Une superbe façade pour Saint-Hilaire

La remise en valeur de l’église Saint-Hilaire par la Ville de Mèze se poursuit. Après la restauration complète du clocher, la façade principale de l’église Saint-Hilaire vient à son tour d’être entièrement rénovée. Les pierres, les joints, le portique et le parvis de ce fleuron du patrimoine bâti de Mèze ont fait l’objet de toutes les attentions dans le plus grand respect du caractère historique de l’édifice.
Le chantier a été mis à profit pour repeindre la devise républicaine « Liberté, égalité, fraternité » au fronton de l’église.
En France, une centaine d’églises, dont bon nombre dans le Sud-Est, arborent la devise républicaine. Sur l’église de Mèze, la date de cette inscription n’est pas précisément déterminée. Elle aurait pu être apposée, en 1905, lors du vote de la Loi sur la Séparation des Eglises et de l’Etat, ou bien à partir de 1848, lors de la naissance de la IIIe république.
Le chantier de rénovation de Saint-Hilaire se poursuit sur la façade Sud.
Le montant global des travaux s’élève à environ 550 000 €.
Pour cette opération, la Ville de Mèze bénéficie d’une aide financière de l’État de 136 400 € dans le cadre de la Dotation d’Equipement des Territoires Ruraux.

Trois ouvrages sur Mèze versés aux médiathèques

Dans le cadre de la valorisation du patrimoine Mézois, le service des archives municipales vient de verser trois ouvrages qui évoquent l’Histoire de Mèze aux médiathèques intercommunales de Mèze et de Sète. 
Ces ouvrages sont :
Ma ville a un passé –  Raymond Arnaud – 1966 – imprimerie Déhan
Histoire de Mèze – Claude Cammas et André Fraissinet – 1989 – Photo composition Anadine Compo et imprimerie Soulié
Les futailles de l’étang – Mémoire de maitrise d’Eric Poujade – 1999 – imprimerie Soulié

Grâce à ce versement, les livres seront à la disposition du public.

En souvenir de Mèze…

Jo Sony

Une des chansons emblématiques de Mèze, est incontestablement « En souvenir de Mèze ».
Elle a été écrite et composée en 1973 par Alphonse Erhard, alias Jo Sony. Ce chanteur, saxophoniste et accordéoniste originaire de Mulhouse sillonnait la France avec son orchestre et écrivait des chansons sur les villages qu’il affectionnait particulièrement.
Arrivé à Mèze en pleine fête locale, Jo Sony a naturellement été inspiré par la beauté du lieu et l’amour des habitants pour leurs traditions et leur animal totémique. Chaque Mézois a en tête le fameux « voici le Bœuf, paré de neuf ! »
Peu après, Jo Sony sort un 45 tours avec, en face A, « En souvenir de Mèze » et en face B, « Sur les bords du bassin de Thau ».

Marcel Stainier

La Mézoise Marie-Claire Stainier a généreusement remis un exemplaire du disque au service municipal des archives. Le précieux vinyle avait été soigneusement conservé dans sa pochette originelle par son frère, Marcel Stainier, Mézois bien connu notamment pour son son implication dans le comité des fêtes. Un don qui vient enrichir le fonds des musiques locales.

 

 

 

Ecoutez les chansons de Jo Sony

En souvenir de Mèze

 

Sur les bords du bassin de Thau

 

Le Gracchus Babeuf retrouve les eaux de l’étang

 
Après plusieurs mois d’une nouvelle restauration, le Gracchus Babeuf*, nacelle traditionnelle de l’étang de Thau, a rejoint le petit port des barques, samedi 15 mai 2021, avant de regagner Bouzigues à la voile. Construite par Joseph Buonomo, l’embarcation avait connu sa première mise à l’eau dans le même port, en 1954. Plus d’un demi-siècle plus tard, André Buonomo, charpentier naval et fils de Joseph, s’est attelé à sa restauration avec l’association Bouzigaude des « Voiles latines de l’étang de Thau » et Bruno Matalon, patron de la barque. Ce bateau est inscrit à l’inventaire des monuments historiques et sa rénovation a été financée par la Drac et le conseil départemental.
 
* Né en 1760 à Saint-Quentin, François Noël Babeuf, connu sous le nom de Gracchus Babeuf fut journaliste et révolutionnaire français.

Rénovation de Saint-Hilaire :
après le clocher, la façade principale

L’installation de l’échafaudage pour le chantier de rénovation de la façade principale et du porche de l’église Saint-Hilaire.

Après plusieurs mois consacrés à la restauration du clocher, les travaux de rénovation de la façade principale et du porche de l’église Saint-Hilaire de Mèze démarrent.

