Les Mézois fêtent la place Monseigneur Hiral

Les habitants de Mèze portent à leur ville un attachement sincère et profond. Dans la soirée du 6 août, ils ont été très nombreux à se rassembler sur la place Monseigneur Hiral, tout nouvellement réaménagée, pour participer à une inauguration populaire, festive et fraternelle.

Avant de couper le ruban bleu blanc rouge, Henry Fricou a d’abord décrit le caractère de ces quartiers historiques de Mèze : « D’un pas rêveur, il est indispensable de déambuler à travers le dédale de rues ou ruelles étroites et ombragées qui irriguent le centre ancien de Mèze. Certaines débouchent sur de charmantes placettes. D’autres dévoilent une vue surprenante sur la lagune de Thau. » Le maire a souligné le sens des travaux engagés par la Ville, « Le centre ancien de Mèze est un site qu’il est impératif de préserver mais aussi et surtout de valoriser en veillant à conserver son authenticité. Ce quartier est dynamique grâce à la population qui y vit. Il n’est pas question de le transformer en sanctuaire, en musée ou en curiosité touristique.
Ici, ce sont les habitants qui donnent sa vie au quartier… Et ils le font bien !
J’espère sincèrement que vous toutes et vous tous, ici présents, appréciez à sa juste valeur le soin porté à la rénovation de cette place et surtout, à la préservation son aspect d’origine. »


Les aménagements de la place Monseigneur Hiral
Après d’importants travaux de rénovation des réseaux souterrains, une surface de 1200 m2 a été pavée de pierre de Poussan, de marbre de Caunes-Minervois et de lauze de Pompignan afin de redonner à la place Monseigneur Hiral un cachet digne de cet emplacement.
De plus, 16 places de stationnement ont été maintenues et un accès à la chapelle pour les personnes à mobilité réduite a été créé. Le parvis et les marches de l’édifice ont, quant à eux, été entièrement renouvelés. Enfin, les câbles électriques traversants qui parasitaient la qualité paysagère du site ont été enfouis.
Le coût de l’opération se monte à près de 300 000 €. Il a été financé à 100 % par la Ville de Mèze.


 

Inauguration des aménagements de la place Mgr Hiral

Les travaux de remise en valeur de la place Monseigneur Hiral viennent de s’achever. L’occasion de célébrer l’ensemble des aménagements réalisés au cours des dernières années pour embellir et revaloriser le centre ancien de Mèze.

Une soirée inaugurale conviviale et festive ouverte à tous
aura lieu le mardi 6 août 2019 à 19h sur la place Monseigneur Hiral.

La Ville de Mèze poursuit sans relâche son programme d’aménagement, de revalorisation et d’embellissement de tout le centre ancien. De nombreuses rues ont déjà bénéficié de ces travaux qui portent sur la rénovation des réseaux souterrains, la pose de revêtements en pierre et l’installation de l’éclairage public adapté au lieu.
Le dernier chantier en date portait sur un lieu emblématique du centre historique de Mèze : la rue Gambetta et la place Monseigneur Hiral, devant la chapelle des Pénitents.
Une surface de 1200 m2 a été pavée de pierre de Poussan, de marbre de Caunes-Minervois et de lauze de Pompignan donnant au lieu énormément de cachet.
De plus, 16 places de stationnement ont été maintenues, les arbres existants ont été conservés, un accès à la chapelle pour les personnes à mobilité réduite a été créé, le parvis et les marches de l’édifice ont été entièrement renouvelés et l’enfouissement des câbles électriques traversants effectué.
Le coût de l’opération se monte à 300 000 € TTC. Il a été financé à 100 % par la Ville de Mèze.

Le projet de piscine est enfin lancé !

Les Mézois auront bientôt leur piscine. Financée par l’agglo, la future piscine de Mèze devrait voir le jour avant 2025. Un premier pas important vient d’être franchi. Le conseil municipal a en effet voté la révision du Plan local d’urbanisme, étape obligatoire qui doit permettre l’implantation de ce nouvel équipement sur la zone du Sesquier, à proximité des stades, de la plaine de jeux, du skate-park et du centre de loisirs. Une parcelle de 0,5 hectares devra être rendu constructible pour permettre l’édification de ce nouvel équipement très attendu par la population. Les voies d’accès existantes seront utilisées pour desservir la future piscine et un parking drainant sera créé pour compléter l’offre de stationnement de ce site.

