L’uòlh del buòu

Es mai mòrt !

Lo buòu de Mèsa es mai mòrt…coma cada an per claure la fèsta locala. Mas pauròt, per el aquò se fa pas sans dolors. Sentent venir çò que va li arribar, es près de tremolums de paur, talament que sembla aver agantat la malautiá tragica de la vaca bauja de trista memòria.

Attisat per lo tambor, baila de còps de maissa grands, amb de « am, aaam, aaam » afolits, corriguent de çai e de lai dans lo mond vengut assistir a son sacrifici. Per s’amaisar, li cal manjar tot quatre enfants, a la mòda dels ògres fantastics de nòstra enfança.

Fin finala, lo fièr matadòr , li dona l’estocada d’un còp d’espeda plen de majestat. Nòstre bèl buòu s’affaissa e tot lo mond, sobretot los toristas, desvariats d’aquèl espectacle, lo ploran ja. Mas, pòdon tornar a Mèsa l’an que ven. Veiràn que lo Buòu de Mèsa a lo cuèr tanat e que s’ès plan reviscolat dins l’annada. Cal dire que nòstre buò es 100 del 100 « bio », qu’ès nascut en l’an 49, coma lo dits sa cançon, dins una epòca ont los pesticides e altres engraisses n’èran pes conescuts.

E cal saupre que la populacion mesòia li serà, de generacion en generacion, totjorn reconèissenta de l’aver salvada de la famina. Lo Cercle occitan vos promèt de vos contar un autre jorn sa plan polida legenda.

A leu


L’œil du bœuf

Il est de nouveau mort !

Le bœuf de Mèze est de nouveau mort…comme chaque année pour clore la fête locale. Mais le pôvre, pour lui ceci ne se fait pas sans douleurs. Sentant venir ce qui va lui arriver, il est pris de tremblements de peur, au point qu’il semble avoir attrapé la tragique maladie de la vache folle de triste mémoire.

Excité par le tambour, il donne des grands coups de gueule, avec des « am, aam, aam » affolés, courant à hue et à dia dans la foule venue assister à son sacrifice. Pour s’apaiser, il lui faut manger quelques enfants à la mode des ogres fantastiques de notre enfance.

Pour finir, le fier matador lui donne l’estocade d’un coup d’épée magistral. Notre beau bœuf s’affaisse et tout le monde, surtout les touristes épatés par ce spectacle, le pleurent déjà. Mais ils peuvent revenir à Mèze l’an prochain. Ils verront que notre bœuf a le cuir tanné et qu’il a ressuscité pendant l’année. Il faut dire que le bœuf de Mèze est 100 pour 100 « bio », car il est né en l’an 49, comme le dit la chanson, à une époque où les pesticides et autres engrais n’étaient pas connus.

Et il faut savoir que la population mézoise lui sera, de génération en génération, toujours reconnaissante de l’avoir sauvée de la famine. Le Cercle occitan vous promet de vous raconter un autre jour sa bien jolie légende.

A bientôt.