300 crottes ramassées chaque jour !

On mesure souvent la propreté d’une ville à la quantité de crottes de chiens qui jonchent ses espaces publics.

Or, la présence de déjections canines sur les places et les trottoirs ne révèlent qu’une chose : le nombre de propriétaires de chiens indélicats qui abandonnent l’objet du délit à l’endroit où il a été déposé par leur animal de compagnie.

Ces actes d’incivisme sont d’autant moins excusables que la municipalité a installé 23 distributeurs de sacs « Toutounet » répartis dans tout le centre urbain. Chaque année, pas moins de 220 000 sacs y sont distribués. Un chiffre qui laisserait volontiers croire que chaque chien de Mèze peut être fier de son maître… Hélas, la réalité est moins reluisante. Pas moins de 300 déjections canines, en moyenne, sont ramassées quotidiennement par les 6 balayeurs et les deux balayeuses motorisées du service de propreté urbaine de la Ville. Sur une année, cela représente 110 000 crottes abandonnées pour un poids dépassant les quinze tonnes ! Un constat d’autant plus décourageant pour les agents municipaux, qu’aussitôt nettoyés, les espaces publics sont systématiquement soumis à un nouveau « carpet bombing ».

Quels que soient les moyens employés, quelle que soit l’énergie déployée par les agents municipaux, ce combat sans fin ne se gagnera pas sans un minimum de respect des règles les plus élémentaires.

La nouvelle brigade civique est maintenant chargée d’infliger des amendes aux propriétaires de chiens sans scrupules. Ramasser une pêche, c’est bien mieux que de prendre une prune…

Création d’une brigade civique

Les habitants de Mèze expriment régulièrement leur agacement face au fléau que représentent les multiples incivilités qui polluent leur quotidien, dégradent leur qualité de vie et coûtent excessivement cher à la collectivité. Crottes de chiens, vandalismes en tout genre, détritus abandonnés sur l’espace public, nuisances sonores… font malheureusement toujours partie du paysage.

Pourtant, un constat s’impose, les campagnes de sensibilisation et d’incitation au civisme ne suffisent pas. La municipalité a donc décidé de prendre le taureau par les cornes. Dorénavant, ce que la prévention et l’éducation ne parviennent pas à enrayer sera combattu par une surveillance accrue et par la répression chaque fois que nécessaire. Pour atteindre cet objectif, la Ville de Mèze a mis en place une équipe d’agents de surveillance de la voie publique qui se verra confier une mission spécifique de brigade civique. Sous l’autorité de la police municipale, cette brigade patrouillera dans les rues de Mèze, constatera les incivilités et procèdera directement à la verbalisation des contrevenants. Des contrevenants qui s’exposent à une amende pouvant aller de 35 à 450€.

Eaux de baignade : encore l’excellence pour Mèze !

L’Agence Régionale de la Santé vient de publier son rapport annuel sur la qualité des eaux de baignade reposant sur les contrôles effectués durant la saison estivale 2017.
A Mèze, les eaux de la Plagette et de la plage du Thalassa ont fait l’objet de 14 prélèvements réalisés à intervalles réguliers entre le 26 mai et le 6 septembre. Le bilan de cette série d’analyses révèle que les eaux de baignade des plages de Mèze sont qualifiées d’« excellentes » pour la saison 2017, comme elles l’ont déjà été en 2016.
« Ces très bons résultats récompensent les efforts réalisés par la Ville de Mèze pour préserver la qualité du milieu marin ainsi que la sécurité sanitaire des baigneurs. » se réjouit le maire de Mèze.
« Depuis plus de dix ans, la municipalité a mis en place un autocontrôle quotidien des eaux des plages et du port durant tout l’été qui vient en complément de celui des services de l’Etat. D’importants travaux ont été réalisés sur les réseaux pluviaux et d’assainissement de la commune afin d’éviter le déversement des effluents. Le port principal répond aux normes les plus strictes de gestion environnementale pour lesquelles il a de nouveau obtenu la certification AFNOR. De plus, les parkings de l’aire des Tonneliers et du château de Girard ont été équipés de décanteurs qui récupèrent eaux pluviales souillées par les huiles et les hydrocarbures. Un travail de sensibilisation est également effectué auprès du public afin de limiter les déversements dans la lagune. » Précise Henry Fricou qui se veut toutefois prudent pour l’avenir : « S’il est extrêmement encourageant, ce résultat n’en est pas pour autant acquis. Les efforts doivent se poursuivre et la vigilance reste de mise. »

Film sur les obligations de débroussaillement

L’entente pour la forêt méditerranéenne, avec le soutien de la délégation à la protection de la forêt méditerranéenne et de la DREAL de PACA a réalisé un film de promotion et d’explications sur les obligations légales de débroussaillement. Il s’appuie sur des paroles d’experts et d’autorités œuvrant pour la prévention et la lutte contre les incendies de forêts.

