Le bœuf se refait une beauté

Après plus de 40 ans d’une vie plus que trépidante et un engagement total dans les festivités locales, le Bœuf de Mèze avait besoin d’un sérieux lifting. La tête du mythique bovidé a particulièrement souffert de tant de charges, tant d’enfants engloutis, tant de bains dans la fontaine et dans l’étang… Sa mâchoire commençait à se désarticuler et son museau à céder aux assauts du temps. C’est ce qui s’appelle avoir la gueule de bois.

Sur les conseils de Didier Cours, bricoleur vétérinaire attitré de l’animal totémique, la Ville a demandé à Ernest Grandjean, ébéniste mézois, de refaire entièrement la gueule de l’animal totémique. La nouvelle tête du Bœuf est sculptée à l’identique dans du bois d’acacia, dur et imputrescible. Didier Cours, quant à lui, rénove la partie métallique du mécanisme. Non content de changer de tête, le totem mézois sera aussi habillé d’une nouvelle peau.

Chapelle des Pénitents : la restauration commence

Le mois d’octobre commence bien pour tous les amoureux de la chapelle des Pénitents.
Après plusieurs années d’efforts pour rassembler les fonds nécessaires, le chantier de restauration de ce fleuron du patrimoine historique de Mèze vient de débuter. L’association des amis des Pénitents a fait appel aux meilleurs artisans.
Une première phase de travaux est consacrée à la réhabilitation de l’ensemble des façades extérieures. Des spécialistes renommés de la taille de pierre venus de plusieurs pays interviendront sur cette réalisation d’envergure.
Parallèlement, une entreprise locale procédera à une délicate opération d’ouverture du toit afin d’évaluer l’importance des fissures qui sont apparues sur la voûte et les plafonds. Un maître malgache du travail à la chaux apportera son savoir-faire aux artisans de Mèze.


136 000 € réunis
Le montant global estimé pour la sauvegarde de la chapelle des Pénitents est estimé à environ 250 000 €.
A ce jour, 136 000 € ont été rassemblés.
Même si la chapelle demeure la propriété de l’association diocésaine de l’évêché de Montpellier et qu’elle ne soit accessible au public que lors de quelques événements culturels, la mobilisation des collectivités et des donateurs particuliers est bien réelle.
Le versement de subventions de la Ville ou de l’intercommunalité à un édifice privé appartenant au diocèse n’étant pas autorisée, ce soutien public n’a pu se faire que par l’intermédiaire de la Fondation du Patrimoine. Une convention signée en juillet dernier officialise le versement de 7500 € de la Ville de Mèze, 7500 € de Sète agglopôle, 10 000 € de dons de particuliers et 25 000 € de la Fondation du Patrimoine au profit de la chapelle.Il faut rappeler qu’à ces 50 000 €, s’ajoutent 86 000 € issus du loto du patrimoine de Stéphane Bern.


 

Convention Ville – agglo – Fondation du Patrimoine pour aider la chapelle

René Brun, délégué régional de la Fondation du Patrimoine, Henry Fricou, maire de Mèze, Geneviève Rière, présidente de l’association des amis des Pénitents et Alain Vidal, vice-président de SAM délégué au patrimoine, réunis pour la signature de la convention pour la Chapelle.

A l’occasion du vernissage de l’exposition de l’été à la chapelle des Pénitents, le 12 juillet, une convention tripartite a été signée par Henry Fricou, maire de Mèze, Alain Vidal, vice-président de Sète agglopôle Méditerranée délégué au patrimoine et René Brun, délégué régional de la Fondation du Patrimoine.
Cette convention porte sur un soutien financier public pour la restauration de la chapelle des Pénitents de Mèze. En effet, bien que la chapelle demeure la propriété de l’association diocésaine de l’évêché de Montpellier et qu’elle ne soit accessible au public que lors de quelques événements culturels, la mobilisation des collectivités et des donateurs particuliers est bien réelle.
Le versement de subventions de la Ville ou de l’intercommunalité à un édifice privé appartenant au diocèse n’étant pas autorisée, ce soutien public n’a pu se faire que par l’intermédiaire de la Fondation du Patrimoine.
La convention officialise le versement de 7500 € de la Ville de Mèze, 7500 € de Sète agglopôle, 10 000 € de dons de particuliers et 25 000 € de la Fondation du Patrimoine au profit de la chapelle. Il faut rappeler qu’à ces 50 000 €, s’ajoutent 86 000 € issus du loto du patrimoine de Stéphane Bern.
Comme l’a souligné Henry Fricou, lors de son intervention, « Depuis de nombreuses années, la Ville de Mèze accompagne l’association des amis des pénitents qui s’investit pour la sauvegarde de la chapelle. Heureusement, la Ville n’est plus seule car, l’agglo, la Fondation du Patrimoine et bien sûr le loto du patrimoine joignent leurs efforts pour sauver ce site emblématique de Mèze. Le combat continue pour rassembler les fonds nécessaires à l’aboutissement des travaux qui permettront à la chapelle de Pénitents de poursuivre son voyage à travers les siècles. »

