Passation de commandement à la gendarmerie de Mèze

De gauche à droite : l’adjudant-chef Arnaud Guyot, le maire de Mèze Henry Fricou, le major Jean-Claude Spinelli et le chef d’escadron Mickaël Dubreuil.

C’est désormais le major Jean-Claude Spinelli qui remplace officiellement le capitaine Régis Claudet à la tête de la brigade de gendarmerie de Mèze.
La passation de commandement s’est effectuée au cours d’une cérémonie militaire le 5 novembre, au château de Girard, en présence des gendarmes de Mèze et de Pézenas, de la police municipale, d’Henry Fricou, maire de Mèze et de Patrick Olombel, adjoint à la sécurité.
A cette occasion, le chef d’escadron Mickaël Dubreuil, commandant la gendarmerie départementale de Pézenas, a remis le commandement de la brigade territoriale autonome de Mèze au major Jean-Claude Spinelli.

Contournement routier de Mèze : il est urgent d’agir !

Le contournement routier de Mèze est un vieux dossier sur lequel la ville de Mèze interpelle régulièrement le Département de l’Hérault, collectivité en charge des aménagements sur la RD 613. 
Ce fut encore le cas, il y a quelques semaines, quand la fermeture de l’A9 a provoqué de grosses perturbations sur la traversée de la ville.

Le sujet à de nouveau fait l’objet d’un débat et d’une mise au point du maire de Mèze lors de la séance du conseil municipal qui s’est tenue le 17 octobre.

Aujourd’hui, le Conseil départemental prétend que « l’urbanisation non maîtrisée de la ville oblige à passer par Loupian » et que les difficultés viennent de là. Il indique en outre que « le maire de Loupian est opposé au projet de tracé qui passerait en partie sur sa commune ». 

  • Est-il vrai que l’urbanisation de Mèze empêche la réalisation d’un contournement ?

Faux !
Le Plan Local d’Urbanisme de la ville intègre le tracé de contournement proposé et approuvé par le Département. La Zac des Costes, en limite avec le tracé de la future déviation, a, elle aussi, été réalisée avec l’avis favorable du Département. Rien dans le développement urbain de la commune (réalisé ou à venir) ne fait obstacle à l’aménagement du contournement routier du centre-ville. Un travail a été engagé par le Département de l’Hérault dès 2014 sur le futur chantier de la déviation. Plusieurs réunions ont eu lieu à Montpellier auxquelles a participé l’adjoint à l’urbanisme de la Ville de Mèze. Des études d’impacts ont également été menées par le Conseil départemental, signe que le dossier était sur les rails. A l’époque l’urbanisation sur cette zone était absolument identique à la situation actuelle. Et pourtant, le Conseil départemental ne parlait pas d’urbanisation non maîtrisée. 

  • Est-il vrai que le maire de Loupian s’oppose au passage de la déviation sur sa commune ?

Faux !
Le maire de Loupian a réaffirmé, par courrier au maire de Mèze, qu’il n’était pas hostile au passage du contournement sur le territoire de sa commune, rappelant au passage qu’il avait même proposé un tracé au Département de l’Hérault.

Pour des raisons qui ne sont pas clairement exprimées, ce travail préparatoire s’est brusquement arrêté il y a deux ans. Le Conseil départemental semble ne plus vouloir donner suite à ce projet pourtant majeur pour les habitants de Mèze. 

En conseil municipal, Henry Fricou a donc réaffirmer avec force sa demande au Conseil départemental de reprendre les études sur la déviation de Mèze et d’inscrire son financement dans son budget.

Pourquoi la réalisation du contournement de Mèze est-elle urgente ?

Le contournement de Mèze est un dossier urgent à plusieurs titres : lutter contre la pollution au cœur des quartiers habités et les problèmes sanitaires qu’elle engendre, assurer la sécurité des riverains et des usagers de la RD613, fluidifier le trafic, réduire les nuisances sonores, valoriser une artère majeure de la ville et vitaliser son commerce.

