Bassin de Thau : la désinfection des rues interdite par la préfecture

Plusieurs habitants de Mèze se sont interrogés sur la nécessité, pour la commune, de procéder à des campagnes de désinfection des rues, comme cela est effectué dans quelques villes de France. Compte tenu de la proximité de la lagune de Thau, la Ville de Mèze n’a pas voulu employer les produits chlorés utilisés pour éliminer les virus sans prendre en compte le risque de pollution pour le milieu naturel et l’impact pour la conchyliculture.

Une prudence confortée par la préfecture de l’Hérault qui a adressé un message à ce sujet aux maires du bassin de Thau :

« Certains d’entre-vous envisagent d’utiliser des produits détergents pour assainir leurs rues.
Outre l’effet inopérant sur la propagation du virus, cette diffusion serait de nature à polluer les sols et eaux d’un bassin versant fragile dont l’exutoire se dirige vers la production conchylicole destinée à la consommation humaine.
En conséquence, je vous remercie de ne pas prendre ce type d’initiative. »

Le sous-préfet du bassin de Thau

L’éclairage public modernisé pour des économies d’énergie

Le travail de modernisation de l’éclairage public mené par les services techniques de la Ville de Mèze continue. Les 38 ampoules des luminaires du boulevard du port, des chemins de l’Escouladou et du Romany bas, des rues Clair Soleil et du 8 mai 1945, ont été remplacées par de l’éclairage LED faible consommation. Ces travaux, dont le montant s’élève à 34360€, permettront une économie d’énergie de 2774 watts.

Depuis plusieurs années, la Ville remplace systématiquement les anciennes ampoules par de l’éclairage LED faible consommation. Les résultats de cet investissement sont particulièrement positifs puisque la consommation électrique a diminué de 25% entre 2013 et 2019 alors que dans la même période, le nombre de points lumineux installés sur le domaine public est passé de 2383 à 2610 en augmentation de près de 10%.

De plus, dans le cadre d’un contrat passé par la Ville avec Hérault Energie, toute l’électricité consommée par l’éclairage public provient des énergies renouvelables.

« Ici commence la lagune de Thau »

Jeudi 27 février, 120 élèves des écoles élémentaires Hélianthe, Clemenceau et Jules Verne ont eu l’honneur d’être les premiers à procéder à la pose d’une plaque « Ici commence la lagune de Thau », à côté de l’avaloir, dans la cour de l’école Hélianthe. Ce projet d’éducation à l’environnement a été initié par la Ville de Mèze et mis en œuvre par Sète agglopôle méditerranée. Les élèves ont pu s’investir dans la sensibilisation à la protection de la planète à travers un spectacle et une exposition.

De nombreuses plaques comme celle-ci seront installées très bientôt partout sur le territoire  de Thau par Sète agglopôle. La protection du milieu lagunaire est un enjeu environnemental majeur auquel chacun doit prendre part. Tout objet ou produit négligemment jeté dans un exutoire pluvial en ville finit inexorablement sa route dans l’étang de Thau.

Pluies et inondations du 22 au 23 octobre 2019 : calamité agricole reconnue

Le Comité national de gestion des risques en agriculture réuni le 29 janvier 2020 a reconnu le caractère de calamité agricole pour les dommages liés aux pluies et inondations du 22 au 23 octobre 2019.

Consultez l’arrêté ministériel du 24 février 2020 portant reconnaissance du caractère de calamité agricole aux dommages subis par les agriculteurs de l’Hérault.

Téléchargez le formulaire de demande d’indemnisation, les annexes ainsi que la notice sur le site de la préfecture de l’Hérault

Ce dossier est à déposer dans un délai de trente jours auprès de la préfecture de l’Hérault, soit avant le 3 avril 2020.

Températures élevées du 28 juin 2019 : calamité agricole reconnue

Le Comité national de gestion des risques en agriculture réuni le 29 janvier 2020 a reconnu le caractère de calamité agricole pour les dommages liés aux températures élevées du 28 juin 2019.

