Fricòt d’escobilhas

Vaquí un exemple de recepta de las que confecciona lo talhièr de cosina del Cercle occitan de Mèsa.

Per 6 personas :

Ingredients :

500 gramas de vedel o de piòta.

6 boletas de carn o 6 salsissas de Tolosa.

6 carròtas – 1 ceba – 1 branqueta d’api e son ramelet – bolets e cepas secs – campairòls de París – 6 a 10 patanas – una punhada d’olivas verdas descloscadas. Òli, sal, pebre.

Preparacion :

Faire trempar las campairòls secs dins d’aiga cauda. Cambiar l’aiga fins que siègue pas pus nègre. Esgotar.

Dins una coquèla far coire la salsissa. Reservar.

Faire dorar la carn. Puèi la ceba trissada. Plan remenar. Apondre carròtas e api copats en troces. Tornar remenar. Apondre los campairòls.

Quand tot es plan rossit, cobrir d’aiga un pauc caudeta. Salar e pebrar.

Daissar còire 15 minutas abans d’ajustar la patanas copadas en cubs,  las olivas e lo ramelet d’api. Contunhar la coisson un vintenat de minutas. Pausar las salsissas e daissar coire 5 minutas de mai. Es leste.

Los ingredients son a titre indicatiu : cal saupre qu’aqueste fricòt se fasiá amb de rèstas que « rabalavan » dins lo refrigèri, o que caldiá utilisar leu leu abans l’èra dels refrigèris. Se fasiá ataben amb las tombadas de volalha. Ara que sèm venguts de mond delicats, escampam tot aquò e metèm de polits mocins de carn. 

N.B. Aqueste plat sentís pas las escobilhas ! Sentís plan bon e es saborós.


Fricot d’ordures

Voici un exemple de recette de celles que confectionne le cercle Occitan de Mèze : le fricot d’ordures !

Pour 6 personnes :

Ingrédients :

500 grammes de veau ou de dinde

6 saucisses de Toulouse

1 oignon – 6 carottes – 1 branche de céleri et son bouquet –Mélange de bolets et cèpes secs – champignons de Paris – 6 à 10 pommes de terre – une poignée d’olives vertes dénoyautées – huile – sel et poivre.

Préparation :

Faire tremper les champignons secs dans de l’eau chaude. Changer l’eau jusqu’à ce qu’elle ne soit plus noire. Egoutter.

Dans une marmite, faire cuire la saucisse. Réserver.

Faire dorer la viande. Ajouter l’oignon coupé fin. Bien remuer. Ajouter les carottes et le céleri coupés en morceaux. Remuer de nouveau et ajouter tous les champignons.

Quand tout est bien roussi, couvrir d’eau un peu chaude. Saler et poivrer.

Laisser cuire 15 minutes.

Ajouter les pommes de terre coupées en cubes, remuer encore et ajouter les olives et le bouquet de céleri. Laisser cuire une vingtaine de minutes. Poser les saucisses et laisser cuire encore 5 minutes. C’est prêt.

Les ingrédients sont à titre indicatif : il faut savoir que ce fricot se faisait avec des restes qui « traînaient » dans le réfrigérateur ou, avant l’ère des réfrigérateurs,  qu’il fallait utiliser rapidement. Il se faisait aussi avec les abats de volaille. Maintenant que nous sommes devenus des gens délicats, nous jetons tout ça et nous mettons de jolis morceaux de viande. 

N.B. Ce fricot ne sent pas les ordures, il sent bien bon et il est savoureux.


 

Plaser de legir

Que de melhor per s’escapar d’un mond pas totjorn remirable que de legir ?

Legir ! un biais de descobrir d’autres orisonts, de s’informar, de satisfar sa curiositat. Los libres tocan totes los domenis de la vida e de la coneissença : de l’istòria a la sciençia, passant per las religions, los pòbles, las medicinas, las plantas, e tant e tant d’autras causas, de son país o del mond entièr ; sens doblidar la poesia e los romans. La lectura d’un roman permèt, s’alunhant de sos propris laguis, de faire còrs amb l’escrivan, d’intrar dins sa tèsta, gardant pasmens tota sa plaça a l’imaginacion del lector. Los eròis prenent la mina, los traches del visatge e amai la votz, inventats, s’impausant tot sols a el, e que van demorar dins l’estat fins a la fin de la lectura del libre. Es unenc e es magic.

Cal pensar als escrivans que se donan tant de mal per concebre un obratge : recèrcas, mai o mens longas e complicadas, verificacions… quitament abans  de començar lo trabalh d’escritura. Tot aquò sens saupre se lo libre traparà son public, serà reconegut amb emfasi o denigrat per la premsa e los mediàs. Que son trabalh siá una capitada o non, l’escrivan merita lo respècte per totes los moments de solituda que pòt viure. De tot biais, contribuís mai que degun a trasmetre lo saber. Coma o ditz lo provèrbi, las paraulas s’envolan e los escriches demòran.

Es pas per asard que l’aprentissatge de la lectura ten una plaça capitala a l’escòla. Que de mai esmovent per los parents qu’escotar amb fiertat son enfant de 6 ans, que s’aplica a deschifrar amb esitacion los mots que van li dobrir las pòrtas d’un monde novèl per el ? E per li donar lo gost de la lectura, cossí far a l’ostal ? Una suggestion : pendent lo moment d’intimitat que lo paire o la maire parteja amb son enfant, li legissent un conte o una istorieta abans que s’endormisse, òm pòt s’arrestar just abans lo desnosador, prepausant a l’enfant, ara qu’a apres a legir, de contunhar tot solet l’endeman matin per exemple per  connéisser la fin de l’istòria sens aveire a esperar lo ser.

Picar la curiositat a pas jamai fach de mal a degun. Al contrari, aquò fa avançar a grandes passes dins la vida

A lèu.


Plaisir de lire

Quoi de mieux pour s’échapper d’un monde pas toujours admirable que de lire ?