L’église Saint-Hilaire, construite au XIIIème siècle, fait partie depuis toujours de l’histoire et du patrimoine de Mèze. Cet édifice particulièrement fréquenté a souffert des effets du temps. Ce chantier d’envergure était devenu nécessaire.
La Ville de Mèze, propriétaire du bâtiment, avait préalablement confié la réalisation d’une étude sur les travaux à réaliser à un spécialiste de l’architecture patrimoniale.
Deux autres phases de travaux suivront pour redonner à ce fleuron du patrimoine local tout son lustre : la rénovation de la façade sud et le chœur de l’église.
Le montant global des travaux s’élève à environ 550 000 €.
Pour cette opération, la Ville de Mèze bénéficie d’une aide financière de l’État de 136 400 € dans le cadre de la Dotation d’Equipement des Territoires Ruraux.

Archives : Mèze sauvegarde son patrimoine

Nathalie Cabrol, adjointe à la culture et Lisbeth Saumade,
responsable du service municipal archives et patrimoine

La Ville de Mèze a doté le service « archives et patrimoine » d’un espace de conservation des archives définitives » situé au château de Girard. Un rayonnage de 455 mètres linéaires a été installé. Afin de respecter les normes établies par le service interministériel des Archives de France pour une conservation optimale des documents, le local est équipé d’un appareil qui assure une parfaite stabilité de la température de l’hygrométrie. Cet espace a obtenu le visa technique des archives départementales. Le service « archives et patrimoine » travaille depuis plusieurs années, en étroite collaboration avec les archives départementales pour mener à bien ce projet.

Fonds moderne et fonds ancien
Maintenant équipée d’un local de conservation adapté, la Ville de Mèze a pu récupérer son fonds moderne d’archives communales (les documents datant de 1790 à 1981). Celui-ci avait été confié temporairement à la mission archives du centre de gestion de l’Hérault qui a, en outre, réalisé un important travail de classement. Le fonds ancien (1298-1792) est, quant à lui, conservé aux archives départementales de Pierres Vives. Il est classé sous la « série 157 EDT » et se consulte en ligne : Ici

En 2015, le service des archives municipales de la Ville de Mèze a entamé une nouvelle campagne de restauration des registres paroissiaux de la commune. Avec l’aide financière du Département, quatre registres paroissiaux (baptêmes, mariages, sépultures) ont été entièrement restaurés 1744-1759, 1760-1776, 1776-1792, et un registre décès 1802-1812. Ces travaux ont été effectués par La reliure du Limousin. Cinq registres sont en attente de restauration : naissances 1793-1802, 1803-1812, mariages 1793-An X, 1802-1812 et décès 1793-1802. Tous ces documents ont été numérisés par les archives départementales et sont consultables.

Les missions du service
En 2016 une charte de conservation et de valorisation des archives territoriales a été signée par la Ville de Mèze et les archives départementales. Elle porte sur l’accompagnement de la Ville dans la création et la gestion de son service des archives municipales (inventaires, aménagement des locaux, communication des documents, formation des services municipaux à la procédure d’archivage et valorisation des fonds auprès de tous les publics).

Prochaine étape : l’ouverture, en 2021, du service au public pour la consultation des fonds présents communicables.

Financement du projet
Création du local de conservation des archives municipales
Montant des travaux : 47 725€ HT
Ville de Mèze : (60%) 28 565€
Département : 5 800€
DRAC : 13 360 €
Cout des rayonnages : 22 382€ HT
Ville de Mèze : 14 482€
Département : 7 600€

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : La rue du Port

Déjà cadastrée en 1768, cette voie de communication était la plus longue de la ville jusqu’au XXème siècle.

Jusqu’à 1930, cette rue sera appelée, avec sa réalisation au cours des siècles, « rue du Port » et « rue du puits d’en Fabre ». En effet, un puits se situait à l’angle des rues du Port et du Docteur Magne.

En occitan « en » signifie « monsieur », « en Fabre » pour « Monsieur Fabre », qui a résidé dans ce quartier, le propriétaire du puits.

Dans la partie la plus large de la rue du Port, le poisson était vendu à même le sol à la fin du XIXème et début du XXème siècle, avant que les nouvelles constructions ouvrent en 1908.