Consultez l’arrêté ministériel du 24 février 2020 portant reconnaissance du caractère de calamité agricole aux dommages subis par les agriculteurs de l’Hérault.

Téléchargez le formulaire de demande d’indemnisation, les annexes ainsi que la notice sur le site de la préfecture de l’Hérault

Ce dossier est à déposer dans un délai de trente jours auprès de la préfecture de l’Hérault, soit avant le 3 avril 2020.

Economies d’énergie : l’éclairage public passe au vert

Le travail de modernisation de l’éclairage public mené par les services techniques de la Ville de Mèze aboutit à des résultats particulièrement positifs.
L’analyse des consommations électriques de l’ensemble du réseau d’éclairage public pour l’année 2019 vient d’être réalisée.
Les enseignements sont édifiants.
La consommation électrique a diminué de 25 % entre 2013 et 2019 alors que dans la même période, le nombre de points lumineux installés sur le domaine public est passé de 2383 à 2610 en augmentation de près de 10%.
Cet heureux paradoxe est entièrement lié au fait que depuis plusieurs années, les anciennes ampoules sont systématiquement remplacées par de l’éclairage LED faible consommation.
De plus, dans le cadre d’un contrat passé par la Ville avec Hérault Energie, toute l’électricité consommée par l’éclairage public provient des énergies renouvelables.

Eclairage public : une consommation électrique en forte baisse malgré un nombre de points lumineux à la hausse.

Espace Info Energie

Mis en place par Sète agglopôle sur tout le territoire, l’Espace Info Energie porté par l’association GEFOSAT a pour objectif de conseiller et informer le grand public gratuitement et de manière objective sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables.

Les permanences ont lieu sur rendez-vous au 04.67.13.80.90 à Mèze : Mairie Annexe 2 – bureau n°3 – rue de la cave coopérative.

L’Espace Info Energie est également joignable par téléphone du lundi au vendredi de 9h à 13h au 04 67 123 80 94 et par courriel eie@gefosat.org .

Télécharger le planning des permanences de l’espace Info Energie

Frelon asiatique : les bonnes pratiques

Le frelon asiatique se révèle être un nuisible très invasif. Il ne connait pas de prédateurs. Il a de grands besoins protéinés et tous les autres insectes sont des proies pour lui. Ce frelon menace la chaine alimentaire autour de ses nids. Il est capable de détruire des ruchers d’abeilles domestiques en une seule saison et peut nuire fortement au travail des apiculteurs en ruinant leurs exploitations. Un nid peut contenir jusqu’à 3000 frelons. C’est pourquoi, il est important de les éliminer en faisant appel à une société certifiée afin de ne pas accélérer la propagation des nids.

A l’approche de l’hiver, tous les frelons abandonnent définitivement leur nid, seules les femelles fondatrices survivent. Elles hibernent dans la terre, les trous d’arbres ou les greniers… Ce sont elles qui construiront l’année suivante un nouveau nid, plus ou moins loin du nid d’origine. Dans tous les cas, l’ancien nid ne sera jamais de nouveau habité.

Le nid du frelon asiatique est plutôt sphérique et pouvant mesurer jusqu’à 1, 20 m de haut. Il est construit la plupart du temps en hauteur, à plus de 10 mètres d’altitude. Sa zone de prédilection : la cime des arbres. L’entrée du nid est latérale et il est constitué majoritairement d’écorces et de bois tendre. Comme beaucoup d’eau est nécessaire – à la fois pour la construction, puis pour nourrir les larves – le frelon asiatique s’installe toujours à proximité d’un point d’eau (fontaine, rivière…).

Que faire en cas d’observation d’un nid de frelons asiatiques ? Découvrez les bonnes pratiques

Campagne de régulation des goélands

goeland_toit_mathias_prat
Photo : Mathias Prat ©biotope

Lorsqu’ils sont trop nombreux en milieu urbain, les goélands provoquent des nuisances sonores, des salissures, des dégradations des toitures et développent même de comportements agressifs.
A Mèze, le nombre de goélands nichant en ville augmente d’année en année et les plaintes des habitants sont de plus en plus fréquentes.
Pour remédier à ce problème, la Ville de Mèze, comme le font déjà de nombreuses communes littorales, s’inscrit dans une démarche de régulation des goélands en s’appuyant sur l’expertise de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO).
Le goéland est une espèce protégée. Toute action de ce type est soumise à une autorisation du ministère de l’environnement (DDTM). C’est pourquoi la municipalité invite toute personne résidant en ville à signaler la présence d’un nid sur sa toiture. Les experts de la LPO assureront le suivi et le comptage des nids ainsi identifiés.

Ce qu’il faut savoir sur la régulation des goélands

goeland_oeufsLes campagnes de régulation reposent sur la stérilisation des œufs par aspersion d’un liquide approprié. Ces derniers doivent être laissés dans le nid afin de mettre les goélands en échec de reproduction. Si les œufs sont détruits ou ôtés, les oiseaux effectueront rapidement une nouvelle ponte. Il faut donc les inciter à couver des œufs stériles.
Cette opération délicate et dangereuse ne peut être réalisée que par des spécialistes.
La régulation ne porte que sur la limitation des problèmes liés à la nidification sur les habitations. Elle n’a aucune vocation à empêcher la présence des goélands en ville.

Quelques recommandations pour les particuliers

• Ne pas ôter les œufs des nids, ce qui entraînerait une nouvelle ponte.
• Ne pas détruire les nids, qui seraient rebâtis par le couple nicheur.
• Ne pas nourrir les oiseaux.
• Ne pas éliminer les goélands qui sont une espèce protégée.
• Faciliter l’accès des immeubles aux techniciens.
• Signaler la présence de nids à la mairie de Mèze.


Pour signaler la présence d’un nid de goéland, adressez un courrier en indiquant de façon précise sa localisation à :

Mairie de Mèze
Place Aristide Briand
34140 Mèze

Tél : 04 67 18 30 30
Email : secretariat.dgs@ville-meze.fr

Vous pouvez également remplir ce formulaire en ligne pour signaler la présence d’un nid de goéland sur votre habitation.

Signalement d'un nid de goéland sur la commune de Mèze

 

Verification

Eaux de Baignade : L’excellence pour Mèze en 2019

L’Agence Régionale de la Santé vient de publier son rapport annuel (en date du 6 janvier 2020) sur la qualité des eaux de baignade reposant sur les contrôles effectués durant la saison estivale 2019. A Mèze, les eaux de la Plagette et de la plage du Thalassa ont fait l’objet de 10 prélèvements réalisés à intervalles réguliers entre le 15 juin et le 4 septembre. Le bilan de cette série d’analyses révèle que les eaux de baignade des plages de Mèze sont qualifiées d’« excellentes » pour la saison 2019, comme elles le sont depuis 2016.

Différentes actions sont mises en œuvre toute l’année par la Ville de Mèze pour préserver la qualité du milieu marin ainsi que la sécurité sanitaire des baigneurs. Chaque été, la municipalité met en place un autocontrôle quotidien des eaux des plages et du port en complément de celui des services de l’Etat. D’importants travaux ont également été réalisés sur les réseaux pluviaux et d’assainissement de la commune afin d’éviter le déversement des effluents. Par ailleurs, les parkings de l’aire des Tonneliers et du château de Girard ont été équipés de décanteurs qui récupèrent eaux pluviales souillées par les huiles et les hydrocarbures. De plus, en 2019, Sète agglo a installé des vannes anti-pollution (ou martelières) sur des exutoires d’eaux pluviales du port au niveau du quai longeant la place des Tonneliers. Elles sont actionnées en cas de pollution du réseau. Le port principal répond d’ailleurs aux normes les plus strictes de gestion environnementale pour lesquelles il a de nouveau obtenu la certification AFNOR. 

