Le port de Mèze, référence régionale pour la biodiversité

La première formation « Port Propre Actif en Biodiversité » pour les agents portuaires d’Occitanie s’est déroulée à Mèze. (Photo : CPIE Bassin de Thau)
 
Fin 2020, le port de Mèze est devenu le premier, et le seul à ce jour en Occitanie, à avoir obtenu la certification Afnor « Port Propre actif en biodiversité ». Un label qui traduit la volonté de concilier le fonctionnement d’un port avec des actions en faveur de la biodiversité. L’installation, sur les quais, de nurseries artificielles pour jeunes poissons ou encore les mesures de protections prises lors des épisodes de naissances massives d’hippocampes dans le port (veille naturaliste, interruption des opérations d’entretien et de nettoyage après les périodes de ponte…) ont largement contribué à cette reconnaissance.
C’est donc tout naturellement que le travail mené par le port de Mèze a servi d’exemple pédagogique pour la première formation « Ports Propres Actifs en Biodiversité » organisée en Occitanie. Une session coanimée, le 4 mars, par l’Union des Villes Portuaires d’Occitanie et le CPIE du Bassin de Thau et qui a rassemblé 8 agents portuaires venus de 6 ports d’Occitanie. Cette formation permet au personnel des ports d’engager les actions afin de répondre aux exigences pour l’obtention de la prestigieuse certification « Port Propre actif en biodiversité ».

Bateau échoué sur la plage :
la capitainerie a lancé les procédures

Depuis quelques jours, un bateau à moteur est échoué sur la plage du Thalassa. La capitainerie de Mèze a lancé les procédures d’enlèvement.
Cette embarcation était amarrée sans titre ni autorisation dans le port principal de Mèze depuis plusieurs mois. Son propriétaire était mis en demeure par le Département, d’enlever son bateau mais n’a jamais répondu à ses obligations et n’est jamais venu vérifier ses amarres qui ont fini par rompre. C’est ainsi que le bateau a dérivé jusqu’à la plage.
La capitainerie a tenté, en vain, d’informer le propriétaire, seul habilité à déplacer son embarcation. Le bateau étant échoué sur le domaine public maritime, un signalement a donc été effectué auprès des services de l’Etat afin que la procédure officielle d’enlèvement soit lancée.

Election au conseil portuaire

Le 10 février a eu lieu l’élection des représentants du comité local des usagers permanents des installations portuaires de plaisance (CLUPIPP) au conseil portuaire.

Les élus sont :

–  Guy Pujol – titulaire
– Philippe Alengrin – titulaire
– Eric Fuhrmann – titulaire
– Jean-Luc Sambuco – titulaire

– Patrice Bartoli – suppléant
– André Buonomo – supplélant
– Michel Bernard – suppléant
– Eric Deblangey – suppléant

Les représentants sont élus pour un mandat de 5 ans au sein de cette instance consultative pour la gestion du port de plaisance de Mèze.

Mèze, premier port d’Occitanie à obtenir
le label Afnor « Port actif en biodiversité »

Véritables traits d’union entre la terre et la mer, les ports de plaisance ne sont plus aujourd’hui considérés comme de simples « parkings à bateaux », mais comme des infrastructures stratégiques favorables au développement durable des territoires littoraux.

Pour la qualité de sa gestion environnementale, le port de Mèze détient le label européen « Ports propres » depuis 2012. Cette prestigieuse marque de reconnaissance est attribuée par le très rigoureux organisme de certification Afnor.
Le port de Mèze vient gravir une marche supplémentaire vers l’exemplarité en devenant le premier en Occitanie à obtenir la certification Afnor « Port actif en biodiversité ». Un label qui traduit la volonté de concilier le fonctionnement d’un port avec des actions en faveur de la biodiversité.
Cette certification repose sur des actions concrètes et sur l’engagement des gestionnaires qui agissent en faveur de la biodiversité locale dans le port et son aire d’influence.
Le port de Mèze est le premier de toute la région Occitanie à avoir reçu le label « Port actif en biodiversité », au terme d’un audit réalisé durant l’automne. L’installation, sur les quais, de nurseries artificielles pour jeunes poissons ou encore les mesures de protections prises lors des épisodes de naissances massives d’hippocampes dans le port (veille naturaliste, interruption des opérations d’entretien et de nettoyage après les périodes de ponte…) ont largement contribué à cette reconnaissance.
Une prochaine action portera sur la sensibilisation du public à la richesse et à la fragilité de la biodiversité présente dans le bassin du port.

