Lutte biologique contre
la chenille processionnaire du pin

Une nouvelle campagne de lutte biologique contre la chenille processionnaire du pin sera menée les 4 et 5 novembre, d’abord sur les arbres du centre-ville, puis sur le site du Sesquier. Elle sera conduite par les spécialistes de BRL sous le contrôle du service municipal des espaces verts.

Ce traitement est réalisé par pulvérisation de bacillus Thuringiensis, une bactérie utilisée pour infecter le système digestif des chenilles. On la trouve naturellement dans le sol, l’eau, l’air et sur le feuillage. Inoffensive pour l’homme et les animaux domestiques, elle fera mourir les chenilles en quelques jours. 
La chenille processionnaire du pin est la larve d’un papillon de nuit, le Thaumetopoea pityocampa. Elle se nourrit des aiguilles des pins, provoquant un affaiblissement important des arbres. Ses poils très urticants peuvent aussi être dangereux pour l’homme et pour les animaux. 

Les mésanges participent à la lutte

Il existe aussi d’autres alternatives telles que l’installation de nichoirs à mésanges à proximité des pins. Le service des espaces verts de la Ville en a construit et posé près d’une centaine. Ces oiseaux peuvent consommer jusqu’à 800 chenilles par jour.
Ces méthodes de lutte complémentaires et alternatives respectent l’environnement. Elles sont encore plus efficaces si les particuliers y prennent part.

Inspection des lignes électriques par hélicoptère

Ne soyez pas surpris d’apercevoir et d’entendre, entre le 3 et le 15 novembre, un hélicoptère survolant la commune à basse altitude. Cet hélicoptère parcourt le réseau 20 000 volts pour Enedis dans le cadre du programme d’entretien des ouvrages électriques.

Cette opération a pour but de détecter et localiser les signes d’usures tels que poteaux abimés, isolateurs cassés ou lignes présentant un danger pour les biens ou les personnes avant de lancer les interventions de maintenance nécessaires.
Elle permet aussi d’analyser la végétation environnante afin d’établir un plan d’élagage.
L’hélicoptère utilisé sera un Ecureuil AS350 de couleur noire immatriculé F-GCQZ.

Installation de la Délégation Spéciale en mairie

Après décision du Conseil d’Etat du 13 octobre 2021, les élections municipales de Mèze ont été officiellement invalidées.

Comme le prévoit la procédure, les affaires courantes et urgentes de la commune sont gérées, à compter du 22 octobre, par une Délégation Spéciale désignée par le Préfet.

Elle est composée de trois membres :

  • Michel Recor, Administrateur Général des Finances Publiques honoraire, Président de la Délégation Spéciale ;
  • Didier Alric, Attaché Principal de préfecture honoraire, Vice-Président de la Délégation Spéciale ;
  • Wanda Fantino, Attachée Principale de Préfecture honoraire.

Outre la gestion des affaires administratives courantes et urgentes et le maintien du service public, la Délégation Spéciale a pour mission principale, l’organisation de nouvelles élections municipales, avec notamment, la supervision des listes électorales.

Les dates à retenir :

  • La clôture des inscriptions sur les listes électorales, le 29 octobre 2021 (Jusqu’à 23h59 pour les inscriptions en ligne) ;
  • La tenue de la commission de contrôle des listes électorales, mi-novembre (la date, l’heure et le lieu de cette commission publique seront communiqués prochainement) ;
  • L’organisation des élections municipales le 5 décembre 2021 et, en cas de second tour, le 12 décembre 2021.

Octobre Rose : animations pour petits et grands

Mercredi 20 octobre, les commerçants mézois, les écoles Calandreta et Jules Verne et l’espace SenSitive s’associent au collectif Thau en rose pour animer l’esplanade dès 15h.

Au programme :

Espace SenSitive :

  • Ateliers enfants (selon inscrits) « bulle de protection magique » durée environ 20 minutes.
  • Sensibilisation à la socio esthétique et énergétique (pour les adultes)
  • Jeux autour de l’équilibre alimentaire – jeune public
  • Atelier enfant « initiation à la réflexologie »
  • Massage Amma pour adultes

Une hypnothérapeute sera également présente pour parler de l’hypnothérapie.

Convention citoyenne pour le climat : c’est parti !


