Déjections canines : la répression s’impose !

chien_de_crados
Le constat est désolant, ni les efforts permanents du service municipal de propreté urbaine, ni les distributeurs de sacs et autres équipements mis à disposition, ni les campagnes de sensibilisation et d’appel au civisme des propriétaires de chien ne viennent à bout des déjections canines.
Au contraire, ce véritable fléau semble s’amplifier. Rues, trottoirs, places, espaces verts, parkings… pas un lieu public n’échappe à la crotte de chien abandonnée par des maîtres indélicats. Pourtant, la Ville de Mèze ne lésine pas sur les moyens pour permettre aux propriétaires de chiens de ne rien laisser sur leur passage. Deux Canisettes et 18 bornes de propreté canine sont à leur disposition. Chaque année, quelque 130 000 sacs plastiques sont distribués, ce qui représente un coût de 9000 € pour la collectivité. Les agents du service de propreté urbaine, quant à eux, s’épuisent dans cette lutte sans fin.
Face à cette situation, la municipalité n’a pas d’autre choix que de prendre les mesures répressives qui s’imposent. Cela se traduit par une vigilance accrue de la police municipale de Mèze qui verbalisera dorénavant, sans la moindre tolérance, tous les contrevenants pris en flagrant délit. Les propriétaires de chien peu scrupuleux doivent également savoir que les caméras de vidéo protection installées dans les lieux publics de la ville sont utilisées pour identifier les éventuels fautifs.
Petit rappel : conformément à l’article R.632-1 du code pénal, les contrevenants s’exposent à une amende pouvant atteindre 150 €. De quoi inciter à laisser la place propre…