Une émouvante minute de silence pour Paris

Près de 300 personnes rassemblées lundi devant la mairie pour rendre hommage aux victimes de attentats de Paris.
Près de 300 personnes rassemblées lundi devant la mairie pour rendre hommage aux victimes de attentats de Paris.
Le maire, Henry Fricou, entouré des membres du conseil municipal.
Le maire, Henry Fricou, entouré des membres du conseil municipal.

Aux douze coups de midi, la sirène de la ville retentissait pour annoncer le début de l’hommage rendu par les Mézois aux victimes des attentats qui ont frappé Paris vendredi soir.
Près de 300 personnes étaient rassemblées devant la mairie afin de témoigner leur soutien aux habitants de la capitale.
S’exprimant au nom des Mézois, le maire, Henry Fricou a ensuite prononcé une brève allocution :
« Les mots n’existent pas pour nommer l’innommable.
Face à un tel déchaînement de haine aveugle, de cruauté et de barbarie contre notre pays, la France et au-delà, nous devons nous montrer dignes et solidaires.
A travers un massacre ciblant résolument notre jeunesse, joyeuse et heureuse de vivre, ces barbares ont lancé un message clair sur leur projet. Ce qu’ils veulent, c’est l’anéantissement de nos libertés, de notre culture et, plus largement, de notre civilisation.
Qu’ils sachent que la terreur n’aura jamais raison des valeurs que nous défendons et que nous défendrons 2015-11-14-20-08-07toujours. »
Le premier magistrat de la Ville a alors demandé à l’assistance d’observer une minute de silence à la mémoire des victimes. Un silence lourd et empreint d’émotion qui a fait place à une Marseillaise chantée avec la détermination d’un peuple qui refuse de se soumettre à la terreur et à la violence.