C’est donc un véritable pôle consacré aux sports et aux loisirs qui va voir le jour au nord du Sesquiers Dans le même temps, les 60 hectares d’espaces naturels qui bordent le lac vont profiter d’un effort intensif de végétalisation qui va permettre d’enrichir la biodiversité, de mettre en valeur des espèces adaptées à ce milieu humide et de maîtriser le risque d’inondation.

13 juillet : défilé et inauguration

Samedi soir, le traditionnel défilé du 13 juillet a été ponctué par l’inauguration officielle des aménagements réalisés sur l’avenue Général de Gaulle, la Place de Lattre de Tassigny et la place Baptiste Milhau.
La réalisation des trottoirs, des plateaux traversants pour la sécurité des piétons, des chaussées, des places de stationnement, l’installation du mobilier urbain et de l’éclairage public ne représentent que la partie émergée de l’iceberg.
Une part très importante de ce chantier est souterraine. Elle a, en effet, été consacrée à la création, par Sète agglopôle Méditerranée, de bassins de rétention des eaux pluviales de grande dimension sous les places Baptiste Milhau (100 m3) et de Lattre de Tassigny (130 m3), ainsi qu’à la réhabilitation de l’ensemble du réseau pluvial et des autres réseaux enfouis. Des problèmes récurrents d’inondations dans ces quartiers ont rendu cette intervention absolument indispensable.
Les places de stationnement sont, quant à elles, passées de 79 avant les travaux, à 85 plus 3 arrêts minute dans la nouvelle configuration.

Le montant global des opérations avoisine les 2 millions d’euros. La Ville de Mèze a financé ces aménagements à hauteur de 973 000 € ; Sète agglopôle Méditerranée a apporté un soutien de 827 000 € et Hérault Energie est intervenu pour 83 000 €.

Avant de reprendre la marche du défilé en direction du feu d’artifice tiré sur le port, Henry Fricou a conclu son discours inaugural en s’adressant au public venu en masse, « Les aménagements que nous inaugurons ce soir constituent une nouvelle étape du travail que nous menons pour rendre notre ville toujours plus belle et agréable. J’espère que vous apprécierez ces réalisations qui répondent à l’objectif qui guide chacun de nos pas : améliorer le quotidien des Mézoises et des Mézois. »

Eco-mobilité : participez au débat

Dans le cadre du festival de la mobilité porté par Sète agglopôle Méditerranée, la ville de Mèze ouvre une consultation publique en ligne sur les modes de transports intra muros.

Les thématiques sont les suivantes :

• Quelle place pour la voiture à Mèze (circulation, stationnement) ?

• Comment favoriser les modes de déplacements doux (piétons, cyclistes) ?

• Comment améliorer le fonctionnement des transports en commun à l’intérieur du périmètre mézois ?

N’hésitez pas à faire part de vos remarques et vos suggestions qui viendront enrichir la réflexion de la municipalité et de l’agglo pour développer l’éco-mobilité sur notre territoire.

Envoyez vos propositions par email à l’adresse suivante : contact@ville-meze.fr

Pour plus de renseignements sur le festival de l’éco-mobilité, cliquez ici >>>

 

Réhabilitation du Jardin de l’Etang et de l’aire de jeux

Un chantier lancé par la Ville de Mèze pour réaménager le Jardin de l’Etang et son aire de jeux pour enfants.

La Ville de Mèze vient de lancer le chantier de réaménagement du Jardin de l’Etang et de l’aire de jeux pour enfants. Afin d’ouvrir la vue paysagère sur la lagune de Thau, la butte située à proximité du Chemin de l’Etang sera abaissée. Le site sera agrémenté de massifs de fleurs, d’arbustes méditerranéens ainsi que d’une pelouse alternative adaptée au climat composée de lippia et de trèfle. L’aire de jeux sera quant à elle totalement rénovée.
La fin de ce chantier de mise en valeur des espaces verts de la ville est prévue pour la fin du mois de juin 2019.