 

 

Une initiative écocitoyenne et locale
pour les enfants du désert

Depuis le mois d’août, Cédric Germain et Sylvain Reynard, étudiants en école d’ingénieur, nettoient le pourtour de l’étang de Thau, dans le cadre de leur projet solidaire « 4L trophy ». Cette course humanitaire de 6 000 km en 4L dans le désert marocain, prévue du 18 au 28 février 2021, a pour but de transporter du matériel scolaire et sportif pour les enfants du désert.

Afin de contribuer à la compensation carbone du trajet, l’équipage a réalisé des actions de dépollution, en procédant au nettoyage en apnée de l’étang. L’objectif est atteint puisque cette initiative écocitoyenne et locale a permis de ramasser plus d’une tonne de déchets (représentant symboliquement le poids de leur 4L) dont la moitié à Mèze, en collaboration avec les services municipaux.

Afin de soutenir cette action à la fois humanitaire et écocitoyenne, la Ville de Mèze a décidé de participer au projet par une aide financière de 300€.

Les sauveteurs prêts pour la saison

Dès samedi 4 juillet, et jusqu’au 30 août, les baignades et les activités nautiques seront surveillées tous les jours de 11h à 19h sur la plage du Thalassa et la Plagette. Les sauveteurs sont affectés à la surveillance des plages de la commune dans le cadre d’une convention avec le SDIS. Ils disposent, au plus près des baigneurs, d’un matériel complet d’intervention : embarcation, planche rescue, jumelles, bouées tube, défibrillateur et oxygénothérapie, pharmacie (secourisme), mégaphone, sifflets, radio. La couleur de la flamme hissée renseigne le public sur les conditions de baignade et peut changer en fonction de l’état de l’étang. Cette année, les 14 sauveteurs affectés à Mèze ont reçu une formation spéciale autour des protocoles et procédures Covid 19 avant leur prise de poste.

De nouveaux bébés hippocampes sont nés dans le port

Depuis quelques années, le phénomène se répète régulièrement. Il vient encore de se reproduire. Des centaines d’hippocampes sont nés dans le port de Mèze. Un excellent indice de la qualité du milieu. En attendant de grandir un peu afin de gagner les eaux de la lagune de Thau, les petits « chevaux de mer » mesurant à peine plus d’un centimètre profitent de l’abri que constitue l’espace portuaire. Pour mémoire, le port de Mèze est l’un des premiers à avoir été équipé de « Biohut », des nurseries artificielles fixées sur les quais afin d’offrir une protection aux jeunes poissons. De plus, dans le cadre de l’opération Port Propre, des efforts permanents sont menés par la Ville de Mèze pour limiter l’impact des activités portuaires et préserver la qualité du milieu lagunaire. Ces naissances répétées de l’espèce emblématique de la lagune de Thau démontrent que la gestion environnementale du port conduite par la municipalité porte ses fruits. Pour l’ensemble des actions menées par la Ville, le port de Mèze va d’ailleurs bientôt recevoir la très prestigieuse certification Afnor « Port Propre Actif en Biodiversité ». Une véritable consécration.

Les plages passent à l’heure d’été


Chaque année, la Ville de Mèze apporte un soin particulier à ses plages afin que les Mézois, comme les visiteurs, puissent se prélasser et se baigner dans des conditions optimales de confort et de sécurité. Depuis le 2 juin, c’est la fin de la plage dynamique imposée par l’État et de nombreuses personnes en profitent. La Ville met tout en œuvre pour accueillir les familles mézoises et les touristes sur des sites propres et sécurisés.

Un nettoyage quotidien

Depuis le 15 juin, les services techniques de la Ville s’attèlent à ramasser les algues accumulées sur les plages à la suite des derniers coups de vent. Dès le 20 juin, les équipes des services techniques municipaux effectueront un nettoyage complet de l’ensemble des plages de la commune. Tous les matins, dès 6h, les algues, mais aussi les trop nombreux déchets abandonnés sur le sable sont ramassés. Les agents procèdent également au nettoyage du sable en profondeur. Malheureusement, les mégots de cigarette restent le plus gros des fléaux car ils sont particulièrement difficiles à éliminer. Pour préserver la propreté des plages, les chiens y sont formellement interdits. Garder les plages propres, c’est aussi une affaire de civisme.

