Mèze actu

Maison effondrée : visite de l’expert

A la suite de la procédure de péril imminent lancée par la Ville de Mèze, un expert désigné par le tribunal administratif a effectué, le 19 avril au matin, une visite de l’ensemble des bâtiments concernés par l’effondrement d’une maison située rue Peytal.
Le maire, Henry Fricou, l’adjoint aux travaux, Daniel Rodriguez ainsi que l’ensemble des résidents ou propriétaires des habitations mitoyennes étaient sur place. Cette première expertise d’urgence n’a pas vocation à identifier les responsabilités ou les causes de cet incident mais simplement à évaluer l’état des bâtiments et préconiser les mesures de sécurité qui s’imposent.
L’expert a annoncé que son rapport sera rendu dans les tout prochains jours. En attendant une étude plus poussée sur les travaux de consolidation à mener, le périmètre de sécurité a été renforcé. Il est absolument nécessaire de le respecter.
De son côté, la Ville de Mèze continue à gérer le relogement provisoire des familles évacuées.

Le Grand défi sur l’esplanade


Ce vendredi 19 avril, les 220 élèves de l’école Jules Verne, enseignants et parents se sont retrouvés pour courir toute la matinée sur l’esplanade à l’occasion du dernier événement Grand Défi.

Le Grand Défi Vivez Bougez est un projet qui dure un mois et qui permet aux enfants de pratiquer chaque jour des activités physiques, que ce soit à l’école, au centre de loisirs ou dans d’autres lieux. L’école Jules Verne a participé à ce projet à l’initiative de Bernard Charbonnier, directeur de l’établissement et conseiller municipal délégué à la jeunesse.

Le grand champion d’Europe de décathlon, Romain Barras, parrain du Grand Défi, avait même fait le déplacement pour encourager les coureurs.

Le groupe « Fetén Fetén » en résidence à Mèze

Le groupe espagnol Fetén Fetén a pris ses quartier à Mèze depuis 3 jours. Dans le cadre du projet « Mèze l’espagnole et les 80 de la Retirada » organisé par le service culturel, l’école municipale de musique accueille en résidence le groupe espagnol Fetén Fetén. Cet exceptionnel duo de musiciens multi-instrumentistes revisite les mélodies traditionnelles espagnoles avec enthousiasme et créativité. Depuis mercredi, les musiciens animent les ateliers des élèves de l’école municipale de musique et ont donné une conférence musicale sur  « Les musiques traditionnelles espagnoles ».

Rendez-vous  ce soir, vendredi 19 avril, à 19h, salle Jeanne Oulié (foyer municipal) pour le concert exceptionnel de Fetén Fetén (entrée libre). Le groupe nous propose un voyage musical qui nous transportera de la péninsule ibérique aux contrées exotiques, assimilant les échos balkaniques, les évocations japonaises, les cris des mouettes ou le bruit des vagues à leurs compositions originales. Le duo réussit à faire sourire le public avec ses histoires sans paroles et un répertoire qui amuse et ravit les enfants comme les adultes. Ils seront accompagnés sur certains morceaux par l’orchestre de l’école municipale de musique.

Le voyage du Baphin de Thau

L’escale mézoise du Baphin de Thau est arrivée à son terme. Arrivé sur la promenade Thomas Bessière le 5 août 2017, le grand poisson métallique, œuvre du sculpteur Nicolas Jouas, vogue désormais vers de nouveaux rivages.
Le Baphin avait été gracieusement prêté par l’artiste à la Ville de Mèze dans le cadre d’une exposition temporaire organisée par la galerie d’art L’Arbre de Jade. Nicolas Jouas est également le créateur de la Marianne en métal acquise par la Ville de Mèze et qui orne désormais la salle de la République.

Le kiosque en travaux

Le plancher du kiosque de la Ville de Mèze est en cours de réfection. Il était devenu nécessaire, pour des raisons de sécurité, de le rénover. Une première partie des travaux a été menée par le service municipal des bâtiments. Les agents municipaux ont complétement démonté les 40 m² du vieux plancher et ont procédé au renforcement de la structure existante. Un menuisier pose actuellement les nouvelles planches. Il s’agit d’un plancher en pin traité, même bois que l’ancienne structure.
Inauguré en 1892, le kiosque était destiné à accueillir des concerts publics donnés par les sociétés musicales et les chorales. En 1992, lui fut attribué le Trophée  « Kiosque d’or ». Des concerts y sont toujours organisés, notamment chaque mercredi soir de l’été.

