LAS « IPOMEES » ALIAS BÈLAS DE JORN

Tre la prima son tan bèlas las “ipomées », que meritan plan d’usurpar lo nom de bèlas de jorn. Sus un lièch de rama d’un verd fòrça nòble, s’espandisson d’un mòde génerós, liurant sas flors d’un violet tanta esclatant que ne seriá gaireben agressiu.

Lo sèr vengut, abans de claure sas parpèlas, lor color s’atendrís, coma per se preparar a una nuèch amaisada. L’endeman, qualques unas auràn trespassat, valentament remplaçadas per d’autras que voldràn mostrar amb insoléncia lor joinessa e regolar de pertot.

Mas a l’ora de la davalada, malgrat lors esfòrces, capitan pas a nos gratificar de lor bèla color violacèa dels jorns d’estiu. Fan çò que pòdon per nos agradar. Pasmens, cal pas comptar sus elas per capitular tant lèu. Sèm en genièr et vaquí qu’encara, aicí e ailà, una floreta pallòta s’arrapa sus la paret, sus un fil, sus una clausura…

Per la bona volontat qu’an mesa a nos plaire, per lor beutat, esperarem lor retorn amb la pus granda impaciéncia.

Mercé a la Natura per sos presents, bailats sens res esperar en escambi. Tanplan seriám  plan inspirats, per lo mens, de la preservar…per nosautres, egoïstament.

La Planeta se ne releverà totjorn. N’a vistas d’autras.     

LES  IPOMEES ALIAS  BELLES  DE  JOUR

Dès le printemps, les ipomées sont si belles qu’elles méritent bien d’usurper le nom de belles de jour.  Sur un lit de feuillage d’un vert noble, elles s’épanouissent d’une manière généreuse, livrant ses fleurs d’un violet si éclatant qu’il en serait presque agressif.

Le soir venu, avant de clore leurs paupières, leur couleur s’attendrit, comme pour se préparer à une nuit apaisée. Le lendemain, quelques unes auront trépassé, vaillamment remplacées par d’autres qui voudront montrer avec insolence leur jeunesse, et « dégouliner » de partout.

Mais à l’automne, malgré leurs efforts, elles ne réussissent pas à nous gratifier de leur belle couleur violacée des jours d’été. Elles font ce qu’elles peuvent pour nous être agréables. Pourtant, il ne faut pas compter sur elles pour capituler aussi vite. Nous sommes en janvier, voici qu’encore, ici et là, une petite fleur pâlote s’accroche sur le mur, sur un fil, sur une clôture…

Pour la bonne volonté qu’elles ont mis à nous plaire, pour leur beauté, nous attendrons leur retour avec la plus grande impatience.

Merci à la Nature pour ses présents, donnés sans rien espérer en échange. Peut-être serions-nous bien inspirés, pour le moins de la préserver…pour nous, égoïstement. la Planète s’en relèvera toujours. Elle a vu d’autres.

 

De l’interès de connéisser l’occitan

Uòi vos contarem una anecdòcta per vos dire que los ancians fan pas dins la dentèla.

A Montpelhièr, i a una carrièra que se sona « rue Donnat ».Es pas totjorn estat aital.

Al sègle XIV, foguèt batejada « carrièra bona nuòch ». Per de qué ? En aquèla epòca, la reputacion de Montpelhièr coma vila universitari èra ja facha e plan facha. En mai de los d’aicí, venián d’estudiants de pertot.

De fès, amb la foga de lor joinessa, èran un pauc tròp turbulents. E es arribat çò que deviá arribar. Un sèr, una batèsta se desrolèt entre eles e los residents del quartièr universitari, que n’avián un confle d’aquelas joines tan brusents. I aguèt fins qualques serioses nafrats.

L’endeman, a la serada, los residents s’amassèron per barrar la carrièra als estudiants, e quand un voliá passar, caliá que diguèsse : « Dieu vos desira  bona nuòch ». Los qu’èran capables de lo tornar dire correctament, èran esparnhats. Los autres, los estrangièrs, èran assucats e lèu escampats dins lo potz vesin, sens estat d’anma.

D’aquí l’interès d’ aprene l’occitan. A MÈSA, aquò se passa cada diluns de cinq oras e mièja a sèt oras del ser a la sala Naucelle. Vos i esperam e vos i aculhirèm amb plaser.

