Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue Pont Groslard


Cadastrée en 1900 sous l’appellation d’« Impasse Groslard », cette voie nouvellement créée avait la forme d’un pont dans sa partie basse. Au XIXème siècle, le haut de la rue actuelle n’était encore que des jardins.

Il y avait la résidence de la famille Groslard.

En 1908, la municipalité la rebaptise en « rue Pont Groslard ».


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue Obscure


Cadastrée après 1900, cette voie nouvellement créée, était dans un premier temps un passage entre deux chais de tonneliers. Cette rue particulière, formée en angle droit, n’avait pas d’éclairage, d’où son nom « obscure ».

Par la suite, on modifie cette impasse en donnant un accès par la « rue des Salins » (élargie) et la « rue Paulin Arnaud (plus étroite) donnant sur le Port.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue de la Liberté


Cadastrée en 1900, cette rue se nommait « rue du Cloître », du latin « claustra » signifiant « lieu clos ».

L’église Saint-Hilaire, où des moines y résidaient, fut organisée en prieuré au XVIème siècle.

En 1908, la municipalité rebaptise cette voie de communication « rue de la Liberté ».


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue Paul Enteric


Cadastrée en 1900, cette voie nouvellement créée porte le nom de « rue de la Glacière ». Dans cet espace, il y avait un local qui servait à conserver la neige et la glace de l’hiver pour rafraîchir l’été.

En 1932, la municipalité Poujade change cette appellation en « rue Paul Entéric ».  Paul Entéric fut Maire de Mèze de 1901 à 1904 et de 1912 à 1921 avec « Délégation Spéciale ».


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue Paul Doumer


Cadastrée en 1900, cette voie nouvelle se nommait « rue Nationale ». On pouvait y trouver au n°21 dès 1894, une fabrique de matériaux de construction « les Etablissements Desplats et fils » qui s’étendait sur le pâté de maison, traversait d’une rue à l’autre (voir photo). Ces matériaux de construction servaient aux particuliers comme à la ville (construction de l’école Jules Ferry, de l’école Louise Michel, des Halles, de la nouvelle Mairie, de l’abattoir de la ville).

Dans les années 50, les fils d’Edouard Desplats, Georges et Fernand lui succèdent et reprennent l’entreprise. Les Etablissements Desplats déménagent alors « Place Villebois – Mareuil », l’actuelle « Place Baptiste Milhau ». Ils créent l’entrepôt de vente de matériaux de construction « Jordan Matériaux », « Mèze matériaux », puis, « Chausson Matériaux » avant que ceux-ci aillent à la Zone Artisanale de Mèze.

En 1932, la municipalité Poujade rebaptise cette voie « Paul Doumer ».

Joseph Athanase Doumer, dit Paul Doumer, homme d’Etat français, a été Président de la République en 1931 et assassiné en 1932.

Les ETS DESPLATS, rue Nationale (rue Paul Doumer aujourd’hui)

Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue de la Tuilerie


Cadastrée en 1900, cette voie nouvelle se nommait « rue Neuve de la Tuilerie ».

Une fabrique de tuiles se trouvait non loin, au n°18.

De l’occitan « teula » signifiant « tuile ».

En 1930, la municipalité Poujade l’a rebaptisée « rue de la Tuilerie ».


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue de la Parée


Cadastrée en 1900, cette voie nouvelle est une ouverture de la ville vers l’étang. Elle se nommait « rue de la Laparet ».
De l’occitan « paret » signifiant « mur du fond », une ouverture sur l’espace maritime et au-delà la Méditerranée.
D’abord changée en « Laparee », c’est en 1946 que la municipalité Bessede l’a nommé définitivement en « Rue de la Parée », en occitan « Carrèra de la Paret ».


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue Voltaire


Cadastrée en 1900, cette voie qui n’existait pas auparavant, se façonne avec le développement du nouveau quartier jouxtant l’école Louise Michel, qui deviendra l’école Georges Clemenceau. Cette rue fut nommée « rue Saint Eustache ».

En 1908, ce lieu portera ensuite le nom du philosophe des Lumières « Voltaire », de son vrai nom François-Marie Arouet.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue Paul Delbes


Cadastrée en 1900, cette voie est une création de la municipalité non loin de la Caserne d’Ypres. Celle-ci prendra le nom d’un enfant de la ville : Paul Delbes, qui était tonnelier, ancien combattant 1914-1918 et a été victime des gaz moutarde.

Hugues Thomas nous livre ses connaissances sur la rue Paul Delbès

Paul Delbes né en 1883. Il est le dernier d’une fratrie de quatre enfants Léon, Aurélie, Emilie et Paul. Ils sont natifs des alentours de Cransac près de Decazeville en Aveyron. Les ainés Léon et Aurélie travailleront toute leur vie à la mine respectivement comme maitre porion et trieuse.

Emilie en service à Rodez fait la connaissance d’Etienne Serveille un Mézois qui fait son service militaire là-bas. Ils se marient, vivent à Mèze et ont quatre enfants: Jean, Yvonne, Edmond et Raymonde ma mère qui épousera Aimé Thomas, professeur de Mathématiques.

Paul fervent militant communiste vit souvent à Mèze auprès de sa sœur Emilie. Célibataire, toujours gentil, il vit de petits travaux et vend « L’Humanité » même le dimanche sur le parvis de l’église. En 1930 à la mort de sa sœur, il s’installe à Paris.