Campagne d’effarouchement des étourneaux

Les platanes de la ville servent régulièrement de dortoir à des milliers d’étourneaux. Les déjections quotidiennes de ces animaux posent un réel problème de salubrité publique et ont suscité des plaintes de la part de nombreux habitants de Mèze.
Pour mettre un terme à cette nuisance, la Ville de Mèze procède actuellement  à une campagne d’effarouchement.
Des séquences de déflagrations sont effectuées, tour à tour, dans les quartiers hébergeant les oiseaux entre 17h30 et 20h30.

Découvrez la zone humide de la Conque

L’ Ardam organise une visite de la zone humide de la conque à Mèze – Samedi 1er février de 14h à 16h.

Rendez- vous :
Parking de la Conque
Promenade Sergent Jean-Louis Navarro

Contact :  Xavier Aloujes (Ardam) : inscription sur boite vocale obligatoire au 07.66.81.87.29 avant le 31 janvier

 

Au programme :

  • Présentation de la richesse du patrimoine naturel dans cette zone humide périurbaine, du site Natura 2000 Bassin de Thau
  • Présentation des actions de gestion menées sur le site
  • Explications sur l’importance des zones humides en termes de biodiversité.
  • Présentation de la politique foncière du conservatoire du littoral et des travaux de démolition réalisés et programmés dans le cadre de la restauration paysagère du site menés avec les partenaires de la gestion ;
  • Balade (2 km) et découverte de la faune et de la flore présentes sur le site.

Sapin de Noël : offrez-lui une seconde vie

Les sapins de Noël terminent souvent leur existence dans une poubelle, sur les trottoirs ou carrément en pleine nature.

Face à cette situation et pour faciliter la vie des habitants, le maire de Mèze, premier vice-président de Sète agglopôle méditerranée, a proposé aux services de l’agglo d’organiser cette année une grande opération de collecte des sapins sur les 14 communes du territoire. A Mèze, des points de collecte seront ainsi mis en place parking des Tonneliers, parking de la gendarmerie et à la déchetterie, du 6 au 20 janvier. Ils permettront aux particuliers de déposer leurs sapins naturels, sans flocage ni décoration, avec la garantie qu’ils seront ensuite 100 % recyclés.

Les sapins collectés seront en effet dirigés vers la filière de valorisation des déchets végétaux et, mélangés à d’autres essences, transformés en paillage, utile pour limiter l’évaporation et enrichir le sol, ou en compost, lequel est ensuite largement redistribué aux habitants, communes ou professionnels du territoire.

Les habitants qui participeront à cette opération bénéficieront en retour d’un sac de compost offert par l’agglopôle (1 sac de compost offert par foyer disponible à partir du mois d’avril).

170 arbres plantés au Sesquier

Après une phase d’études et de réflexion lancée il y a un an et demi, le projet de requalification et d’aménagement du site du Sesquier entre dans sa phase opérationnelle.
Première étape : une grande campagne de plantation d’arbres. Entre la fin 2019 et le début 2020, plus de 170 arbres prendront racines sur tout le pourtour du lac. Et beaucoup d’autres suivront.
Afin d’éviter une uniformité paysagère, ce sont près de 20 essences différentes, toutes adaptées au site et au climat méditerranéen, qui cohabiteront. L’ensemble créera une véritable mosaïque végétale qui accentuera considérablement le caractère bucolique du cadre, apportant ombre et fraîcheur en été. Mais surtout, cette grande variété d’essences est un élément fondamental de développement de la biodiversité sur cet espace.
Ces arbres sont plantés par les services municipaux des espaces verts et de la voirie. Ils sont aidés par une équipe de stagiaires qui réalisent actuellement un parcours d’insertion et de formation encadré par l’association Orea dans le cadre du programme « Qualif Pro » financé par la Région et des fonds européens.

Les essences et l’implantation des arbres sur le site du Sesquier