N.B. Dins aquel quartièr i a pas pus de potz…

A lèu.

Source : Petite histoire de Montpellier. Des origines à la révolution, d’Albert Fabre.

 

De l’intérêt de connaître l’occitan

Aujourd’hui, nous vous raconterons une anecdote pour vous dire que les anciens ne faisaient pas dans la dentelle.

A Montpellier, il y a une rue qui s’appelle « rue Donnat ». Il n’en a pas toujours été ainsi.

Au XIV ème siècle, elle fut baptisée « carrièra bona nuòch » (rue Bonne Nuit). Pourquoi ? A cette époque, la réputation de Montpellier en tant que ville universitaire, était déjà faite et bien faite. Outre ceux d’ici, il  venait des étudiants de partout.

Parfois, avec la fougue de leur jeunesse, ils étaient un peu trop turbulents. Et il est arrivé ce qu’il devait arriver. Un soir une rixe se déroula entre eux et les résidants du quartier qui en avaient assez de ces jeunes si bruyants. Il y eut même quelques sérieux blessés.

Le lendemain, dans la soirée, les résidants se groupèrent pour fermer la rue aux étudiants, et ceux qui voulaient passer, devaient dire, en occitan bien entendu : « Dieu vous souhaite une bonne nuit ». Ceux qui étaient capables de le répéter correctement étaient épargnés. Les autres, les étrangers étaient assommés et vite jetés dans le puits voisin, sans état d’âme.

D’où l’intérêt d’apprendre l’occitan. Cela se passe chaque lundi de 17 H 30 à 19 heures, à la salle Naucelle. Nous vous y attendons et vous y accueillerons avec plaisir.

N.B. Dans ce quartier, il n’y a plus de puits…

A bientôt.

Source : Petite histoire de Montpellier. Des origines à la révolution, d’Albert Fabre.

DILUNS 1er de GENIÈR de 2018

9 oras.

Dins nòstra vilatge, l’an novèl se desrevelha pauc a pauc dins la
doçor.
Lo pargue del castèl garda son mantèl d’umiditat, rendent las fuòlhas lusentas e las nolors tant agradivas.

Coma sus la passejada, lo temps s’ès arrestat. Lo mercat, los comercis se pausan. Los darrièrs jorns de l’annada 2017 son estats plan actius per preparar a totes los mesòis de fèstas bèlas. Los qualques cavalets e barracas gardan encara lors tendolets baissats.

L’estanh es un vertadièr miralh liurat als aucèls de mar. Un aire de trèva flota dins un cèl quasi pur.

E dins un mond que sembla aver perdut la bossòla, voldriam qu’aquel moment, suspendut dins lo temps e l’espaci, siá lo signe d’una annada doça e serena, dins un mond ont cadun poguèsse s’espompir segun sos vots.

Es tot lo mau que lo Cercle occitan de Mèsa vos desira per l’an 2018.

LUNDI 1er JANVIER 2018.

9 HEURES

Dans notre village, le nouvel an se réveille peu à peu dans la douceur.

Le parc du château garde son manteau d’humidité, rendant les feuilles luisantes et les odeurs si agréables.

Comme sur l’esplanade, le temps s’est arrêté. Le marché, les commerces se reposent. Les derniers jours de l’année 2017 ont été très actifs pour préparer aux mézois de belles fêtes.

Les quelques manèges et barraques gardent encore leurs bâches baissées. L’étang est un vrai miroir livré aux oiseaux de mer.

Un air de trêve flotte dans le ciel quasiment pur.

Et dans un monde qui semble avoir perdu la boussole, l’on voudrait que ce moment, suspendu dans le temps et l’espace soit le signe d’une année douce et sereine, une année où chacun puisse s’épanouir selon ses vœux.

C’est tout le mal que le Cercle Occitan de Mèze vous souhaite pour l’an 2018.

