Plaisance : l’accès aux tocs interdit jusqu’au 31 juillet

La préfecture maritime de la Méditerranée vient de prendre un arrêté « interdisant la navigation sur l’étang de Thau aux abords de nids de laro-limicoles au droit du littoral de la commune de Sète ». En d’autres termes, l’approche et l’accès au tocs de Villeroy à Marseillan sont interdits à toute embarcation afin de préserver plusieurs espèces d’oiseaux marins durant la période de nidification.
La sur-fréquentation de ces zones dérange ces espèces protégées et met en péril le succès de leurs pontes.
Cette interdiction de navigation dans le périmètre défini concerne tous les navires et engins immatriculés ou pas. Elle s’applique jusqu’au 31 juillet 2021.

Carte du périmètre d’interdiction de navigation, d’accès et de mouillage à proximité des tocs.

Téléchargez l’arrêté préfectoral >>>

Les sauveteurs sont en place

Le maire Henry Fricou a rencontré les sauveteurs pour leur souhaiter une bonne saison.


Les baignades et les activités nautiques sont surveillées tous les jours de 11h à 19h sur la plage du Taurus et la Plagette, jusqu’au 4 septembre 2021. 8 sauveteurs saisonniers, 5 ponctuels et 2 chefs de secteurs sont affectés à la surveillance et la coordination des plages de la commune dans le cadre d’une convention avec le SDIS. Ils disposent, au plus près des baigneurs, d’un matériel complet d’intervention : zodiac, planche rescue, jumelles, bouées tube, défibrillateur et oxygénothérapie, pharmacie (secourisme), mégaphone, sifflets, radio. La couleur de la flamme hissée renseigne le public sur les conditions de baignade et peut changer en fonction de l’état de l’étang.

Des bébés hippocampes viennent de naître
dans le port de Mèze

La capitainerie de Mèze est heureuse de vous faire part, cette année encore, de la naissance de plusieurs centaines d’hippocampes dans le port principal. Cela deviendrait presqu’une habitude alors que le phénomène est réellement exceptionnel.
Leur présence est un excellent indice de la qualité du milieu. En attendant de grandir un peu et de gagner les eaux de la lagune de Thau, les petits « chevaux de mer », encore très vulnérables, vont profiter de l’abri que constitue l’espace portuaire.
Comme on peut l’observer sur les photos, les jeunes hippocampes ont pour habitude de s’agripper à des feuilles de zostères (herbier naturel de la lagune de Thau). C’est la raison pour laquelle, après ces périodes de ponte, les agents portuaires doivent suspendre le ramassage des algues dans le port. Mais la préservation des petits hippocampes justifie bien un petit retard sur le nettoyage.
Rappelons que le port de Mèze est le premier en Occitanie à  avoir obtenu la certification européenne Afnor « Port actif en biodiversité ». Un label qui traduit la volonté de concilier le fonctionnement d’un port avec des actions en faveur de la biodiversité et de la préservation du milieu marin. Ces naissances régulières constituent la meilleure récompense des efforts menés par la Ville.

Les plages bichonnées avant l’été

Le service municipal de la voirie s’attèle actuellement au nettoyage des plages de Mèze. Les agents ratissent et retirent les algues accumulées par les derniers coups de vent (25 tonnes de zostères marines ont été enlevées) avant que du sable fin et propre soit mis en place pour le confort des Mézois et des visiteurs. Ce sable de rivière est systématiquement soumis à plusieurs analyses bactériologiques avant d’être étalé sur la plage du Thalassa et la Plagette, soit un linéaire de près de 500 mètres. Rappel : pour préserver la propreté des plages, les chiens y sont formellement interdits. Garder les plages propres, c’est aussi une affaire de civisme.

Le Gracchus Babeuf retrouve les eaux de l’étang

 
Après plusieurs mois d’une nouvelle restauration, le Gracchus Babeuf*, nacelle traditionnelle de l’étang de Thau, a rejoint le petit port des barques, samedi 15 mai 2021, avant de regagner Bouzigues à la voile. Construite par Joseph Buonomo, l’embarcation avait connu sa première mise à l’eau dans le même port, en 1954. Plus d’un demi-siècle plus tard, André Buonomo, charpentier naval et fils de Joseph, s’est attelé à sa restauration avec l’association Bouzigaude des « Voiles latines de l’étang de Thau » et Bruno Matalon, patron de la barque. Ce bateau est inscrit à l’inventaire des monuments historiques et sa rénovation a été financée par la Drac et le conseil départemental.
 