Lire ! une manière de découvrir d’autres horizons, de s’informer, de satisfaire sa curiosité. Les livres touchent tous les domaines de la vie et de la connaissance ; de l’histoire à la science, en passant par les religions, les peuples, les médecines, les plantes, et tant et tant d’autres choses, de son pays ou du monde entier ; sans oublier la poésie et les romans. La lecture d’un roman permet, en s’éloignant de ses propres soucis, de faire corps avec l’écrivain, d’entrer dans sa tête, en gardant pourtant toute sa place à l’imagination du lecteur. Les héros prennent l’allure, les traits du visage et même la voix, inventés, s’imposant tout seuls à lui, et qui vont rester en l’état jusqu’à la fin de la lecture du livre. C’est unique et c’est magique.

Il faut penser aux écrivains qui se donnent tant de mal pour concevoir un ouvrage : recherches, plus ou mois longues ou compliquées, vérifications…avant même de commencer le travail d’écriture. Tout cela sans savoir si le livre trouvera son public, s’il sera reconnu avec emphase ou dénigré par la presse et les médias. Que son travail soit une réussite ou non, l’écrivain mérite le respect pour les moments de solitude qu’il peut vivre. De toutes façons, il contribue mieux que personnes à transmettre le savoir. Comme le dit le proverbe, les paroles s’envolent et les écrits restent.

Ce n’est pas dû au hasard si l’apprentissage de la lecture tient une place capitale à l’école. Quoi de plus émouvant pour des parents, qu’écouter avec fierté  son enfant de 6 ans qui s’applique à déchiffrer avec hésitation les mots qui vont lui ouvrir les portes d’un monde nouveau pour lui. ? Et pour lui donner le goût de la lecture, comment faire à la maison ? Une suggestion : pendant le moment d’intimité que la mère ou le père partage avec son enfant en lui lisant un conte ou une petite histoire avant qu’il ne s’endorme, on peut s’arrêter juste avant le dénouement, en proposant à l’enfant, maintenant qu’il a appris à lire, de continuer tout seul le lendemain matin par exemple, pour connaître la fin de l’histoire sans avoir à attendre le soir.

Piquer la curiosité n’a jamais fait de mal à personne. Au contraire, cela fait avancer à grands pas dans la vie.

A bientôt.

TALHIÈR DE COSINA DEL CERCLE OCCITAN

Al fiu del temps, lo cercle occitan de Mèsa a desvolopat mantunas activitats qu’apelam talhièrs. Demai de los corses de lenga occitana dels diluns e dimars, existisson de talhièrs, coma lo còr de polifonias, la dança e la cosina. 

Aquel recampa un vintenat d’adérents, qu’aiman plan se retrobar per elaborar de mangilhas sobretot regionalas e d’autres païses de Mediterranea. Un parelh de personas se cargan de crompar totes los ingredients, e lo jorn J, tre 9 oras del matin, lo talhièr sembla una armada de formigas que s’afairan per preparar, de las dintradas al dessèrt, un repais complet. Netejar lo peis o los cauquilhages, o decopar carn o volalha, trissar la ceba, l’alh, los legums, las èrbas…faire còire en susvelhant plan.

Se cal pas endormir sus lo trabalh per estre lèstes a l’entorn de miègjorn. Coma sèm pas de mond qu’aiman de degalhar la merça, anam pas escampar tot aquò, e se metèm a taula per partejar aquel repais, que dempuèi un brave moment nos atissa las papilhas per sas nolors.

Lo Jaumet manca pas de desgrunar lo Benedicite* qu’escotam religiosament. Quand arriva lo plat de resisténcia, un àngel passa. Cadun sabora la preparacion elaborada amb fòrça suènh, amai amb amor.

Puèi, amb l’ajuda d’un pauqueton d’un bon vin, las bocas se desligan, fins a cantar al dessèrt, totjorn en occitan, sioplet . Cal dire que la tòca d’aquel talhièr es pas solament de faire la cosina ; es tanben de parlar e d’escriure en occitan las recèptas. Apuèi, aquelas son presentadas  jos forma de fichas ornadas de fotòs  presas pendent la preparacion, que cal faire perdurar las recèptas tradicionalas. Per acabar, cadun s’afaira per daissar los locals en bon estat de netitge.

E, cal pas l’oblidar, la sola règla requerida per faire partida del talhièr de cosina, es la bona umor, marca de fabrica del Cercle occitan.

* Benedicite de Sant Guilhem :

« Per manjar çò qu’avèm, sèm pro coma sèm.

E se qualqu’un deu venir, que se còpe la camba pel camin ».

Es pas trop crestian aquò !

ATELIER CUISINE DU CERCLE OCCITAN

Au fil du temps, le Cercle Occitan de Mèze a développé plusieurs activités, que nous appelons ateliers. En plus des cours de langue occitane des lundis et mardis, il existe des ateliers comme le cœur de polyphonie, la danse et la cuisine.

Celui-ci rassemble une vingtaine de personnes qui aiment se retrouver pour élaborer des mets, surtout  régionaux et d’autres pays de Méditerranée. Une paire de personnes se charge d’acheter tous les ingrédients, et le jour J, dès 9 heures du matin, l’atelier ressemble à une armée de fourmis qui s’affaire pour préparer, de l’entrée au dessert, un repas complet. Nettoyer le poisson ou les coquillages, ou bien découper viande ou volaille, couper fin l’oignon, l’ail, les légumes, les herbes…faire cuire en surveillant bien.

Il ne faut pas s’endormir sur le travail pour être prêts vers midi. Comme nous ne sommes pas des personnes qui aiment gaspiller la marchandise, nous n’allons pas jeter tout ça, et nous nous mettons à table pour partager ce repas, car depuis un bon moment, il nous attise les papilles par ses odeurs.

Jaumet n’oublie pas d’égrener le Bénédicité* que nous écoutons religieusement. Lorsqu’arrive le plat de résistance, un ange passe…chacun savoure la préparation élaborée avec beaucoup de soins, même avec amour.