Aimi l’ivern

Aimi l’ivern per la calma que nos porgís. Ben segur que se cal mai vestir mas per carrièra las personas que crosam, an de caras familiaras. Sèm entre nosautres, podèm faire un mocin de conversacion :
« Sabes ben ! Es lo filh de la sòrre d’aquel qu’a crompat…,son paire trabalha en cò de … al Morre blanc o en encara … es ela que cada matin va querre lo pan … e que lo pòrta a sa vesina que s’es copada la camba …»
E encara que faga freg, suls trepadors o sus las plaças, charram dels eveniments, del gobern que nos rascla l’esquina, de la plòja que tomba pas, dels desaïcis d’aquel president que vòl faire la lei de per tot dins lo monde, e ne passi. »
Autre sicut d’alegrança es lo tarabast qu’a desaparegut, las veituras s’atropèlan pas pus als caireforcs, montan pas pus suls trepadors e quand tu, prenes la tieuna, trobas totjorn ont t’arrestar. Sens comptar la sansonha que retronís tota la jornada al pòrt, qu’a desaparegut. Ara òm vei los passejaires caminar tranquilament e los esportius qu’an pas paur de la temperatura fresqueta, corron per carrièra, pòdon respirar sens cap de lagui l’aire sens cap de particulas.
E puòi i a la fèstas, qu’es l’escasença de desirar, en levant lo gòt, un polit Nadal e una bèla e bona annada venenta. Es çò que fau per vos amics legeires.
En cò nòstre, l’ivern, fin finala es pas tan marrit !

J’aime l’hiver
J’aime l’hiver pour le calme qu’il nous apporte. Bien sûr il faut s’habiller davantage mais dans les rues les personnes que nous croisons ont des visages familiers. Nous sommes entre nous, nous pouvons faire un bout de conversation :
Tu sais bien ! C’est le fils de la sœur de celui qui a acheté …, son père travaille chez…, au Moure blanc, o encore c’est elle qui chaque matin va chercher le pain … et qui le porte a sa voisine qui s’est cassé la jambe … »
Autre sujet de contentement, c’est le vacarme qui a disparu, les voitures ne s’accumulent pas aux carrefours, elles ne montent plus sur les trottoirs et quand toi, tu prends ta voiture, tu trouves toujours où t’arrêter. Sans compter qu’au port, la rengaine qui retentit toute la journée a disparu. Maintenant on voit les promeneurs marcher tranquillement et les sportifs qui n’ont pas peur de la température plutôt fraiche courent dans les rues, ils peuvent respirer sans souci l’air sans particules.
Et puis il y a les fêtes qui sont l’occasion de souhaiter, en levant le verre, un joyeux Noël et une belle et bonne prochaine année. C’est ce que je fais pour vous, amis lecteurs.
Chez nous, en définitive, l’hiver n’est pas tellement mauvais.

La miracolada de Mèsa

Aquò se passèt lo 7 de julhet de 1911 à Lourdes.

A Mèsa, una joineta de sètze ans, Marie-Louise ROQUES, sofrissiá, pauròta, d’un mau michant, « l’ostéo-arthrite », e de tuberculosa  pulmonara.

Dins l’espèr d’amaisar sas terribles dolors e son andicap, sa familha li faguèt faire un pelegrinatge a Lourdes, per anar pregar la Santa Verge, coma tantes e maites  fidèls lo fan encara uòi. E vaquí que se produguèt çò que los grands malautes e andicapats desiran talament sens gausar l’esperar. La domaisela se sentiguèt d’un còp en melhora forma, son andicap desapareguèt al punt que l’òm se metèt a cridar al miracle !

La Marie-Louise tornèt a Mèsa sens aver besonh de se servir de sa cròça, coma òm pòt lo veire dins la fotó junta.

La novèla s’espandiguèt lèu lèu dins lo vilatge e alentorn, e lo mond èran estabosits de viure un eveniment tant rare que malurosament s’ès pas jamai reprodusit a …Mèsa. Pr’aquò, podèm pas assegurar que lo Vatican e lo papa Pie X li balhèron lor benesida. N’avèm pas trapat traça.

Liure a cadun, segon sas conviccions, de creire o pas creire (qu’ aquò es  la question) a la bèla istòria, de las que fan levar  totjorn l’espèr d’una vida melhora.

Lo Cercle Occitan de Mèsa, el  vos désira una bona santat, una annada  2018 plan granada, una annada …miraclosa.


La miraculée de Mèze

A Mèze, une jeune-fille de seize ans, Marie-Louise

ROQUES, souffrait, la pauvre, d’un mauvais mal, l’ostéo-arthrite, et de tuberculose pulmonaire.

