La maionesa

Lo mot a un fum d’originas. Ne’n causirèm una : en 1756, lo duc de Richelieu prenguèt d’assalt  Pòrt Mahon, vila de Minòrca (Baleares). A son retorn, per lo mercejar d’aver acomplit aquel acte gloriós, un sopar foguèt donat en son ònor a Marselha per lo duc de Villars, alara governor de la província.

Lo cap cosinièr inventèt per l’ocasion una sauça, amb d’uòu,  d’òli, de mostarda, sal e pebre, per acompanhar lo pol a la « Villeroy », sauça que batejèt la « Mahonnaise ». La sauça foguèt tant presada, que d’aquel jorn, princes e grands senhors d’ Europa tota volguèron comptar demest lors sirvents un cosinièr que saupriá preparar la « Mahonnaise ». Pauc a pauc, « mahonnaise » se diguèt « mayonnaise ». Nosautres, sèm pas princes, sèm pas grands senhors, e avèm aprés a far tot solets la maionesa per regalar familha e amics. Òm la pòt relevar de citron o d’alh, que batejam a tòrt o a rason alhòli. La sauça acompanha amb bonur fòrça plats, en particulièr los peisses, la sopa de peis, de cauquilhages coma las budas, eca.

De tot biais, sèm, encara uòi, plan contents que lo duc de Richelieu aja ganhat la batalha de Pòrt Mahon…e se lo fetge, el, es pas content, tant pièg per el. Aquò passará, a passat a ma grand !


La mayonnaise

Le mot a beaucoup d’origines. Nous en choisirons une : en 1756, le duc de Richelieu prit d’assaut Port Mahon, ville de Minorque (Baléares). A son retour, pour le remercier d’avoir accompli un acte aussi glorieux, un souper fut donné en son honneur à Marseille par le duc de Richelieu, alors gouverneur de la  province.

Le chef cuisinier inventa pour l’occasion une sauce avec de l’œuf, de l’huile, de la moutarde, sel et poivre, pour accompagner le poulet à la « Villeroy ». La sauce fut tant appréciée qu’à partir de ce jour-là, princes et grands Seigneurs de toute l’Europe voulurent compter parmi leurs serviteurs, un cuisinier qui saurait préparer la « Mahonnaise ». Peu à peu, mahonnaise se dit mayonnaise. Nous autres, nous ne sommes pas princes, nous ne sommes pas grands seigneurs, et nous avons appris tous seuls à préparer la mayonnaise pour régaler famille et amis. On peut la relever de citron ou d’ail, que nous appelons à tort ou à raison aïoli. La sauce accompagne avec bonheur de nombreux plats, en particulier les poissons, la soupe de poisson, des coquillages, comme les escargots de mer, etc.

De toute façons, encore aujourd’hui, nous sommes bien contents que le Duc de Richelieu ait gagné la bataille du Port Mahon…et si le foie, lui, n’est pas content, tant pis pour lui. Ca passera, c’est passé à ma grand-mère !