Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue du Barreau


Cadastrée depuis le XIII ème siècle, cette rue portait le nom de « rue de l’Aze », la forme occitane est « Ase » signifiant « âne », très péjoratif pour des habitants.

Depuis 1900, celle-ci a été rebaptisée « rue du Barreau » de l’occitan « Barral » qui signifie « fût de liquide ou d’huile ». Il est fort possible qu’il y eut des familles d’oléiculteurs.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue des Capestans

Cadastrée depuis le XVIème siècle, « Cap d’Estanh », « Capus stagni » signifiant « Tête de l’étang », cette rue allait de l’église vers l’étang. Il est fort probable que des familles de Capestan y résidaient. Dans cette rue qui suit la courbure du terrain, est née, au n°6, le dernier né de la famille Hiral : « Paul » en 1871. Après de belles études, on le retrouvera sous l’habit de Monseigneur Ange-Marie Hiral qui sera évêque au Canada.

En 1908, la rue fut rebaptisée « rue des Capestan », son appellation d’aujourd’hui. Sur les plaques de rue y figure également le nom en occitan : « Carrièra del Cap d’Estanh ».


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue des Quatre coins

Autrefois, il y avait une rue appelée la « rue des Quatre coins » qui faisait les extrémités des rues Gaffarot, Vieille du Rempart et Caves Antiques. Celles-ci se sont formées au fur et à mesure du développement de la ville sous forme d’ilots.

La « rue des Quatre coins » formait un coin avec :

– le rempart où aujourd’hui il y a l’escalier qui descend vers le port des Nacelles,
– la rue Gaffarot, un 2ème coin,
– la rue vieille du Rempart, un 3ème coin,
– la rue des Caves Antiques, le 4ème coin,

Celle-ci n’existe plus depuis 1908. Seules restent les rues Gaffarot, Caves Antiques et Vieille du Rempart.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue Marius Laurez


C’est une des entrées du cœur de ville, appelée jadis « rue des Piliers ». Elle devait cette appellation car des piliers en pierres barraient la rue afin que seules les charrettes ou les vélos puissent l’emprunter, ainsi qu’une fontaine au doux nom de « Pompe de l’amour ».

En 1900, la rue prend le nom de « rue des artistes », qui est devenue commerçante avec le développement économique. On y trouvait alors l’Eden Théâtre au n°7, la société philanthropique d’enseignement artistique qui deviendra la bibliothèque. Il y avait également l’imprimerie moderne de Frédéric Besse, un marchand de couleurs.

En 1933, un illustre enfant de la Ville aura son nom gravé sur la plaque « Marius Laurez ».

Au XIXème siècle, ce propriétaire hôtelier acquiert l’ancien Hôtel Eustache, sis à l’angle de l’avenue de Pézenas. Il le modernise à son image avant que celui-ci ne devienne « Roussel » dans les années 50, puis « le Grand Gallion » dans les années 60, et est actuellement, une agence immobilière.

Marius Laurez s’investit dans la Ville auprès de la municipalité, en tant qu’administrateur général des Hospices pendant de nombreuses années, économe.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue Gambetta


Cette rue se nommait « rue des Pénitents », une voie qu’arpentaient autrefois les Pénitents blancs lorsqu’ils effectuaient leurs déplacements.

En 1908, cette rue est rebaptisée « Léon Gambetta ».

Issu d’Albi, né en 1838, cet homme politique, député et ministre pendant la Monarchie est parti en montgolfière de Paris assiégé par les Prussiens en 1870 pendant la Commune pour aller à Tours où se trouvait une délégation du gouvernement provisoire de la Commune.
Finalement, il a atterri à Beauvais car les vents ne soufflaient pas dans le bon sens.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Voici le Boeuf paré de neuf !

Après plus de 40 ans d’une vie plus que trépidante et un engagement total dans les festivités locales, le Bœuf de Mèze avait besoin d’un sérieux lifting. La tête du mythique bovidé a particulièrement souffert de tant de charges, tant d’enfants engloutis, tant de bains dans la fontaine et dans l’étang… Sa mâchoire commençait à se désarticuler et son museau à céder aux assauts du temps. La Ville a donc demandé à Ernest Grandjean, ébéniste mézois, de refaire entièrement la gueule de l’animal totémique. La nouvelle tête du Bœuf est sculptée à l’identique dans du bois d’acacia, dur et imputrescible. Les anciennes cornes ont été positionnée sur la nouvelle tête. Il s’agirait de vraies cornes de buffle de Madagascar rapportées, jadis, par un Mézois. Le carrossier Jacques Bisou et son fils se sont ensuite chargés de peindre la tête de l’animal dans les teintes identiques à celles de la précédente gueule, restaurée pendant des années par Jean-Pierre Bierens.

