La maman des poissons elle est bien… aidée !

nappex1
Le maire, Henry Fricou (à droite) et Thierry Baëza, adjoint à l’environnement (à gauche) ont accueilli les plongeurs après leur plongée d’observation très fructueuse sur les Biohut de Mèze.

Dès 2013, la Ville de Mèze avait participé à la phase expérimentale du projet NAPPEX (nurseries artificielles pour ports exemplaires) initié par la société Ecocéan. Le principe est simple et efficace. Il consiste à équiper les quais du port de modules appelés « Biohut », des petites cages grillagées qui offrent un habitat et une protection aux post-larves (très jeunes poissons) particulièrement vulnérables.
Après cette période de test concluante, la Ville de Mèze a procédé, dès le printemps dernier, à l’installation permanente de 30 Biohut répartis autour du port principal.
Le 28 juillet, une équipe de trois plongeurs s’est mise à l’eau afin de recenser les habitants des nurseries artificielles. Cette première séance d’observation a été menée par Yann Guais, responsable du développement d’Ecocean, Lucas Bérenger, expert naturaliste à Biotope et Léa Quittet, chargée de mission aménagement de la mer et du littoral au CEPRALMAR.

Un beau « cocktail » de biodiversité !

Dès sa sortie de l’eau, Yann Guais ne cachait pas son enthousiasme : « Les Biohut du port de Mèze étaient incroyablement riches ! Lors du suivi écologique effectué en plongée, nous avons pu observer des dizaines de poissons à l’abri dans ces habitats artificiels protecteurs. Notamment 3 hippocampes mouchetés, dont un juvénile d’à peine 5 cm, et de très nombreux syngnathes, ces « poissons-aiguilles » appartenant à la même famille que le célèbre « cheval de mer ». Il y avait aussi des mâles qui portaient des œufs*« .

Le biologiste Lucas Berenger a complété l’inventaire. « Outre ces figures emblématiques de la lagune de Thau, les Biohut du port de Mèze étaient occupés par d’autres pensionnaires tels que des juvéniles de blennie paon et de gobie lote. Nous avons aussi observé des anémones, des mollusques nudibranches ou encore des vers plats, le tout formant un très beau cocktail de Biodiversité ».

* chez les Syngnathidae, famille des Syngnathes et des hippocampes, c’est le mâle qui s’occupe de la gestation des œufs fécondés et qui accouche !

Les photos de Lucas Berenger, biologiste à Biotope, dans le port de Mèze