Lo vielhum

Do mai avancèm dins la vida, do mai lo camin sembla salpicat d’espinas per nos escarrunhar. Ja aquò vòl dire que se resentissèm las dolors, es que sèm pas mòrt ! Om pòt totjorn ensajar de las tractar per lo mesprètz, mas fonciona pas a cada còp.

Alara, per doblidar las espinas, tanplan que lo melhor es de virar la testa cap a de causas que son pas dolorosas, coma cantar, dansar, rire, legir, se regalar d’una bona còca, sorire als amics, a la familha sens tròp se planher, encara que de còps aquò fa de ben… Solid qu’es pas amb una gòma qu’anèm esfaçar tot lo michant de la vida.

Avem agut nòstra enfança, nòstra joinessa, nòstra atge madur, cal saupre se ne contentar ; a cadun a son torn, de viure sa vida, e ara per nosautres, en  avant tota, e « fas tirar la muòla Marius ».


La vieillesse

Plus on avance dans la vie, plus le chemin semble parsemé d’épines pour nous égratigner. Déjà, cela veut dire que si nous ressentons les douleurs, c’est qu’on est pas mort !

Il est toujours possible d’essayer de les traiter par le mépris, mais ça ne marche pas à tous les coups.

Alors, pour oublier les épines, peut-être que le mieux est de tourner la tête vers des choses qui ne sont pas douloureuses, comme chanter, danser, rire, lire, se régaler d’un bon gâteau, sourire aux amis, à la famille, sans trop se plaindre, encore que parfois cela fait du bien… Il est sûr que ce n’est pas avec une gomme que nous allons effacer tout le mauvais de la vie.

Nous avons eu notre enfance, notre jeunesse, notre âge mûr, il faut savoir s’en contenter ; à chacun, à son tour, de vivre sa vie, et maintenant, pour nous, en avant toute, et « fais avancer la mule Marius ».