Le carnet de poilu d’Albert Serveille à la bibliothèque


Durant tout le mois de novembre à la bibliothèque municipale, découvrez le carnet de poilu d’Albert Serveille, vrai poilu Mézois, réalisé l’année dernière par les élèves de CM2 de la classe de madame Delafosse à l’école Clemenceau. 

>>retrouvez l’article : les CM2 participent au concours national « Les petits artistes de la mémoire

Cabaret TCHATCHE TOTÉMIQUE

Samedi 24 novembre dès 19h au Carré d’Art Louis Jeanjean (chai de Girard)

Autour de nos totems s’est développée une oralité, c’est-à-dire une « tchatche » faite de contes, de légendes, de chansons, d’anecdotes, de souvenirs, de projets, de rêveries, de comptines, de galéjades… Plusieurs artistes et spécialistes vous présenteront leur univers totémique.

Dans le cadre de la journée européenne du bestiaire festif, la Fédération Totémic propose une soirée cabaret totémique.

Au programme :

19h – ouverture des portes en musique et apéritif de bienvenue

20h30 – Tchatche totémique : Histoires, saynètes, musiques et chants autour des animaux totémiques

Avec la participation de musiciens totémiques, crieurs publics, du Théâtre des Origines, de Claude Alranq…

Ouvert à tous, entrée libre, restauration sur place

Renseignements au 04 99 04 02 03 – federation.totemic@gmail.com

Fifres et tambours au château de Girard

L’atelier de fabrication de fifres et de réparation de tambours, organisé au château de Girard, samedi 13 octobre, par la Fédération TOTEMIC, a rassemblé une quarantaine de personnes. Les participants, souvent amateurs de musiques traditionnelles, ont apprécié les conseils du facteur de flûtes Jeff Barbe et imité son savoir-faire. Ils ont d’ailleurs pu fabriquer eux-même leurs propres instruments. Les tambourinaïres ont, quant à eux, réparé leurs cordages mal serré, ajuster leur cercle,  retendu la peau et réglé le son de leur tambours. Nathalie Cabrol, maire adjointe déléguée à la culture, explique qu’elle est « vraiment ravie que ce rassemblement ait pu avoir lieu à Mèze. Toutes les générations se sont senties concernées. Notre patrimoine vivant doit absolument continuer à être transmis et notamment aux plus jeunes. Le fifre et le tambour sont des instruments incontournables des cultures populaires occitanes et catalanes défendues par la Ville de Mèze et la Fédération TOTEMIC. »

Grande collecte des chansons et musiques locales

En juin dernier dans le cadre d’une collecte des musiques locales, le service des archives et du patrimoine de la Ville organisait une après-midi d’enregistrement en présence de Pierre Laurens, chef du service Patrimoine du Département de l’Hérault, et Mathilde Biagioli, archiviste du service archives sonores et audiovisuelles des Archives départementales de l’Hérault. Des figures de Mèze, chanteuses et chanteurs amateurs mais aussi musiciens confirmés, ont été réunies pour livrer leurs connaissances en la matière. Autour de la table étaient présents:

  • Jeanine Rodriguez, une des rares personnes à connaitre la chanson du Bœuf de Mèze datant du 18ème siècle signée Joseph Lacroix et Joseph Petit.
  • Jacky Milhau dit Jaomet a raconté des anecdotes croustillantes avant de chanter en occitan Papete Caillou.
  • Marjorie Betti a ouvert son coffre pour interpréter les chansons de Gilles Puiset « En souvenir de Mèze » et « Sur les bords du bassin de Thau ».
  • Sébastien Bruno qui sait parfaitement jouer les différentes frappes oubliées du tambour du Bœuf, transmise par son père et René Paul Déjean.
  • Gérard Franco a, quant à lui, confié ses compositions aux experts du Département.

L’adjointe au maire Nathalie Cabrol explique que « cette collecte permettra à la fois de sauvegarder et de conserver définitivement notre patrimoine musical aux Archives départementales et pourra être valorisée par l’atelier « Musiques traditionnelles » de l’école municipale de musique dirigé par Bruno Santou. Les élèves pourront s’en inspirer pour nous offrir un concert à la sauce Mézoise. »

Un week-end dédié au patrimoine


Les Journées Européennes du Patrimoine ont attiré plusieurs centaines de personnes dans les rues de Mèze, les 15 et 16 septembre. Du centre historique, au port des nacelles, en passant par l’église Saint-Hilaire et la place des tonneliers, le public a pu découvrir ou redécouvrir le patrimoine culturel, historique et bâti de Mèze. Expositions, visites guidées, projection de film… le programme de cette édition 2018 proposait un large éventail d’activités.

Plus de 300 personnes ont visité la chapelle des Pénitents, seul monument du département sélectionné par la « Mission Patrimoine » de Stéphane Bern. L’association des « Amis des Pénitents », présidée Geneviève Rière, travaille à sa sauvegarde depuis 30 ans. L’exposition d’art contemporain Sacré St Art acte III est visible à la chapelle jusqu’à la fin du mois de septembre (entrée 2€ au profit de l’association).

