Campagne de régulation des goélands

goeland_toit_mathias_prat
Photo : Mathias Prat ©biotope

Lorsqu’ils sont trop nombreux en milieu urbain, les goélands provoquent des nuisances sonores, des salissures, des dégradations des toitures et développent même de comportements agressifs.
A Mèze, le nombre de goélands nichant en ville augmente d’année en année et les plaintes des habitants sont de plus en plus fréquentes.
Pour remédier à ce problème, la Ville de Mèze, comme le font déjà de nombreuses communes littorales, s’inscrit dans une démarche de régulation des goélands en s’appuyant sur l’expertise de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO).
Le goéland est une espèce protégée. Toute action de ce type est soumise à une autorisation du ministère de l’environnement (DDTM). C’est pourquoi la municipalité invite toute personne résidant en ville à signaler la présence d’un nid sur sa toiture. Les experts de la LPO assureront le suivi et le comptage des nids ainsi identifiés.

Ce qu’il faut savoir sur la régulation des goélands

goeland_oeufsLes campagnes de régulation reposent sur la stérilisation des œufs par aspersion d’un liquide approprié. Ces derniers doivent être laissés dans le nid afin de mettre les goélands en échec de reproduction. Si les œufs sont détruits ou ôtés, les oiseaux effectueront rapidement une nouvelle ponte. Il faut donc les inciter à couver des œufs stériles.
Cette opération délicate et dangereuse ne peut être réalisée que par des spécialistes.
La régulation ne porte que sur la limitation des problèmes liés à la nidification sur les habitations. Elle n’a aucune vocation à empêcher la présence des goélands en ville.

Quelques recommandations pour les particuliers

• Ne pas ôter les œufs des nids, ce qui entraînerait une nouvelle ponte.
• Ne pas détruire les nids, qui seraient rebâtis par le couple nicheur.
• Ne pas nourrir les oiseaux.
• Ne pas éliminer les goélands qui sont une espèce protégée.
• Faciliter l’accès des immeubles aux techniciens.
• Signaler la présence de nids à la mairie de Mèze.


Pour signaler la présence d’un nid de goéland, adressez un courrier en indiquant de façon précise sa localisation à :

Mairie de Mèze
Place Aristide Briand
34140 Mèze

Tél : 04 67 18 30 30
Email : secretariat.dgs@ville-meze.fr

Vous pouvez également remplir ce formulaire en ligne pour signaler la présence d’un nid de goéland sur votre habitation.

Signalement d'un nid de goéland sur la commune de Mèze

 

Verification

Eaux de Baignade : L’excellence pour Mèze en 2019

L’Agence Régionale de la Santé vient de publier son rapport annuel (en date du 6 janvier 2020) sur la qualité des eaux de baignade reposant sur les contrôles effectués durant la saison estivale 2019. A Mèze, les eaux de la Plagette et de la plage du Thalassa ont fait l’objet de 10 prélèvements réalisés à intervalles réguliers entre le 15 juin et le 4 septembre. Le bilan de cette série d’analyses révèle que les eaux de baignade des plages de Mèze sont qualifiées d’« excellentes » pour la saison 2019, comme elles le sont depuis 2016.

Différentes actions sont mises en œuvre toute l’année par la Ville de Mèze pour préserver la qualité du milieu marin ainsi que la sécurité sanitaire des baigneurs. Chaque été, la municipalité met en place un autocontrôle quotidien des eaux des plages et du port en complément de celui des services de l’Etat. D’importants travaux ont également été réalisés sur les réseaux pluviaux et d’assainissement de la commune afin d’éviter le déversement des effluents. Par ailleurs, les parkings de l’aire des Tonneliers et du château de Girard ont été équipés de décanteurs qui récupèrent eaux pluviales souillées par les huiles et les hydrocarbures. De plus, en 2019, Sète agglo a installé des vannes anti-pollution (ou martelières) sur des exutoires d’eaux pluviales du port au niveau du quai longeant la place des Tonneliers. Elles sont actionnées en cas de pollution du réseau. Le port principal répond d’ailleurs aux normes les plus strictes de gestion environnementale pour lesquelles il a de nouveau obtenu la certification AFNOR. 

Campagne d’effarouchement des étourneaux

Les platanes de la ville servent régulièrement de dortoir à des milliers d’étourneaux. Les déjections quotidiennes de ces animaux posent un réel problème de salubrité publique et ont suscité des plaintes de la part de nombreux habitants de Mèze.
Pour mettre un terme à cette nuisance, la Ville de Mèze procède actuellement  à une campagne d’effarouchement.
Des séquences de déflagrations sont effectuées, tour à tour, dans les quartiers hébergeant les oiseaux entre 17h30 et 20h30.

