Le mieux est d’essayer un autre n° de téléphone pour voir : « J’écoute ? Nous ne prenons pas sur liste d’attente. Mais nous allons prendre votre nom, etc, et quand nous aurons des informations, nous ne manquerons pas de vous rappeler. Deux, trois, quinze jours, pas de nouvelles.
A la radio et à la télévision, on vient de dire que les médecins peuvent le faire. Ça ne coûte rien d’essayer. Là, le fantôme vous dit de sa voix suave : « toutes les lignes de votre correspondant sont occupées. Rappelez ultérieurement ». Une fois, deux, fois, etc. Et si j’y allais à pied, cela me fera du bien aux nerfs qui commencent sérieusement à se nouer. Et vous vous entendez dire par la secrétaire que vous êtes trop vieille. Nous nous arrêtons à 74 ans. Sans compter, que dès le lendemain, les médecins ont dû annuler des rendez-vous, car « en haut », ils ont décidé que ceux-ci ne seraient pas fournis en vaccins comme prévu pendant quelques temps. Bon !
Et toujours à la radio et à la télévision, on continue de radoter qu’il faut se faire vac-ci-ner ! mais il y a du nouveau. Les pharmaciens peuvent le faire. Ah, où est passé le téléphone portable ? Chercher le n° de mon pharmacien : « J’écoute ? pour le vaccin. Oui nous en aurons. C’est promis. Non, nous ne connaissons pas encore la marque, mais nous en aurons. Non vous n’êtes pas trop vieille, à condition de ne pas avoir de contre-indication, cela sera possible. Mais je ne vous ai pas dit, il faut attendre une bonne dizaine de jours. Puis nous vous appellerons à votre tour ». Merci bien.
On ne peut pas dire que les choses n’avancent pas, mais à quelle allure. Quand le vaccin finira par arriver, si nous ne sommes pas morts, nous pourrons nous estimer heureux.
S’il fallait tirer une leçon de cette affaire, peut-être ce serait de se rappeler à l’avenir qu’il faut arrêter de dépendre, pour tout ou presque, d’autres pays, où les gens sont payés en monnaie de singe pendant que d’autres amassent des fortunes.
Mais qui a dit : « Français, vous avez la mémoire courte ! ». Moi je le sais, mais je ne vous le dirai pas, na !

Yvonne BEAUME.
Mèze, le 15 mars 2021.

P. S. Dernière minute : la vaccination par l’AstraZeneca, le vaccin qui était disponible, vient d’être suspendue, comme dans quelques autres pays.

PS2. Dernière seconde : la vaccination par l’AstraZeneca vient de reprendre !

Tiens ! en attendant, moi je retourne dans ma grotte pour écouter de la musique réjouissante.

 

 

Lo mercat

LO MERCAT

Òm podrià ne dire sus lo mercat. Es quicòm que compta dins la vida de los que lo fraquentan, lo mond d’aicí, mai d’un còp de femnas, tant coma los toristes. Percorrent las alèas, pòdon comparar los preses, e causir los melhors produches frescs. Los legums e la frucha se partejan las colors. Las carròtas se maridan amb los pòrres, mentre que las cogordas fan una guinhada als apÍs. Las tomatas, malgrat lor timiditat, los meton totes d’acòrdi, amb lor roge lo mai flamejan en totas sasons.
Pomas e peras vòlon esclipir iranjas e madarinas, mas aquelas se trufan d’elas amb lor color « fluó ». E seriá comptar sens las fragas que lor fan la corrata, tant per lor vista que per lor nolor que vos fa venir l‘aiga a la boca.
Los taulièrs vos ofrisson una gamma de colors dignas de la paleta d’un pintre. E que dire de de las nolors ? Tota una mescladissa de perfums de campanha e de jardins vos transpòrta ja dins vòstra cosina ont se van espandair a la coseso, per metre en apetís los convivis.
Mas lo mercat es ataben l’ocasion de rescontres :
–  Cossí vas ? Ausisses lo clas ?  Qual es qu’es mòrt ? O sabes ?
– Òc, es la Janeta.
– La Janeta del Peiròt ? Pecaire ! me cal anar signar. Es aquela salopariá que l’a tugada ?
– No cresi pas. Sabès, après tot es pas damatge que sià mòrta, qu’al Peiròt lo faguèt cocut tota sa vida.
– Òc, amb lo fornièr !
– Òc, e encara calià qu’anèsse crompar cada jorn lo pan en cò d’el que Madama aimava pasqu’aquel pan. Ten ! sont acabadas las risedas dins l’esquina del Peiròt. Meritariá de tornar far lèu sa vida.
-.Quand mème, as pas vergonha de dire de mau de la Janeta tot just refrejada ? Mèfi que malgrat sa vida pas tròp catolica, una error d’aguilhage es lèu arribada, error que la podriá condusir al Paradís. E aquí, es pas segur qu’aje un mòt de recomandacion aimable per tus quora se présentarà davant lo Bon Dieu. Maissanta lenga … !
Lo mercat es tot un univèrs, ont se ditz pas que de mau del vesin. Es ataben l’escasença d’encontrar d’amics vertadièrs, e prenent de novèlas de lor familha, lor desirar una bona jornada en lor diguent : porta-te plan. A lèu espèri.

