LAS « IPOMEES » ALIAS BÈLAS DE JORN

Tre la prima son tan bèlas las “ipomées », que meritan plan d’usurpar lo nom de bèlas de jorn. Sus un lièch de rama d’un verd fòrça nòble, s’espandisson d’un mòde génerós, liurant sas flors d’un violet tanta esclatant que ne seriá gaireben agressiu.

Lo sèr vengut, abans de claure sas parpèlas, lor color s’atendrís, coma per se preparar a una nuèch amaisada. L’endeman, qualques unas auràn trespassat, valentament remplaçadas per d’autras que voldràn mostrar amb insoléncia lor joinessa e regolar de pertot.

Mas a l’ora de la davalada, malgrat lors esfòrces, capitan pas a nos gratificar de lor bèla color violacèa dels jorns d’estiu. Fan çò que pòdon per nos agradar. Pasmens, cal pas comptar sus elas per capitular tant lèu. Sèm en genièr et vaquí qu’encara, aicí e ailà, una floreta pallòta s’arrapa sus la paret, sus un fil, sus una clausura…

Per la bona volontat qu’an mesa a nos plaire, per lor beutat, esperarem lor retorn amb la pus granda impaciéncia.

Mercé a la Natura per sos presents, bailats sens res esperar en escambi. Tanplan seriám  plan inspirats, per lo mens, de la preservar…per nosautres, egoïstament.

La Planeta se ne releverà totjorn. N’a vistas d’autras.     

LES  IPOMEES ALIAS  BELLES  DE  JOUR

Dès le printemps, les ipomées sont si belles qu’elles méritent bien d’usurper le nom de belles de jour.  Sur un lit de feuillage d’un vert noble, elles s’épanouissent d’une manière généreuse, livrant ses fleurs d’un violet si éclatant qu’il en serait presque agressif.

Le soir venu, avant de clore leurs paupières, leur couleur s’attendrit, comme pour se préparer à une nuit apaisée. Le lendemain, quelques unes auront trépassé, vaillamment remplacées par d’autres qui voudront montrer avec insolence leur jeunesse, et « dégouliner » de partout.

Mais à l’automne, malgré leurs efforts, elles ne réussissent pas à nous gratifier de leur belle couleur violacée des jours d’été. Elles font ce qu’elles peuvent pour nous être agréables. Pourtant, il ne faut pas compter sur elles pour capituler aussi vite. Nous sommes en janvier, voici qu’encore, ici et là, une petite fleur pâlote s’accroche sur le mur, sur un fil, sur une clôture…

Pour la bonne volonté qu’elles ont mis à nous plaire, pour leur beauté, nous attendrons leur retour avec la plus grande impatience.

Merci à la Nature pour ses présents, donnés sans rien espérer en échange. Peut-être serions-nous bien inspirés, pour le moins de la préserver…pour nous, égoïstement. la Planète s’en relèvera toujours. Elle a vu d’autres.