L’intérieur de la bête (cordages, poulies, etc…) a elle aussi été entièrement renouvelée par Didier Cours assisté de Freddy Tarin. L’équipe du nouveau cornac, Hugo Boudou, pourra ainsi faire danser le Totem avec ferveur.

Le Bœuf de Mèze arborera aussi une nouvelle robe réalisée par Elodie Savaete de la Sellerie Mézoise.

La Ville de Mèze remercie tous les intervenants pour leur précieux travail qui fera, sans nul doute, le bonheur et la fierté de l’équipe du bœuf.

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la place aux herbes


« La place aux herbes », où se situent actuellement les Halles, accueillait jadis les forains et autres marchands ambulants. Le rez-de-chaussée de la mairie fut ainsi libéré des commerçants en 1865.

A partir de 1907, commença la construction des Halles de type Baltar, sur cet espace, derrière la mairie actuelle. Le 5 janvier 1908, le bâtiment des Halles fut inauguré.

Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue des Frères Argand


Appelés en Languedoc par le Pouvoir Royal, Amy et François Argand, physiciens Genevois, créent une brûlerie et s’installent à Mèze en 1778.  A la tête d’un atelier de fabrication, de stockage et d’expédition, leurs affaires prospèrent partout et vont devenir la plus importante en Europe. Malheureusement, la Révolution et le blocus continental ruinent les deux frères Argand qui doivent céder leurs affaires. Leurs industries seront rachetées par Ainé Privat qui développera et améliorera les procédés.

A noter, Ainé Privat sera élu Maire de Mèze en 1807.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue Peytal

Non loin du Port, cette rue devait être de bon augure car elle se nommait « bonne nouvelle ». Cela n’est peut-être pas un hasard, puisqu’en 1908, celle-ci prend le nom de « rue Peytal ».

Jean Antoine Peytal, natif de Mèze, Consul en 1638 et 1645, est à l’origine d’un traité sur l’eau et la salubrité.

Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue Sadi-Carnot

Un travail réalisé avec Guy Bastide du service municipal du patrimoine

Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


Après 1812 et la désaffectation complète du cimetière médiéval, la municipalité Privat acte pour la création à cette même place du « Champ de Mars » qui deviendra l’Esplanade telle qu’on la connait. Dans la foulée, des voies d’accès sont créées afin de desservir les faubourgs et le développement de la ville. En 1820, une voie nouvelle est créée et se nomme « rue d’Artois ». Cette appellation restera jusqu’au début du XXème siècle, pour être rebaptisée en 1908 « rue Sadi-Carnot » (Président de la IIIème République en 1887).

A noter, dans la dynastie des Bourbons, le premier né « le Dauphin » prend le titre de Provence, ensuite Artois, Berri. Ici, Artois est le futur Charles X, successeur de Louis XVIII.

Le bœuf de Mèze, invité d’honneur
du défilé de la ville de Valls en Catalogne

Le service municipal des archives et du patrimoine continue ses actions de valorisation de notre totem local. Grace à ses participations aux finals de Total Festum au Pont du Gard en 2018 et à Vielmur sur Agout en 2019, le Bœuf de Mèze est officiellement convié à participer au défilé de la ville de Valls en Catalogne en tant qu’invité d’honneur.

Dolors Farré Cuardas, Maire de Valls, a récemment écrit au maire de Mèze : « on aimerait bien pouvoir inviter votre Bœuf et votre groupe comme le seul représentant des Bœufs en Europe, pour la qualité historique et artistique de la figure et du groupe, en parallèle à notre figure, le Bou. Nous savons que les sorties de la figure aussi loin ne sont pas habituelles, mail il serait un honneur pour la vílle de pouvoir l’accueillir pour fêter avec le Bœuf ». Cette fête patrimoniale, précisément appelée Festes Decennals de la Mare de Deu de la Candela (Fêtes décennales en l’honneur de Notre Dame), se célèbre depuis 1791 tous les dix ans durant dix jours au mois de février ; elle est classée d’intérêt national et rassemble les meilleures expressions culturelles catalanes et internationales.