Du sable propre

Le service voirie recouvrira les plages de sable fin et propre pour le confort des Mézois et des visiteurs. Il s’agit de sable de rivière qui est systématiquement soumis à plusieurs analyses bactériologiques avant d’être étalé sur la plage du Thalassa et la Plagette, soit un linéaire de près de 500 m.

Auto contrôle quotidien des eaux de baignade

La Ville de Mèze a engagé, depuis plus de 10 ans, une véritable politique de surveillance de la qualité de ses eaux de baignade. Un prélèvement journalier est réalisé pour chacune des deux plages de la commune afin de procéder à leurs analyses. En fonction des résultats parvenus aux services municipaux dans les 24h, le maire peut prendre, dans les meilleurs délais, une mesure de fermeture préventive de la baignade. Cet autocontrôle, effectué par la Ville, vient s’ajouter aux prélèvements effectués par l’Agence Régionale de Santé.

Les plages surveillées

Les baignades et les activités nautiques seront surveillées tous les jours de 11h à 19h sur la plage du Thalassa et la Plagette, du 4 juillet au 30 août. Les sauveteurs sont affectés à la surveillance des plages de la commune dans le cadre d’une convention avec le SDIS. Ils disposent, au plus près des baigneurs, d’un matériel complet d’intervention : Embarcation, planche rescue, jumelles, bouées tube, défibrillateur et oxygénothérapie, pharmacie (secourisme), mégaphone, sifflets, radio. La couleur de la flamme hissée renseigne le public sur les conditions de baignade et peut changer en fonction de l’état de l’étang. Cette année, une formation spéciale autour des protocoles et procédures Covid 19 est prévue avant leur prise de poste.

Les plages de Mèze bientôt accessibles…


Beaucoup de Mézois ont exprimé leur souhait de pouvoir revenir sur les plages. Appel entendu !
Hier, le maire de Mèze ainsi que les autres maires des communes littorales du département ont participé à une réunion en visioconférence organisée par le préfet de l’Hérault. L’ordre du jour était consacré aux mesures qui doivent être prises par les communes afin de permettre une réouverture des plages au public dans de bonnes conditions de sécurité sanitaire.
Une demande officielle d’ouverture des plages de Mèze va donc être adressée au préfet dans les plus brefs délais. Contraintes sanitaires obligent, l’accès à la Plagette ou à la plage du Thalassa sera encadré par certaines règles qui doivent encore être validées par l’autorité préfectorale. Des horaires d’ouvertures seront établis, de 9h à 19h. Des entrées et sorties obligatoires seront identifiées pour chaque plage. Comme partout ailleurs, les rassemblements de plus de 10 personnes seront interdits. Les sports collectifs et les jeux de balles ne pourront pas être pratiqués. Les règles de distanciation physique et les gestes barrières devront être appliqués.
Mais ces quelques contraintes ne devraient pas empêcher pas les principaux plaisirs de la plage.
Si le préfet donne son accord, les plages de Mèze pourraient être accessibles dès ce samedi 16 mai.

 

Concernant la Conque, l’autorisation d’accès à la plage dépend de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer de l’Hérault.

 

Dégustons les coquillages du Bassin de Thau

Sète agglopôle Méditerrannée propose un catalogue référençant les producteurs du bassin de Thau qui proposent de commander des huîtres. Les commandes peuvent être livrées ou récupérées en drive.

Comme le propose l’agglo « Tous ensemble, aidons nos conchyliculteurs en commandant des huîtres chaque jeudi  » (on peut en commander aussi tous les autres jours)

Plus d’info : ici

Bassin de Thau : la désinfection des rues interdite par la préfecture

Plusieurs habitants de Mèze se sont interrogés sur la nécessité, pour la commune, de procéder à des campagnes de désinfection des rues, comme cela est effectué dans quelques villes de France. Compte tenu de la proximité de la lagune de Thau, la Ville de Mèze n’a pas voulu employer les produits chlorés utilisés pour éliminer les virus sans prendre en compte le risque de pollution pour le milieu naturel et l’impact pour la conchyliculture.