IVONA BEAUME.
MÈSA, lo 28 de FEBRIÈR de 2021.

LE MARCHÉ.

On pourrait en dire sur le marché. C’est quelque chose qui compte dans la vie de ceux qui le fréquentent, les gens d’ici, le plus souvent des femmes, autant que les touristes. Ils parcourent les allées, peuvent comparer les prix, et choisir les meilleurs produits frais. Les légumes et les fruits se partagent les couleurs. Les carottes se marient avec les poireaux, pendant que les courges font un clin d’œil aux céleris. Les tomates, malgré leur timidité, les mettent tous d’accord avec leur rouge le plus flamboyant en toutes saisons.
Pommes et poires veulent éclipser oranges et mandarines qui se moquent d’elles avec leur couleur fluo. Et ce serait compter sans les fraises qui leur font la nique, tant pour leur vue que pour leur odeur qui vous met l’eau à la bouche.
Les étalages vous offrent une gamme de couleurs dignes de la palette d’un peintre. Et que dire des odeurs ? Tout un mélange de parfums de campagne et de jardins vous transporte déjà dans votre cuisine, où elles vont se développer à la cuisson, pour mettre en appétit les convives.
Mais le marché c’est aussi l’occasion de rencontres :
– Comment vas-tu ? Tu entends le glas ? Qui est mort, tu le sais ?
– Oui, c’est la Jeannette.
– La Janette de Pierrot ? La pauvre ! il me faut aller signer. C’est cette saloperie qui l’a tuée ?
– Non, je ne crois pas. Tu sais, après tout ce n’est pas dommage qu’elle soit morte, vu qu’elle l’a fait cocu toute sa vie Pierrot.
– Oui ! avec le boulanger !
– Oui, en plus il fallait qu’il aille acheter le pan chaque jour chez lui, car Madame n’aimait que celui-là de pain. Tiens, elles sont finies les risées dans le dos de Pierrot. Il mériterait de refaire rapidement sa vie.
– Tout de même, tu n’as pas honte de dire du mal de la Jeannette à peine refroidie ? Attention que malgré sa vie pas trop catholique, une erreur d’aiguillage est vite arrivée, erreur qui pourrait la conduire au Paradis. Et là, il n’est pas sûr qu’elle ait un mot de recommandation aimable pour toi quand elle se présentera devant le Bon Dieu. Mauvaise langue… !
Le marché est tout un univers, où il ne se dit pas que du mal du voisin. C’est aussi l’occasion de rencontrer de vrais amis, et prenant des nouvelles de leur famille, leur souhaiter une bonne journée, en leur disant : porte-toi bien. A bientôt j’espère.

YVONNE BEAUME.
MEZE, le 28 FEVRIER 2021.

