Lutte biologique dans les vignobles de Mèze

Actuellement, une nouvelle méthode de lutte biologique, la confusion sexuelle, contre des parasites de la vigne est expérimentée sur 150 hectares de vignobles mézois.
Le principe de la technique est de perturber la phase de rapprochement des papillons mâles et femelles par émission de phéromones synthétiques en grande quantité. Ces phéromones reproduisent la substance naturelle émise par la femelle pour attirer le mâle. Dans l’atmosphère saturée en phéromone, les mâles sont incapables de localiser les femelles et les accouplements sont moins nombreux. Il en découle moins d’œufs, moins de chenilles et par conséquent moins de dégâts sur les raisins. La technique de la confusion sexuelle présente de nombreux avantages : absence de toxicité pour l’utilisateur (mais nécessite tout de même le port de gants durant la pose des diffuseurs), respect de la faune auxiliaire, absence de résidus sur les raisins et respect de l’environnement.

Didier Gomez, viticulteur, vice-président de la cave coopératives de Pomerols, Mèze, Castelnau-de-Guers et Thierry Baëza, adjoint à l’environnement de la Ville de Mèze présentent cette expérimentation dans ce reportage vidéo.

Les melons « Bio » de Mèze

melons_bio
Hugues Ricome, agriculteur Mèzois et Thierry Baëza, adjoint à l’environnement sur le champs de 30 hectares de melons Bio cultivés sur le domaine de Farlet.

Tout a commencé il y a 5 ans avec 8 hectares de melons cultivés en « Bio » sur les quelque 200 hectares que compte le domaine de Farlet, au Nord de Mèze. Depuis qu’il s’est engagé dans cette démarche, le cultivateur Hugues Ricome a étendu sa production à 30 hectares.
Bien sûr, qui dit Bio dit contraintes particulières. Comme l’explique l’agriculteur Mézois, « il ne suffit pas de claquer des doigts pour obtenir le label du jour au lendemain. D’abord, un champ doit être cultivé selon les critères du Bio durant trois ans avant de pouvoir obtenir la certification. Il est aussi nécessaire que toutes les terres voisines soient cultivées en Bio. C’est le cas sur le domaine de Farlet où l’on trouve des vignes et des céréales exclusivement Bio. De plus, afin que les parasites ne prolifèrent pas d’année en année sur une culture, il faut systématiquement alterner l’utilisation des parcelles entre melons et céréales. Enfin, tout apport d’engrais chimiques ou de pesticides est évidemment prohibé. Le sol est donc enrichi à l’aide d’engrais naturel. Tout le désherbage s’effectue à la main. Il faut donc accepter de travailler plus, avec plus de pertes dans la production. D’où un surcoût logique pour le consommateur. »
Mais la demande en Bio ne cesse de croître. Si les acheteurs sont avant tout motivés par les bénéfices en matière de santé, il faut souligner que l’agriculture Bio répond également aux préoccupations environnementales par l’élimination de produits chimiques. Un enjeu d’autant plus crucial sur le bassin versant de l’étang de Thau qu’il contribue directement à la préservation du milieu lagunaire.
Pour Thierry Baëza, adjoint à l’environnement, « la démarche d’Hugues Ricome n’est pas la seule mais elle a valeur d’exemple. Je rappelle que depuis plusieurs années, la Ville de Mèze encourage le développement de l’agriculture Bio sur son territoire par l’exonération de taxe foncière sur toutes les parcelles cultivées selon ce principe ».

Le restau municipal sert exclusivement de la viande française

Les éleveurs Français manifestent actuellement dans tout le pays pour la revalorisation des prix de leur production. Ils font face, notamment, aux tarifs très bas pratiqués sur des viandes d’importation issues d’élevages intensifs au détriment le plus souvent de la qualité.

Le service municipal de restauration collective sert exclusivement de la viande française
Le service municipal de restauration collective sert exclusivement de la viande française

A son échelle, le service de restauration municipale de Mèze participe au maintien de l’agriculture nationale. Toutes les viandes servies en restauration collectives par la cuisine du Taurus sont exclusivement issues d’animaux élevés et abattus en France par des éleveurs Français. Les viandes de bœuf, de porc et d’agneau proviennent d’un fournisseur Lozérien et les volailles sont achetées chez un éleveur de Lattes dans l’Hérault. 

Depuis 3 ans, l’exigence de l’origine française pour toutes les viandes servies par le restaurant municipal est inscrite dans le cahier des charges des marchés publics de la municipalité. Les produits livrés sont systématiquement contrôlés dans les camions.

