Le drone municipal scrute la malaïgue

Les fortes chaleurs et le manque de vent font craindre un nouvel épisode de malaïgue sur la lagune de Thau. Particulièrement inquiets face à l’apparition de nappes blanchâtres symptomatiques autour du Mourre Blanc et des parcs situés à proximité, plusieurs professionnels du port conchylicole mézois ont alerté le Comité Régional Conchylicole de Méditerranée ce mercredi 1er août.
Afin de pouvoir rapidement mesurer l’ampleur du phénomène, le CRCM a sollicité la Ville de Mèze afin de réaliser une observation aérienne avec le drone de la mairie. Pour répondre au plus vite à la demande de la profession, un premier vol a donc été effectué en début d’après-midi en présence de Didier Aspa, conseiller délégué à la conchyliculture, aux affaires maritimes et portuaires et Jean-Michel Bouis, directeur général adjoint de la mairie de Mèze. La série de clichés a immédiatement permis de localiser une zone visuellement suspecte s’étendant de Bellevue jusqu’aux Amoutous, sur une largeur d’environ un kilomètre et englobant de nombreuses tables situées au Sud du Mourre Blanc.
L’observation de ces nappes claires n’indique pas le déclenchement effectif d’une malaïgue mais montre, toutefois, que la situation est préoccupante. D’autant que les prévisions météo ne laissent pas entrevoir une amélioration rapide. Un autre vol de drone est prévu pour jeudi 2 août au matin, cette fois depuis les parcs, afin de contrôler l’évolution du phénomène qui n’empêche en aucun la cas la consommation de coquillage.