On trouvait aussi, dû à l’essor de la tonnellerie, des distillateurs en eau de vie : en 1828, Adouard J.P et en 1837, Martin Bonnet et Thomas Molinier. Il y avait également des débits de boisson : en 1903, Emile Daumas et en 1905, Gabriel Bondon.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : Les Costes

Cadastré en 1823, ce toponyme correspond à une situation sur le terrain qui fait de ce lieu-dit une hauteur, dominant deux plaines en contrebas. Parfois prononcé « les Côtes », le nom sous forme occitane subsiste « Las Côtes ». Le « chemin des Costes » est l’un des chemins les plus étendus de la ville actuellement.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : Le lieu-dit Cague-Loup

Cadastrée en 1823, ce toponyme subsiste, mais il avait été autrefois remplacé par « Piège à Loup » qui restait plus présentable.

Vers 1950, la municipalité l’a rebaptisé « chemin de Cague-Loup ».

Actuellement, dans cette zone urbanisée, on trouve également le lieu-dit « Cague-Loup ». Il est fort possible que dans les siècles passés, des animaux sauvages aient séjournés dans ces parages.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : La rue des Mourgues

Cadastrée en 1900, cette voie se nommait « rue Pleite du Barreau ».

De l’occitan « barrals » signifiant « baril » et « pleite » en provençal voulant dire « conflit ». Il est fort probable que des habitants aient été en conflit d’intérêt avec des marchands d’huile qui occupaient ce lieu.

Vers 1930, la municipalité a rebaptisé cette voie de communication « rue des Mourgues » du latin « morga », « moine ». Des religieux étaient en effet en ce lieu au moyen- âge. Le château des premiers seigneurs de Mèze s’étendait sur la « rue des Mourgues ». La chapelle des Pénitents  était la chapelle Castrale Notre Dame, beaucoup plus petite alors.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : Le chemin du Romany

Cadastré déjà en 1823, cette longue voie de communication porte un nom qui fleure bon la nature. En botanique, le « romani » est la forme francisée de « romarin ».


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : Le lieu-dit Creissels ou Creyssels 

Apparaissant dans le Compoix de 1500, cadastrée en 1823 et en 1939, ce toponyme est associé à une propriété.

Le nom vient de « craissel » car la nature du sol était faite de « craie », le nom ancien « creissèles » en occitan.

Originaire de Creissels, une commune française dans l’Aveyron, la Dame de Creissels bâti cette demeure seigneuriale en 1500 et y demeure jusqu’en 1709. La noblesse était habituée à ce lieu comme l’était Armand de Bourbon, prince de Conti. Toujours en vogue sous Louis XV, ce fut aussi la demeure du chevalier de Latude. De nombreux propriétaires se sont succédé depuis la Révolution.

Aujourd’hui, le Domaine de Creyssels est occupé par la famille Benau qui a développé une ferme-auberge de renom et un domaine viticole de grands crus que Julie continue de faire prospérer.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : La rue Bories


Cadastrée en 1900 « rue de Bories », cette voie mène à l’école Clemenceau, autrefois appelée « école Louise Michel », l’école des filles.

Cette rue porte le nom d’une illustre famille Les « De Bories ». Issu du Languedocien « Boro », signifiant « maison rurale isolée, petite ferme ».

Joseph, Jacques Charles De Bories, né en 1797, est avocat du Roy au présidial de Valence, 1er suppléant de la Justice de Paix sur le canton de Mèze, maire de Mèze de 1815 à 1817 et de 1840 à 1848.

Sa fille Guillemette épouse Pierre Dominique Ronzier et deviendra la 3ème propriétaire du « château des Muret », aujourd’hui appelé le « Château de Girard ».

En 1908, la municipalité garde le nom de cet illustre ancêtre en ôtant la particule et la baptise ainsi « rue Bories ».

Le « Présidial » est le « Tribunal de Justice » de l’ancien régime qui fonctionnera jusqu’au XIXème siècle, avant que les « Palais de Justice » ne leur succèdent.

 


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : La rue Domergue


Cadastrée en 1900, cette voie de communication porte le nom d’une lignée d’habitants très investie dans l’essor de la ville : « Les Domergue ».

Issu du Latin « Dominicus », « Domergue » est une forme répandue dans le midi de la France, et apparaît vers 1750. Quelques 3400 portent ce patronyme dans le Gard et l’Hérault.

La famille Domergue apparait à Mèze au début du XVIIème siècle. Ils vont avoir plusieurs résidences avec l’accroissement de leur fortune.

Tour à tour, « les Domergue » plantent de la vigne au Mas de Garric, sont tonneliers-négociants en vins, propriétaires de bateaux, de bœufs, actionnaires dans un vapeur, propriétaires du « Terrain de l’Auberge » située au 6 de l’Avenue de Pézenas (une ligne de messagerie de poste à chevaux, nouvellement créée entre Sète et Agde, un concurrent des Benist, maitres et maitresses de poste sur la ligne Montpellier-Béziers).


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici