Journées Européennes du Patrimoine : les 21 et 22 septembre 2019

Le samedi 21 et dimanche 22 septembre, la Ville de Mèze participe à la 35ème édition des « Journées Européennes du Patrimoine ».

Depuis plusieurs années, la Ville de Mèze a rejoint cette volonté de faciliter l’accès des sites historiques, et par là-même de susciter auprès du plus grand nombre une véritable culture patrimoniale et urbaine. Un week-end au cours duquel des guides dévoilent tous les trésors que recèlent nos villes et villages de France et d’Europe.


Samedi

9h-12h visite libre de l’église Saint-Hilaire, rue Sadi Carnot

10h et 15h visites guidées et commentée {sur inscription à partir du lundi 9 septembre au service culturel 04.99.02.22.01 ou g.bastide@ville-meze.fr}

Départ du port des Nacelles, 10h : « Le centre historique de la ville » | Départ de la rue Marius Laurez, 15h : « Allons voir le cinématographe »

15h-17h visite libre de la Chapelle des Pénitents, exposition « Sacré St Art-Acte IV –MOMIES »

18h concert AIRE Y FUEGO « Les troubadours chantent l’Art Roman En Occitanie », Chapelle des Pénitents
Entrée : 12€ au profit de la restauration de la Chapelle| Billetterie  « la Fée des Fleurs » place de la Mairie et « La Girafe »  rue du Port à Mèze


Dimanche

11h et 16h visites guidées et commentées de la chapelle des Pénitents, place Monseigneur Hiral : « La Confrérie des Pénitents » et évocation de la Mission BERN & des travaux en cours

entrée 2€ au profit de la restauration de la Chapelle |sur réservation au service culturel 04.99.02.22.01 ou g.bastide@ville-meze.fr

14h-18h visite libre de l’église Saint-Hilaire, rue Sadi Carnot

15h-18h visite libre de la Chapelle des Pénitents, exposition « Sacré St Art-Acte IV –MOMIES »

17h30 ciné-Patrimoine au cinéma municipal Le Taurus : projection de la version restaurée du film de répertoire « Journal d’une femme de chambre » de Luis Buñuel et apéritif offert par la ville de Mèze |tarifs 7 à 3€

Dans les années 30, une jeune femme de chambre arrive de Paris pour entrer au service d’une famille de notables, résidant dans leur vaste domaine provincial. La maîtresse de maison, hautaine, dédaigneuse avec sa domesticité, est une puritaine frigide, maniaque et obsédée par la propreté. Célestine doit affronter les avances du mari, ainsi que le fétichisme du patriarche. Quand une petite fille est retrouvée violée et assassinée, Célestine, persuadée de la culpabilité du palefrenier de ses patrons, feint d’accepter de devenir sa femme pour obtenir les aveux de Joseph, un rustre aux tendances sadiques, racistes et activiste d’extrême droite.