Ce n’est qu’un au revoir le bœuf

Il était attendu avec impatience et ferveur pour livrer son dernier combat de l’été sur l’esplanade. Le bœuf de Mèze, chéri et adoré par tous, a tiré sa révérence, lundi soir, devant une foule immense. Danse, course, charge, l’équipe sous le boeuf, menée de main de maître par Jason Nicolas n’a pas ménagé ses efforts pour en mettre plein les yeux au public. L’animal emblématique de Mèze repose désormais en paix et renaîtra de ses cendres à l’occasion des festivités du printemps 2019.

L’équipe du chevalet à l’honneur

Dimanche 19 août, le maire Henry Fricou, entouré du conseil municipal, a rendu hommage à toute l’équipe du chevalet. Ils sont sept personnes à faire vivre ce fameux totem : le cavalier Didier Galibert, les danseurs et danseuses : Laurianne Archimbeau, Sébastien Bruno, Mireille Veyrac, et les musiciens : Gérard Franco, Bertrand Pailhès, Romain Balescut. Le maire leur a remis à chacun la médaille de la Ville de Mèze. Il a également tenu à saluer et récompenser le travail de madame Marie-Jeanne Galibert qui, depuis plus de 50 ans, confectionne les cocardes aux couleurs républicaines, lave et repasse les costumes, comme le faisait sa mère autrefois. Sébastien Bruno, a, quant à lui, reçu une distinction nationale du ministère de la Jeunesse et des Sports et de l’engagement associatif pour son implication et son investissement dans la vie associative locale, depuis plus de 25 ans.

Au temps du bouletchou…

Plusieurs centaines de personnes ont assisté à la Fête du Bouletchou, organisée par le service culture et patrimoine de la Ville de Mèze, dimanche 29 juin. Beaucoup de Mézois et de Mézoises ont joué le jeu, en famille ou entre amis, pour participer au grand défilé d’antan. Mariage d’époque en présence du Maire Henry Fricou, chants de l’association Lou Biou, danses des groupes folkloriques « Festa fabo » et « La Farandole biterroise » et reconstitution de la pêche au bouletchou…l’univers de Mèze 1900 a ressucité le temps d’une soirée d’été.

Découvrez les photos de la Fête du Bouletchou 2018

Le bœuf au pont du Gard

Samedi 19 mai, le bœuf de la Ville de Mèze est sorti sur le site emblématique du Pont du Gard dans le cadre du Forum Euro régional des cultures populaires en dialogue.

Cet événement d’envergure était organisé conjointement par le CIRDOC, L’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée, la Fira Mediterrànéa de Manresa et Sa Xerxa, la Fira de Teatre Infantil, et la Région Occitanie à l’occasion de Total Festum.

 

Du bœuf au petit bœuf

Entre les deux corsos les équipes du bœuf et du Petet se sont rencontrées au château de Girard pour engager un premier dialogue dans un esprit de transmission. Le petit cornac, Geoffrey, imitait son ainé « Le tit » qui l’initiait aux bons gestes. Sous les bœufs les équipes s’exécutaient pendant que deux anciens musiciens apprenaient les roulements de tambour originaux de la musique du bœuf à Corentin, la relève.

La Ville de Mèze encourage, toute au long de l’année, la transmission de la culture traditionnelle mézoise en proposant des ateliers dans les écoles et dans la cadre des Journées de la Jeunesse et de la Culture : la classe d’autrefois, la légende du  Bœuf, la danse du Chevalet, les animaux totémiques autour du bassin de Thau, le bateau à vapeur, Mèze en 1919.

Carnet de poilu : les CM2 participent au concours national « Les petits artistes de la mémoire »

Les élèves de CM2 de l’école Clemenceau de Mme Delafosse, qui avaient clamé leurs poèmes sur la paix le 11 novembre dernier, participent au concours « Les petits artistes de la mémoire, la Grande Guerre vue par les enfants », organisé par l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre.

Les jeunes Mézois ont choisi de romancer le parcours de la guerre d’Albert Serveille, dont un des arrières arrières petits fils avait lu une correspondance en 2016 devant le monument aux morts local.

Depuis plusieurs mois, les élèves se sont emparé du projet pédagogique et se documentent sans relâche pour élaborer un carnet de poilu : lectures, contact avec la famille, recueil de souvenirs de la Grande Guerre auprès des familles Mézoises, visite aux archives départementales, écriture en binôme sur des thèmes précis, illustrations des textes avec une artiste, sans compter les nombreuses interventions éclairées du Général Brousse président du Souvenir Français section bassin de Thau.

Les petites filles d’Albert Serveille, Huguette Reynes et Suzanne Rouaix ont découvert le carnet de poilu de leur aïeul, enfin cousu avant son envoi à Paris où il sera jugé pour le concours.

Pour remercier le travail commémoratif de tous les élèves, Nathalie Cabrol leur a remis une invitation au spectacle Cendrillon présenté aux Journées Jeunesse et Culture en juin prochain.

Les élèves ont obtenu le deuxième prix du Département !

Ils ont été invité a passer une après-midi à l’ONACVG (Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre) pour recevoir leur diplôme.

Enfin, pour boucler la boucle de leur parcours mémoriel, ils ont offert le carnet fraichement primé à la famille Serveille.

Un moment chargé en émotion pour tous !