Dans l’espoir d’apaiser ses terribles douleurs et son handicap, sa famille lui fit faire un pèlerinage à Lourdes, pour aller prier la Sainte Vierge, comme tant et tant de fidèles le font encore aujourd’hui. Et voici que se produisit ce que les grands malades et handicapés désirent tellement sans oser l’espérer. La demoiselle se sentit tout d’un coup en meilleure forme, son handicap disparut, au point que l’on se mit à crier au miracle !

Marie-Louise revint à Mèze sans avoir besoin de se servir de sa béquille, comme on peut le voir  dans la photo jointe.

La nouvelle se répandit très vite dans le village et aux alentours,  et les gens étaient ébahis de vivre un événement si rare qui malheureusement ne s’est jamais reproduit à…Mèze.  Pour autant, on ne peut pas assurer que le Vatican et le Pape Pie X lui donnèrent leur bénédiction.  Nous n’en avons pas trouvé trace.

Libre à chacun de croire ou ne pas croire (puisque telle est la question) à la belle histoire, de celles qui font toujours lever un espoir d’une vie meilleure.

Pour sa part, le Cercle occitan de Mèze vous souhaite une bonne santé, une année 2018 fructueuse, une année…miraculeuse.

Armonia

I a de mots que cantan a l’aurelha, coma lo mot armonia, e quand, en demàs de sonar plan a l’aurelha, son tant bèls dins lor sens, alara es lo trescòl.

Armonia…armonica…armonicá…n’avem tant besonh d’armonia dins un mond devengut aspre, ont siá per necessitat, siá per deriva, cadun pòt aver l’enveja de defendre son prat-cairat.

Armonia en familha, entre amics, entre vesins, entre collegas de trabalh, per se sentir a l’unisson, quite a i apondre un pauqueton de tolerància per i pervenir.

Se cal saupre çò que volèm, aquò vol pas dire que tot lo mond deu pensar parièr. I a pas pus terrible que la pensada unica, que condusis los pòbles a se daissar manipular gravament. Es just comprener que de còps tant plan l’autre a rason.

I a de mond que se complasen dins la contradicion sistematica. Aquèles, sabon pas a costat de que passan, d’aquel sentiment d’acòrdi, d’armonia, dins la nuança. Per de que cercar un autre mot ? aquel es tant bèl, tant doç, tant plan le pus bèl mot de nòstra lenga coma de la lenga nòstra.

De que lo cantar a l’infinit : armonia…armonia…armonia…

Lo Cercle occitan vos desira una fèsta bèla de Nadal, banhada tota d’armonia, e vos dits :

A l’an que ven.


Harmonie

Il ya des mots qui chantent à l’oreille, comme harmonie, et quand en plus de bien sonner à l’oreille, ils sont si beaux dans leur sens, alors, c’est le sommet.

Harmonie…harmonique…harmonica…nous en avons tant besoin d’harmonie dans un monde devenu âpre, dans lequel, soit par nécessité, soit par dérive, chacun peut avoir envie de défendre son pré-carré.

Harmonie en famille, entre amis, entre voisins, entre collègues de travail, pour se sentir à l’unisson , quitte à y ajouter un petit peu de tolérance pour y parvenir.

Si l’on doit savoir ce que l’on veut, cela ne veut pas dire que tout le monde doit penser la même chose. Il n’y a pas plus terrible que la pensée unique, qui conduit les peuples à se laisser manipuler gravement. C’est juste comprendre que parfois, c’est peut-être l’autre qui a raison.

Il y a des gens qui ne se complaisent que dans la contradiction. Ceux-là ne savent pas à côté de quoi ils passent, à côté de ce sentiment d’accord, d’harmonie, dans la nuance. Pourquoi chercher un autre mot ? celui-ci est si beau, si doux, peut-être le plus beau de notre langue comme de notre langue occitane.

De quoi chanter à l’infini : harmonie…harmonie…harmonie…

Le Cercle Occitan vous souhaite de passer une belle fête de Noël, toute baignée d’harmonie, et vous dit :

A l’année prochaine.

D’ont venon aqueles noms : Mongeta, Morgueta

Mongeta es lo diminutiu de monja, femna entrada en religion mas es tanben lo nom d’un legum.

La relacion entre los dos la cal pas anar cercar dins lo espiritual ni dins lo domani botanic.