Certes, le coût est un peu plus élevé que pour les produits d’importation. Mais cet effort de la Ville répond à une exigence forte en termes de qualité, d’autant que le restaurant municipal sert quasi exclusivement de la viande fraîche et régulièrement de la viande Bio. A titre indicatif, le service de restauration du Taurus sert plus de 10 tonnes de viande par an.

La journée des abeilles

apidays2
De gauche à droite, Christophe Morgo, conseiller départemental, Christian Pons, président de l’Abeille Héraultaise, Yves Piétrasanta, vice-président de la Région Languedoc-Roussillon délégué à l’environnement et Henry Fricou, maire de Mèze assistent à une démonsrtation d’extraction du miel.

La Ville de Mèze a accueilli, le 19 juin dans la salle Bondon, la journée Apidays organisée sous l’égide de l’Union Nationale de l’Apiculture Française en partenariat avec la Région Languedoc-Roussillon.

apidays1
Yves Piétrasanta et Henry Fricou en pleine dégustation de miel tout juste extrait des cadres de ruche…

Apidays est une manifestation qui participe, à l’échelle nationale, à la sensibilisation du grand public, et notamment des enfants, à l’importance des abeilles qui sont de véritables sentinelles de l’environnement. Ces insectes indispensables à la nature et à l’homme sont aujourd’hui gravement menacés par l’utilisation des produits chimiques toxiques dans l’agriculture moderne.

Au cours de la journée, des élèves des écoles de Mèze et des alentours ont pu assister à des animations sur les abeilles, à des démonstrations d’extraction de miel et surtout, déguster le miel délicieux produit sous leurs yeux.

 

300 bergers dans la garrigue

transhumance_etang

Un berger, un chien de berger, un troupeau de brebis, deux chèvres… et 300 amoureux de nature, familles, enfants, marcheurs, flâneurs venus retrouver le bonheur simple d’une promenade pastorale. La transhumance Mèze – Villeveyrac a connu un succès allant au-delà de toute espérance. Dans une ambiance sereine et champêtre, le cortège a escorté Michel Ibanez et son troupeau de « Tarasconnaises »  sur un parcours d’une dizaine de kilomètres à travers les garrigues de Villeveyrac, Loupian et Mèze.
Cette petite transhumance a été organisée à l’initiative de Thierry Baëza, adjoint à l’environnement de la Ville de Mèze. Henry Fricou, maire de Mèze, Christophe Morgo, maire de Villeveyrac et Alain Vidal, maire de Loupian sont venus sur le chemin pour saluer le berger et les participants qui attendent tous déjà la prochaine édition.

Découvrez la vidéo de la transhumance de Mèze

Visionnez l’album photo de la transhumance

berger

 

 

 

 

 

 

 

 

Fête du Crazy Primeur Beauvignac 2014

beauvignacLe vin primeur est un vin nouveau mis en vente à peine deux mois après les vendanges.

Depuis 13 ans, les Costières de Pomerols organisent une journée de dégustation des primeurs afin de permettre au grand public de venir goûter le nectar nouveau.

Samedi 18 octobre, deux vins primeurs vont être honorés : un blanc, assemblage de Vermentino et de Sauvignon, et un rosé de syrah.

Une mention particulière sera réservée à la sortie du Chardonnay, Cuvée Spéciale « Envie de Toi ».

Fêtons ensemble ces vins aux robes lumineuses et éclatantes, aux aromes fruités intenses, avec un zeste de vivacité. Et apprécions ce mélange d’harmonie et d’élégance propre à la famille des Vins de Beauvignac.

Des rencontres et des animations ponctueront cette journée festive et conviviale autour des primeurs de Beauvignac.

Au programme à Mèze :

De 9h à 19h Portes ouvertes au Caveau de Beauvignac.

17h30 Lancement officiel du « Crazy primeur 2014″ suivi d’une dégustation de cette cuvée dans ses deux couleurs : blanc et rosé, et du chardonnay cuvée spéciale « Envie de Toi ».

Un apéritif musical sera accompagné par l’orchestre Conjunto Jaleo : chacha, guarachas, boléro, guajira… ainsi que des compositions de Philippe Carmona, créateur  de cette formation qui  séduit depuis 1998 les danseurs et aficionados du répertoire traditionnal cubain.

510 moutons à Mèze

Depuis le 10 février, Michel Ibanez a amenémoutons un troupeau de 400 brebis et 110 agneaux pâturer sur des terrains communaux et privés situés entre les lieux-dits du Mas de Garric et de Rafègue.
Le berger et ses chiens veillent
sans relâche sur ce troupeau constitué en grande partie par des brebis de race « Rouge du Roussillon ».
Les moutons vont brouter 50 hec
tares en 1 mois. Le défrichement des parcelles de la commune sera donc assuré avant la saison des incendies.