Le boeuf au final de Total Festum !

Le Bœuf de Mèze participe au final du Total Festum 2019 à Vielmur-sur-Agout dans le Tarn dimanche 7 juillet. Total Festum est un festival incontournable créé en 2006 pour valoriser les langues et cultures régionales. Une centaine de communes sont concernées avec l’organisation de plus de 500 évènements pendant un mois et demi : musique, spectacles, sports traditionnels, gastronomie, théâtre, débat… Ne manquez pas son final avec la participation du bœuf de Mèze dimanche 7 juillet. Consultez le programme.

Découvrez un reportage sur l’équipe du bœuf en sortie à l’extérieur de Mèze : Vidéo

 

 

 

Familles d’Espagne

Mercredi 26 juin, Henry Fricou, maire de Mèze, a remis à 16 familles mézoises, un tirage grand format de photo de leurs aïeuls arrivés d’Espagne au siècle dernier. Pendant tout le mois d’Avril, dans le cadre de la commémoration des 80 ans de la Retirada, la Ville de Mèze a mis à l’honneur les familles d’origine espagnole qui ont quitté leur terre natale pour des raisons économiques ou politiques. Expositions, témoignages, vidéos, débats, concerts, spectacles,… près de 2 000 personnes ont assisté à ce mois de commémorations organisé en partenariat avec l’Association pour le Souvenir de l’Exil Républicain Espagnol en France – ASEREF de Montpellier. Grâce à l’engouement  des Mézois autour de cet événement, le service culturel, avec la participation du Conseil Municipal des Jeunes, a recueilli des centaines de documents, photos et témoignages, de cette époque pour enrichir ses fonds d’archives. Les commerçants de l’ACEM ont également participé à cet hommage en décorant leurs vitrines sur le thème de l’Espagne.

Juive pendant la Seconde Guerre…

L’humanité ne tire pas les enseignements du passé. 75 ans après les horreurs de la Seconde Guerre, le monde est toujours confronté à la poussée des thèses racistes, nationalistes et antisémites.
D’où l’importance de transmettre aux jeunes générations les leçons de l’histoire.
Et pour cela, rien n’est plus efficace que le témoignage vivant. Le service archives municipales et patrimoine de la ville de Mèze, en partenariat avec l’ONACVG (Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre) a organisé une rencontre entre Edith Moskovic, déléguée régionale du Comité français pour Tad Vashem, organisatrice des remises de médailles et de diplômes de Juste parmi les nations, et les élèves de cinq classes des écoles élémentaires de Mèze.
Edith Moskovic est venue raconter son enfance de juive cachée pendant la guerre. Après les premières lois antisémites, sa famille est contrainte à l’exil dès 1935. En 1941, elle est finalement arrêtée par la gendarmerie française avec ses sept frères et sœurs et internée au camp du Rébécou dans les conditions des déportés de l’Europe asservie. La famille parvient à s’évader et à franchir la ligne de démarcation en Picardie. 
En septembre 1942, de nouvelles lois anti-juives d’exclusion totale poussent le père de famille à cacher ses huit enfants auprès de familles inconnues. Âgée de neuf ans, elle est confiée dans un premier temps à des voisins, dans le grenier où elle reste enfermée à clé, dans l’obscurité, sans pouvoir évaluer le nombre de jours passés. Elle est ensuite envoyée sous une nouvelle identité dans une institution catholique pour handicapés.
À la Libération, elle retrouve toute sa famille saine et sauve.
Depuis 1998, Edith Moskovic s’est donnée pour mission de témoigner sans relâche de son vécu d’enfant juive cachée auprès des jeunes avec un seul mot d’ordre : « transmettez ! ».
Une rencontre édifiante pour les jeunes Mézois qui ont pu se rendre compte que la Shoah, la déportation, les persécutions, ne sont pas que des mots et des images dans des livres d’histoire mais ont un visage fait de chair, de larmes et de plaies qui ne cicatriseront jamais.