* Né en 1760 à Saint-Quentin, François Noël Babeuf, connu sous le nom de Gracchus Babeuf fut journaliste et révolutionnaire français.

Ici commence la lagune de Thau

Le message est clair ! Tout objet ou produit négligemment jeté dans un exutoire pluvial en ville finit inexorablement sa route dans l’étang de Thau.
Afin de sensibiliser le public aux comportements écoresponsables, Sète agglopôle Méditerranée a réalisé des plaques métalliques mentionnant « Ici commence la lagune de Thau » qui sont installées devant les grilles de canalisations pluviales des communes du territoire. La première plaque mézoise a été officiellement posée par Henry Fricou, sur la promenade Thomas Bessière, en présence de Laurence Magne, vice-présidente de SAM déléguée aux déchets et à l’économie circulaire, Yves Michel, président du Syndicat Mixte du Bassin de Thau, Alain Vidal, maire de Loupian et Josian Ribes, maire de Montbazin et de plusieurs élus mézois. Les autres plaques seront posées tout prochainement.
Cette plaque avait été présentée en 2020 à l’école Hélianthe dans le cadre d’un projet d’éducation à l’environnement.
La protection du milieu lagunaire est un enjeu environnemental majeur auquel chacun doit prendre part. Ces plaques rappelleront aux passants que la pollution des eaux de l’étang prend aussi sa source loin du rivage, dans chaque caniveau.

Mèze pionnière du « Géocorail »

Mèze est désormais à la pointe d’une nouvelle technologie en matière de recyclage des déchets conchylicoles ! Sous la houlette du Syndicat Mixte du Bassin de Thau, la société Géocorail vient d’installer, au port conchylicole du Mourre Blanc, une unité pilote de production de biomatériaux conçus à partir de coquilles d’huîtres.
Le procédé innovant repose sur la fabrication d’ouvrages par électrolyse. Concrètement, des structures métalliques immergées dans la lagune de Thau se recouvrent naturellement d’une concrétion aussi solide que le béton : le « Géocorail ». Les ouvrages ainsi obtenus, après environ une année d’immersion, seront utilisés pour stabiliser des berges, construire des digues, des corps-morts ou des récifs artificiels qui contribueront au maintien de la biodiversité marine.
L’unité de production de Géocorail a été inaugurée officiellement le 6 mai en présence d’Henry Fricou, maire de Mèze, François Commeinhes, président de Sète agglopôle Méditerranée, Yves Michel, président du Syndicat Mixte du Bassin de Thau et Christophe Morgo, conseiller départemental (Cf. photo).

Bateau bus : test réussi !

Le service de navette maritime Mèze-Sète est actuellement en phase d’essais. Un aller-retour a été effectué le 6 mai afin d’évaluer les temps de parcours et les manœuvres d’accostage à proximité de la gare de Sète et quai Descournut à Mèze. Ce voyage à but exclusivement technique s’est parfaitement déroulé. Henry Fricou, maire de Mèze et vice-président de Sète agglopôle est venu accueillir l’équipage du navire à son arrivée dans le port, se disant « impatient de la mise en service officielle de ce nouveau service de transport maritime que le public attend avec beaucoup d’enthousiasme. » 

Pour en savoir plus sur la navette maritime >>>

Navette maritime Sète – Mèze :
6 mois de test grandeur nature

Une liaison de transport public Sète – Mèze sans bouchon ni feu rouge, avec pour seul paysage, les eaux de la lagune de Thau. Cette promesse sera bientôt une réalité grâce au lancement du bateau-bus par Sète agglopôle Méditerranée.