Puis, avec l’aide d’un peu de bon vin, les bouches se délient, jusqu’à chanter au dessert, toujours en occitan, s’il vous plaît ! Il faut dire que le but de l’atelier cuisine n’est pas seulement de faire la cuisine. C’est aussi de parler et d’écrire en occitan les recettes. Ensuite, celles-ci sont présentées sous forme de fiches ornées de photos prises pendant la préparation, car il faut faire perdurer les recettes traditionnelles. Pour finir, chacun s’affaire pour laisser les locaux en bon état de propreté.

Et il ne faut pas l’oublier, la seule règle requise pour faire partie de l’atelier de cuisine, c’est la bonne humeur, marque de fabrique du Cercle occitan.

*Bénédicité de Saint-Guilhem :

« Pour manger ce que nous avons, nous sommes assez comme nous sommes.

Et si quelqu’un doit venir, qu’il se casse la jambe en chemin. »

C’est pas trop chrétien ça !

Lo castèl de Girard jos la nèu

28 de febrièr 2018. Quant de nèu ! Fa de temps que n’aviam pas vist autant, sobretot fin febrièr. Lo castèl de Girard aviá près d’aires de païsatge de montanha, amb sos ciprièrs tot vestits de blanc. Puèi a flor e a mesura que la nèu doçamanèt se metèt a fondre, las floretas dels partèrras, ja espelidas, fasián de tacas de colors gaias e variadas. Un espectacle magnific !

Aquò nos amena a vos parlar uòi d’aquel castèl de Girard, per ne faire succinctament son istòria.

Foguèt construit a la fin del sègle XVII per la familha Muret, dins une arquitectura d’estil classic. En 1793, sos proprietaris son la familha Ronzier, la qu’a bailat son nom a una carrièra alentorn. En 1847, a la favor del mariatge de l’Angèle amb Frederic de Girard devenguèt lo castel de GIRARD, bailant tanben son nom a una carrièra d’alentorn.

Dos cents ans mai tard, en 1993, la comuna de Mèsa ne fa l’aquisicion. Dempuèi foguèt renovat mai d’un còp. Ara es plan polit amb sos partèrras de flors, sos rosièrs, sas essencias del Miègjorn, sos ciprièrs, sos falabreguièrs, qu’an bailat lor nom occitan a la placeta de l’intrada del castel, la que se trapa del costat de la passejada.

Tot aquò ne fa una passejada agradiva, plan nolenta de matin o la tombada del jorn, agradiva per los mainatges, e lor mamà a mameta que los susvelhan , tant coma los papetas e las mametas que se regaudisson de los veire jogar.

Lo castèl es l’encastre de manifestacions festivas presadas de la populacion. Los tot novèls nòvis mancan pas de venir i faire las fotòs de maridatge tre la sortida de la comuna e de la gleisa ; aquò atira los badaires, de còps envejoses, de còps se remembrant la bèla epòca de lors pròpias nòças… Vaquí un bèl aspècte de l’utilititat d’un castèl dobèrt a tot lo monde, un castèl devengut un luòc de rescontres totas generacions confondudas. Un luòc de patz al còr del vilatge.

Uòi, òm pòt dire que l’aquisicion per la comuna del castèl es una capitada, e los mesòis son pas pauc fièrs d’èstre, a l’escasença  castelans a lor torn. Enfin lo vèl es levat, que quand èrem mainatges, auriam plan aimat de saupre coma èra la vida de castèl detràs de las muralhas del castèl de Girard.


Le château de Girard sous la neige

28 février 2018. Que de neige ! Il y a longtemps qu’on n’en avait pas vu autant, surtout à la fin du mois de février. Le château de Girard avait pris des airs de paysage de montagne, avec ses cyprès tout vêtus de blanc. Puis, au fur et à mesure que la neige fondait tout doucement, quelques fleurs déjà épanouies faisaient des taches de couleurs gaies et variées. Un spectacle magnifique !

Ceci nous amène à vous parler aujourd’hui de ce château, pour en relater succinctement l’histoire. Il fut construit à la fin du XVII siècle par la famille MURET. Son architecture est de style classique. En 1793, il revient à la famille RONZIER, laquelle a donné son nom à l’une des rues adjacentes. En 1847, à la faveur du mariage d’Angèle avec Frédéric de GIRARD, il devient le château de…Girard, donnant lui aussi son nom à une autre des rues adjacentes.

En 1993, notre bonne ville de MEZE en fait l’acquisition et le fait rénover plus d’une fois depuis. Maintenant il est bien joli avec ses parterres de fleurs, ses rosiers, ses cyprès, ses micocouliers, lesquels ont légué leur nom occitan à la placette des falabrèguièrs, qui se situe à l’entrée du château côté esplanade.

Tout ceci en fait une promenade agréable, bien odorante le matin et à la  tombée du jour, agréable aussi bien pour les enfants et leurs mamans ou mémés qui les surveillent, que pour les pépés et mémés qui se réjouissent de les voir jouer.

Le château est aussi le cadre de manifestations festives prisées de la population. Les tout nouveaux mariés ne manquent pas de venir y faire les photos dès la sortie de la mairie et de l’église. Ceci attire les badauds, parfois envieux, parfois se souvenant de la belle époque de leurs propres noces. Voici un bel aspect de l’utilité d’un château ouvert à tout le monde, un château devenu un lieu de rencontre toutes générations confondues, un lieu de paix au cœur du village.

Aujourd’hui on peut dire que son achat par la ville est une réussite, et les mézois ne sont pas peu fiers d’être châtelains à leur tour à l’occasion. Enfin le voile est levé, car lorsque nous étions enfants, nous aurions bien aimé savoir comment c’était la vie de château derrière les murailles du château de GIRARD.

DANÇA DEL CHIVALET

A Mèsa, avèm dos amics fidèls de longa data, lo Buòu e lo Chivalet. Uòi, vos parlarèm de la legenda polida del Chivalet.