Une prudence confortée par la préfecture de l’Hérault qui a adressé un message à ce sujet aux maires du bassin de Thau :

« Certains d’entre-vous envisagent d’utiliser des produits détergents pour assainir leurs rues.
Outre l’effet inopérant sur la propagation du virus, cette diffusion serait de nature à polluer les sols et eaux d’un bassin versant fragile dont l’exutoire se dirige vers la production conchylicole destinée à la consommation humaine.
En conséquence, je vous remercie de ne pas prendre ce type d’initiative. »

Le sous-préfet du bassin de Thau

Interdiction d’activités nautiques en Méditerranée

 

Conformément au décret n°2020-260 du 16 mars 2020 portant réglementation des déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus COVID-19, la préfecture maritime de la Méditerranée précise que les activités de plaisance, de tourisme ou de loisirs nautiques sont aussi interdites en mer Méditerranée jusqu’au 31 mars 2020.
En mer comme à terre, ces dispositions ont vocation à lutter activement contre la propagation du COVID-19 en restreignant tous les déplacements.
Elles permettent également de préserver les moyens de secours en mer pour les dédier plus spécifiquement à d’éventuelles interventions sanitaires liées à l’épidémie en cours.
Aussi, il vous est demandé de respecter strictement cette interdiction et de relayer cette information auprès de l’ensemble des usagers de la mer.
Pour mémoire, le non-respect de la réglementation précitée est passible des mêmes sanctions qu’à terre.

Travaux au port du Mourre Blanc

Des travaux sur les réseaux d’assainissement vont prochainement être lancés au port du Mourre Blanc sous l’égide de Sète agglopôle Méditerranée. Il se déroulera courant février 2020.
L’entreprise chargée des travaux précise qu’ils n’engendreront que peu de gênes pour les professionnels car un accès à leurs mas sera maintenu durant les interventions.
Ce chantier sera réalisé en plusieurs phases afin d’occasionner le moins de perturbations possibles pour les entreprises conchylicoles.

Plan des travaux

Ici commence la lagune de Thau

La protection du milieu lagunaire est un enjeu environnemental majeur auquel chacun doit prendre part.
Tout objet ou produit négligemment jeté dans un exutoire pluvial en ville finit inexorablement sa route dans l’étang de Thau.
Afin de sensibiliser le public aux comportements écoresponsables, Sète agglopôle Méditerranée a réalisé des plaques métalliques mentionnant « Ici commence la lagune de Thau » qui seront posées devant les grilles de canalisations pluviales des communes du territoire.
Sur la Ville de Mèze, figure de proue de cette initiative, une quarantaine de plaques rappelleront prochainement aux passants que la pollution des eaux de l’étang prend aussi sa source loin du rivage, dans chaque caniveau.

Lycée de la mer : bataille navale contre la pollution plastique

Des élèves du lycée de la mer de Sète sont venus rencontrer le maire de Mèze dans le cadre de la réalisation d’un court métrage sur la pollution plastique des mers et des océans.

Les élèves de première 3 du lycée de la mer sont investis dans un très beau projet pédagogique. Avec leur professeur, Christophe Lalia, ils réalisent un court métrage sur un fléau qui touche tous les océans, les mers et les lagunes de la planète : la pollution plastique.
« Un problème plus insidieux qu’il n’y paraît », expliquent les jeunes réalisateurs. « Une fois dégradée en microparticules, de grandes quantités de matière plastique sont ingérées par les animaux, et, en bout de chaîne alimentaire, par les êtres humains qui ingurgitent chaque année, sans le savoir, l’équivalent d’une carte bancaire ! », alertent les lycéens.
Pour mener leur enquête, les élèves n’ont pas hésité à faire le déplacement de Sète à Mèze à la rame. Durant quatre jours, ils ont rencontré des professionnels des filières cultures marines, les responsables du l’usine de traitement des déchets conchylicoles, l’équipe du festival de Thau… Ils ont également été reçus par le maire de Mèze qu’ils ont interrogé sur les actions menées par les mairies ou l’agglo pour la protection du milieu marin.
Une fois réalisé, leur film servira de support de sensibilisation dans les établissements scolaires du bassin de Thau. Il sera ensuite présenté au festival du court métrage Lumexplor de la Ciotat.