Découvrez la zone humide de la Conque

L’ Ardam organise une visite de la zone humide de la conque à Mèze – Samedi 1er février de 14h à 16h.

Rendez- vous :
Parking de la Conque
Promenade Sergent Jean-Louis Navarro

Contact :  Xavier Aloujes (Ardam) : inscription sur boite vocale obligatoire au 07.66.81.87.29 avant le 31 janvier

 

Au programme :

  • Présentation de la richesse du patrimoine naturel dans cette zone humide périurbaine, du site Natura 2000 Bassin de Thau
  • Présentation des actions de gestion menées sur le site
  • Explications sur l’importance des zones humides en termes de biodiversité.
  • Présentation de la politique foncière du conservatoire du littoral et des travaux de démolition réalisés et programmés dans le cadre de la restauration paysagère du site menés avec les partenaires de la gestion ;
  • Balade (2 km) et découverte de la faune et de la flore présentes sur le site.

Sapin de Noël : offrez-lui une seconde vie

Les sapins de Noël terminent souvent leur existence dans une poubelle, sur les trottoirs ou carrément en pleine nature.

Face à cette situation et pour faciliter la vie des habitants, le maire de Mèze, premier vice-président de Sète agglopôle méditerranée, a proposé aux services de l’agglo d’organiser cette année une grande opération de collecte des sapins sur les 14 communes du territoire. A Mèze, des points de collecte seront ainsi mis en place parking des Tonneliers, parking de la gendarmerie et à la déchetterie, du 6 au 20 janvier. Ils permettront aux particuliers de déposer leurs sapins naturels, sans flocage ni décoration, avec la garantie qu’ils seront ensuite 100 % recyclés.

Les sapins collectés seront en effet dirigés vers la filière de valorisation des déchets végétaux et, mélangés à d’autres essences, transformés en paillage, utile pour limiter l’évaporation et enrichir le sol, ou en compost, lequel est ensuite largement redistribué aux habitants, communes ou professionnels du territoire.

Les habitants qui participeront à cette opération bénéficieront en retour d’un sac de compost offert par l’agglopôle (1 sac de compost offert par foyer disponible à partir du mois d’avril).

170 arbres plantés au Sesquier

Après une phase d’études et de réflexion lancée il y a un an et demi, le projet de requalification et d’aménagement du site du Sesquier entre dans sa phase opérationnelle.
Première étape : une grande campagne de plantation d’arbres. Entre la fin 2019 et le début 2020, plus de 170 arbres prendront racines sur tout le pourtour du lac. Et beaucoup d’autres suivront.
Afin d’éviter une uniformité paysagère, ce sont près de 20 essences différentes, toutes adaptées au site et au climat méditerranéen, qui cohabiteront. L’ensemble créera une véritable mosaïque végétale qui accentuera considérablement le caractère bucolique du cadre, apportant ombre et fraîcheur en été. Mais surtout, cette grande variété d’essences est un élément fondamental de développement de la biodiversité sur cet espace.
Ces arbres sont plantés par les services municipaux des espaces verts et de la voirie. Ils sont aidés par une équipe de stagiaires qui réalisent actuellement un parcours d’insertion et de formation encadré par l’association Orea dans le cadre du programme « Qualif Pro » financé par la Région et des fonds européens.

Les essences et l’implantation des arbres sur le site du Sesquier

Le Ginkgo Biloba de la laïcité

 

A l’occasion de l’anniversaire de la Loi de 1905 sur la séparation des églises et de l’Etat, le Comité d’action laïque de Mèze présidé par Géraldine Bocquet, a organisé la plantation d’un Ginkgo Biloba dans le parc du château de Girard. Cet arbre, symbole de la longévité, représente l’engagement de cette association et de la Ville de Mèze pour la défense de la laïcité.

Depuis plus de 10 ans, la Calm œuvre en faveur de la laïcité et de l’éducation pour tous, par tous, quels que soient les opinions et les engagements personnels, professionnels ou politiques.

Ici commence la lagune de Thau

La protection du milieu lagunaire est un enjeu environnemental majeur auquel chacun doit prendre part.
Tout objet ou produit négligemment jeté dans un exutoire pluvial en ville finit inexorablement sa route dans l’étang de Thau.
Afin de sensibiliser le public aux comportements écoresponsables, Sète agglopôle Méditerranée a réalisé des plaques métalliques mentionnant « Ici commence la lagune de Thau » qui seront posées devant les grilles de canalisations pluviales des communes du territoire.
Sur la Ville de Mèze, figure de proue de cette initiative, une quarantaine de plaques rappelleront prochainement aux passants que la pollution des eaux de l’étang prend aussi sa source loin du rivage, dans chaque caniveau.