Un còp èra un rei, Pèire II d’Aragon, qu’aviá maridat Maria de Montpelhièr, filha de Guilhaume VIII. Aquel aviá pausat dins la banasta dels nòvis la senhoriá de Montpelhièr. Pas qu’aquò !

Mas vaquí que la Maria aviá pas tròp las favors de son rei de marit. Pendent que viviá tota soleta dins son castel de Miravau, el corriá la patantena amb de jovençèlas. Aquela mena de faire èra pas propici a engendrar un eiretièr légitim. Es alara que los cònsols de Montpelhièr aguèron l’idea famosa de metre la favorita del rei dins lo lièch real de Miravau. Li suggeriguèron de pregar lo rei de « faire aquò », per un còp dins lo negre complet, per pimentar la causa tanplan. Al darrièr moment, cacèron la favorita del lièch e la reina prenguèt la plaça que li reveniá de drech. L’endeman, lo rei èra talament content de sa nuòch que perdonèt la mascariá e entrèt dins Montpelhièr triomfant sus son chivalet, portant la reina en cropa.

Lo « tam-tam » montpelherenc foguèt lèu activat e la fola venguèt dins la jòia aculhir lo cople real, trapant mai l’esper de veire nàisser enfin un eiretièr. E d’efièch, lo 1er de febrièr de l’an 1208, Jaume Primièr vegèt lo jorn dins lo palatz d’en Tornemira (se ditz qu’èra dins lo quartièr de la gleisa Sant Roch, entre lo 2 e lo 6 de la carrièra Jacques d’Aragon)*.

L’intrada a chival dins Montpelhièr aviá tan marcat los eimes que d’unes se ne son inspirats per inventar una dança gaujosa e una cançon per contar l’istòria – o legenda – del chivalet. La costuma despassèt l’encencha de Montpelhièr e mai d’un se n’empoderèt. Los vestits, los passes de dança, lo nombre de dançaires cambièron al fil dels temps e dels luòcs. 

A Mèsa, lo Chivalèt e lo Buòu an sauput, mercé a sa populacion, trasversar las epocas e fan partida de nòstre patrimòni local per longtemps, l’espéram.

Aicí, lo chivalet es portat per un òme que deu dançar amb elegància a passes menuts. Davant enl, un autre li dona , coma lo ditz la cançon, la civada dins un tamborin. Lo dançaire qu’es darrièr, amb d’aisinetas, fa mina de lo ferrar, totjorn en dançant. L’animal e los òmes son vestits de blanc e de ribans e cocardas tricolores. Graile e tambornet acompanhan la dança. Aquèla tan bèla musica foguèt misa en òrdre per lo grand musician Lully, quand lo chivalet foguèt presentat al rei de França

Se la costuma es pas de cantar sa cançon, avèm pogut nos procurar paraulas e particion. Las traparètz leu. Seriá plan que lor difusion ajudèsse a manténer la bèla tradicion, que ara regaudís tanben los toristes nombroses que aprécian nòstra region.

Per totas aquelas bonas rasons, longa vida al Chivalèt, e qu’amb son amic lo Buòu, acompanhesson totjorn las fèstas e regaudisson totes los mesòis e los autres.

*L’ostal existís, lo 1er de febrièr 2008, pels 800 ans de la naissença una placa foguèt clavada sus la faciada a la fin de la fèsta de celebracion d’aquel aniversari.

Source : Tradition au pays de Montpellier. Sauramps édition. La garriga lengadouciana.

DANSE  DU  CHEVALET

A MEZE, nous avons deux amis fidèles de longue date, le Boeuf et le Chevalet. Aujourd’hui, nous vous parlerons de la jolie légende du Chevalet.

Il était une fois un roi, PIERRE II d’ARAGON, qui avait épousé MARIE de MONTPELLIER, fille de GUILLAUME VIII. Celui-ci avait déposé dans la corbeille des mariés la seigneurie de Montpellier. Rien que ça !

Mais voilà que Marie n’avait pas trop les faveurs de son roi de mari. Pendant qu’elle vivait toute seule dans son château de MIREVAU, lui courait la prétentaine avec des « jeunettes ». Cette façon de faire n’était pas propice à engendrer un héritier légitime. C’est alors que les consuls de Montpellier eurent la fameuse idée de mettre la favorite dans le lit royal de Mirevau. Ils lui suggérèrent de prier le roi de « faire ça », pour une fois, dans le noir complet, pour pimenter la chose peut-être. Au dernier moment, ils chassèrent la favorite du lit et la reine prit la place qui lui revenait de droit. Le lendemain, le roi était si content de sa nuit qu’il pardonna la supercherie et entra triomphant sur son petit cheval, portant la reine en croupe.

Le tam-tam montpelliérain fut vite activé et la foule vint accueillir dans la joie le couple royal, retrouvant l’espoir de voir naître enfin un héritier. Et en effet, le 1er février de l’an 1208, JACQUES Ier vit le jour dans le palais de Tournemire (il se dit qu’il était dans le quartier de l’église Saint-Roch, entre le n° 2 et le n° 6 de la rue Jacques d’Aragon).

L’entrée à cheval dans Montpellier avait tant marqué les esprits que certains s’en sont inspirés pour inventer une danse joyeuse et une chanson pour raconter l’histoire – ou légende – du chevalet. La coutume dépassa l’enceinte de Montpellier, et plus d’un s’en emparèrent. Les habits, les pas de danse, le nombre de danseurs changèrent au fil des temps et des lieux.

A Mèze, le Bœuf et le Chevalet ont su, grâce à sa population, traverser les époques et font partie de notre patrimoine local pour longtemps, nous l’espérons. Ici, le chevalet est porté par un homme qui doit danser avec élégance à petits pas. Devant lui un autre lui donne, comme le dit la chanson, l’avoine dans un tambourin. Le danseur qui est derrière, avec de petits outils fait mine de le ferrer, toujours en dansant. L’animal et les hommes sont vêtus de blanc et de rubans et cocardes tricolores. Haut bois et tambourin accompagnent la danse. Cette si belle musique fut mise en ordre par le grand musicien LULLY, lorsque le Chevalet fut présenté au roi de FRANCE à VERSAILLES !