 

 

FITNESS AEROBIC STÈP IP-OP FUNC…et CORONAVIRUS

FITNESS – AEROBIC – STÈP – IP-ÒP – FUNC…e CORONAVIRUS.

Son de gimnasticas que se fan en musica. De competicions nationalas e internacionalas sont organizadas cada annada. Lo pus sovent, sont praticadas per des «Lolitas», e ataben qualques filhètas e qualques garçons.

Es un vertadièr plaser de veire los joines se bolegar atal, mostrar dins un grand sorire una jòia evidenta, amb un ensemble pas luènh de la perfeccion. Executan des movements atletics, fan lo grand escart, levan la camba tant naut que de dançaires de dança classica ; tot aquò se debana sus un ritme endiablat e sus una musica « techno »…que copa un pauc la testa, signe de nòstra temps !

E se d’aventura descrocan una medalha d’aur o d’argent, alara i a mas de pampalhetas dins lors uèlhs que su lors costums, que pasmens beluguejan plan.

En aquelas activitats, coma dins tant d’autres, se pòt veire que nòstres joines passan pas lor temps a se rabalar sus des « radassièrs » o a fumar de michantas èrbas.

Quite d’estra a contra corrent, caldriá aver  fisença en aquela joinessa, que mòrd la vida a plen cais, e qu’es perfeitament capable de se donar a fons dins los estudis, los arts, los esports, eca.

Mas uèi, sems a la pena, e los joines primièrs. Dempuèi mas d’una annada ja la crisi sanitari del Coronavirus nos rosiga la vida, e en aquel moment, sembla qu’òm voldriá nos enrebalar dins una guèrra de generacions perdents/perdents, alara qu’avèm tant besonh los uns dels autres.

Òm vòl téner l’ afogament de la joinessa per protegir los ainats. E òm pensa talament fòrt que caldriá embarrar los vielhs, que l’entendon amai siaguèsson un pauc sordanhas.

Daissem correr totes aqueles bruches malsans. Avem plan comprés las consignas e los aplicam…aperaquí.  Vielhs, joinas e totes les autres, sem amassa, embarcats dins la meteissa galèra, e n’en sortirem amassa, aquò s’en s’estre manjats lo nas. Après, ièu çò que ne disi…

Lolitas: mena de jovencèlas que lor particularitat es d’aver lo monilh a l’aire, estiu coma ivèrn.

Yvonne BEAUME.
22 Fébrièr 2021.

FITNESS – AEROBIC – STÈP – IP-OP – FUNC…et CORONAVIRUS.

Ce sont des gymnastiques qui s’exercent en musique. Des compétitions nationales et internationales sont organisées chaque année. Le plus souvent elles sont pratiquées par des «Lolitas», et aussi quelques fillettes et quelques garçons.

C’est un vrai plaisir de voir les jeunes se bouger ainsi, montrer dans un grand sourire une joie évidente, avec un ensemble pas loin de la perfection. Ils exécutent des mouvements athlétiques, font le grand écart, lèvent la jambe aussi haut que des danseurs de danse classique ; tout cela se déroule sur un rythme endiablé et sur une musique techno… qui casse un peu la tête, signe de notre temps !

Et si d’aventure ils décrochent une médaille d’or ou d’argent, alors il y a plus de paillettes dans leurs yeux que sur leurs costumes qui pourtant brillent bien. 

Dans cette activité, comme dans tant d’autres, on peut voir que nos jeunes ne passent pas leur temps à se traîner sur des canapés ou à fumer de mauvaises herbes.

Au risque d’être à contrecourant, il faudrait avoir confiance dans cette jeunesse, qui mord la vie à pleines dents, et qui est parfaitement capable de s’investir dans les études, les arts, les sports, etc.

Mais aujourd’hui, nous sommes à la peine, et les jeunes en premier. Depuis plus d’un an déjà la crise sanitaire du Coronavirus nous ronge la vie, et en ce moment, il semble que l’on veuille nous entraîner dans une guerre de générations perdants/perdants, alors que nous avons tant besoin les uns des autres.