Chapelle des Pénitents : à votre bon « chœur » la Région

Elle n’a pas brûlé, elle n’a pas de flèche majestueuse et pourtant, depuis près de 9 siècles, du haut du promontoire où elle a été bâtie, la chapelle de Pénitents de Mèze veille fièrement sur la lagune de Thau.
Malheureusement, son état est préoccupant et des travaux de préservation sont aujourd’hui indispensables.
Sous la houlette de sa présidente, Geneviève Rière, l’association des amis des Pénitents se bat depuis des années aux côtés de la Ville de Mèze pour que cet édifice emblématique du patrimoine historique et religieux d’Occitanie puisse être restauré.
Récemment, la chapelle a obtenu une très belle reconnaissance du loto du patrimoine à travers l’attribution d’une somme de 86 000 €. Il s’agit d’ailleurs du seul bâtiment patrimonial retenu dans l’Hérault au titre de l’opération initiée par Stéphane Bern. Avec les soutiens conjoints de la Ville de Mèze, de Sète agglopôle Méditerranée de la Fondation du Patrimoine et de dons de particuliers, 130 000 € ont pu être réunis pour lancer les travaux de restauration.
Mais cette somme ne représente que la moitié du budget nécessaire au sauvetage de la chapelle.
Admiratifs devant la générosité manifestée par la Région Occitanie à l’égard de Notre Dame de Paris (1,5 million d’euros), Geneviève Rière et Henry Fricou, maire de Mèze, se sont remis à espérer. Plusieurs demandes de soutien financier adressées à la présidente Carole Delga pour préserver ce fleuron du patrimoine régional sont restées lettres mortes. Mais aujourd’hui, le doute n’est plus permis quant à la volonté de la Région de voler au secours des bâtiments historiques en péril.
Certes, la chapelle des Pénitents de Mèze est petite. Certes, elle n’a pas encore inspiré de comédie musicale. Mais elle a le mérite d’être située sur les terres d’Occitanie où d’innombrables habitants et visiteurs lui vouent un attachement viscéral.

Le groupe « Fetén Fetén » en résidence à Mèze

Le groupe espagnol Fetén Fetén a pris ses quartier à Mèze depuis 3 jours. Dans le cadre du projet « Mèze l’espagnole et les 80 de la Retirada » organisé par le service culturel, l’école municipale de musique accueille en résidence le groupe espagnol Fetén Fetén. Cet exceptionnel duo de musiciens multi-instrumentistes revisite les mélodies traditionnelles espagnoles avec enthousiasme et créativité. Depuis mercredi, les musiciens animent les ateliers des élèves de l’école municipale de musique et ont donné une conférence musicale sur  « Les musiques traditionnelles espagnoles ».

Rendez-vous  ce soir, vendredi 19 avril, à 19h, salle Jeanne Oulié (foyer municipal) pour le concert exceptionnel de Fetén Fetén (entrée libre). Le groupe nous propose un voyage musical qui nous transportera de la péninsule ibérique aux contrées exotiques, assimilant les échos balkaniques, les évocations japonaises, les cris des mouettes ou le bruit des vagues à leurs compositions originales. Le duo réussit à faire sourire le public avec ses histoires sans paroles et un répertoire qui amuse et ravit les enfants comme les adultes. Ils seront accompagnés sur certains morceaux par l’orchestre de l’école municipale de musique.

Qui veut danser avec le chevalet ?

La Ville de Mèze recherche des danseurs ou danseuses pour compléter l’équipe du chevalet et danser pour les corsos fleuris et la fête de Mèze. Pour les personnes intéressées, une démonstration de la danse traditionnelle du chevalet aura lieu mardi 16 avril à 19h dans le parc du château de Girard. Tous les Mézois sont les bienvenus, à partir de 16 ans.