Si la coutume n’est pas de chanter sa chanson, nous avons pu nous en procurer paroles et partition. Vous les trouverez bientôt dans cette rubrique.. Ce serait bien que leur diffusion puisse aider à maintenir la belle tradition, qui maintenant réjouit aussi les nombreux touristes qui apprécient notre région.

Pour toutes ces bonnes raisons, longue vie au Chevalet, et qu’avec son ami le Bœuf, ils accompagnent toujours les fêtes et réjouissances  mézoises.

Source : Tradition au pays de Montpellier. Sauramps édition. La garriga lengadouciana.

LAS « IPOMEES » ALIAS BÈLAS DE JORN

Tre la prima son tan bèlas las “ipomées », que meritan plan d’usurpar lo nom de bèlas de jorn. Sus un lièch de rama d’un verd fòrça nòble, s’espandisson d’un mòde génerós, liurant sas flors d’un violet tanta esclatant que ne seriá gaireben agressiu.

Lo sèr vengut, abans de claure sas parpèlas, lor color s’atendrís, coma per se preparar a una nuèch amaisada. L’endeman, qualques unas auràn trespassat, valentament remplaçadas per d’autras que voldràn mostrar amb insoléncia lor joinessa e regolar de pertot.

Mas a l’ora de la davalada, malgrat lors esfòrces, capitan pas a nos gratificar de lor bèla color violacèa dels jorns d’estiu. Fan çò que pòdon per nos agradar. Pasmens, cal pas comptar sus elas per capitular tant lèu. Sèm en genièr et vaquí qu’encara, aicí e ailà, una floreta pallòta s’arrapa sus la paret, sus un fil, sus una clausura…

Per la bona volontat qu’an mesa a nos plaire, per lor beutat, esperarem lor retorn amb la pus granda impaciéncia.

Mercé a la Natura per sos presents, bailats sens res esperar en escambi. Tanplan seriám  plan inspirats, per lo mens, de la preservar…per nosautres, egoïstament.

La Planeta se ne releverà totjorn. N’a vistas d’autras.     

LES  IPOMEES ALIAS  BELLES  DE  JOUR

Dès le printemps, les ipomées sont si belles qu’elles méritent bien d’usurper le nom de belles de jour.  Sur un lit de feuillage d’un vert noble, elles s’épanouissent d’une manière généreuse, livrant ses fleurs d’un violet si éclatant qu’il en serait presque agressif.

Le soir venu, avant de clore leurs paupières, leur couleur s’attendrit, comme pour se préparer à une nuit apaisée. Le lendemain, quelques unes auront trépassé, vaillamment remplacées par d’autres qui voudront montrer avec insolence leur jeunesse, et « dégouliner » de partout.

Mais à l’automne, malgré leurs efforts, elles ne réussissent pas à nous gratifier de leur belle couleur violacée des jours d’été. Elles font ce qu’elles peuvent pour nous être agréables. Pourtant, il ne faut pas compter sur elles pour capituler aussi vite. Nous sommes en janvier, voici qu’encore, ici et là, une petite fleur pâlote s’accroche sur le mur, sur un fil, sur une clôture…

Pour la bonne volonté qu’elles ont mis à nous plaire, pour leur beauté, nous attendrons leur retour avec la plus grande impatience.

Merci à la Nature pour ses présents, donnés sans rien espérer en échange. Peut-être serions-nous bien inspirés, pour le moins de la préserver…pour nous, égoïstement. la Planète s’en relèvera toujours. Elle a vu d’autres.

 

De l’interès de connéisser l’occitan

Uòi vos contarem una anecdòcta per vos dire que los ancians fan pas dins la dentèla.

A Montpelhièr, i a una carrièra que se sona « rue Donnat ».Es pas totjorn estat aital.

Al sègle XIV, foguèt batejada « carrièra bona nuòch ». Per de qué ? En aquèla epòca, la reputacion de Montpelhièr coma vila universitari èra ja facha e plan facha. En mai de los d’aicí, venián d’estudiants de pertot.

De fès, amb la foga de lor joinessa, èran un pauc tròp turbulents. E es arribat çò que deviá arribar. Un sèr, una batèsta se desrolèt entre eles e los residents del quartièr universitari, que n’avián un confle d’aquelas joines tan brusents. I aguèt fins qualques serioses nafrats.

L’endeman, a la serada, los residents s’amassèron per barrar la carrièra als estudiants, e quand un voliá passar, caliá que diguèsse : « Dieu vos desira  bona nuòch ». Los qu’èran capables de lo tornar dire correctament, èran esparnhats. Los autres, los estrangièrs, èran assucats e lèu escampats dins lo potz vesin, sens estat d’anma.

D’aquí l’interès d’ aprene l’occitan. A MÈSA, aquò se passa cada diluns de cinq oras e mièja a sèt oras del ser a la sala Naucelle. Vos i esperam e vos i aculhirèm amb plaser.

N.B. Dins aquel quartièr i a pas pus de potz…

A lèu.

Source : Petite histoire de Montpellier. Des origines à la révolution, d’Albert Fabre.

 

De l’intérêt de connaître l’occitan

Aujourd’hui, nous vous raconterons une anecdote pour vous dire que les anciens ne faisaient pas dans la dentelle.

A Montpellier, il y a une rue qui s’appelle « rue Donnat ». Il n’en a pas toujours été ainsi.

Au XIV ème siècle, elle fut baptisée « carrièra bona nuòch » (rue Bonne Nuit). Pourquoi ? A cette époque, la réputation de Montpellier en tant que ville universitaire, était déjà faite et bien faite. Outre ceux d’ici, il  venait des étudiants de partout.