Le service de navette maritime va faire l’objet d’un test grandeur nature d’une durée de six mois, du 7 juin au 27 novembre 2021. La traversée durera environ 35 minutes entre le quai Descournut à Mèze et le quai de la gare de Sète (avant le pont de la gare). Le rythme des voyages sera de 7 allers/retours quotidiens avec des horaires adaptés aux travailleurs et en phase avec les horaires de trains. Le bateau-bus fonctionnera 6 jours sur 7 et 7 jours sur 7 en juillet et août.

Un navire de 95 places dont 70 couvertes

François Commeinhes, président de SAM et Henry Fricou, maire de Mèze, lors d’un essai de traversée Mèze-Sète à bord du bateau-bus Canauxrama V.

La navette maritime sera assurée par la société Sète Croisières à bord du Canauxrama V, un navire d’une capacité de 95 places, dont 70 entièrement couvertes. Il sera accessible aux personnes à mobilité réduite. Un espace est prévu à l’arrière du bateau pour l’embarquement des vélos, poussettes… une nouvelle alternative de transport public Cette phase expérimentale sera mise à profit pour évaluer l’incidence des conditions météo sur les temps de trajets, le profil et les attentes des passagers, les temps d’embarquement et de débarquement etc., et, à terme, pour envisager la pérennisation de la navette maritime Sète – Mèze comme une nouvelle alternative au réseau de transport de l’Agglo.


 

 

 

 

 


 

 

 

 

 


Comme au « bon vieux temps » des bateaux à vapeur

À la fin du XIXe siècle, à la grande époque de la tonnellerie, une ligne de bateaux à vapeur effectuant la liaison Mèze-Cette est créée. Durant plus de 60 ans, les navires assuraient, six fois par jour, le transport de futailles et de passagers. Ces bateaux appartenant à la Société Maritime de Mèze pouvaient embarquer une centaine de passagers. Sur la façade de l’ancien Café Gallet, place Camille Vidal, l’enseigne du « Bureau des bateaux à vapeur » a été conservée. Après-guerre, la concurrence du transport routier a eu raison de la liaison maritime. Un seul bateau a continué à assurer le transport jusqu’en 1951.

Le port de Mèze, référence régionale pour la biodiversité

La première formation « Port Propre Actif en Biodiversité » pour les agents portuaires d’Occitanie s’est déroulée à Mèze. (Photo : CPIE Bassin de Thau)
 
Fin 2020, le port de Mèze est devenu le premier, et le seul à ce jour en Occitanie, à avoir obtenu la certification Afnor « Port Propre actif en biodiversité ». Un label qui traduit la volonté de concilier le fonctionnement d’un port avec des actions en faveur de la biodiversité. L’installation, sur les quais, de nurseries artificielles pour jeunes poissons ou encore les mesures de protections prises lors des épisodes de naissances massives d’hippocampes dans le port (veille naturaliste, interruption des opérations d’entretien et de nettoyage après les périodes de ponte…) ont largement contribué à cette reconnaissance.
C’est donc tout naturellement que le travail mené par le port de Mèze a servi d’exemple pédagogique pour la première formation « Ports Propres Actifs en Biodiversité » organisée en Occitanie. Une session coanimée, le 4 mars, par l’Union des Villes Portuaires d’Occitanie et le CPIE du Bassin de Thau et qui a rassemblé 8 agents portuaires venus de 6 ports d’Occitanie. Cette formation permet au personnel des ports d’engager les actions afin de répondre aux exigences pour l’obtention de la prestigieuse certification « Port Propre actif en biodiversité ».

Bateau échoué sur la plage :
la capitainerie a lancé les procédures

Depuis quelques jours, un bateau à moteur est échoué sur la plage du Thalassa. La capitainerie de Mèze a lancé les procédures d’enlèvement.
Cette embarcation était amarrée sans titre ni autorisation dans le port principal de Mèze depuis plusieurs mois. Son propriétaire était mis en demeure par le Département, d’enlever son bateau mais n’a jamais répondu à ses obligations et n’est jamais venu vérifier ses amarres qui ont fini par rompre. C’est ainsi que le bateau a dérivé jusqu’à la plage.
La capitainerie a tenté, en vain, d’informer le propriétaire, seul habilité à déplacer son embarcation. Le bateau étant échoué sur le domaine public maritime, un signalement a donc été effectué auprès des services de l’Etat afin que la procédure officielle d’enlèvement soit lancée.