Abans las monjas portavan de còfas  amb de cada costat de menas d’ « alas » blancas que revertavan en grand la flor del faseolus. D’aquela semblança ven lo nom donat en aquel legum plan gostós.

Per la morgueta, la meteissa aventura s’es passada, mas aquí es pas la forma qu’es a la sorga del nom mas la color de las faudas de las morgas qu’a donat lo nom al helix vermiculata pichòta cagaraula òste nòstre garriga.  

Mongeta coma morgueta son de segur totes doas comestiblas.


D’où viennent ces noms : Haricot, Petit gris

Mongeta-Haricot es le diminutif de Monja-Religieuse, mais c’est aussi le nom d’un légume.

La relation entre les deux, il ne faut pas la chercher dans le spirituel ni dans le domaine botanique. Avant les religieuses portaient des cornettes avec de chaque côté des sortes d’ailes blanches qui ressemblaient en grand la fleur du phaséolus  De cette ressemblance vient le nom donné à ce légume bien goûteux. 

Pour la Mourgueta- Petit gris, la même aventure s’est passée, mais ici ce n’est pas la forme qui est à l’origine du nom mais la couleur des robes de nones qui a donné le nom à helix vermiculata  petit escargot hôte de notre garrigue. 

Haricot comme petit gris sont bien sûr tous deux comestibles.

La maionesa

Lo mot a un fum d’originas. Ne’n causirèm una : en 1756, lo duc de Richelieu prenguèt d’assalt  Pòrt Mahon, vila de Minòrca (Baleares). A son retorn, per lo mercejar d’aver acomplit aquel acte gloriós, un sopar foguèt donat en son ònor a Marselha per lo duc de Villars, alara governor de la província.

Lo cap cosinièr inventèt per l’ocasion una sauça, amb d’uòu,  d’òli, de mostarda, sal e pebre, per acompanhar lo pol a la « Villeroy », sauça que batejèt la « Mahonnaise ». La sauça foguèt tant presada, que d’aquel jorn, princes e grands senhors d’ Europa tota volguèron comptar demest lors sirvents un cosinièr que saupriá preparar la « Mahonnaise ». Pauc a pauc, « mahonnaise » se diguèt « mayonnaise ». Nosautres, sèm pas princes, sèm pas grands senhors, e avèm aprés a far tot solets la maionesa per regalar familha e amics. Òm la pòt relevar de citron o d’alh, que batejam a tòrt o a rason alhòli. La sauça acompanha amb bonur fòrça plats, en particulièr los peisses, la sopa de peis, de cauquilhages coma las budas, eca.

De tot biais, sèm, encara uòi, plan contents que lo duc de Richelieu aja ganhat la batalha de Pòrt Mahon…e se lo fetge, el, es pas content, tant pièg per el. Aquò passará, a passat a ma grand !


La mayonnaise

Le mot a beaucoup d’origines. Nous en choisirons une : en 1756, le duc de Richelieu prit d’assaut Port Mahon, ville de Minorque (Baléares). A son retour, pour le remercier d’avoir accompli un acte aussi glorieux, un souper fut donné en son honneur à Marseille par le duc de Richelieu, alors gouverneur de la  province.

Le chef cuisinier inventa pour l’occasion une sauce avec de l’œuf, de l’huile, de la moutarde, sel et poivre, pour accompagner le poulet à la « Villeroy ». La sauce fut tant appréciée qu’à partir de ce jour-là, princes et grands Seigneurs de toute l’Europe voulurent compter parmi leurs serviteurs, un cuisinier qui saurait préparer la « Mahonnaise ». Peu à peu, mahonnaise se dit mayonnaise. Nous autres, nous ne sommes pas princes, nous ne sommes pas grands seigneurs, et nous avons appris tous seuls à préparer la mayonnaise pour régaler famille et amis. On peut la relever de citron ou d’ail, que nous appelons à tort ou à raison aïoli. La sauce accompagne avec bonheur de nombreux plats, en particulier les poissons, la soupe de poisson, des coquillages, comme les escargots de mer, etc.

De toute façons, encore aujourd’hui, nous sommes bien contents que le Duc de Richelieu ait gagné la bataille du Port Mahon…et si le foie, lui, n’est pas content, tant pis pour lui. Ca passera, c’est passé à ma grand-mère !

D’ont ven aquel nom : Mourgues

Aquel nom apareis dos còps a Mèsa. Es lo nom d’una carrièra e tanben d’un pont sus la rota de Massilhan.