On veut contenir la fougue de la jeunesse pour protéger les aînés. Et on pense si fort qu’il faudrait enfermer les vieux, qu’ils l’entendent, même s’ils sont un peu sourds.

Laissons courir ces bruits malsains. Nous avons bien compris les consignes et nous les appliquons…à peu près. Vieux, jeunes et tous les autres, nous sommes ensemble, embarqués dans la même galère, et nous en sortirons ensemble, cela sans s’être bouffés le nez. Après, moi ce que j’en dis…

Lolitas : race de jouvencelles qui ont la particularité d’avoir le nombril à l’air été comme hiver.

Yvonne BEAUME.
22 Février 2021.

 

 

Recette du Garhiophilatum

RECEPTA DEL GARHIÒFILATUM

Qu’es aquò ? Es un aperitiu tant vièlh que lo rei d’Angleterra, Henri III de Plantagenest ne fasiá sos dimenges emai los autres jorns de la setmana. Foguèt creat al sègle XIII dins los nòstre Miègjorn.

Dins aquela periòda ont un novèl confinhament nos risca d’arribar, seriam plan avisats de nos i preparar. Que de mai regaudissent que de s’afairar amb gromandisa a crear una bevenda originala qu’estonarà vòstres amics, quand tornaràn enfin los jorns bèlses.

Vaquí la recèpta del garhiòfilatum, que se pòt faire a l’ostal :

Per un veintenat de personas :

-1,5 l. de bon vin doç d’en cò nòstre ; n’en mancam pas, siá a basa de muscat, siá a basa de granache.

-100 g. de siròp de mèl.

-50 g. de gengibre.

-20 g. de canèla.

-10 g. de clavèls de giròfle (qu’auriá bailat son nom a la bevenda)

-20 g. de racina de valeriana.

-8 dolsas de cardamòm.

Preparar a l’avança lo siròp de mèl en mesclant 50 g. de mèl e 50 g. d’aiga. Sul fuòc far fremesir a fuòc mejan fins que lo mèl siá fondut.

Dins un recipient, bojar lo vin e lo siròp de mèl. Bolegar.

Dins una tela, pausar las espècias. Nosar la tela per la barrar. La trempar dins lo vin e lo siròp. Cobrir. Daissar macerar al mens 4 oras. Puèi levar la tela. Filtrar e metre en bothelhas, las amagar e las doblidar pendent qualques temps. La bevenda que se pòt beure ataben en dessèrt, se conserva mantunas annadas.

Amb l’ajuda dels vaccins, un jorn vendrà ont ֳòm nos anonciarà la fin de la sarramauca que vivèm e ont poirem fin finala escampar las masquetas.

Alara, non sens una pensada prigonda e respectuosa per totas las victimas del coronavirus e per lors pròches, nos virarem amb fisança e estrambòrd cap a l’avenidor.

Lo moment serà vengut d’obrir amb fòrças precaucions las botelhas de garhiòfilatum, e partejar amb la familha e los amics la divenca bevenda.

Dins l’embriaguesa de la libertat retrobada, cantarem, dançarem e nos encigalarem tota la nuòch sens moderacion, per un còp. E se rotlam jos la taula, cal esperar que demorarà un parèlh de pissavinagres qu’auram gardat la testa pro freja per nos rebalar fins a la cambra, ont en prevision, aurem pausat un capèl al pè de nòstre lièch. Trè que veirem 2, 3 e enfin 4 capèls, serem lèstes per nos adormir del sòm del juste. Joguem qu’a nòstre revelh, la clòsca un pauc dolorosa tanplan, aurem caçat de nostre esperit lo coronavirus e son cortègi de laguis. A nosautres l’avenidor, o vòli tornar dire, plen de fisança e estrambòrd.

Me sembla que la fin de la galèra meritarà plan aquò ! Santat !

Ivona BEAUME.
Mèsa lo 7 de febrièr de 2021.

*Mas sorsas : una BD : Montpellier, de la préhistoire à Rabelais, del setòi Dobbs e autres, e l’Internet.

