Complement d’informacion a prepaus de l’article sus las cagadas de chins

Sèm pas jamai tròp curioses. Ara abans de dire quicòm, cal anar barrutlar sus l’Internet. Se lo Cercle Occitan l’aviá fach, auriá pas enfonzat una pòrta dobèrta. Vaquí que las borrassas per chin existisson ja. Òm pòt ne trobar dins las animalarièrs o sus diverses sitis Internet. Aquò còsta dins los 10 euròs las 12. Nòstre vilatge val plan aquel esfòrç per demorar propi, e seriá fièr de faire escòla en la matièra.

Fòrça es de reconéisser que las borrassas per chins fan pas l’object d’una granda reclama a la television e la ràdio, e dins la carrièra de nòstre vilatge, avèm pel moment pas vist de chins que ne sián munits, que seriá pas besonh d’èstre l’Uòlh del Buòu per se n’apercebre. Anèm, es pas defendut d’espérar.


Complément d’information à propos de l’article sur les cacas de chiens

On n’est jamais trop curieux. Maintenant, avant de dire quelque chose, il faut aller se promener sur Internet. Si le cercle Occitan l’avait fait, il n’aurait pas enfoncé une porte ouverte. Voilà que les couches pour chiens existent déjà. On peut en trouver dans les animaleries ou sur divers sites Internet. Cela coûte dans les 10 euros les 12. Notre village vaut bien cet effort pour rester propre, et il serait fier de faire école en la matière.

Force est de reconnaître que les couches pour chiens ne font pas l’objet d’une grande publicité à la télévision et à la radio, et dans les rues de notre village, nous n’avons pour le moment pas vu de chiens qui en soient munis, car il ne serait pas nécessaire d’être l’Oeil du Bœuf pour s’en apercevoir. Allons, il n’est pas défendu d’espérer.