Un restaurant mézois qui peut sauver des vies

Les commerçants peuvent participer à la densification du réseau local de défibrillateurs en s’équipant de ce type de matériel qui permet à tout un chacun d’intervenir dans les meilleurs délais pour porter assistance à une personne victime d’un malaise cardiaque avant l’arrivée des secours.
C’est justement ce que vient de faire le restaurant L’Abri Côtier, situé quai Descournut, qui a investi dans un défibrillateur accessible à tous en cas de nécessité.
Actuellement, la Ville de Mèze dispose de 8 défibrillateurs répartis dans des lieux accueillant fréquemment du public. Les gymnases Gérard Rigal et Bernard Jeu, le dojo, le stade du Sesquier, le poste et le véhicule de la police municipale, l’EHPAD Le Clos du Moulin, la capitainerie en sont équipés. L’été, 2 défibrillateurs supplémentaires sont disponibles dans les postes de secours des plages.
Les commerces qui ont la possibilité de s’équiper contribueront à multiplier les points défibrillateurs accessibles et, pourquoi pas, à sauver des vies.

Une réunion publique pour prévenir les risques majeurs

Mardi 13 février à 18h salle de la république

Le Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) a été réalisé spécialement pour informer et  sensibiliser la population à l’éventualité de ces risques au niveau communal : inondations, feux de forêt ou encore submersions. Que faire, comment réagir, comment s’informer en cas de catastrophe naturelle ou technologique ? Ce guide simple, concis et pratique permet de se préparer à affronter une situation de crise et d’y répondre par des moyens humains et matériels adaptés aux circonstances. Le  DICRIM  est  issu  du  Dossier  Départemental  de  Risques  Majeurs  (DDRM)  réalisé  et  diffusé  par  la  préfecture  de l’Hérault. Il a pour but d’informer les habitants de la commune sur les risques naturels et technologiques susceptibles de pouvoir se produire sur le territoire communal mais aussi sur les mesures de prévention et de protection mises en œuvre ainsi que sur les moyens d’alerte en cas de risque.

Le pilleur de tombe démasqué

Depuis quelques mois, de multiples vols de fleurs ou d’objets personnels destinés à décorer les tombes de défunts disparaissaient.

Alertée de ces vols par les familles des disparus, la police municipale a pu lever le voile sur ces mystérieuses disparitions. L’individu qui avait pris la fâcheuse habitude de se servir sur les tombes a été identifié. Une partie des objets dérobés a pu être restituée.

Les familles ont porté plainte auprès de la gendarmerie qui est désormais en charge de l’affaire.

Les forces de sécurité à l’honneur

De gauche à droite : Patrick Olombel, Conseiller municipal délégué à la sécurité, Wilfrid Mack, Chef de poste de la police municipale, Régis Claudet, lieutenant de gendarmerie, et Henry Fricou, Maire de Mèze

Vendredi 26 janvier, le maire, Henry Fricou, a présenté ses meilleurs vœux pour l’année 2018 aux forces de sécurité.

Le premier magistrat a remercié chaleureusement les équipes de polices municipale, nationale et rurale, gendarmerie, sapeur-pompiers et SNSM pour le travail accompli au quotidien auprès des Mézoises et des Mézois.

Ce moment convivial était également l’occasion de remercier tous les partenaires de la police municipale et notamment les entreprises qui soutiennent l’activité « Prévention routière » au sein des écoles de la commune.

Un hommage particulier a été rendu au lieutenant Régis Claudet qui commande la brigade de gendarmerie de Mèze. Promu au grade de capitaine, il quittera prochainement la commune dans le cadre d’une mutation professionnelle.

L’Etat augmente le montant des PV de stationnement en zone bleue

Par décision de l’état, le montant des PV en cas d’infraction sur les zones bleues passe de 17 à 35€ depuis le 1er janvier 2018.