Renseignements : Service culture et patrimoine – 04.99.04.02.03/01

Les Mézois d’origine espagnole à l’honneur

Depuis le début du siècle dernier la ville de Mèze a accueilli des dizaines de familles d’origine espagnole qui ont quitté leur terre natale pour des raisons économiques ou politiques. Le service archives et patrimoine de la Ville de Mèze, sous la houlette de l’adjointe à la culture Nathalie Cabrol, a mis ces immigrés à l’honneur dans le cadre de la commémoration des 80 ans de la Retirada. Dimanche 14 avril, le maire Henry Fricou a inauguré une exposition consacrée aux Mézois d’origine espagnole. Plusieurs centaines de documents retracent le parcours et l’histoire de familles mézoises venues d’Espagne. Ils sont exposés au carré d’art Louis Jeanjean jusqu’au 28 avril. Cette journée festive s’est poursuivie par un repas convivial et animé salle Jeanne Oulié, en partenariat avec l’association Andalucia Mézoise. Près de 200 personnes y ont participé. Expositions, témoignages, vidéos, débats, concerts, spectacles, Mèze se met aux couleurs espagnoles jusqu’à la fin du mois d’avril, en partenariat avec Eloi Martinez, président de l’aseref, l’ONAC et les commerçants de l’ACEM qui ont mis l’Espagne à l’honneur dans leurs vitrines.

Mèze, l’espagnole

Dans le cadre du projet « Mèze, l’espagnole » mené par la Ville de Mèze, les Mézoises Asension, Monique et Rose-Marie ont confié leur histoire familiale aux enfants du conseil municipal des jeunes de Mèze. Du 5 au 30 avril Mèze se met aux couleurs espagnoles en commémoration des 80 ans de La Retirada.

Du 5 au 28 avril : Cultures du Monde « Mèze l’espagnole et les 80 ans de La Retirada » (programme)

Cultures du Monde « Mèze l’espagnole et les 80 ans de La Retirada »

Du 5 au 28 avril, l’Espagne sera mise à l’honneur à travers des animations : ateliers, expositions, projections, rencontres, spectacles… Des étapes à parcourir du foyer municipal au cinéma municipal Le Taurus, en passant par la médiathèque de « Sète agglopôle Méditerranée » à Mèze.


« Une ville, des migrations, deuxième étape : Mèze l’espagnole et les 80 ans de La Retirada »


Au programme :

Vendredi 5 avril à 20h30 à la salle Jeanne Oulié (ancien foyer municipal)
Spectacle Seul en scène « FEDERICO(S) » par la Cie Création éphémère

Durée 1h15 |10€/8€/4€


Samedi 6 avril à 10h30 à la médiathèque « Sète agglopôle Méditerranée » à Mèze
Atelier découverte des épices du monde proposé par l’association « En Route ! » et animé par Agnès Pesenti « L’Espagne et son mélange pour paëlla » en écho à la programmation « Mèze l’espagnole et les 80 ans de La Retirada » de la Ville de Mèze.

Public adulte, sur inscription 04 67 43 71 84.


Jeudi 11 avril à 19h au cinéma municipal Le Taurus
Ciné-patrimoine « Mourir à Madrid » Documentaire de Frédéric Rossif

Entrée libre


Samedi 13 avril
à 11h au carré d’Art Louis Jeanjean (chai du château de Girard)
Rencontre débat sur le thème des migrations espagnoles et de la Retirada. Ouverte à tous.

à 20h30 à la salle Jeanne Oulié (ancien foyer municipal)
Flamenco Burlesque « ¡DOLORES! UN ESPECTÁCULO TOTAL » par la Cie Spektra

Tous publics dès 7 ans | Durée 1h| Tarifs : 10€/8€/4€


Dimanche 14 avril dès 10h30 au château de Girard 
Journée festive « Mèze l’espagnole et les 80 ans de La Retirada »

Initiation à la danse Sévillane
Atelier de castagnettes
Vernissage de l’exposition
Repas dansant
Paella proposée par l’association « Andalucia mézoise »
Concert avec le groupe « Sol de Andalucia »

Tous publics | Entrée libre


Du 15 au 28 avril au carré d’Art Louis Jeanjean (chai du château de Girard) 
Exposition « Mèze l’espagnole et les 80 ans de La Retirada » 

– « Mèze l’espagnole, les chemins de mon histoire » photographies prêtées par des Mézois d’origine espagnole ;
– « De 31 à 36 », « L’Exil de 39 », « De la Résistance à la Libération » prêtées par l’ASEREF ;
– « Les Brigades internationales » prêtée par l’ONACVG (Office national des anciens combattants et victimes de guerre) ;
– et des objets de collection prêtés par Gérard Gomez.

