Recette du Garhiophilatum

RECEPTA DEL GARHIÒFILATUM

Qu’es aquò ? Es un aperitiu tant vièlh que lo rei d’Angleterra, Henri III de Plantagenest ne fasiá sos dimenges emai los autres jorns de la setmana. Foguèt creat al sègle XIII dins los nòstre Miègjorn.

Dins aquela periòda ont un novèl confinhament nos risca d’arribar, seriam plan avisats de nos i preparar. Que de mai regaudissent que de s’afairar amb gromandisa a crear una bevenda originala qu’estonarà vòstres amics, quand tornaràn enfin los jorns bèlses.

Vaquí la recèpta del garhiòfilatum, que se pòt faire a l’ostal :

Per un veintenat de personas :

-1,5 l. de bon vin doç d’en cò nòstre ; n’en mancam pas, siá a basa de muscat, siá a basa de granache.

-100 g. de siròp de mèl.

-50 g. de gengibre.

-20 g. de canèla.

-10 g. de clavèls de giròfle (qu’auriá bailat son nom a la bevenda)

-20 g. de racina de valeriana.

-8 dolsas de cardamòm.

Preparar a l’avança lo siròp de mèl en mesclant 50 g. de mèl e 50 g. d’aiga. Sul fuòc far fremesir a fuòc mejan fins que lo mèl siá fondut.

Dins un recipient, bojar lo vin e lo siròp de mèl. Bolegar.

Dins una tela, pausar las espècias. Nosar la tela per la barrar. La trempar dins lo vin e lo siròp. Cobrir. Daissar macerar al mens 4 oras. Puèi levar la tela. Filtrar e metre en bothelhas, las amagar e las doblidar pendent qualques temps. La bevenda que se pòt beure ataben en dessèrt, se conserva mantunas annadas.

Amb l’ajuda dels vaccins, un jorn vendrà ont ֳòm nos anonciarà la fin de la sarramauca que vivèm e ont poirem fin finala escampar las masquetas.

Alara, non sens una pensada prigonda e respectuosa per totas las victimas del coronavirus e per lors pròches, nos virarem amb fisança e estrambòrd cap a l’avenidor.

Lo moment serà vengut d’obrir amb fòrças precaucions las botelhas de garhiòfilatum, e partejar amb la familha e los amics la divenca bevenda.

Dins l’embriaguesa de la libertat retrobada, cantarem, dançarem e nos encigalarem tota la nuòch sens moderacion, per un còp. E se rotlam jos la taula, cal esperar que demorarà un parèlh de pissavinagres qu’auram gardat la testa pro freja per nos rebalar fins a la cambra, ont en prevision, aurem pausat un capèl al pè de nòstre lièch. Trè que veirem 2, 3 e enfin 4 capèls, serem lèstes per nos adormir del sòm del juste. Joguem qu’a nòstre revelh, la clòsca un pauc dolorosa tanplan, aurem caçat de nostre esperit lo coronavirus e son cortègi de laguis. A nosautres l’avenidor, o vòli tornar dire, plen de fisança e estrambòrd.

Me sembla que la fin de la galèra meritarà plan aquò ! Santat !

Ivona BEAUME.
Mèsa lo 7 de febrièr de 2021.

*Mas sorsas : una BD : Montpellier, de la préhistoire à Rabelais, del setòi Dobbs e autres, e l’Internet.

 

RECETTE DU GARHIOFILATUM

Qu’est-ce que c’est ? C’est un apéritif si vieux que le roi d’Angleterre, Henri III de Plantagenêt en faisait ses dimanches et même les autres jours de la semaine. Il fut créé au XIIIème siècle dans notre Midi.

Dans cette période où un nouveau confinement nous pend au nez, nous serions bien inspirés de nous y préparer. Quoi de plus réjouissant que de s’affairer avec gourmandise à créer une boisson originale qui étonnera vos amis, quand reviendront enfin les jours beaux.

Voici la recette du garhiofilatum, qui peut se faire à la maison :

Pour une vingtaine de personnes :

-1,5 l. de bon vin doux de chez nous ; nous n’en manquons pas, soit à base de muscat, soit à base de grenache.

-100 g. de sirop de miel.

-50 g. de gingembre.

-20 g. de cannelle.

-10 g. de clous de girofle (qui aurait donné son nom à la boisson).

-20 g. de racine de valériane.

-8 gousses de cardamome.

Préparer à l’avance le sirop de miel en mélangeant 50 g. de miel et 50 g. d’eau. Sur le feu, faire frémir à feu moyen jusqu’à ce que le miel soit fondu.

Dans un récipient, verser le vin et le sirop de miel. Remuer.

Dans une toile, poser les épices. Nouer la toile pour la fermer. La plonger dans le vin et le sirop. Couvrir. Laisser macérer au moins 4 heures. Puis enlever la toile. Filtrer et mettre en bouteilles, les cacher et les oublier pendant quelques temps. La boisson, qui peut aussi se boire en dessert se conserve plusieurs années.

Avec l’aide des vaccins, un jour viendra où l’on nous annoncera la fin du cauchemar que nous vivons et où nous pourrons enfin jeter les masques.

Alors, non sans une pensée profonde et respectueuse pour toutes les victimes du coronavirus et pour leurs proches, nous nous tournerons avec confiance et enthousiasme vers l’avenir.

Le moment sera venu d’ouvrir avec beaucoup de précautions les bouteilles de garhiofilatum, et de partager avec la famille et les amis la divine boisson.

Dans l’ivresse de la liberté retrouvée, nous chanterons et nous danserons, nous nous soûlerons toute la nuit sans modération, pour une fois. Et si nous roulons sous la table, il faut espérer qu’il restera une paire de pisse-vinaigres qui auront gardé la tête assez froide pour nous traîner jusqu’à la chambre, où en prévision, nous aurons posé un chapeau au pied de notre lit. Dès que nous verrons 2, 3 et enfin 4 chapeaux, nous serons prêts pour nous endormir du sommeil du juste. Gageons qu’au réveil, la tête un peu douloureuse peut-être, nous aurons chassé de notre esprit le coronavirus et son cortège de soucis. A nous l’avenir, je veux le redire, plein de confiance et d’enthousiasme.

 Il me semble que la fin de la galère méritera bien sa! Santé !

Yvonne BEAUME.
Mèze, le 7 février 2021.

*Mes sources : une BD : Montpellier, de la préhistoire à Rabelais, du sétois Dobbs et d’autres, et Internet.