Depuis plusieurs années, le centre-ville de Mèze est pourvu de stationnement gratuit en zone bleue. Les automobilistes peuvent y stationner une heure et demi, à condition d’utiliser le disque bleu réglementaire.

 

« Il s’agit d’une décision de l’Etat dans la réglementation générale du code de la route qui s’applique à l’échelle nationale. La commune de Mèze ne décide en aucun cas du montant de cette amende. Seules les villes disposant d’un stationnement payant peuvent choisir le montant d’un « forfait post-stationnement » précise Patrick Olombel, conseiller municipal délégué à la sécurité et au domaine public.

Sainte Geneviève célébrée par les gendarmes

De gauche à droite, le chef d’escadron de la compagnie de gendarmerie de Pézenas, Richard Van Cauwenberghe, Henry Fricou, maire de Mèze et le colonel de gendarmerie Jean-Valéry Lettremann, commandant adjoint d’Occitanie.

Dans la gendarmerie, tous les gendarmes prient… leur sainte patronne. Cette année, la compagnie de gendarmerie de Pézenas, dont dépend la brigade de Mèze, a choisi la cité du Bœuf pour la traditionnelle célébration, en grande pompe, de la Sainte Geneviève. Plus d’une centaine d’officiers, et de personnels militaires, accompagnés d’élus locaux ont d’abord suivi la messe donnée en leur honneur à l’église Saint-Hilaire.
Un vin d’honneur a été servi à l’invitation de la Ville de Mèze en présence du maire, Henry Fricou, du colonel de gendarmerie Jean-Valéry Lettremann, commandant adjoint d’Occitanie, du chef d’escadron de la compagnie de gendarmerie de Pézenas, Richard Van Cauwenberghe et du lieutenant Régis Claudet commandant de la brigade de gendarmerie de Mèze.
A cette occasion, le maire de Mèze s’est exprimé auprès des forces de gendarmerie en ces termes : « Je tiens tout particulièrement à vous faire part de notre reconnaissance pour le travail que vous effectuez chaque année, à nos côtés, pour assurer la sécurité lors des grandes manifestations festives mézoises. Dans le contexte actuel, nous savons que le maintien de nos fêtes traditionnelles et populaires est conditionné par votre présence forte et l’autorité qu’elle représente. Et bien sûr, je n’oublie pas de mentionner votre rôle prépondérant dans la lutte contre la délinquance, petite ou grande, dont encore trop de citoyens sont victimes. » Pour conclure, le premier magistrat de la ville s’est réjoui de la collaboration étroite et fructueuse qui existe entre la brigade de gendarmerie et la police municipale de Mèze qu’il a tenu à associer à cet hommage.

L’esplanade sous vidéo-protection

La mise en place du système de vidéo-protection a montré toute son efficacité, tant au niveau de la dissuasion que de l’identification. C’est pourquoi, 2 nouvelles caméras viennent d’être installées sur l’esplanade. Les vidéos sont enregistrées et visionnées, en cas de méfait, par la police municipale de Mèze.

La ville compte à présent 34 caméras de vidéo-protection réparties sur l’ensemble de la commune. Les premières ont été installées en 2011. Depuis, deux faits sur trois constatés ont été élucidés grâce à ces caméras très performantes. L’effet dissuasif de ce dispositif se fait ressentir de façon très positive sur les statistiques de délinquance de la cité.

Il ne s’agit pas de surveiller la population mais d’utiliser la vidéo-protection uniquement en cas de faits avérés, les enregistrements étant conservés durant deux semaines . Les caméras filment uniquement le domaine public.

Sur réquisition d’un Officier de Police Judiciaire, les enregistrements peuvent être extraits dans le cadre d’une procédure judiciaire et par les personnes habilitées par le préfet à cet effet.

Des défibrillateurs pour sauver des vies

Chaque année 40 000 Français meurent prématurément d’un arrêt cardiaque, dont 13 % dans un lieu public. L’arrêt cardiaque se traduit par une perte de connaissance et un arrêt de la respiration. Le rythme cardiaque est perturbé.

Didier Aspa, conseiller municipal délégué au SDIS, explique : « pour faire repartir le cœur, et ainsi permettre de sauver une vie, il est impératif d’agir le plus rapidement possible, les premières minutes étant essentielles ».