Es en 1740 que se pòt legir lo nom de Capela de las Morgas  gleisa que foguèt aroïnada en 1770. Quand se sap que morga es lo nom occitan que pòrtan las dònas qu’entran en religion, una carrièra per las morgas per anar a la gleisa, es natural.

Per lo pont es tanben per las religiosas, de cistercienas, que batisguèron aquel  passatge coma lo ditz fòrça plan D. Roqueta dins sa nòta sus l’abadiá de Net-lieu desapareguda en1780, passatge que la fasiá comunicar amb la capela de Sant Martin . Aquel pont passava es sus del riusset  Nega-vacas.

 Aquí dos testimoniatges de l’activitat de la vida dels sègles passats.


D’où vient ce nom : Mourgues

Ce nom apparaît deux fois à Mèze. Cest le nom d’une rue et aussi d’un pont sur la route de Marseillan.

C‘est en 1740 que l’on peut lire le nom de Chapelle des Mourgues, église qui fut ruinée en 1770. Quant on sait que mourgue est le nom occitan que portent les femmes qui entrent en religion, une rue pour les nonnes pour aller à l’église, c’est naturel.

Pour le pont, c’est aussi pour les religieuses,des cisterciennes que fut construit ce passage comme le dit fort bien D. Rouquette dans sa note sur l’abbaye de Netlieu disparue en 1780, passage qui faisait communiquer avecla chapelle de Saint Martin. Ce pont passait au-dessus du petit ruisseau Nega-vacas.

Voici deux témoignages de l’activité de la vie des siècles passés.

D’ont ven aquel nom : Saumada

Aquel nom pòt pas èstre qu’occitan.

Ven de saumada anciana mesura de superficia o mesura de capacitat pels grans o encara la carga d’un bast.

A l’origina lo nom sauma, que pòt èstre un cunh de fust per soslevar una mòla de molin, of ! o una traveta de truèlh o una nivolassa a solelh colc o encara un ròsse o la feme de l’ase  o una filha gaire escarrabilhada o  per acabar dins los temps d’un còp èra, un garbièr. A vos de triar e causir.

 Se portatz aquel nom vos calrà faire mèfi amb l’interpretacion preferida del vòstre nom que lo mond faràn segon la vòstra actitud.


D’où vient ce nom : Saumade

Ce nom ne peut être qu’occitan.

Il vient de « saumada » ancienne mesure de surface ou mesure de capacité de grains, o encore la charge d’un bât.

A l’origine le nom « sauma », qui peut être un coin de bois pour soulever une meule de moulin, ouf, ou une douelle de pressoir ou un gros nuage au soleil couchant ou encore une herse ou la femelle de l’âne ou une fille peu délurée, ou, pour finir, dans les temps anciens un gerbier. A vous de choisir.

Lo Raumàs

Un jorn fa caud, un jorn fa freg, e ten, de qu’arriba ? Lo raumàs, just per anonciar la venguda pròcha de la gripa. Bon, per aquèla, existís lo vaccin. Polemica ! I a los que juran que per el, e los que son definitivament contra ; de còps an subit michantas experienças personalas, e d’autres còps, i a los bruchs que corron…cadun se fa son idéa.

Per lo raumas, ges de vaccin, mas òm pòt causir entre los antibiotics* e lo gròg*. Mèfi a l’acostumança e donc la resisténcia dels micròbis per los primièrs, e mèfi a l’acostumança a l’alcòl per lo segond. Entre dos maus, i a pas fotò !

E de que ne ditz la vox populi ? : amb las potingas, lo raumas dura 8 jorns. Sens las potingas, cal comptar una bona semana. Per astre, lo temps passa pro lèu.

* Per la recèpta dels antibiotics, cal veire aquò amb los laboratòris.

*Per lo gròg, vaquí la recèpta :

  • Far caufar una granda taça d’aiga.
  • I vojar 2 culhèrs a sopa de rhum
  • Apondre 2 culhèrs a cafè de mel,
  • Lo chuc d’un mièg citron
  • De canèla se volètz.
  • Bolegar, far passar darrièr la carbata, e al lièch !

A lèu !