A Paris, dès 1940 il fait partie des Francs-Tireurs et des partisans résistants.

En 1944, il n’échappe pas à la Gestapo, s’ensuivent le train de la mort puis le four crématoire à Dachau; Sa compagne elle finira au four crématoire de Ravensbrück.

« Toutes ces indications sur Paul Delbès sont le fait de souvenirs assez précis, racontés par ma mère Raymonde Thomas sur cet oncle qu’elle aimait beaucoup et qui s’est manifesté une dernière fois en invitant à Paris mon père, ma mère et moi-même à l’exposition universelle de 1937,  j’avais alors 4 ans », confie Hugues Thomas.

Qui a pensé à donner son nom à une rue de Mèze ?

Il s’agit de Marcel Combarnous militant CGT, premier adjoint du maire Georges Jean (1971-1977). Hugues Thomas alors second adjoint ne révèlera sa parenté avec Paul Delbès qu’une fois la dénomination de la rue acceptée par le conseil municipal.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la place Aristide Briand


Déjà cadastrée en 1768, sous le nom de « place Royale » puis « Impériale d’armes », cette place prend, en 1900, l’appellation de « place de la Mairie ».

Comme le bâtiment du premier édile de la Ville, la place de la mairie a été réalisée ensuite dans les fossés des remparts de Mèze.

En 1908, celle-ci sera rebaptisée « Place Aristide Briand ».
Aristide Briand qui a été député sous la 3ème République et Ministre de l’Instruction Publique.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue Raspail


Cette voie a été cadastrée sur le Compoix de 1768.

On appelait la grande maison à l’angle de la rue Gambetta « La Tour », c’était la Maison du Viguier jadis.

En 1900, la municipalité nomme cette rue « rue Saint Charles ».

Trois ans après la séparation de l’église et de l’état, en 1908, la rue fut alors rebaptisée « rue Raspail ».

François-Vincent Raspail, originaire du Var, chimiste, botaniste et homme politique français du XIXème siècle. Il participe aux gouvernements de la 2ème et  3ème République. Libre penseur et franc-maçon, il créé une eau de vie avec plusieurs associés appelée « l’élixir Raspail », liqueur de dessert où l’on trouve des zestes d’oranges outre l’alcool.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue Méril Poujade


Cadastrée sur le Compoix de 1768, cette voie se nommait « Ancien chemin de Montpellier » (accès par Loupian).

En 1900, la municipalité a rebaptisé cet espace « Rue des Moulins » car des moulins s’y trouvaient auparavant.

La municipalité Piétrasanta donnera le nom de « Méril Poujade » à cette rue en 1987.

Méril Poujade fut le Maire de Mèze de 1925 à 1941, créateur du Foyer des Campagne, du Service d’Incendie et de Secours. La caserne des Sapeurs-Pompiers était à l’emplacement de l’école de musique, elle y restera jusqu’en 1987.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue des Ecoles


Cadastrée sur le Compoix de 1768, cette voie se nommait « rue des Aiguillons ».

Depuis les temps anciens, Mèze est une presqu’île qui s’aménage au fil du temps. De l’Etang de Thau vers le nord, au fur et à mesure que les terres s’assèchent, l’accès à la ville s’effectue par « le Sesquier » et la « rue des Aiguillons » jusqu’à 1780 avec la création de la « voie Royale 87 » qui deviendra la « RD 613 » d’aujourd’hui.

En 1881, l’école Jules Ferry a ouvert, avec les garçons d’un côté du bâtiment et les filles de l’autre côté.

En 1900, la municipalité va rebaptiser ce lieu « rue des Ecoles ».


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue des Trois Pigeons


Cadastrée dans le Compoix de 1768, cette voie portait le nom de « Jousort », probablement des familles qui devaient y résider.

En 1930, la municipalité Poujade baptise cette rue courbe « rue des Trois Pigeons ».

Dans cette rue, il y avait des tavernes et autres auberges. L’une d’elle,  avait, un jour de marché, accueilli des marchands venus de Marseille en querelle avec l’illustre Molière lors de ses pérégrinations en Languedoc de 1656 à 1657. C’était l’Auberge du Saint Esprit. D’ailleurs, non loin de là, une rue porte le nom de l’illustre comédien.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici


 

Découvrez l’origine des noms des rues de Mèze

Aujourd’hui : la rue Villaret Joyeuse


Cadastrée sur le Compoix de 1768, cette voie portait le nom de « Sainte Croix ».

En 1908, la municipalité a rebaptisé cette rue d’un célèbre personnage « Villaret de Joyeuse ».

Louis Thomas Villaret de Joyeuse, célèbre amiral, commandant de la 12ème région militaire, promu par le Bailli de Suffren, s’illustre dans la guerre d’Indépendance des Etats-Unis. Sur la route des Indes, il sert brillamment la Marine Royale, comme celle de la République ou l’Empire. S’il est en procès en 1792 et perd sa particule, l’Empire le fera Comte en 1804. Louis Thomas fera carrière outre dans le navale, mais sera également député des Cinq-Cents et gouverneur général de Venise.


Retrouvez toute la rubrique consacrée à l’origine des noms des lieux, des rues, des places ou des lieux-dits de la commune : >>Noms d’ici