La pollution
Une étude a été menée par Air Languedoc-Roussillon en 2013 et 2014, à Mèze, sur la RD613. Elle a apporté la preuve scientifique du lien entre la densité de la circulation, et notamment du transport routier, et la pollution de l’air observée le long de cet axe. Cette campagne de mesure met en évidence la nécessité absolue, pour des raisons sanitaires, d’éloigner le trafic des camions des zones à forte concentration de population. Seule la réalisation du contournement de Mèze permettrait de préserver la population de Mèze des problèmes sanitaires liés à la circulation continue des poids-lourds.

Une traversée dangereuse
La traversée de Mèze par des centaines de poids-lourds et convois exceptionnels représente un danger réel. Des drames ont déjà eu lieu. Une simple défaillance technique sur un véhicule pourrait avoir des conséquences désastreuses, surtout s’il transporte des matières dangereuses.

Un axe saturé
Le trafic sur la RD613 peut atteindre le chiffre impressionnant de 26.000 véhicules par jour, avec un taux très important de poids-lourds. Un tel trafic provoque de nombreux ralentissements, notamment en période estivale, et perturbe la circulation des véhicules de transports en commun.

Une nuisance sonore permanente
Compte tenu de la quantité de poids-lourds qui empruntent cet axe, les riverains sont soumis en permanence à un volume sonore important qui nuit à la qualité de vie.

Un obstacle à la revalorisation du quartier
Les contraintes liées au passage des véhicules lourds et en particulier des convois exceptionnels empêchent la réalisation d’aménagements d’embellissement du quartier. Le transfert d’un trafic de transit sur un nouvel axe de contournement permettrait de rendre toute son attractivité à la traversée de Mèze et d’engager sa revalorisation, à l’image de ce qui a été fait sur l’avenue du général de Gaulle. Ce dont pourraient profiter les habitants, les commerçants qui bordent cet axe et l’ensemble de la population mézoise.

Le préfet interdit l’écobuage jusqu’au 15 octobre

De nombreux feux ont ravagé les terres mézoises la semaine dernière. Afin d’éviter de nouvelles catastrophes, le préfet de l’Hérault a décidé de prolonger, jusqu’au 15 octobre 2018, la période d’interdiction de l’emploi du feu pour bruler les végétations sèches. Le non-respect de l’interdiction de l’emploi du feu expose son auteur à des poursuites pénales. Tout contrevenant encourt jusqu’à 150 000€ d’amende.

Nouvel incendie à Mèze

Un nouvel incendie s’est déclaré en début d’après-midi, ce mercredi 3 octobre, dans le secteur du Mas Haut et de Montplaisir (à l’ouest de Montmèze).
Un important dispositif de pompiers et quatre Canadair étaient rapidement mobilisés, ce qui a permis de maîtriser rapidement le feu.  Plusieurs hectares de garrigues ont été brûlés. Certains habitants ont été évacués préventivement mais, fort heureusement, aucune habitation n’a été touchée. L’origine de cet incendie n’est pas connue pour l’instant.

Incendie route de Villeveyrac


Un feu de broussailles s’est déclenché peu avant 16h ce mardi 2 octobre, à Mèze à proximité du rond-point des Quatre Chemins et du chemin du Ceinturon. Compte tenu de la forte tramontane, cet incendie proche des quartiers habités a suscité de vives inquiétudes mais les pompiers ont très rapidement contrôlé la situation. Aucune habitation n’a été touchée. Non loin de là, les responsables de la crèche Claude Bastide, de l’école Calandreta et de l’EHPAD l’Écrin des Sages ont été informés de la situation afin de veiller à la sécurité des enfants et des résidents. Aucun danger n’a menacé ces établissements dans lesquels Aïssa Doulat, adjoint aux affaires scolaires de la Ville de Mèze s’est rendu immédiatement afin de prendre la mesure de la situation.
Ce feu s’est étendu sur environ 3 hectares et a léché quelques jardins. Il aurait pour origine un écobuage illicite effectué par un particulier.
Pas moins de 20 véhicules et une soixantaine de sapeurs-pompiers ont été mobilisés sur cet incendie.

La Ville protège ses écoliers

La sécurité des élèves dans les écoles publiques et la protection des établissements scolaires de Mèze viennent de franchir un nouveau palier.
Dans le cadre du Plan Particulier de Mise en Sûreté (PPMS) établi au plan national, la Ville de Mèze a installé des dispositifs de sécurité dans toutes les écoles publiques de Mèze.
Depuis le 26 septembre, de nouveaux systèmes d’alarme ont ainsi été activés dans les écoles Jules Verne, Clemenceau, Hélianthe et Coty. Chaque établissement dispose désormais de deux protections distinctes.
Tout d’abord, une alarme sécurité enfants, utilisée aux heures d’ouverture des écoles. Celle-ci est déclenchée manuellement en cas de situation de crise de type alerte naturelle, technologique ou de situations d’urgence particulières comme les intrusions de personnes étrangères à l’établissement scolaire ou les menaces d’attentat… Le système fait retentir une sirène dans l’école et prévient automatiquement la police municipale ainsi que l’adjoint au maire d’astreinte.
Henry Fricou, maire de Mèze et Aïssa Doulat, adjoint aux affaires scolaires, ont décidé d’aller plus loin que ce dispositif réglementaire en installant conjointement, dans ces mêmes établissements, des systèmes d’alarme contre le vol et les intrusions. Ces détecteurs de présence sont programmés pour s’activer automatiquement les soirs, les week-ends, les jours fériés et durant les vacances. Ils contribueront désormais à la prévention contre les vols et dégradations comme certaines écoles de Mèze en ont déjà subi.
Le coût global de ces installations s’élève à 22 000 euros. La Ville de Mèze a reçu une subvention de l’Etat d’un montant de 18 000 euros.
L’ensemble des personnels travaillant dans les établissements scolaires publics de Mèze ont reçu une formation complète sur l’utilisation de ces dispositifs.

La circulation cet été

>>Consultez les interdictions temporaires de circulation et de stationnement

Le préfet impose aux villes de prendre des mesures particulières pour assurer la sécurité du public durant les principaux événements festifs. C’est pourquoi, plusieurs rues, notamment autour du port principal, seront fermées durant l’été.

Le dispositif sera mis en place du 2 juillet au 7 septembre.

  • la rue Paulin Arnaud est fermée à la circulation à l’intersection avec le quai Descournut de manière permanente jusqu’à la fin du mois d’août.
  • l’accès au boulevard du port depuis le quai Descournut sera fermé à la circulation lors des différentes manifestations festives. Il sera obligatoire d’emprunter la rue Peytal puis la rue des Salins.

Le plan de circulation pour l’été :

 

Du VTT en toute sécurité pour les élèves mézois

Vendredi 22 juin, dans le cadre du programme de sensibilisation à la sécurité en vélo, trois moniteurs « prévention routière » de la police municipale ont organisé la finale du parcours VTT pour les élèves de CM2 sur le parking du stade du Sesquier.

Cette année, 110 enfants des écoles mézoises Jules Verne et Clemenceau, se sont élancés sur un parcours d’habileté avec différents obstacles, slalom, freinage, tremplin…pour tenter de faire le meilleur chrono et de remporter de nombreux lots offerts par les partenaires de l’opération*. Manon de l’école Clemenceau et Greg de l’école Jules Verne, ont été les grands gagnants des 2 VTT.

Cet événement a clos un cycle d’interventions des agents de la police municipale dans les classes pour l’obtention du permis cycliste à partir du CM1. Dès le CP tous les élèves mézois sont déjà sensibilisés à la sécurité routière grâce à  l’enseignement régulier des règles de circulation piétonne pendant 3 ans jusqu’à l’obtention du « permis piéton » en CE2.

*JPA, 2 MAD matériel médical, le camping Beau rivage, Gaby Création, le garage Delvaux, M+ matériaux et le conseil départemental ont participé à la dotation en lots.

Un nouveau semi-rigide pour les sauveteurs en mer

Lundi 7 mai, la Société Nautique de Sauvetage en Mer du bassin de Thau a inauguré la mise en service d’un nouvel équipement : un semi-rigide SNS717 tout neuf et particulièrement performant. Henry Fricou, maire de Mèze a profité de l’occasion « pour dire à quel point nous sommes tous, pêcheurs, conchyliculteurs ou simples plaisanciers, particulièrement reconnaissants envers notre équipe de sauveteurs qui effectue, tout au long de l’année, un travail extraordinaire pour venir en aide aux embarcations en détresse sur lagune de Thau ». Il a également tenu à remercier tous les sauveteurs en tant que « fidèles partenaires de la Ville de Mèze, toujours présents à nos côtés lors des grands événements officiels et festifs, pour les opérations nettoyage dans le port ou encore pour les opérations de balisage. Votre implication pour la vie locale est en tout point exemplaire ».

La nouvelle vedette, débarquera quant à elle, dans le port du Taurus, en septembre 2018.

 

300 crottes ramassées chaque jour !

On mesure souvent la propreté d’une ville à la quantité de crottes de chiens qui jonchent ses espaces publics.

Or, la présence de déjections canines sur les places et les trottoirs ne révèlent qu’une chose : le nombre de propriétaires de chiens indélicats qui abandonnent l’objet du délit à l’endroit où il a été déposé par leur animal de compagnie.

Ces actes d’incivisme sont d’autant moins excusables que la municipalité a installé 23 distributeurs de sacs « Toutounet » répartis dans tout le centre urbain. Chaque année, pas moins de 220 000 sacs y sont distribués. Un chiffre qui laisserait volontiers croire que chaque chien de Mèze peut être fier de son maître… Hélas, la réalité est moins reluisante. Pas moins de 300 déjections canines, en moyenne, sont ramassées quotidiennement par les 6 balayeurs et les deux balayeuses motorisées du service de propreté urbaine de la Ville. Sur une année, cela représente 110 000 crottes abandonnées pour un poids dépassant les quinze tonnes ! Un constat d’autant plus décourageant pour les agents municipaux, qu’aussitôt nettoyés, les espaces publics sont systématiquement soumis à un nouveau « carpet bombing ».

Quels que soient les moyens employés, quelle que soit l’énergie déployée par les agents municipaux, ce combat sans fin ne se gagnera pas sans un minimum de respect des règles les plus élémentaires.

La nouvelle brigade civique est maintenant chargée d’infliger des amendes aux propriétaires de chiens sans scrupules. Ramasser une pêche, c’est bien mieux que de prendre une prune…

Création d’une brigade civique

Les habitants de Mèze expriment régulièrement leur agacement face au fléau que représentent les multiples incivilités qui polluent leur quotidien, dégradent leur qualité de vie et coûtent excessivement cher à la collectivité. Crottes de chiens, vandalismes en tout genre, détritus abandonnés sur l’espace public, nuisances sonores… font malheureusement toujours partie du paysage.

Pourtant, un constat s’impose, les campagnes de sensibilisation et d’incitation au civisme ne suffisent pas. La municipalité a donc décidé de prendre le taureau par les cornes. Dorénavant, ce que la prévention et l’éducation ne parviennent pas à enrayer sera combattu par une surveillance accrue et par la répression chaque fois que nécessaire. Pour atteindre cet objectif, la Ville de Mèze a mis en place une équipe d’agents de surveillance de la voie publique qui se verra confier une mission spécifique de brigade civique. Sous l’autorité de la police municipale, cette brigade patrouillera dans les rues de Mèze, constatera les incivilités et procèdera directement à la verbalisation des contrevenants. Des contrevenants qui s’exposent à une amende pouvant aller de 35 à 450€.

Eaux de baignade : encore l’excellence pour Mèze !

L’Agence Régionale de la Santé vient de publier son rapport annuel sur la qualité des eaux de baignade reposant sur les contrôles effectués durant la saison estivale 2017.
A Mèze, les eaux de la Plagette et de la plage du Thalassa ont fait l’objet de 14 prélèvements réalisés à intervalles réguliers entre le 26 mai et le 6 septembre. Le bilan de cette série d’analyses révèle que les eaux de baignade des plages de Mèze sont qualifiées d’« excellentes » pour la saison 2017, comme elles l’ont déjà été en 2016.
« Ces très bons résultats récompensent les efforts réalisés par la Ville de Mèze pour préserver la qualité du milieu marin ainsi que la sécurité sanitaire des baigneurs. » se réjouit le maire de Mèze.
« Depuis plus de dix ans, la municipalité a mis en place un autocontrôle quotidien des eaux des plages et du port durant tout l’été qui vient en complément de celui des services de l’Etat. D’importants travaux ont été réalisés sur les réseaux pluviaux et d’assainissement de la commune afin d’éviter le déversement des effluents. Le port principal répond aux normes les plus strictes de gestion environnementale pour lesquelles il a de nouveau obtenu la certification AFNOR. De plus, les parkings de l’aire des Tonneliers et du château de Girard ont été équipés de décanteurs qui récupèrent eaux pluviales souillées par les huiles et les hydrocarbures. Un travail de sensibilisation est également effectué auprès du public afin de limiter les déversements dans la lagune. » Précise Henry Fricou qui se veut toutefois prudent pour l’avenir : « S’il est extrêmement encourageant, ce résultat n’en est pas pour autant acquis. Les efforts doivent se poursuivre et la vigilance reste de mise. »

Film sur les obligations de débroussaillement

L’entente pour la forêt méditerranéenne, avec le soutien de la délégation à la protection de la forêt méditerranéenne et de la DREAL de PACA a réalisé un film de promotion et d’explications sur les obligations légales de débroussaillement. Il s’appuie sur des paroles d’experts et d’autorités œuvrant pour la prévention et la lutte contre les incendies de forêts.

Un restaurant mézois qui peut sauver des vies

Les commerçants peuvent participer à la densification du réseau local de défibrillateurs en s’équipant de ce type de matériel qui permet à tout un chacun d’intervenir dans les meilleurs délais pour porter assistance à une personne victime d’un malaise cardiaque avant l’arrivée des secours.
C’est justement ce que vient de faire le restaurant L’Abri Côtier, situé quai Descournut, qui a investi dans un défibrillateur accessible à tous en cas de nécessité.
Actuellement, la Ville de Mèze dispose de 8 défibrillateurs répartis dans des lieux accueillant fréquemment du public. Les gymnases Gérard Rigal et Bernard Jeu, le dojo, le stade du Sesquier, le poste et le véhicule de la police municipale, l’EHPAD Le Clos du Moulin, la capitainerie en sont équipés. L’été, 2 défibrillateurs supplémentaires sont disponibles dans les postes de secours des plages.
Les commerces qui ont la possibilité de s’équiper contribueront à multiplier les points défibrillateurs accessibles et, pourquoi pas, à sauver des vies.

Une réunion publique pour prévenir les risques majeurs

Mardi 13 février à 18h salle de la république

Le Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) a été réalisé spécialement pour informer et  sensibiliser la population à l’éventualité de ces risques au niveau communal : inondations, feux de forêt ou encore submersions. Que faire, comment réagir, comment s’informer en cas de catastrophe naturelle ou technologique ? Ce guide simple, concis et pratique permet de se préparer à affronter une situation de crise et d’y répondre par des moyens humains et matériels adaptés aux circonstances. Le  DICRIM  est  issu  du  Dossier  Départemental  de  Risques  Majeurs  (DDRM)  réalisé  et  diffusé  par  la  préfecture  de l’Hérault. Il a pour but d’informer les habitants de la commune sur les risques naturels et technologiques susceptibles de pouvoir se produire sur le territoire communal mais aussi sur les mesures de prévention et de protection mises en œuvre ainsi que sur les moyens d’alerte en cas de risque.