Chapelle des Pénitents : à votre bon « chœur » la Région

Elle n’a pas brûlé, elle n’a pas de flèche majestueuse et pourtant, depuis près de 9 siècles, du haut du promontoire où elle a été bâtie, la chapelle de Pénitents de Mèze veille fièrement sur la lagune de Thau.
Malheureusement, son état est préoccupant et des travaux de préservation sont aujourd’hui indispensables.
Sous la houlette de sa présidente, Geneviève Rière, l’association des amis des Pénitents se bat depuis des années aux côtés de la Ville de Mèze pour que cet édifice emblématique du patrimoine historique et religieux d’Occitanie puisse être restauré.
Récemment, la chapelle a obtenu une très belle reconnaissance du loto du patrimoine à travers l’attribution d’une somme de 86 000 €. Il s’agit d’ailleurs du seul bâtiment patrimonial retenu dans l’Hérault au titre de l’opération initiée par Stéphane Bern. Avec les soutiens conjoints de la Ville de Mèze, de Sète agglopôle Méditerranée de la Fondation du Patrimoine et de dons de particuliers, 130 000 € ont pu être réunis pour lancer les travaux de restauration.
Mais cette somme ne représente que la moitié du budget nécessaire au sauvetage de la chapelle.
Admiratifs devant la générosité manifestée par la Région Occitanie à l’égard de Notre Dame de Paris (1,5 million d’euros), Geneviève Rière et Henry Fricou, maire de Mèze, se sont remis à espérer. Plusieurs demandes de soutien financier adressées à la présidente Carole Delga pour préserver ce fleuron du patrimoine régional sont restées lettres mortes. Mais aujourd’hui, le doute n’est plus permis quant à la volonté de la Région de voler au secours des bâtiments historiques en péril.
Certes, la chapelle des Pénitents de Mèze est petite. Certes, elle n’a pas encore inspiré de comédie musicale. Mais elle a le mérite d’être située sur les terres d’Occitanie où d’innombrables habitants et visiteurs lui vouent un attachement viscéral.

Le kiosque en travaux

Le plancher du kiosque de la Ville de Mèze est en cours de réfection. Il était devenu nécessaire, pour des raisons de sécurité, de le rénover. Une première partie des travaux a été menée par le service municipal des bâtiments. Les agents municipaux ont complétement démonté les 40 m² du vieux plancher et ont procédé au renforcement de la structure existante. Un menuisier pose actuellement les nouvelles planches. Il s’agit d’un plancher en pin traité, même bois que l’ancienne structure.
Inauguré en 1892, le kiosque était destiné à accueillir des concerts publics donnés par les sociétés musicales et les chorales. En 1992, lui fut attribué le Trophée  « Kiosque d’or ». Des concerts y sont toujours organisés, notamment chaque mercredi soir de l’été.

Henry Fricou accueille François Commeinhes pour une visite de chantiers

Henry Fricou accueille François Commeinhes pour une visite des chantiers soutenus financièrement par l’agglo.

Plusieurs chantiers d’aménagement sont actuellement menés par la Ville de Mèze pour embellir, valoriser, améliorer et sécuriser les places et avenues. Près de deux millions d’euros hors taxes sont consacrés à ces travaux d’envergure qui sont financés par la commune avec un important soutien de Sète agglopôle Méditerranée. A ce titre, Henry Fricou, maire de Mèze, a accueilli François Commeinhes, président de Sète agglopôle Méditerranée, pour une visite de chantiers.
Celui de l’avenue de Pézenas est pratiquement terminé. Il comprend la création de trottoirs, de places de stationnement, de réfection des abords, d’installation de l’éclairage public et de réalisation du réseau pluvial.
L’autre grand chantier est celui de l’avenue Général de Gaulle, de la place de-Lattres-de-Tassigny qui se poursuit actuellement par l’aménagement complet de la place Baptiste-Milhau où l’agglo vient de réaliser un important bassin de rétention pluviale. La suite du chantier porte sur le renouvellement des cheminements piétons et de la chaussée.
Pour l’ensemble de ces opérations, la Ville de Mèze a financé les travaux à hauteur de 973 000 €, Sète agglopôle Méditerranée 827 000 € et Hérault Energie 83 000 €.

Point travaux

Plusieurs chantiers d’aménagement menés par la Ville pour embellir, valoriser, améliorer et sécuriser les places et rues de Mèze sont en cours.