Maison effondrée : le point sur la situation

Le DGS de la Ville de Mèze et Daniel Rodriguez, adjoint à l’urbanisme en charge de ce dossier auprès des familles sinistrées.

Dès l’effondrement de la maison située rue Peytal, hier soir, les pompiers étaient sur place ainsi que Daniel Rodriguez, adjoint à l’urbanisme en charge du dossier, le directeur général des services et le directeur des services techniques de la Ville de Mèze.
Un périmètre de sécurité a été déterminé le soir même de l’incident par les pompiers et un arrêté municipal a été pris afin d’interdire l’accès à la zone.
Fort heureusement, aucune victime n’est à déplorer.
Huit familles habitant les maisons mitoyennes ont été évacuées par mesure de précaution. Des solutions d’hébergement et de restauration ont été proposées par la mairie à celles qui le souhaitaient. L’ensemble de leurs frais sera pris en charge par la Ville.
Daniel Rodriguez a lancé, dès ce matin, une procédure de péril imminent. Celle-ci implique la venue, dans un délai de 24h, d’un expert mandaté par le tribunal administratif. C’est cet expert qui évaluera l’état des maisons mitoyennes et la possibilité, pour les huit familles concernées, de regagner leurs logements. Il déterminera également à quel moment les opérations de déblaiement pourront être lancées sans risque pour les intervenants ou les bâtiments voisins.
A ce jour, les causes de cet effondrement ne sont pas déterminées. Daniel Rodriguez est en contact permanent avec l’ensemble des familles afin de les tenir informées de chaque étape de cette procédure.

Priorité aux piétons

Accompagner la dynamique des commerces du centre-ville est l’une des préoccupations constantes de la municipalité. A ce titre, en concertation avec les commerçants, mais aussi les riverains de la place Aristide Briand, le maire de Mèze, Henry Fricou, a proposé de créer une « zone de rencontres » sur la rue Paul Entéric ainsi que sur la partie de la rue Garibaldi située entre les halles et la mairie.
Une zone de rencontres est un ensemble de voies où les piétons ont la priorité absolue et sont autorisés à circuler sur la chaussée, même si des trottoirs sont présents. La vitesse de circulation des autres usagers est limitée à 20 km/h.
Cette zone est matérialisée par des panneaux et une signalétique au sol qui indique que les piétons sont prioritaires sur les deux roues et sur les voitures.
En attendant un projet global de réaménagement de la place Aristide Briand, ce dispositif permettra aux piétons de fréquenter les commerces du quartier sur un espace plus serein, plus sûr et plus convivial.

42ème Corso fleuri

Côté fête

Les mercredis 1er et 8 mai, auront lieu les grands corsos fleuris de la Ville de Mèze. Les chars, les groupes dansants et les fanfares défileront dès 14h30 en empruntant le parcours suivant : 

chemin de l’Escouladou, promenade Dorian Remeize, rue de la Parée, rue Pépin, passage sur l’Esplanade devant les halles, rue Entéric, place Honoré Roques, boulevard du Port pour finir sur la place Camille Vidal.

Le Bœuf et le Chevalet, animaux totémiques de Mèze, feront à cette occasion leur première sortie de l’année. Comme chaque année, la fête foraine sera installée sur l’esplanade.

« La bodega du corso » regroupant les bars de la ville accueillera à nouveau le public sur l’aire des Tonneliers. Après les défilés des 1er et 8 mai, c’est là que sera situé l’épicentre de la fête. La bodega sera ouverte de 20h à 1h. Ces soirées seront animées par le DJ Jean-Marc Cuomo.


Côté pratique

>>consultez les arrêtés concernant les interdictions temporaires de stationnement et de circulation, les déplacements temporaires des marchés…


Le parcours

Qui veut danser avec le chevalet ?

La Ville de Mèze recherche des danseurs ou danseuses pour compléter l’équipe du chevalet et danser pour les corsos fleuris et la fête de Mèze. Pour les personnes intéressées, une démonstration de la danse traditionnelle du chevalet aura lieu mardi 16 avril à 19h dans le parc du château de Girard. Tous les Mézois sont les bienvenus, à partir de 16 ans.