Parfois, avec la fougue de leur jeunesse, ils étaient un peu trop turbulents. Et il est arrivé ce qu’il devait arriver. Un soir une rixe se déroula entre eux et les résidants du quartier qui en avaient assez de ces jeunes si bruyants. Il y eut même quelques sérieux blessés.

Le lendemain, dans la soirée, les résidants se groupèrent pour fermer la rue aux étudiants, et ceux qui voulaient passer, devaient dire, en occitan bien entendu : « Dieu vous souhaite une bonne nuit ». Ceux qui étaient capables de le répéter correctement étaient épargnés. Les autres, les étrangers étaient assommés et vite jetés dans le puits voisin, sans état d’âme.

D’où l’intérêt d’apprendre l’occitan. Cela se passe chaque lundi de 17 H 30 à 19 heures, à la salle Naucelle. Nous vous y attendons et vous y accueillerons avec plaisir.

N.B. Dans ce quartier, il n’y a plus de puits…

A bientôt.

Source : Petite histoire de Montpellier. Des origines à la révolution, d’Albert Fabre.

DILUNS 1er de GENIÈR de 2018

9 oras.

Dins nòstra vilatge, l’an novèl se desrevelha pauc a pauc dins la
doçor.
Lo pargue del castèl garda son mantèl d’umiditat, rendent las fuòlhas lusentas e las nolors tant agradivas.

Coma sus la passejada, lo temps s’ès arrestat. Lo mercat, los comercis se pausan. Los darrièrs jorns de l’annada 2017 son estats plan actius per preparar a totes los mesòis de fèstas bèlas. Los qualques cavalets e barracas gardan encara lors tendolets baissats.

L’estanh es un vertadièr miralh liurat als aucèls de mar. Un aire de trèva flota dins un cèl quasi pur.

E dins un mond que sembla aver perdut la bossòla, voldriam qu’aquel moment, suspendut dins lo temps e l’espaci, siá lo signe d’una annada doça e serena, dins un mond ont cadun poguèsse s’espompir segun sos vots.

Es tot lo mau que lo Cercle occitan de Mèsa vos desira per l’an 2018.

LUNDI 1er JANVIER 2018.

9 HEURES

Dans notre village, le nouvel an se réveille peu à peu dans la douceur.

Le parc du château garde son manteau d’humidité, rendant les feuilles luisantes et les odeurs si agréables.

Comme sur l’esplanade, le temps s’est arrêté. Le marché, les commerces se reposent. Les derniers jours de l’année 2017 ont été très actifs pour préparer aux mézois de belles fêtes.

Les quelques manèges et barraques gardent encore leurs bâches baissées. L’étang est un vrai miroir livré aux oiseaux de mer.

Un air de trêve flotte dans le ciel quasiment pur.

Et dans un monde qui semble avoir perdu la boussole, l’on voudrait que ce moment, suspendu dans le temps et l’espace soit le signe d’une année douce et sereine, une année où chacun puisse s’épanouir selon ses vœux.

C’est tout le mal que le Cercle Occitan de Mèze vous souhaite pour l’an 2018.

Aimi l’ivern

Aimi l’ivern per la calma que nos porgís. Ben segur que se cal mai vestir mas per carrièra las personas que crosam, an de caras familiaras. Sèm entre nosautres, podèm faire un mocin de conversacion :
« Sabes ben ! Es lo filh de la sòrre d’aquel qu’a crompat…,son paire trabalha en cò de … al Morre blanc o en encara … es ela que cada matin va querre lo pan … e que lo pòrta a sa vesina que s’es copada la camba …»
E encara que faga freg, suls trepadors o sus las plaças, charram dels eveniments, del gobern que nos rascla l’esquina, de la plòja que tomba pas, dels desaïcis d’aquel president que vòl faire la lei de per tot dins lo monde, e ne passi. »
Autre sicut d’alegrança es lo tarabast qu’a desaparegut, las veituras s’atropèlan pas pus als caireforcs, montan pas pus suls trepadors e quand tu, prenes la tieuna, trobas totjorn ont t’arrestar. Sens comptar la sansonha que retronís tota la jornada al pòrt, qu’a desaparegut. Ara òm vei los passejaires caminar tranquilament e los esportius qu’an pas paur de la temperatura fresqueta, corron per carrièra, pòdon respirar sens cap de lagui l’aire sens cap de particulas.
E puòi i a la fèstas, qu’es l’escasença de desirar, en levant lo gòt, un polit Nadal e una bèla e bona annada venenta. Es çò que fau per vos amics legeires.
En cò nòstre, l’ivern, fin finala es pas tan marrit !

J’aime l’hiver
J’aime l’hiver pour le calme qu’il nous apporte. Bien sûr il faut s’habiller davantage mais dans les rues les personnes que nous croisons ont des visages familiers. Nous sommes entre nous, nous pouvons faire un bout de conversation :
Tu sais bien ! C’est le fils de la sœur de celui qui a acheté …, son père travaille chez…, au Moure blanc, o encore c’est elle qui chaque matin va chercher le pain … et qui le porte a sa voisine qui s’est cassé la jambe … »
Autre sujet de contentement, c’est le vacarme qui a disparu, les voitures ne s’accumulent pas aux carrefours, elles ne montent plus sur les trottoirs et quand toi, tu prends ta voiture, tu trouves toujours où t’arrêter. Sans compter qu’au port, la rengaine qui retentit toute la journée a disparu. Maintenant on voit les promeneurs marcher tranquillement et les sportifs qui n’ont pas peur de la température plutôt fraiche courent dans les rues, ils peuvent respirer sans souci l’air sans particules.
Et puis il y a les fêtes qui sont l’occasion de souhaiter, en levant le verre, un joyeux Noël et une belle et bonne prochaine année. C’est ce que je fais pour vous, amis lecteurs.
Chez nous, en définitive, l’hiver n’est pas tellement mauvais.

La miracolada de Mèsa

Aquò se passèt lo 7 de julhet de 1911 à Lourdes.