L’Ardam, association mézoise qui a pour vocation principale l’éducation à l’environnement et au développement durable, participera à la convention citoyenne pour le climat. Il s’agit d’une expérience démocratique inédite en France qui donne la parole aux citoyens pour accélérer la lutte contre le changement climatique. L’objectif est de définir une série de mesures permettant d’atteindre une baisse d’au moins 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 (par rapport à 1990). L’Ardam fait partie des 5 associations retenues au niveau départemental suite à l’appel à projet lancé par Coopere 34 (Coordination Pour l’Education Relative à l’Environnement sur les territoires héraultais).

L’Ardam recherche donc une vingtaine de volontaires motivés pour proposer des actions qui visent la réduction des gaz à effet de serre sur la ville de Mèze. Le groupe constitué réalisera lui-même certaines des actions proposées.

Une réunion d’informations

Vous souhaitez vous impliquer ? Participez à la réunion d’information le mardi 9 novembre de 19h à 20h à la salle du Carré d’art Louis Jeanjean. Au vu des conditions sanitaires, inscription préalable par mail à animation@ardam.fr (merci d’indiquer dans ce mail l’objet : réunion pour la Convention citoyenne pour le climat. Puis dans le corps du mail, veuillez mentionner votre nom prénom et le nombre de participants).

L’accès à la réunion sera conditionné par la présentation d’un pass sanitaire valide pour toutes personnes de plus de 18 ans.
Contact: 07 66 81 87 29

Les écoles de Mèze plus que jamais
à la pointe du numérique

Avec 100% des classes élémentaires dotées de tableaux numériques interactifs (TNI), Mèze pouvait déjà se vanter d’être une ville à la pointe de l’innovation numérique à l’échelle du département.
Un palier supplémentaire vient d’être franchi. La Ville de Mèze est officiellement lauréate de l’appel à projet « Socle numérique dans les écoles ». Ce dispositif national s’inscrit dans le plan de relance mis en place par le Gouvernement pour faire face aux défis économiques et sociaux causés par l’épidémie de Covid. Son objectif : généraliser le numérique éducatif et assurer la continuité pédagogique et administrative.

Un équipement subventionné à 70% par l’Etat

La Ville a ainsi décidé de doter les écoles d’une importante flotte de matériel informatique destinée à développer et à généraliser les outils d’enseignement par le numérique pour les élèves et leurs professeurs. 7 « classes mobiles » comprenant chacune 12 PC portables connectés équiperont prochainement les écoles mézoises. Ces ordinateurs disposent d’une multitude de logiciels éducatifs et de fonctionnalités permettant d’utiliser Internet et les outils multimédias comme supports pédagogiques.
De plus, 30 PC portables spécialement adaptés seront mis à la disposition des enseignants.

Ces équipements permettront aux enfants de Mèze de se familiariser avec l’univers numérique dans un cadre parfaitement maîtrisé par leurs professeurs. Cet investissement s’élève à 59 000 €. La Ville de Mèze bénéficie d’une subvention de l’Etat de 41 000 €, soit environ 70 % du montant global.

Une nouvelle distinction pour « La petite balançoire »

Loreleï Menie, créatrice et dirigeante de l’épicerie mézoise La petite balançoire vient de recevoir le « prix coup de cœur n°1 » pour son investissement et son engagement à l’occasion de la remise des prix de la Très Petite Entreprise organisée le 7 octobre à Mauguio. Ces récompenses sont décernées par la CCI de l’Hérault. Il s’agit d’une très belle consécration pour cette commerçante de Mèze dont l’engagement est largement reconnu localement.

Le maire de Mèze, était présent à la cérémonie. « Après avoir obtenu le label « Préférence commerce » qui valorise la qualité d’accueil de son commerce, Loreleï Menie est à nouveau distinguée par un prix qui met en lumière son dynamisme. La petite balançoire contribue pleinement à la mise en valeur du tissu économique de notre ville. Cela mérite amplement d’être salué », a déclaré Henry Fricou.

Espaces verts : le modèle mézois

 

La délégation Hortis Occitanie et la classe BTS du lycée agricole et horticole de Rignac accompagnées de l’équipe du service municipal des espaces verts, de Daniel Rodriguez, adjoint aux travaux et Lysiane Estrada, adjointe à la transition écologique.