Les agents territoriaux en formation à Mèze

Le Centre National de la Fonction Publique Territorial a choisi Mèze pour y organiser une formation à destination des agents territoriaux de services espaces verts. Les 16 stagiaires ont travaillé sur une parcelle place des tonneliers, mise spécialement à disposition par la commune. Avec l’aide logistique du service espaces verts de la Ville de Mèze, le groupe en formation a pu concevoir et réaliser un aménagement paysager méditerranéen.

Espaces verts : les Arlésiens s’inspirent à Mèze

L’équipe des espaces verts de la Ville d’Arles sont venus s’inspirer des aménagements de Mèze.

La gestion et l’aménagement des espaces verts de Mèze font de plus en plus figure de référence. Les agents du service des espaces verts de la Ville d’Arles sont venus, ce vendredi, à la rencontre de leurs homologues Mézois. Après avoir été accueillis à la pépinière Filippi, la délégation a été reçue par Thierry Doenlen pour une découverte de quatre exemples d’aménagements paysagers adaptés au climat méditerranéen : un espace clos, le parvis du Taurus, un axe routier, rue Ernest Massol, un espace en bord d’étang, le jardin Montet et un travail ornemental de quartier, jardin des Isis.

 

De l’ombre sur le parvis de l’école Jules Verne

Afin de créer de l’ombre sur le parvis de l’école Jules Verne, le service municipal des espaces verts a décidé de remplacer les oliviers par des Chitalpas. Cet arbre caduc offre une floraison abondante tout l’été et jusqu’aux gelées. Il a une croissance rapide et atteint jusqu’à 7 à 8 mètres de hauteur pour 3 à 4 mètres d’étalement.

Les oliviers remplacés seront immédiatement replantés au cimetière, chemin de l’escouladou et rue du parc.

 

Les platanes de l’esplanade élagués

Les 22 platanes de l’esplanade se font faire leur traditionnelle coupe hivernale. Deux entreprises mézoises, missionnées par la Ville de Mèze, procèdent à leur élagage et suppriment les branches gênantes ou abîmées. Cet entretien est nécessaire pour la santé des arbres, la sécurité de tous et favorise un feuillage dense en été.

Le bois, transformé en copeaux, est récupéré pour être répandu dans les espaces verts, massifs de fleurs ou d’arbustes et sur les parkings. Cette technique permet de limiter la pousse de mauvaises herbes, d’améliorer la structure des sols, de réduire les besoins en eau, de diminuer les maladies, le tout sans travail de la terre ni désherbage ou traitements.

Lycée de la mer : bataille navale contre la pollution plastique

Des élèves du lycée de la mer de Sète sont venus rencontrer le maire de Mèze dans le cadre de la réalisation d’un court métrage sur la pollution plastique des mers et des océans.

Les élèves de première 3 du lycée de la mer sont investis dans un très beau projet pédagogique. Avec leur professeur, Christophe Lalia, ils réalisent un court métrage sur un fléau qui touche tous les océans, les mers et les lagunes de la planète : la pollution plastique.
« Un problème plus insidieux qu’il n’y paraît », expliquent les jeunes réalisateurs. « Une fois dégradée en microparticules, de grandes quantités de matière plastique sont ingérées par les animaux, et, en bout de chaîne alimentaire, par les êtres humains qui ingurgitent chaque année, sans le savoir, l’équivalent d’une carte bancaire ! », alertent les lycéens.
Pour mener leur enquête, les élèves n’ont pas hésité à faire le déplacement de Sète à Mèze à la rame. Durant quatre jours, ils ont rencontré des professionnels des filières cultures marines, les responsables du l’usine de traitement des déchets conchylicoles, l’équipe du festival de Thau… Ils ont également été reçus par le maire de Mèze qu’ils ont interrogé sur les actions menées par les mairies ou l’agglo pour la protection du milieu marin.
Une fois réalisé, leur film servira de support de sensibilisation dans les établissements scolaires du bassin de Thau. Il sera ensuite présenté au festival du court métrage Lumexplor de la Ciotat.

Les paysans ont semé leur résistance à Mèze !

 

C’est à Mèze, du 7 au 9 novembre, que le réseau Semences Paysannes a choisi de se réunir pour son grand événement. Plusieurs centaines de personnes ont participé à la grande journée portes ouvertes dans le parc du château de Girard et la salle Jeanne Oulié. Le public a pu rencontrer les 220 paysans participants à travers un programme d’animations et de tables rondes dédié aux graines, à la diversité cultivée, à l’art de la greffe, aux produits et aux savoir-faire du monde entier.