Lo mercat

LO MERCAT

Òm podrià ne dire sus lo mercat. Es quicòm que compta dins la vida de los que lo fraquentan, lo mond d’aicí, mai d’un còp de femnas, tant coma los toristes. Percorrent las alèas, pòdon comparar los preses, e causir los melhors produches frescs. Los legums e la frucha se partejan las colors. Las carròtas se maridan amb los pòrres, mentre que las cogordas fan una guinhada als apÍs. Las tomatas, malgrat lor timiditat, los meton totes d’acòrdi, amb lor roge lo mai flamejan en totas sasons.
Pomas e peras vòlon esclipir iranjas e madarinas, mas aquelas se trufan d’elas amb lor color « fluó ». E seriá comptar sens las fragas que lor fan la corrata, tant per lor vista que per lor nolor que vos fa venir l‘aiga a la boca.
Los taulièrs vos ofrisson una gamma de colors dignas de la paleta d’un pintre. E que dire de de las nolors ? Tota una mescladissa de perfums de campanha e de jardins vos transpòrta ja dins vòstra cosina ont se van espandair a la coseso, per metre en apetís los convivis.
Mas lo mercat es ataben l’ocasion de rescontres :
–  Cossí vas ? Ausisses lo clas ?  Qual es qu’es mòrt ? O sabes ?
– Òc, es la Janeta.
– La Janeta del Peiròt ? Pecaire ! me cal anar signar. Es aquela salopariá que l’a tugada ?
– No cresi pas. Sabès, après tot es pas damatge que sià mòrta, qu’al Peiròt lo faguèt cocut tota sa vida.
– Òc, amb lo fornièr !
– Òc, e encara calià qu’anèsse crompar cada jorn lo pan en cò d’el que Madama aimava pasqu’aquel pan. Ten ! sont acabadas las risedas dins l’esquina del Peiròt. Meritariá de tornar far lèu sa vida.
-.Quand mème, as pas vergonha de dire de mau de la Janeta tot just refrejada ? Mèfi que malgrat sa vida pas tròp catolica, una error d’aguilhage es lèu arribada, error que la podriá condusir al Paradís. E aquí, es pas segur qu’aje un mòt de recomandacion aimable per tus quora se présentarà davant lo Bon Dieu. Maissanta lenga … !
Lo mercat es tot un univèrs, ont se ditz pas que de mau del vesin. Es ataben l’escasença d’encontrar d’amics vertadièrs, e prenent de novèlas de lor familha, lor desirar una bona jornada en lor diguent : porta-te plan. A lèu espèri.

IVONA BEAUME.
MÈSA, lo 28 de FEBRIÈR de 2021.

LE MARCHÉ.

On pourrait en dire sur le marché. C’est quelque chose qui compte dans la vie de ceux qui le fréquentent, les gens d’ici, le plus souvent des femmes, autant que les touristes. Ils parcourent les allées, peuvent comparer les prix, et choisir les meilleurs produits frais. Les légumes et les fruits se partagent les couleurs. Les carottes se marient avec les poireaux, pendant que les courges font un clin d’œil aux céleris. Les tomates, malgré leur timidité, les mettent tous d’accord avec leur rouge le plus flamboyant en toutes saisons.
Pommes et poires veulent éclipser oranges et mandarines qui se moquent d’elles avec leur couleur fluo. Et ce serait compter sans les fraises qui leur font la nique, tant pour leur vue que pour leur odeur qui vous met l’eau à la bouche.
Les étalages vous offrent une gamme de couleurs dignes de la palette d’un peintre. Et que dire des odeurs ? Tout un mélange de parfums de campagne et de jardins vous transporte déjà dans votre cuisine, où elles vont se développer à la cuisson, pour mettre en appétit les convives.
Mais le marché c’est aussi l’occasion de rencontres :
– Comment vas-tu ? Tu entends le glas ? Qui est mort, tu le sais ?
– Oui, c’est la Jeannette.
– La Janette de Pierrot ? La pauvre ! il me faut aller signer. C’est cette saloperie qui l’a tuée ?
– Non, je ne crois pas. Tu sais, après tout ce n’est pas dommage qu’elle soit morte, vu qu’elle l’a fait cocu toute sa vie Pierrot.
– Oui ! avec le boulanger !
– Oui, en plus il fallait qu’il aille acheter le pan chaque jour chez lui, car Madame n’aimait que celui-là de pain. Tiens, elles sont finies les risées dans le dos de Pierrot. Il mériterait de refaire rapidement sa vie.
– Tout de même, tu n’as pas honte de dire du mal de la Jeannette à peine refroidie ? Attention que malgré sa vie pas trop catholique, une erreur d’aiguillage est vite arrivée, erreur qui pourrait la conduire au Paradis. Et là, il n’est pas sûr qu’elle ait un mot de recommandation aimable pour toi quand elle se présentera devant le Bon Dieu. Mauvaise langue… !
Le marché est tout un univers, où il ne se dit pas que du mal du voisin. C’est aussi l’occasion de rencontrer de vrais amis, et prenant des nouvelles de leur famille, leur souhaiter une bonne journée, en leur disant : porte-toi bien. A bientôt j’espère.

YVONNE BEAUME.
MEZE, le 28 FEVRIER 2021.