Un point sur les travaux en cours

Place de Lattre-de-Tassigny et rue des Adieux
Après un temps d’arrêt lié à la campagne de fouilles archéologiques préventives, le chantier de la place de Lattre-de-Tassigny, devant le collège, arrive à son terme. Une phase importante a été consacrée à la réalisation d’un bassin enterré de rétention pluviale. Cet aménagement comprend les espaces piétonniers, le stationnement, le mobilier urbain. Dans le même temps, les trottoirs menant vers l’entrée du collège sur la rue des Adieux ont été réalisés.


Place Baptise Milhau
Le réaménagement de cette place est lancé. La première phase est consacrée aux réseaux souterrains. A partir du lundi 11 mars, la circulation sera interdite sur cet axe dans le sens rond-point de la Marianne – collège.

 

 

 

 

Place Monseigneur-Hiral – rue Gambetta
Les travaux portent sur la revalorisation et l’embellissement de ce lieu emblématique du cœur historique de Mèze situé au pied de la chapelle des Pénitents. Le chantier a débuté par la rénovation de l’ensemble des réseaux souterrain et se poursuivra par la pose de revêtement en pierre sur la place ainsi que sur une partie de la rue Gambetta. Cet aménagement sera achevé à la fin du mois de juin.

 

Avenue de Pézenas
Ce chantier comprenant la création de trottoirs, de places de stationnement et la réfection des abords du carrefour Adrien Bernard jusqu’au rond-point de Magne est pratiquement terminé.

Les pins Place Baptiste Milhau coupés et remplacés

Dans le cadre de la réhabilitation de la place Baptiste Milhau et pour des raisons de sécurité sur la voie publique, les pins qui longent les trottoirs de l’avenue vont être abattus. Supprimer des arbres est une décision qui se prend toujours à contre-cœur mais s’avère parfois indispensable. Ces pins posent d’importants problèmes de sécurité. Les racines soulèvent les enrobés et rendent les trottoirs, complètement déformés, dangereux pour les piétons. Couper seulement les racines aurait, par ailleurs, fragilisé les arbres. Ils auraient fini par mourir, se déchausser et tomber sur la voie publique. Pour ces raisons, et pour sécuriser ce passage très fréquenté, la Ville de Mèze, en accord avec le responsable du service municipal des espaces verts, a fait le choix de couper ces pins. Ils seront remplacés par de nouveaux arbres d’essences locales, et adaptés à l’environnement urbain. Les travaux d’abattage auront lieu du 4 au 6 février 2019.

Les fouilles ont ouvert leurs portes

Samedi 15 décembre le service archéologie préventive de l’agglo recevait le public pour une journée portes ouvertes des fouilles archéologiques place Lattre de Tassigny. Ce chantier fait suite au diagnostic archéologique prescrit par la DRAC en préalable aux travaux d’aménagements de bassins de rétentions d’eau. Lors de ce diagnostic plusieurs fosses, silos et fossés ont été découverts, ainsi qu’un potentiel puits, attribué dans un premier temps au Moyen-Age et à l’Antiquité.

François Commeinhes, président de Sète agglopôle Méditerranée archipel de Thau et maire de Sète entouré d’Henry Fricou, 1er vice président de la SAMATH et maire de Mèze et d’Alain Vidal, vice-président de la SAMATH et maire de Loupian

L’opération réalisée par le service archéologie préventive de Sète agglopôle Méditerranée a commencé le 8 novembre, sous la direction de l’archéologue Delphine Lopez. La fouille a ainsi permis d’affiner la nature des vestiges présents. Ils témoignent de la présence d’une aire d’ensilage. Il s’agit d’un espace destiné au stockage des récoltes principalement céréalières. Une vingtaine de silos sont conservés. Ils sont attribués au Haut Moyen Age. Des prélèvements de sédiments dans les silos permettront de déterminer le type de céréales stockées, l’environnement paysager et écologique de ce secteur (études paléo environnementales, carpologie…) et d’affiner les datations grâce à des analyses au carbone 14. Deux fossés, un foyer et des niveaux de sols attestent également d’une occupation pour cette période. Enfin, une voie attribuée au XVIIIe siècle a été identifiée et les vestiges d’un bâtiment ancien est encore à l’étude. Les investigations, en cours, devraient permettre de documenter et mieux comprendre cette occupation jusque-là inconnue sur Mèze. Près de 70 personnes ont participé à cette journée portes ouvertes.