 

RECETTE DU GARHIOFILATUM

Qu’est-ce que c’est ? C’est un apéritif si vieux que le roi d’Angleterre, Henri III de Plantagenêt en faisait ses dimanches et même les autres jours de la semaine. Il fut créé au XIIIème siècle dans notre Midi.

Dans cette période où un nouveau confinement nous pend au nez, nous serions bien inspirés de nous y préparer. Quoi de plus réjouissant que de s’affairer avec gourmandise à créer une boisson originale qui étonnera vos amis, quand reviendront enfin les jours beaux.

Voici la recette du garhiofilatum, qui peut se faire à la maison :

Pour une vingtaine de personnes :

-1,5 l. de bon vin doux de chez nous ; nous n’en manquons pas, soit à base de muscat, soit à base de grenache.

-100 g. de sirop de miel.

-50 g. de gingembre.

-20 g. de cannelle.

-10 g. de clous de girofle (qui aurait donné son nom à la boisson).

-20 g. de racine de valériane.

-8 gousses de cardamome.

Préparer à l’avance le sirop de miel en mélangeant 50 g. de miel et 50 g. d’eau. Sur le feu, faire frémir à feu moyen jusqu’à ce que le miel soit fondu.

Dans un récipient, verser le vin et le sirop de miel. Remuer.

Dans une toile, poser les épices. Nouer la toile pour la fermer. La plonger dans le vin et le sirop. Couvrir. Laisser macérer au moins 4 heures. Puis enlever la toile. Filtrer et mettre en bouteilles, les cacher et les oublier pendant quelques temps. La boisson, qui peut aussi se boire en dessert se conserve plusieurs années.

Avec l’aide des vaccins, un jour viendra où l’on nous annoncera la fin du cauchemar que nous vivons et où nous pourrons enfin jeter les masques.

Alors, non sans une pensée profonde et respectueuse pour toutes les victimes du coronavirus et pour leurs proches, nous nous tournerons avec confiance et enthousiasme vers l’avenir.

Le moment sera venu d’ouvrir avec beaucoup de précautions les bouteilles de garhiofilatum, et de partager avec la famille et les amis la divine boisson.

Dans l’ivresse de la liberté retrouvée, nous chanterons et nous danserons, nous nous soûlerons toute la nuit sans modération, pour une fois. Et si nous roulons sous la table, il faut espérer qu’il restera une paire de pisse-vinaigres qui auront gardé la tête assez froide pour nous traîner jusqu’à la chambre, où en prévision, nous aurons posé un chapeau au pied de notre lit. Dès que nous verrons 2, 3 et enfin 4 chapeaux, nous serons prêts pour nous endormir du sommeil du juste. Gageons qu’au réveil, la tête un peu douloureuse peut-être, nous aurons chassé de notre esprit le coronavirus et son cortège de soucis. A nous l’avenir, je veux le redire, plein de confiance et d’enthousiasme.

 Il me semble que la fin de la galère méritera bien sa! Santé !

Yvonne BEAUME.
Mèze, le 7 février 2021.

*Mes sources : une BD : Montpellier, de la préhistoire à Rabelais, du sétois Dobbs et d’autres, et Internet.

 

De contes de ma grand la bòrnhia

DE CONTES DE MA GRAND LA BÒRNHIA.

Quand sèm pichotèts, nos aiman faire paur amb d’istòrias, afrosas quand òm i pensa. 

Se regalam, amb d’estrementidas d’esglais, de veire lo lop manjar la grand del capaironet Roge, Barba Blauva engolir sas femnas, e lo Pichòt Pocèt Poceton se far semenar e abandonar per son quiti paire dins la forèst. E tant e tant d’autres istòrias de la meteissa farina fins a la de nòstre regretat vesin, Boby LAPOINTE, que cantava amb un aire simplet : la mamà del peis es plan genteta, e ieu l’aimi plan… amb de citron.

 De que vòl dire aquò, senon que dins la vida, cadun trapa son predator, çò qu’empacha pas cadun d’èstre predator a son torn. E l’òme es pas lo darrièr! Aquò es tant dins la natura umana coma dins la natura tota, que la cançon de Boby Lapointe es apresa dins las escòlas  mairalas ; Plai tant als nenons que rintrant de l’escòla la cantan a lors parents e a lors grands.