Election au conseil portuaire

Le 10 février a eu lieu l’élection des représentants du comité local des usagers permanents des installations portuaires de plaisance (CLUPIPP) au conseil portuaire.

Les élus sont :

–  Guy Pujol – titulaire
– Philippe Alengrin – titulaire
– Eric Fuhrmann – titulaire
– Jean-Luc Sambuco – titulaire

– Patrice Bartoli – suppléant
– André Buonomo – supplélant
– Michel Bernard – suppléant
– Eric Deblangey – suppléant

Les représentants sont élus pour un mandat de 5 ans au sein de cette instance consultative pour la gestion du port de plaisance de Mèze.

Mèze, premier port d’Occitanie à obtenir
le label Afnor « Port actif en biodiversité »

Véritables traits d’union entre la terre et la mer, les ports de plaisance ne sont plus aujourd’hui considérés comme de simples « parkings à bateaux », mais comme des infrastructures stratégiques favorables au développement durable des territoires littoraux.

Pour la qualité de sa gestion environnementale, le port de Mèze détient le label européen « Ports propres » depuis 2012. Cette prestigieuse marque de reconnaissance est attribuée par le très rigoureux organisme de certification Afnor.
Le port de Mèze vient gravir une marche supplémentaire vers l’exemplarité en devenant le premier en Occitanie à obtenir la certification Afnor « Port actif en biodiversité ». Un label qui traduit la volonté de concilier le fonctionnement d’un port avec des actions en faveur de la biodiversité.
Cette certification repose sur des actions concrètes et sur l’engagement des gestionnaires qui agissent en faveur de la biodiversité locale dans le port et son aire d’influence.
Le port de Mèze est le premier de toute la région Occitanie à avoir reçu le label « Port actif en biodiversité », au terme d’un audit réalisé durant l’automne. L’installation, sur les quais, de nurseries artificielles pour jeunes poissons ou encore les mesures de protections prises lors des épisodes de naissances massives d’hippocampes dans le port (veille naturaliste, interruption des opérations d’entretien et de nettoyage après les périodes de ponte…) ont largement contribué à cette reconnaissance.
Une prochaine action portera sur la sensibilisation du public à la richesse et à la fragilité de la biodiversité présente dans le bassin du port.

 

 

Une initiative écocitoyenne et locale
pour les enfants du désert

Depuis le mois d’août, Cédric Germain et Sylvain Reynard, étudiants en école d’ingénieur, nettoient le pourtour de l’étang de Thau, dans le cadre de leur projet solidaire « 4L trophy ». Cette course humanitaire de 6 000 km en 4L dans le désert marocain, prévue du 18 au 28 février 2021, a pour but de transporter du matériel scolaire et sportif pour les enfants du désert.

Afin de contribuer à la compensation carbone du trajet, l’équipage a réalisé des actions de dépollution, en procédant au nettoyage en apnée de l’étang. L’objectif est atteint puisque cette initiative écocitoyenne et locale a permis de ramasser plus d’une tonne de déchets (représentant symboliquement le poids de leur 4L) dont la moitié à Mèze, en collaboration avec les services municipaux.

Afin de soutenir cette action à la fois humanitaire et écocitoyenne, la Ville de Mèze a décidé de participer au projet par une aide financière de 300€.

Les sauveteurs prêts pour la saison

Dès samedi 4 juillet, et jusqu’au 30 août, les baignades et les activités nautiques seront surveillées tous les jours de 11h à 19h sur la plage du Thalassa et la Plagette. Les sauveteurs sont affectés à la surveillance des plages de la commune dans le cadre d’une convention avec le SDIS. Ils disposent, au plus près des baigneurs, d’un matériel complet d’intervention : embarcation, planche rescue, jumelles, bouées tube, défibrillateur et oxygénothérapie, pharmacie (secourisme), mégaphone, sifflets, radio. La couleur de la flamme hissée renseigne le public sur les conditions de baignade et peut changer en fonction de l’état de l’étang. Cette année, les 14 sauveteurs affectés à Mèze ont reçu une formation spéciale autour des protocoles et procédures Covid 19 avant leur prise de poste.