Renseignements : Service culture et patrimoine – 04.99.04.02.03/01

Les Mézois d’origine espagnole à l’honneur

Depuis le début du siècle dernier la ville de Mèze a accueilli des dizaines de familles d’origine espagnole qui ont quitté leur terre natale pour des raisons économiques ou politiques. Le service archives et patrimoine de la Ville de Mèze, sous la houlette de l’adjointe à la culture Nathalie Cabrol, a mis ces immigrés à l’honneur dans le cadre de la commémoration des 80 ans de la Retirada. Dimanche 14 avril, le maire Henry Fricou a inauguré une exposition consacrée aux Mézois d’origine espagnole. Plusieurs centaines de documents retracent le parcours et l’histoire de familles mézoises venues d’Espagne. Ils sont exposés au carré d’art Louis Jeanjean jusqu’au 28 avril. Cette journée festive s’est poursuivie par un repas convivial et animé salle Jeanne Oulié, en partenariat avec l’association Andalucia Mézoise. Près de 200 personnes y ont participé. Expositions, témoignages, vidéos, débats, concerts, spectacles, Mèze se met aux couleurs espagnoles jusqu’à la fin du mois d’avril, en partenariat avec Eloi Martinez, président de l’aseref, l’ONAC et les commerçants de l’ACEM qui ont mis l’Espagne à l’honneur dans leurs vitrines.

Le conseil municipal des jeunes ouvert au dialogue

Les enfants du conseil municipal des jeunes souhaitent établir un véritable dialogue avec les Mézois. C’est pourquoi des boîtes aux lettres ont été mises en place devant chaque établissement scolaire et devant l’espace jeunes pour collecter les idées de projets des enfants mézois mais aussi leurs avis et commentaires. Le CMJ répondra à chaque sollicitation. Il suffit d’inscrire ses coordonnées sur le courrier posté.

 

Par ailleurs, trois vitrines ont été installées pour diffuser les campagnes de prévention menées par les membres du CMJ et pour communiquer sur leurs actions. Elles se situent à la Conque, dans le jardin André Montet et sur l’allée Pierre Vassiliu. Tout le programme des actions du CMJ y sera afficher.

Ecole de musique : importante baisse des tarifs

L’école de musique de Mèze a été déclarée d’intérêt communautaire. A ce titre, elle intégrera, dès le 1er septembre 2019, le conservatoire à rayonnement intercommunal dont elle constituera l’antenne mézoise. Lors du conseil communautaire du 11 avril, les tarifs d’abonnement à l’enseignement musical ont été votés. Pour les élèves de l’école de musique de Mèze, ils seront fortement diminués.
Ainsi, un adulte verra son adhésion pour un cursus complet à l’année passer de 330 € à un tarif compris entre 59 € et 173 € en fonction de son quotient familial. Pour les enfants et les jeunes de moins de 25 ans, le tarif à l’année passera de 220 € à 59 € (dégressif en fonction du nombre d’enfants d’une même fratrie).
Pour Henry Fricou, maire de Mèze et premier vice-président de Sète agglopôle Méditerranée, « il est particulièrement satisfaisant de pouvoir à la fois faciliter l’accès à l’enseignement musical de chacun tout en enrichissant l’offre proposée aux élèves. Encore un excellent exemple des avantages qu’une intercommunalité plus forte et plus solidaire peut apporter en termes de services à la population et d’aménagement du territoire. »

Traitement bio contre le papillon et le charançon rouge

Vendredi 12 avril 2019, sera lancée la campagne de traitement contre le charançon rouge du palmier et le papillon palmivore des 115 palmiers des espaces publiques de la Ville.

La méthode du traitement est 100% bio. Les agents du service Espaces verts de la Ville utilisent un produit naturel et inoffensif (Palmanem) pour les applicateurs, les riverains, les animaux et les plantes.

Ce bio-insecticide contient le nématode entomopathogène (ou auxiliaire) Steinernema carpocapsae ; ce nématode tue à la fois les stades larvaires du papillon palmivore et du charançon du palmier. Une fois appliqué, ce nématode entre en contact avec le ravageur et y pénètre par ses voies naturelles. Dans les conditions optimales, l’insecte infesté arrête de se nourrir très rapidement et meurt entre 48 et 72 heures.