Seriá pas un biais d’estre en capacitat d’acceptar nòstras mancas, e d’èstre armats per afrontar la vida ? Mas l’òme, que d’instinct se pren per lo Rei de la Planèta Tèrra , seriá pas a mostrar son impoténcia davant quicòm que se vei pas, que s’entend pas, que se sentis pas, mas qu’es plan aquí, e que s’en prend, aquel sacaman, als mai febles, fins a los tugar, de còps.

Vòli parlar del Coronavirus que nos empoisona la vida dempuèi de mèses,  s’aplicant a metre de genolhs l’economia de la Tèrra entièra. E parlem pas de sas consequèncias sus los rapòrts umans, cadun se mefisant de son vesin e tanben d’èl meteis.  Auriam pas trapat nòstre mèstre ?

Mas es pas dins las abitudas de l’òme de se daissar caucigar los agacins sins reagir. I metrem lo temps que cau e ganharem la partida, cadun a sa plaça e segon sas capacitats. Que ara la situacion es devenguda l’afar de totes.

E qu’òm me venga pas parlar de “collapsologia” ! Na.

BEAUME YVONNE.
MÈSA Lo 16 de SETEMBRE 2020


DES HISTOIRES DE MA GRAND-MERE LA BORGNE.

Quand nous sommes petits, nous aimons nous faire peur avec des histoires, affreuses quand on y pense.

On se régale, avec des frissons d’effroi, de voir le loup manger la grand-mère du Petit Chaperon Rouge, Barbe Bleue avaler ses femmes, et le Petit Poucet se faire semer et abandonner par son propre père dans la forêt. Et tant et tant d’autres histoires du même genre, jusqu’à celle de notre regretté voisin, Boby LAPOINTE, qui chantait avec un air naïf : la maman des poissons elle est bien gentille, et moi je l’aime bien…avec du citron.

Que veut dire cela, sinon que dans la vie, chacun trouve son prédateur, ce qui n’empêche pas chacun d’être prédateur à son tour. Et l’homme n’est pas le dernier ! Cela est tellement dans la nature humaine comme dans la nature tout entière, que la chanson de Boby Lapointe est apprise dans les écoles maternelles. Elle plaît tant aux petits qu’en rentrant de l’école ils la chantent à leurs parents et à leurs grands-parents.

Ne serait-ce pas une façon d’accepter nos défauts, et d’être armés pour la vie ? Mais l’Homme qui d’instinct se prend pour le Roi de le Planète Terra, ne serait-il pas en train de montrer son impuissance devant quelque chose qui ne se voit pas, qui ne s’entend pas, qui ne se sent pas, mais qui est bien là ce vaurien, et qu’il s’en prend aux plus faibles, jusqu’à les tuer parfois.

Je veux parler du Coronavirus qui nous empoisonne la vie depuis des mois, s’appliquant à mettre à genoux l’économie de la Terre entière. Et ne parlons pas de ses conséquences sur les rapports humains, chacun se méfiant de son voisin et bientôt de lui-même. N’aurions-nous pas trouvé notre maître ?

Mais il n’est pas dans les habitudes de l’Homme de se laisser marcher sur les pieds sans réagir. Nous y mettrons le temps qu’il faut et nous gagnerons la partie, chacun à sa place et selon ses capacités. Car maintenant la situation est devenue l’affaire de tous.

Et qu’on ne vienne pas me parler de « collapsologie » ! Na.

BEAUME Yvonne.
MEZE LE 16 septembre 2020.

La fontaine miraculeuse

Le saviez-vous ? Dans les temps anciens, il existait, à Mèze, une fontaine qui avait le pouvoir de guérir les mauvaises fièvres… « Font Chandelière ».

« FONT », fréquent dans nos régions, découle du latin Fontis «  Source »… CHANDELIERE prononcée Candelièra de l’Occitan Candela : chandelle – Cette source en forme de chandelle, guérissait les fièvres Jadis, à l’état endémique… Lors de processions, les habitants venaient y brûler un cierge afin de conjurer le sort… (Cadastrée déjà en 1768).