Le rhume

Un jour il fait chaud, un jour il fait froid, et tenez, qu’arrive-t-il ? Le rhume, juste pour annoncer la prochaine arrivée de la grippe. Bon, pour celle-ci, il existe le vaccin. Polémique ! Il y a ceux qui ne jurent que par lui, et ceux qui sont définitivement contre ; parfois, ils ont subi de mauvaises expériences, d’autres fois, il y a les bruits qui courent…chacun se fait son idée.

Pour le rhume, pas de vaccin, mais on peut choisir entre les antibiotiques* et le grog*. Attention à l’accoutumance et donc à la résistance des microbes, pour les premiers, et attention à l’accoutumance à l’alcool pour le second. Entre deux maux, il n’y a pas photo !

Et qu’en dit la vox populi ? ; avec les médicaments, le rhume dure 8 jours. Sans les médicaments, il faut compter une bonne semaine. Par chance, le temps passe bien vite.

*Pour la recette des antibiotiques, il faut voir ça avec les laboratoires.

*Pour le grog, voici la recette :

  • Faire chauffer une grande tasse d’eau
  • Y verser 2 cuillères à soupe de rhum
  • Ajouter 2 cuillères à café de miel,
  • Le jus d’un ½ citron
  • De la cannelle si vous voulez.
  • Remuer, faire passer derrière la cravate, et au lit !

A bientôt.

D’ont ven aquel nom : La Beguda

 Beguda pòt aveire dos sens d’una es çò que se beu, l’autra l’endrech ont òm pòt beure.

Lo veire de vin es una beguda, l’avitarèla es tanben una beguda.

La carrièra que pòrta aquel nom se trapa sus un terrador que pòrta aquel nom dempuèi d’ans, lo compès de 1636  n’es testimòni.

Probablament en aquel temps, existissiá una beguda, una avitarèla pròche de Mèsa qu’aviá pas l’espadiment de uòi. Lo nom es demorat al terrador , mas anatz pas i cercar un còp per beure se sètz pas convidat per qualqu’un qu’abita dins aquela carrièra.

D’où vient ce nom : La Bégude

En occitan Begude peut avoir deux sens d’une part, c’est ce qui se boit, d’une autre l’endroit où on peut boire, en français buvette, auberge.

La rue qui porte ce nom, se trouve sur un terroir qui porte ce nom depuis de nombreuses années, le compoix de 1636 en est témoin.

 Probablement qu’en ce temps là, existait une buvette, une auberge près de Mèze qui n’avait pas l’étendue d’aujourd’hui. Le nom est resté au terrain, mais n’allez pas y chercher un coup à boire si vous n’êtes  pas invité par quelqu’un qui habite cette rue.

Lo vielhum

Do mai avancèm dins la vida, do mai lo camin sembla salpicat d’espinas per nos escarrunhar. Ja aquò vòl dire que se resentissèm las dolors, es que sèm pas mòrt ! Om pòt totjorn ensajar de las tractar per lo mesprètz, mas fonciona pas a cada còp.

Alara, per doblidar las espinas, tanplan que lo melhor es de virar la testa cap a de causas que son pas dolorosas, coma cantar, dansar, rire, legir, se regalar d’una bona còca, sorire als amics, a la familha sens tròp se planher, encara que de còps aquò fa de ben… Solid qu’es pas amb una gòma qu’anèm esfaçar tot lo michant de la vida.

Avem agut nòstra enfança, nòstra joinessa, nòstra atge madur, cal saupre se ne contentar ; a cadun a son torn, de viure sa vida, e ara per nosautres, en  avant tota, e « fas tirar la muòla Marius ».


La vieillesse

Plus on avance dans la vie, plus le chemin semble parsemé d’épines pour nous égratigner. Déjà, cela veut dire que si nous ressentons les douleurs, c’est qu’on est pas mort !

Il est toujours possible d’essayer de les traiter par le mépris, mais ça ne marche pas à tous les coups.

Alors, pour oublier les épines, peut-être que le mieux est de tourner la tête vers des choses qui ne sont pas douloureuses, comme chanter, danser, rire, lire, se régaler d’un bon gâteau, sourire aux amis, à la famille, sans trop se plaindre, encore que parfois cela fait du bien… Il est sûr que ce n’est pas avec une gomme que nous allons effacer tout le mauvais de la vie.