A Mèsa, una joineta de sètze ans, Marie-Louise ROQUES, sofrissiá, pauròta, d’un mau michant, « l’ostéo-arthrite », e de tuberculosa  pulmonara.

Dins l’espèr d’amaisar sas terribles dolors e son andicap, sa familha li faguèt faire un pelegrinatge a Lourdes, per anar pregar la Santa Verge, coma tantes e maites  fidèls lo fan encara uòi. E vaquí que se produguèt çò que los grands malautes e andicapats desiran talament sens gausar l’esperar. La domaisela se sentiguèt d’un còp en melhora forma, son andicap desapareguèt al punt que l’òm se metèt a cridar al miracle !

La Marie-Louise tornèt a Mèsa sens aver besonh de se servir de sa cròça, coma òm pòt lo veire dins la fotó junta.

La novèla s’espandiguèt lèu lèu dins lo vilatge e alentorn, e lo mond èran estabosits de viure un eveniment tant rare que malurosament s’ès pas jamai reprodusit a …Mèsa. Pr’aquò, podèm pas assegurar que lo Vatican e lo papa Pie X li balhèron lor benesida. N’avèm pas trapat traça.

Liure a cadun, segon sas conviccions, de creire o pas creire (qu’ aquò es  la question) a la bèla istòria, de las que fan levar  totjorn l’espèr d’una vida melhora.

Lo Cercle Occitan de Mèsa, el  vos désira una bona santat, una annada  2018 plan granada, una annada …miraclosa.


La miraculée de Mèze

A Mèze, une jeune-fille de seize ans, Marie-Louise

ROQUES, souffrait, la pauvre, d’un mauvais mal, l’ostéo-arthrite, et de tuberculose pulmonaire.

Dans l’espoir d’apaiser ses terribles douleurs et son handicap, sa famille lui fit faire un pèlerinage à Lourdes, pour aller prier la Sainte Vierge, comme tant et tant de fidèles le font encore aujourd’hui. Et voici que se produisit ce que les grands malades et handicapés désirent tellement sans oser l’espérer. La demoiselle se sentit tout d’un coup en meilleure forme, son handicap disparut, au point que l’on se mit à crier au miracle !

Marie-Louise revint à Mèze sans avoir besoin de se servir de sa béquille, comme on peut le voir  dans la photo jointe.

La nouvelle se répandit très vite dans le village et aux alentours,  et les gens étaient ébahis de vivre un événement si rare qui malheureusement ne s’est jamais reproduit à…Mèze.  Pour autant, on ne peut pas assurer que le Vatican et le Pape Pie X lui donnèrent leur bénédiction.  Nous n’en avons pas trouvé trace.

Libre à chacun de croire ou ne pas croire (puisque telle est la question) à la belle histoire, de celles qui font toujours lever un espoir d’une vie meilleure.

Pour sa part, le Cercle occitan de Mèze vous souhaite une bonne santé, une année 2018 fructueuse, une année…miraculeuse.

Armonia

I a de mots que cantan a l’aurelha, coma lo mot armonia, e quand, en demàs de sonar plan a l’aurelha, son tant bèls dins lor sens, alara es lo trescòl.

Armonia…armonica…armonicá…n’avem tant besonh d’armonia dins un mond devengut aspre, ont siá per necessitat, siá per deriva, cadun pòt aver l’enveja de defendre son prat-cairat.

Armonia en familha, entre amics, entre vesins, entre collegas de trabalh, per se sentir a l’unisson, quite a i apondre un pauqueton de tolerància per i pervenir.

Se cal saupre çò que volèm, aquò vol pas dire que tot lo mond deu pensar parièr. I a pas pus terrible que la pensada unica, que condusis los pòbles a se daissar manipular gravament. Es just comprener que de còps tant plan l’autre a rason.

I a de mond que se complasen dins la contradicion sistematica. Aquèles, sabon pas a costat de que passan, d’aquel sentiment d’acòrdi, d’armonia, dins la nuança. Per de que cercar un autre mot ? aquel es tant bèl, tant doç, tant plan le pus bèl mot de nòstra lenga coma de la lenga nòstra.

De que lo cantar a l’infinit : armonia…armonia…armonia…

Lo Cercle occitan vos desira una fèsta bèla de Nadal, banhada tota d’armonia, e vos dits :

A l’an que ven.


Harmonie

Il ya des mots qui chantent à l’oreille, comme harmonie, et quand en plus de bien sonner à l’oreille, ils sont si beaux dans leur sens, alors, c’est le sommet.

Harmonie…harmonique…harmonica…nous en avons tant besoin d’harmonie dans un monde devenu âpre, dans lequel, soit par nécessité, soit par dérive, chacun peut avoir envie de défendre son pré-carré.

Harmonie en famille, entre amis, entre voisins, entre collègues de travail, pour se sentir à l’unisson , quitte à y ajouter un petit peu de tolérance pour y parvenir.

Si l’on doit savoir ce que l’on veut, cela ne veut pas dire que tout le monde doit penser la même chose. Il n’y a pas plus terrible que la pensée unique, qui conduit les peuples à se laisser manipuler gravement. C’est juste comprendre que parfois, c’est peut-être l’autre qui a raison.

Il y a des gens qui ne se complaisent que dans la contradiction. Ceux-là ne savent pas à côté de quoi ils passent, à côté de ce sentiment d’accord, d’harmonie, dans la nuance. Pourquoi chercher un autre mot ? celui-ci est si beau, si doux, peut-être le plus beau de notre langue comme de notre langue occitane.

De quoi chanter à l’infini : harmonie…harmonie…harmonie…

Le Cercle Occitan vous souhaite de passer une belle fête de Noël, toute baignée d’harmonie, et vous dit :

A l’année prochaine.

D’ont venon aqueles noms : Mongeta, Morgueta

Mongeta es lo diminutiu de monja, femna entrada en religion mas es tanben lo nom d’un legum.

La relacion entre los dos la cal pas anar cercar dins lo espiritual ni dins lo domani botanic.