Le papillon du palmier ou le Paysandisia Archon est un papillon palmivore introduit accidentellement dans le sud de l’Europe à la fin des années 90. Surnommé le ravageur de palmiers, il fait jusqu’à 10 cm d’envergure et il n’a aucun prédateur naturel dans nos régions.

Le Paysandisia Archon s’en prend notamment aux Phoenix mais il infeste aussi les autres espèces. C’est la larve du papillon qui occasionne les dégâts sur les palmiers. Les palmes jaunissent et dessèchent. Une attaque grave entraîne la mort du palmier.

En France, Paysandisia Archon touche au moins huit départements, dont tous les départements côtiers de Provence-Alpes-Côte d’Azur et du Languedoc-Roussillon.

Le charançon rouge des palmiers (Rhynchophorus ferrugineus) est une espèce d’insectes coléoptères appartenant à la super-famille des Curculionoideae.

Il est considéré comme nuisible pour les plantations de palmiers d’Asie et de Mélanésie. Il a atteint le Moyen-Orient et le bassin méditerranéen au milieu des années 1980 où il se propage rapidement en posant de grands problèmes de gestion. Il est identifié dans le Sud-Est de la France mi-2006.

Le service des espaces verts de la Ville s’y emploie déjà vigoureusement avec un traitement biologique qui donne des résultats concluants sur les quelque 115 palmiers du domaine public communal. Le traitement doit être effectué en avril pour les palmiers infestés, ou entre août et novembre pour tous les palmiers. Chaque palmier est traité trois fois. Mais pour une véritable efficacité, il est obligatoire que tous les particuliers qui possèdent des palmiers participent à cette démarche. Une surveillance et une lutte coordonnées et systématiques entre les propriétaires et les services municipaux limitent fortement l’envol des papillons et donc, le développement des parasites. 

Des traitements préventifs ou curatifs existent. Le plus efficace est la lutte biologique. Cette technique de lutte consiste à imprégner le haut du stipe et la couronne du palmier avec un ver microscopique, le nématode entomopathogène Steinernema carpocapsae.

Les premiers tests montrent une assez bonne efficacité, même si la mortalité n’est pas de 100 %. Elle stabilise la situation sanitaire de l’arbre.

Il est conseillé d’effectuer ce type de traitement dès aujourd’hui. Ces produits à base de nématodes, type Palmanem, sont disponibles en jardinerie.

Si le palmier est envahi alors il devra être détruit pour éviter la propagation des papillons.

 

charancon
Charançon rouge
palmier_papillons_2
Papillon du palmier

 

 

 

L’école municipale de musique accueille Fetén Fetén


Dans le cadre du projet « Mèze l’espagnole et les 80 de la Retirada » organisé par le service culturel, l’école municipale de musique accueillera en résidence le groupe espagnol Fetén Fetén, un exceptionnel duo de musiciens multi-instrumentistes, qui revisite les mélodies traditionnelles espagnoles avec enthousiasme et créativité.

Du 17 au 19 avril, leur présence permettra aux élèves de mener sur ces musiques un véritable travail pédagogique, et au plus grand nombre de profiter de moments de découverte de l’univers musical espagnol.

Si la journée du mercredi sera essentiellement consacrée à des ateliers de pratique et de découverte en direction des élèves, deux moments forts permettront au public mézois, petits et grands, de profiter du formidable talent de ces deux concertistes :

 – Le mercredi 17 avril à 18h à la salle Jeanne Oulier (foyer municipal) :

Conférence musicale sur les musiques espagnoles, illustrée en direct par les artistes.

– Le vendredi 19 avril à 19h à salle Jeanne Oulier (foyer municipal) :

Fetén Fetén nous propose un voyage musical qui nous transporte de la péninsule ibérique aux contrées exotiques, assimilant les échos balkaniques, les évocations japonaises, les cris des mouettes ou le bruit des vagues à leurs compositions originales, réussissent à faire sourire le public avec leurs histoires sans paroles et un répertoire qui amuse et ravit les enfants comme les adultes.

Ils seront accompagnés sur certains morceaux par l’orchestre de l’école municipale de musique.