Jeudi 7 octobre, la Ville de Mèze a accueilli l’association Hortis Occitanie, regroupant l’ensemble des responsables d’espaces verts des collectivités territoriales et une classe du lycée agricole et horticole de Rignac, pour une formation à l’utilisation de la gamme végétale méditerranéenne. Les participants ont consacré la matinée à la découverte de la pépinière Filippi, spécialisée dans la culture de gammes végétales vivaces adaptées au climat méditerranéen. L’après-midi, ils ont assisté à la visite commentée de plusieurs espaces verts de Mèze. Le circuit comprenait le centre Le Taurus, les abords du parking des Tonneliers ,le jardin Montet, le château de Girard avec un passage par le vieux Mèze, les nouveaux aménagements de l’avenue de Pézénas et les requalifications de la piste cyclable et du quartier des Jardin d’Isis. Thierry Doenlen, responsable des espaces verts de la Ville de Mèze, Yann Bondon et Xavier Medina, agents des espaces verts de la Ville de Mèze, ont présenté à leurs homologues et aux élèves ces aménagements qui ont aujourd’hui valeur d’exemple.

Daniel Rodriguez, adjoint aux travaux, et présent lors de cette journée de rencontre, souligne « La méthode de travail du service repose sur une sélection exclusive de plantes méditerranéennes économes en eau, en entretien et ne nécessitant pas de produits phytosanitaires. Elle est désormais reconnue à l’échelle nationale. De nombreuses communes viennent régulièrement s’inspirer de la démarche mézoise lors de stages de formation pour leurs jardiniers ».

Traitement des palmiers contre le papillon ravageur

La Ville de Mèze lance la campagne de traitement des palmiers des espaces publics de la commune contre le papillon palmivore. La méthode du traitement est 100% bio. Le service espaces verts de la Ville fait appel à une entreprise agrée dans ce type de traitement. Elle utilise un produit naturel et inoffensif (Palmanem). Ce bio-insecticide contient un nématode qui ne s’attaque qu’aux insectes parasites. Une fois appliqué, il entre en contact avec le ravageur et y pénètre par ses voies naturelles. Dans les conditions optimales, l’insecte infesté arrête de se nourrir très rapidement et meurt entre 48 et 72 heures.

Le papillon du palmier ou le Paysandisia Archon est un papillon palmivore introduit accidentellement dans le sud de l’Europe à la fin des années 90. Surnommé le ravageur de palmiers, il fait jusqu’à 10 cm d’envergure et il n’a aucun prédateur naturel dans nos régions. C’est la larve du papillon qui occasionne les dégâts sur les palmiers. Les palmes jaunissent et dessèchent. Une attaque grave entraîne la mort du palmier. La lutte contre ce parasite n’est pas seulement recommandée, elle est obligatoire (décision de la commission européenne 2007/365/CE).

Le service des espaces verts de la Ville s’y emploie vigoureusement chaque année. Le traitement doit être effectué en avril, en juin, en septembre et fin octobre. Chaque palmier est traité quatre fois. Mais pour une véritable efficacité, il est obligatoire que tous les particuliers qui possèdent des palmiers participent à cette démarche. Une surveillance et une lutte coordonnées et systématiques entre les propriétaires et les services municipaux limitent fortement l’envol des papillons et donc, le développement des parasites.

Un interlocuteur privilégié pour les commerçants

Les représentants de l’Office de commerce – archipel de Thau, aux côtés de Chantal Falcon, adjointe au commerce.

Le 14 septembre dernier, les représentants de l’Office du commerce – archipel de Thau sont à la rencontre des commerçants mézois. Cette structure,  récemment mise en place par la CCI de l’Hérault, Sète agglopôle Méditerranée, les unions des commerçants et l’ensemble des mairies du territoire, propose une offre de services collective pour aider les commerçants dans de multiples démarches : création d’entreprise, développement de projet, accès au numérique, financement, formation ou recrutement. Chantal Falcon, adjointe déléguée au commerce de la Ville de Mèze souligne « cette structure peut accompagner les commerçants dans tous leurs projets. Il s’agit, pour eux, d’un interlocuteur privilégié pour trouver des solutions efficaces aux besoins du quotidien. Nous poursuivons ainsi la promotion du « consommer local » et la dynamisation du commerce à l’échelle du territoire. »

Une conseillère numérique à votre service

A compter du lundi 4 octobre, une conseillère numérique proposera un accompagnement individuel adapté aux personnes qui ont besoin d’aide pour leurs démarches en ligne ou pour accéder à des informations sur Internet. Ce service, destiné à aider celles et ceux qui éprouvent des difficultés face à l’univers numérique, est mis en place par le le CCAS de la Ville de Mèze. Le public sera accueilli dans les futurs locaux de France Services (anciennement pôle social du CCAS).