Abans las monjas portavan de còfas  amb de cada costat de menas d’ « alas » blancas que revertavan en grand la flor del faseolus. D’aquela semblança ven lo nom donat en aquel legum plan gostós.

Per la morgueta, la meteissa aventura s’es passada, mas aquí es pas la forma qu’es a la sorga del nom mas la color de las faudas de las morgas qu’a donat lo nom al helix vermiculata pichòta cagaraula òste nòstre garriga.  

Mongeta coma morgueta son de segur totes doas comestiblas.


D’où viennent ces noms : Haricot, Petit gris

Mongeta-Haricot es le diminutif de Monja-Religieuse, mais c’est aussi le nom d’un légume.

La relation entre les deux, il ne faut pas la chercher dans le spirituel ni dans le domaine botanique. Avant les religieuses portaient des cornettes avec de chaque côté des sortes d’ailes blanches qui ressemblaient en grand la fleur du phaséolus  De cette ressemblance vient le nom donné à ce légume bien goûteux. 

Pour la Mourgueta- Petit gris, la même aventure s’est passée, mais ici ce n’est pas la forme qui est à l’origine du nom mais la couleur des robes de nones qui a donné le nom à helix vermiculata  petit escargot hôte de notre garrigue. 

Haricot comme petit gris sont bien sûr tous deux comestibles.

La maionesa

Lo mot a un fum d’originas. Ne’n causirèm una : en 1756, lo duc de Richelieu prenguèt d’assalt  Pòrt Mahon, vila de Minòrca (Baleares). A son retorn, per lo mercejar d’aver acomplit aquel acte gloriós, un sopar foguèt donat en son ònor a Marselha per lo duc de Villars, alara governor de la província.

Lo cap cosinièr inventèt per l’ocasion una sauça, amb d’uòu,  d’òli, de mostarda, sal e pebre, per acompanhar lo pol a la « Villeroy », sauça que batejèt la « Mahonnaise ». La sauça foguèt tant presada, que d’aquel jorn, princes e grands senhors d’ Europa tota volguèron comptar demest lors sirvents un cosinièr que saupriá preparar la « Mahonnaise ». Pauc a pauc, « mahonnaise » se diguèt « mayonnaise ». Nosautres, sèm pas princes, sèm pas grands senhors, e avèm aprés a far tot solets la maionesa per regalar familha e amics. Òm la pòt relevar de citron o d’alh, que batejam a tòrt o a rason alhòli. La sauça acompanha amb bonur fòrça plats, en particulièr los peisses, la sopa de peis, de cauquilhages coma las budas, eca.

De tot biais, sèm, encara uòi, plan contents que lo duc de Richelieu aja ganhat la batalha de Pòrt Mahon…e se lo fetge, el, es pas content, tant pièg per el. Aquò passará, a passat a ma grand !


La mayonnaise

Le mot a beaucoup d’origines. Nous en choisirons une : en 1756, le duc de Richelieu prit d’assaut Port Mahon, ville de Minorque (Baléares). A son retour, pour le remercier d’avoir accompli un acte aussi glorieux, un souper fut donné en son honneur à Marseille par le duc de Richelieu, alors gouverneur de la  province.

Le chef cuisinier inventa pour l’occasion une sauce avec de l’œuf, de l’huile, de la moutarde, sel et poivre, pour accompagner le poulet à la « Villeroy ». La sauce fut tant appréciée qu’à partir de ce jour-là, princes et grands Seigneurs de toute l’Europe voulurent compter parmi leurs serviteurs, un cuisinier qui saurait préparer la « Mahonnaise ». Peu à peu, mahonnaise se dit mayonnaise. Nous autres, nous ne sommes pas princes, nous ne sommes pas grands seigneurs, et nous avons appris tous seuls à préparer la mayonnaise pour régaler famille et amis. On peut la relever de citron ou d’ail, que nous appelons à tort ou à raison aïoli. La sauce accompagne avec bonheur de nombreux plats, en particulier les poissons, la soupe de poisson, des coquillages, comme les escargots de mer, etc.

De toute façons, encore aujourd’hui, nous sommes bien contents que le Duc de Richelieu ait gagné la bataille du Port Mahon…et si le foie, lui, n’est pas content, tant pis pour lui. Ca passera, c’est passé à ma grand-mère !

D’ont ven aquel nom : Mourgues

Aquel nom apareis dos còps a Mèsa. Es lo nom d’una carrièra e tanben d’un pont sus la rota de Massilhan.

Es en 1740 que se pòt legir lo nom de Capela de las Morgas  gleisa que foguèt aroïnada en 1770. Quand se sap que morga es lo nom occitan que pòrtan las dònas qu’entran en religion, una carrièra per las morgas per anar a la gleisa, es natural.

Per lo pont es tanben per las religiosas, de cistercienas, que batisguèron aquel  passatge coma lo ditz fòrça plan D. Roqueta dins sa nòta sus l’abadiá de Net-lieu desapareguda en1780, passatge que la fasiá comunicar amb la capela de Sant Martin . Aquel pont passava es sus del riusset  Nega-vacas.

 Aquí dos testimoniatges de l’activitat de la vida dels sègles passats.


D’où vient ce nom : Mourgues

Ce nom apparaît deux fois à Mèze. Cest le nom d’une rue et aussi d’un pont sur la route de Marseillan.

C‘est en 1740 que l’on peut lire le nom de Chapelle des Mourgues, église qui fut ruinée en 1770. Quant on sait que mourgue est le nom occitan que portent les femmes qui entrent en religion, une rue pour les nonnes pour aller à l’église, c’est naturel.

Pour le pont, c’est aussi pour les religieuses,des cisterciennes que fut construit ce passage comme le dit fort bien D. Rouquette dans sa note sur l’abbaye de Netlieu disparue en 1780, passage qui faisait communiquer avecla chapelle de Saint Martin. Ce pont passait au-dessus du petit ruisseau Nega-vacas.

Voici deux témoignages de l’activité de la vie des siècles passés.