Nous avons eu notre enfance, notre jeunesse, notre âge mûr, il faut savoir s’en contenter ; à chacun, à son tour, de vivre sa vie, et maintenant, pour nous, en avant toute, et « fais avancer la mule Marius ».

D’ont ven aquel nom : Carrièra del castèl vièlh

Avèm una carrièra del castèl vièlh, mas avèm pas de castèl vièlh, ara n’avèm un autre pas brica vièlh e plan polit. Mas los remembres son tenaces dins la toponimia e nos fan remontar dins lo temps.

Sèm en 732 an memorable ont lo Franc  Karl de Herstal, duc d’Austrasia (capitala Aachen) nascut del costat de Namur, a arrestat los Arabs* a Peitièrs nos an dich a l’escòla.

Çò que l’istòria oficiala ditz pas, es que los Sarrazins son arribats en cò nòstre en 718 e son demorats fins al Ròse a Arles e e Avinhon fins a 579.

Dins sa lucha Karl de Herstal vengut Carles Martèl faguèt de nòstre país una preda.

L’istorian alemand K.F.Werner parla de la exaccions de las tropas francas.

Cal dire que los Francs pilhèron e aroïnèron  lo Mièjorn que consideravan coma una region conquistada.

Davalant de Peitièrs cap al sud, las tropas de Carles de Herstal  ara amb son escais Martèl liuran batalha dins l’Òlt en 733. En 734 metèron de badas lo sèti a Narbona  defenduda pels Sarrasins e 737 arroïnèron Nimes. E Mèsa al mitan, afrabada ela tanben, perdèt son castèl en 735. Las peiras n’an gardat la memòria malgrat los sègles e la reescritura biaissada de l’istòria.

*Èran de Berbers, pas d’Arabs.


D’où vient ce nom : Rue du vieux château

Nous avons une rue du vieux château, mais nous n’avons pas de vieux château, maintenant nous en avons un autre pas du tout vieux et bien beau. Mais les souvenirs sont tenaces dans la toponymie et nous font remonter dans le temps.

Nous sommes en 732 année mémorable où le Franc  Karl d’Herstal, duc d’Austrasie (capitale Aix la Chapelle) né du côté de Namur, a arrêté les Arabes* à Poitiers nous a-t-on dit à l’école.

Ce que l’histoire officielle ne dit pas, c’est que les Sarrasins sont arrivés chez nous en 718 et sont restés jusqu’au Rhône en Arles et Avignon jusqu’en 759.

Dans sa lutte Charles d’Herstal devenu avec son surnom Charles Martel fit de notre pays une proie.

L’historien allemand K.F.Werner parle des exactions des troupes franques.

Il faut dire que les Francs pillèrent et ruinèrent le Midi qu’ils considéraient comme une région conquise.

Venant de Poitiers, ils livrent bataille dans le Lot en 733. En 734 ils mirent en vain le siège à Narbonne défendue par les Sarrasins et en 737 pillent et ruinent Nîmes. Mèze, au milieu, ravagée elle aussi perdit son château en 735. Les pierres en ont gardé la mémoire malgré les siècles et une réécriture biaisée de l’histoire.

* Ils étaient des Berbères, pas des Arabes.

D’ont ven aquel nom : Font Mars

Font Mars, la font del dieu de la guèrra ? Que nani !

Lo primièr còp qu’apareis lo nom dins los tèxtes es en 1060 dins un tèxt latin « fonte Martio. Mai tard « font Martis ». Òm trova tanben lo « cimiterio  de Sant Petro de fontmarz ». En 1146 es « l’ecclesiam Sant Petri de Fontmartis ».

Lo nom ven doncas del nom d’un Martii, « fontem Martii » vengut Martius (legir Marsius) per arribar a la forma coneguda ara. Que Mars lo guerrièr ane beure en d’aquò mai !


D’où vient ce nom : Font Mars

Font Mars, la source du dieu de la guerre ? Hé bien non !

La première fois que le nom apparaît dans les textes, c’est en 1060 dans un texte latin « font-source Martio ». Plus tard « font-source Martis ». On trouve aussi le « cimiterio de Sant Petro de fontmarz ». En 1146 c’est « l’ecclesiam Sant Petro de Fontmartis ».

 Ne nom vient donc d’un Martii, « fontem Martii », devenu Martius (lire Marsius) pour arriver à la forme connue maintenant.  Que Mars le guerrier aille boire ailleurs !