Lo « Blob »

Le document audio du cercle occitan

Ni plante, ni animal, ni champignon, le « Blob » (ou Physarum polycephalum pour les experts) est un organisme vivant qui fascine les scientifiques… Et les occitanistes de Mèze ! Vivant dans des zones fraîches et humides telles que les tapis de feuilles des forêts ou le bois mort, cet étrangeté biologique est même capable d’apprendre et de se déplacer.

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation du « Blob » (audio) en occitan :

 

 

La carrièra del relòtge

Le document « audio » du cercle occitan

Lo disabte 11 de Mai de 2019, le conse, Monsu Henry Fricou a inaugurat, amb lo Cercle Occitan Lo Buòu e l’escòla de la Calandreta de Mèsa, la placa nòva de la carrièra del Docteur Magne, per li apondre lo nom ancian occitan, qu’èra carrièra del relòtge.

Per de que se sonava entau ? En 1678, los cònsols de la vila de Mèsa an fach plaçar un relòtge bèl sus la pòrta que barrava la carrièra dels masèls.

En 1802, quand las darrièras parèts fogueron tombadas, lo relòtge foguèt desplaçat per estre pausat sus la façada de la gleisa Saint Hilaire.

En 1902, aquèla foguèt remplaçada per una nòva e la carrièra foguèt batejada « rue du Docteur Magne ». Cal dire que lo medicin èra plan aimat de la populacion e de los paures en particulièr, que lor donava la mitat de sas rentas.

Son sens del dever pendent l’epidemia de colerá foguèt exemplar.

Dins son discórs, Monsu lo Conse diguèt qu’ara aquèla plaça « rapelará als mesòis, als visitors e als passants, qu’abans de se sonar rue du Docteur Magne, la carrièra portava un nom dins la lenga de còr de ses abitants… », la lenga d’Oc.

E uèi dins la rerembrença del remirable Docteur Magne, lo relòtge contunha de batre encara e encara lo ritme de la vida del monde de nòstre vilatge.
A lèu.  

 

Le samedi 11 Mai 2019, le Maire, Monsieur Henry Fricou, a inauguré, avec le Cercle Occitan Lo Buòu et l’école de la Calandreta de Mèze, la nouvelle plaque de la rue du Docteur Magne, pour lui ajouter l’ancien nom occitan « carrièra del relòtge ».

Pourquoi s’appelait-t-elle ainsi ? En 1678, les Consuls de la ville de Mèze ont fait placer une grosse horloge au-dessus de la porte qui fermait la rue des abattoirs.

En 1802, quand les derniers remparts furent tombés, l’horloge fut déplacée pour être posée sur la façade de l’église Saint Hilaire.

En 1902, celle-ci fut remplacée par une nouvelle, et la rue fut baptisée « rue du Docteur Magne ». Il faut dire que le médecin était très aimé de la population et des pauvres en particulier, car il leur donnait la moitié de ses revenus.

Son sens du devoir pendant l’épidémie de choléra fut exemplaire.

Dans son discours, Monsieur le Maire a dit que « maintenant, cette place rappellera aux mézois, aux visiteurs et aux passants, qu’avant de s’appeler rue du Docteur Magne, la rue portait un nom dans la langue de cœur de ses habitants… », la langue occitane.

Et aujourd’hui, dans le souvenir de l’admirable Docteur Magne, l’horloge continue de battre encore et encore le rythme de la vie des gens de notre  village.
A bientôt.

Le fricot d’escoubilles

La première vocation d’une langue étant d’être parlée, le Cercle Occitan de Mèze a décidé de passer à la vitesse supérieure en proposant des documents « audio » afin de mieux faire connaître et de valoriser la langue occitane.

Présentation :

Pour commencer, découvrez une recette bien de chez nous : « Le fricot d’escoubilles ».

 

 

 

 

 

 

 

 

Ecoutez la recette…