 

 

La conseillère numérique aidera prioritairement à :

  • Prendre en main un équipement informatique (ordinateur, smartphone, tablette…),
  • Naviguer sur Internet,
  • Envoyer, recevoir et gérer les courriels,
  • Installer et utiliser des applications utiles sur son smartphone,
  • Créer et gérer des contenus numériques,
  • Connaître l’environnement et le vocabulaire numérique,
  • Accéder aux sites de l’administration en ligne, notamment via France Connect (CAF, pôle emploi, etc…)

La conseillère numérique veillera aussi à favoriser un usage citoyen et prudent du numérique : vérification des sources d’information, protection des données personnelles, maîtrise des réseaux sociaux.

En s’inscrivant dans le dispositif « Conseiller numérique France Services » soutenu par l’État, la Ville de Mèze souhaite faciliter l’accès des habitants aux démarches numériques du quotidien et les accompagner vers plus d’autonomie en la matière.


Conseil numérique France services
Accès autonome ou accompagné,
du lundi au vendredi de 8h à 12h00 et de 13h30 à 16h30,
dans les locaux du CCAS,
Rue Edouard et Juliette Massal (face à la poste)
Téléphone : 04 67 18 43 80


En octobre, colorons Thau en rose !

La Ville de Mèze est, cette année encore, partenaire d’Octobre rose, le mois de mobilisation contre le cancer du sein. Pour cette nouvelle édition, les communes de Balaruc-le-Vieux, Bouzigues, Loupian, Montbazin et Poussan rejoignent le collectif « Mèze en rose » qui devient « Thau en rose ». Jusqu’au 31 octobre, les associations, les commerçants et les Villes s’engagent dans le combat face au cancer du sein et proposent un programme d’animations dédié à octobre rose et à la lutte contre la maladie.
Cliquez sur l’image pour lire le programme :

Contrôle des bornes d’incendie

La Ville de Mèze procède actuellement au contrôle et à l’entretien des bouches et poteaux d’incendie. La société Qualiconsult, commandée par les services techniques, vérifie le débit, la pression, l’étanchéité et la vidange des 168 bornes, enterrées ou hors sol, que compte la Ville. Les services municipaux s’assurent ainsi du bon fonctionnement de ce matériel, utilisé par les pompiers et essentiel dans le dispositif de lutte contre les incendies.

« Ils ont écrit l’histoire de Mèze »

La Ville de Mèze vient de publier l’ouvrage de Jean-Pierre Gondelle « Ils ont écrit l’histoire de Mèze », un essai de mise en perspective de l’historiographie mézoise. Ce livre permet de comprendre l’évolution de Mèze au fil des siècles, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

 Arrivé il y a une dizaine d’années à Mèze, Jean-Pierre Gondelle ne fait pas partie de ceux qui se contentent d’habiter un lieu. Il s’est attaché à sa ville, s’en est imprégné, s’y est consacré à travers des activités associatives et culturelles. Il s’est aussi passionné pour son histoire, son patrimoine. Pour les événements qui, au fil des siècles et des civilisations, ont façonné les paysages naturels, agricoles et urbains de Mèze et forgé le caractère méditerranéen bien marqué de ses habitants.
Afin d’assouvir sa soif de connaissance sur la ville pour laquelle il s’est pris d’affection, Jean-Pierre Gondelle a entrepris un long travail de recherche et de compilation de données historiques. Le fruit de ce travail, il avait à cœur de le partager. C’est ainsi qu’est né le projet de créer cet ouvrage sur l’histoire de Mèze.
Il était naturel, pour la municipalité, d’accompagner l’auteur sur la publication et la diffusion de ce livre qui apporte un regard à la fois exhaustif et inédit sur les grands chapitres du passé de notre cité.
Les Mézoises, les Mézois et toutes celles et ceux qui portent un intérêt à leur ville pourront, grâce à cet ouvrage, enrichir considérablement leurs connaissances sur l’histoire de Mèze.
Il faut souligner que Jean-Pierre Gondelle a mené ce projet de manière totalement désintéressée, sans autre objectif que de transmettre au plus grand nombre le fruit de ses travaux d’historien et permettre à tous les Mézois de puiser à la source de leur passé. 


« Ils ont écrit l’Histoire de Mèze » de Jean-Pierre Gondelle est disponible au prix de 15 euros dans trois points de vente :

  • service culturel, «  Château de Girard ».
  • atelier de peinture de Michel Dupuis, rue du Docteur Magne.