Invitation acceptée !

Le service patrimoine de la Ville de Mèze travaille tout au long de l’année pour la mise en valeur du Bœuf et des traditions mézoises.

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue Garibaldi


Avec la création du « Champ de Mars » qui deviendra l’Esplanade telle qu’on la connaît aujourd’hui, cette nouvelle voie prend simplement le nom de « rue de l’esplanade » avant d’être rebaptisée en 1908 « rue  Garibaldi ». (Révolutionnaire de la Commune en 1871)

Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

La Ville de Mèze propose une nouvelle rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici

Un travail réalisé avec le service municipal du Patrimoine.

Aujourd’hui : le Mourre Blanc


C’est une bande terre au port conchylicole qui a la forme d’un visage d’où le mot « mourre » en occitan. A partir du sens « museau » on arrive facilement à « nez, visage, figure ». Quant à l’adjectif « blanc », il a été choisi car son sol est fait de terre blanche et de sable à cet endroit.

En opposition avec le « Mourre Rouge », qui est la falaise vers Bouzigues, faite de Bauxite Rouge (falaise sur l’étang de Thau).

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

La Ville de Mèze propose une nouvelle rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici

Un travail réalisé avec le service municipal du Patrimoine.

Aujourd’hui : la rue Pierre et Auguste Massaloup


Né le 28 mars 1790 à Mèze, Pierre Massaloup est le fils de Jean-Pierre Massaloup (marchand de sel) et de Marie-Anne Cartier. Il épouse Magdeleine Farrussac en 1811. Ils eurent 3 enfants : Anaïs en 1813, Zélie en 1819 et Auguste en 1831. 
Instituteur, puis professeur, il fonde l’école Mutuelle à Mèze en 1820.
En 1830, il créé le pensionnat Massaloup « rue Beauregard », l’actuelle « rue Pierre et Auguste Massaloup ». L’entrée se situait au « 16, rue du Collège ». Dirigé par Pierre Massaloup pendant 30 ans, le pensionnat était réputé pour les langues anciennes. Ce pensionnat comprenait une grande cour, une salle au rez-de-chaussée et à l’étage, des appentis, des lieux d’aisance, un logement de fonction pour la famille ainsi qu’un logement pour l’adjoint. Plus de 300 élèves le fréquentaient.

A partir de 1873, ses filles, Zélie et Anaïs, reprirent le flambeau jusqu’en 1883 (contrat de 10 ans dans l’ancien pensionnat, mettant à disposition tout l’inventaire encore présent dans celui-ci). Elles créent ensuite une autre école qui fonctionne très peu de temps.

Auguste, fils de Pierre Massaloup, quant à lui, après de brillantes études, devient docteur principal d’armée, officier de l’Instruction publique et officier de la Légion d’honneur.

Pierre Massaloup décède en 1871, après avoir reçu les Palmes Académiques.  

Ce pensionnat si réputé, qui s’étendait depuis l’actuelle papeterie de l’étang à la rue du Collège, fut vendu par les descendants, fils de Joseph Massaloup, en 1905 à Marius Caumeil (époux Guittari), boucher à Mèze (boucherie du Progrès).

Quant à l’actuelle « rue Massaloup », ce nom a été attribué car Zélie et Anaïs y ouvrirent une école, côté gauche de la rue, descendant « rue Marius Laurez ».

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

La Ville de Mèze propose une nouvelle rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici

Un travail réalisé avec le service municipal du Patrimoine.

Aujourd’hui : la rue Alauzet


Ce patronyme est notamment porté en Ariège, Pyrénées-Orientales, Hérault, Tarn et Garonne, Corrèze voire Vaucluse, moins fréquemment à Paris et sa région. Il apparaît au XVIIIème siècle et va se répandre jusqu’aux années 50. Issue du latin « Alécius », la forme provençale lui préfère « Alazai ». De l’occitan, « Alausa » signifiant « alouette » désignant quelqu’un qui chante bien.

A Mèze, une rue porte ce nom qui s’écrivait « D’Alauzet » et que les sans-culottes ont transformé en « Alauzet ».

On trouve également comme orthographe : Allauze, Allaiuzet, Allauc, Alose, Alausais.