L’AVENTURA DEL NAVIGATOR SEBASTIEN ROUBINET

En 2006, podrièm veire dins lo pòrt de Mèsa e sus nòstre estanh de Taur una embarcacion tant bisaròta que se sonava « Babouche », aquò en rason de sa forma de grola.

Intrigat, lo Cercle Occitan aviá menat son enquesta per coneisser la vocacion d’aquel equipatge e n’aviá contat l’aventura dins son jornalet « Lo Buòu vos a a l’uòlh ». Lo mèstre d’équipatge, lo joine Sébastien ROUBINET, originari d’un vilatge del Gard, èra ja un navigator aguerrit. En particulièr aviá fach equipatge amb Jean-louis Etienne. Vaquí que s’èra mes en testa de traversar lo passatge del nòrd-est que religa l’ocean Pacific e l’ocean Atlantic. Aquò a la vela. Jès de motor dins son batèl que a concebut tot solet, e qu’a equipat d’esquís per poder lo rabalar ataben sus la glaça.

Avem seguit sos esplechs en 2007, e en 2015 amb « Babouchka ». L’afar èra pas simple e la rota plèna de trapadèlas, sens comptar amb la presença dels orses, que vists de près coma les a vist el, an rès dels « nonorses » de nòstra enfança !!!

La tòca de las doas expedicions era tanben de far de verificacions de l’estat de la glaça e de sa fonta un pauc tròp rapida.

 Caput, Sébastien ROUBINET a decidit de renovelar l’experiènça amb dos òmes tant conflats que el. Lo batèl qu’a mai concebut se sona « Babouchski ». Aquò vol tot dire. Lo navigator a passat una annada e mièja dins lo Grand Nòrd per preparar aquèla aventura nòva, per un départ prévist lo 15 de junh e per quatre meses. A après tanben a caçar lo buòu marin (urosament per nosaustres, es pas lo Buòu de Mèsa !), per podre noirir los très òmes, si de còps passada aquèla atenda, los vivres vendrian a mancar.

L’expedicion, en demai del passatge delicat del Nòrd-Est, se va cargar d’amassar d’escandilhs de glaça per ne mesurar la qualitat e sobretot per saupre ont ne sèms de la polucion galaupanta.

Aqueste còp, a causa de la fonta de la glaça, lo Sébastien a « bon » esper de blocar sa corsa dins los temps prevists, mas manca pas d’ajustar que se aquò es bon per el e  sa còla, aquò es michant per la planeta. Cal saupre que quand la glaça aurá fondut a massa, lo passatge será pron large, e de grands batèls mancaran pas de l’empruntar per ganhar fòrça temps e poluïr de mai en mai.

Mèfi ! La vigilancia es de mesa e Sebastien Roubinet e sos amics fan partida de totes los esperits esparpelats qu’an pres avant los autres consciènça de la menaça grandissanta.

Pr’aquò meritan d’estre coneguts, reconeguts e sostenguts.

Rendetz-vos es pres en cotobre per la seguida de l’istòria. E bon vent !

L’ AVENTURE  DU  NAVIGATEUR  SEBASTEIN  ROUBINET

En 2006, nous pouvions voir dans le port de Mèze et sur notre étang de Thau une embarcation si bizarre qu’elle s’appelait Babouche, ceci en raison de sa forme de savate.

Intrigué, le Cercle Occitan avait mené son enquête pour connaître la vocation de cet équipage et il en avait conté l’aventure dans on petit journal « Le Bœuf vous a à l’oeil ». Le maître d’équipage, le jeune Sébastien ROUBINET, originaire d’un village du Gard, était déjà un navigateur aguerri. En particulier, il avait fait équipage avec Jean-Louis Etienne. Voilà qu’il s’était mis en tête de traverser le passage du Nord – Est qui relie l’océan Pacifique et l’océan Atlantique. Cela à la voile. Pas de moteur dans son bateau, qu’il a conçu tout seul, et qu’il a équipé de skis pour pouvoir le traîner sur la glace.

Nous avons suivi ses exploits en 2007 et 2015 avec Babouchka. L’affaire n’était pas simple et la route pleine d’embûches, sans compter avec la présence des ours, qui vus de près comme il les a vus lui-même, n’ont rien des nounours de notre enfance !!!

Le but des deux expéditions était aussi d’effectuer des vérifications de l’état de la glace et de sa fonte un peu trop rapide.

Têtu, Sébastien Roubinet a décidé de renouveler l’expérience avec deux hommes aussi déterminés que lui. Le bateau qu’il a de nouveau conçu se nomme Babouchski. Ceci veut tout dire. Le navigateur a passé un an et demi dans le Grand Nord pour préparer cette nouvelle aventure, pour un départ prévu le 15 juin et pour quatre mois. Il a aussi appris à chasser le phoque, ou boeuf marin (heureusement pour nous, il ne s’agit pas du Bœuf de Mèze !), pour pouvoir nourrir les trois hommes, si d’aventure passé ce délai, les vivres venaient à manquer.

L’expédition, outre le passage délicat du Nord – Est, va se charger de rassembler des échantillons de glace pour en mesurer la qualité et surtout pour savoir où nous en sommes de la pollution galopante.

Cette fois-ci, Sébastien a « bon » espoir de boucler sa course dans les temps prévus, mais il ne manque pas d’ajouter que si ceci est bon pour lui et sa bande, ceci est mauvais pour la planète. Il faut savoir que lorsque la glace aura fondu en grande quantité, le passage sera bien large et de grands bateaux ne manqueront pas de l’emprunter pour gagner beaucoup de temps, et polluer de plus en plus.

Attention ! la vigilance est de mise et Sébastien Roubinet et ses amis font partie de tous les esprits éveillés qui ont pris avant les autres conscience de la menace grandissante.

Pour cela, ils méritent d’être connus, reconnus et soutenus.

Rendez-vous est pris en octobre pour la suite de l’histoire. Et bon vent.