Entrée libre de 15h à 18h, sauf les jeudi 25 et dimanche 28 avril ouverture uniquement le matin de 10h à 13h.


Mercredi 17 avril 
à 15h à la médiathèque « Sète agglopôle Méditerranée » à Mèze
Atelier littérature jeunesse
« En route vers l’Espagne » en écho à la programmation « Mèze l’espagnole et les 80 ans de La Retirada » de la Ville de Mèze
Présentation animée d’albums Jeunesse dès 3 ans, sur inscription à mediatheque.meze@agglopole.fr

à 19h au cinéma municipal Le Taurus 
Ciné-débat « Le Silence des autres » en présence de l’association ASEREF
Documentaire d’Almudena Carracedo et Robert Bahar

Tarifs 4€ /3€ pour les moins de 18 ans


Jeudi 18 avril à 19h au cinéma municipal Le Taurus 
Ciné-Cultures du Monde « Marinaleda, un village en utopie » Documentaire de Sophie Bolze

Tarifs cinéma habituels de 7 à 3€


Vendredi 19 avril à 19h à la salle Jeanne Oulié (foyer municipal)
Concert exceptionnel « Fetén Fetén »

Entrée libre


Mercredi 24 avril à 15h à la salle voutée du château de Girard
Conte
pour enfants « La Luna Blanca » par la Cie Conte à la vanille

Entrée 5 € au profit de la restauration de la Chapelle des Pénitents


Vendredi 26 avril à 18h30 à la médiathèque « Sète agglopôle Méditerranée » à Mèze
Conférence
en écho à la programmation « Mèze l’espagnole et les 80 ans de La Retirada » de la Ville de Mèze « Guerre d’Espagne et exil républicain espagnol : les pages occultées de l’histoire de France » par l’ASEREF

Tout public, entrée libre


>>téléchargez le programme (pdf)


 

L’histoire des Mézois d’origine espagnole : appel aux Mézois

« La famille Planas Sisa – mère et fille (à droite) – et leurs premières voisines, sur l’esplanade, à leur arrivée à Mèze en 1948 » Photo fournie par Montserrat Loupy

Dans le cadre du thème de la saison culturelle « Mèze, une ville des migrations : L’Espagne », le service des archives et du patrimoine recherche des documents ou des photos liés à l’histoire des Mézois d’origine espagnole, leur départ d’Espagne et leur arrivée à Mèze.

Cette collecte servira à combler le fonds archivistique de la Ville de Mèze et fera l’objet d’une exposition en avril 2019 .

Collecte auprès de Lisbeth Saumade jusqu’au 22 février à la mairie annexe 1 au château de Girard.

130 000 € pour la chapelle des Pénitents

La chapelle des Pénitents de Mèze est certainement le site le plus emblématique mais aussi le plus ancien du patrimoine historique de Mèze. Depuis près de 9 siècles, du haut du promontoire où elle a été bâtie, elle veille fièrement sur le port des Nacelles et la lagune de Thau. Malheureusement, cette chapelle, qui est toujours la propriété de l’évêché, est en très mauvais état. Des travaux de restauration, et même de préservation, sont aujourd’hui indispensables. Mais bien sûr, ces travaux ont un coût qui est estimé à environ 250 000 €.
Depuis de nombreuses années, la Ville de Mèze accompagne l’association des amis des pénitents qui met beaucoup d’énergie dans la sauvegarde de la chapelle.
A la grande satisfaction de tous, plusieurs bonnes nouvelles sont arrivées de concert. Tout d’abord, une somme de 86 000 € issue du loto du patrimoine a été attribuée aux travaux de restauration.
D’autre part, la Ville de Mèze et Sète agglopôle Méditerranée verseront chacune 7500 €, soit 15 000 €. A cela, il faut ajouter 7000 € de dons, ce qui totalise 22 000 € supplémentaires.
Et ce n’est pas fini puisque la Fondation du Patrimoine versera elle aussi une aide de 22 000 €.
Ce sont donc 130 000 € qui sont d’ores et déjà réunis pour lancer les travaux de sauvegarde.
Le combat continue pour rassembler les fonds nécessaires à l’aboutissement des travaux qui permettront à la chapelle de Pénitents de poursuivre son voyage à travers les siècles.