C’est pourquoi, la Ville de Mèze dispose de 8* défibrillateurs répartis dans des lieux accueillant fréquemment du public. Les gymnases Gérard Rigal et Bernard Jeu, le dojo, le stade du Sesquier, le poste et le véhicule de la police municipale, l’EHPAD  Le clos du moulin, la capitainerie en sont équipés. Ils sont destinés à être utilisés par le grand public, sans formation spécifique, pour effectuer des réanimations cardio-pulmonaires. Les agents municipaux en fonction au sein de ces structures ont néanmoins pu suivre une formation à l’utilisation de cet appareil portable, dispensée par les pompiers de Mèze.

Le défibrillateur automatisé externe (DAE) fonctionne au moyen d’une batterie dont le rôle est d’analyser l’activité du cœur d’une personne en arrêt cardio-respiratoire. Cette analyse est entièrement automatique, ce qui évite à l’opérateur toute prise de décision. Seuls des chocs externes sont possibles, c’est-à-dire que les électrodes sont placées sur la peau du patient. Si elle détecte un rythme choquable, la machine indique s’il faut délivrer un choc électrique, ou défibrillation. Les réglages de l’appareil sont verrouillés, les seules actions possibles sont l’allumer, l’éteindre et délivrer le choc si l’appareil le demande.

Depuis mai 2007, toute personne, même non médecin, est autorisée à utiliser un défibrillateur automatique externe.

Comment l’utiliser ?

  • Ouvrez la housse du défibrillateur, sortez-le et allumez-le : une voix électronique vous donne les instructions à suivre. Elle vous explique d’abord comment placer les électrodes sur la peau nue de la victime : l’une doit se situer sous l’aisselle gauche, l’autre sur la poitrine côté droit.
  • L’appareil fait lui-même le diagnostic et demande de délivrer le choc si c’est nécessaire.
  • Le défibrillateur va alors vérifier si le cœur est reparti et vous donnera les instructions à suivre.

*La Ville de Mèze compte 2 défibrillateurs supplémentaires l’été dans les postes de secours des plages.

La police municipale a du flair !

Une affaire de stupéfiants vient d’être élucidée grâce au flair des agents municipaux de la Ville de Mèze. Le 19 octobre, en fin d’après-midi, un agent de surveillance de la voie publique a senti, depuis la rue, une forte odeur de cannabis qui se dégageait d’une habitation située dans le centre-ville. Avertie par cet agent, une patrouille de policiers municipaux a pu immédiatement constater et confirmer les faits avant d’alerter la gendarmerie qui est intervenue et a saisi plusieurs plans de cannabis.

Respectez la signalisation du code de la route !

Afin de rendre moins dangereuses les intersections, de nouveaux panneaux de signalisation de cédez-le-passage ont été installés récemment chemin de l’Escouladou. Ils indiquent l’obligation pour un conducteur de céder le passage à l’intersection aux usagers de l’autre route sans avoir à marquer obligatoirement l’arrêt.

Rappelons que le code de la route s’applique aussi aux cyclistes qui doivent, au même titre que les automobilistes, respecter la signalisation du code de la route. Des comportements très dangereux sont trop souvent constatés.

Il est utile de rappeler que les contrevenants s’exposent à une contravention de 90€ assortie d’un retrait de 4 points de permis.

Les sauveteurs en mer à l’honneur

La Société Nationale de Sauvetage en Mer célèbre cette année son 50e anniversaire. C’est pourquoi, la Ville de Mèze a tenu à rendre hommage à l’équipe de la station de Mèze en la choisissant comme invitée d’honneur de cette 210ème fête de Mèze.

Dans son discours, le maire Henry Fricou a rappelé  « qu’à Mèze, nous sommes tous particulièrement reconnaissants envers notre équipe locale qui effectue, tout au long de l’année, un travail extraordinaire pour venir en aide aux embarcations en détresse sur lagune de Thau » et a également « saluer en eux de fidèles partenaires de la Ville de Mèze, toujours présents à nos côtés lors des grands événements officiels et festifs, pour les opérations nettoyage dans le port ou encore pour les opérations de balisage. Votre implication pour la vie locale est en tout point exemplaire. »

A la fin de la cérémonie, un trophée réalisé spécialement pour l’occasion en l’honneur de la SNSM et de la station du bassin de Thau a été remis à cette équipe si attachante, solidaire et conviviale.