Le chai de Girard en chantier

Le chai du Château de Girard est actuellement en pleine rénovation dans le cadre d’un chantier d’implication porté par la Mission Locale d’Insertion. Cette salle de 200 m² sert chaque année à l’organisation d’expositions, de concerts et de spectacles. Pour des raisons esthétiques et acoustiques les murs du chai sont partiellement recouverts de cloisons placoplâtres.

Depuis le début de l’année, 15 à 20 jeunes travaillent sur ce chantier encadré par un responsable technique, en collaboration avec les services techniques de la Ville pour la mise en place des raccordements électriques.

Ces travaux de remise en valeur du lieu permettront d’accueillir le public dans de meilleures conditions lors des événements qui y sont organisés. La fin du chantier est programmée pour mars 2018.

Le montant de ces travaux s’élève à 6 000 euros financés par la Ville de Mèze avec le soutien de Sète Agglopôle Méditerranée.

Avenue Général de Gaulle : avancement des travaux

Aménagement du réseau pluvial de l’avenue Général de Gaulle.

Depuis le mois de janvier, le ballet des tractopelles et des camions a investi l’avenue du Général de Gaulle pour un chantier d’envergure devenu indispensable dans ce quartier fréquemment touché par des problèmes d’évacuation des eaux pluviales.
La première tranche des travaux en cours concerne le tronçon allant de la rue des Ecoles jusqu’à la rue Nunez Patego et englobant la place de Lattre de Tassigny devant le collège.
Actuellement, plusieurs entreprises, ainsi que les services techniques de la Ville de Mèze, sont à l’œuvre. La réalisation du nouveau réseau d’évacuation des eaux pluviales sous l’avenue ainsi que la création d’un bassin de rétention sous la place de Lattre de Tassigny constituent la part la plus importante du chantier. Cette partie de l’aménagement est entièrement financée par Sète Agglopôle Méditerranée, collectivité compétente en matière de collecte, de stockage et de traitement des eaux pluviales.
Parallèlement, les réseaux électriques et téléphoniques sont enfouis.
De leur côté, les agents municipaux travaillent sur le renouvellement des canalisations d’eau potable.
Au terme de cette première tranche, seront réalisés les aménagements de voirie comprenant le revêtement de la chaussée avec un plateau surélevé pour sécuriser la voie e circulation ainsi que la création de cheminements piétons accessibles aux personnes à mobilité réduite et l’installation de l’éclairage public. L’achèvement des travaux est prévu pour le printemps 2018.
Le montant global de ce chantier s’élève à 1 500 000 € avec une participation de la SAM à hauteur de 50%.
Un second chantier du même type portera ensuite sur le tronçon entre le collège et le rond-point de la Marianne.
Enfin, la troisième tranche concernera l’aménagement de cet axe, de la rue Nunez Patego à la Poste.

Découvrez les 3 tranches du projet d’aménagement de l’avenue Général de Gaulle et de la place Baptiste Milhau

Cliquez sur l’image pour zoomer

Cliquez sur l’image pour zoomer

Cliquez sur l’image pour zoomer

Le plein de watt !


Le 2 février, Hérault Energies et Sète Agglopôle ont organisé une démonstration de la borne de charge publique pour véhicules électriques dont la commune de Mèze a récemment été équipée.
Cette borne est située dans le parking du château, à proximité de l’entrée rue Victor Hugo. Elle est désormais opérationnelle.
La présentation a été effectuée en présence de Christian Cammal, directeur général d’Hérault Energies, Francis Veaute, vice-président de Sète Agglopôle délégué au développement durable, ainsi que de plusieurs représentants de la Ville de Mèze, Daniel Rodriguez, Mireille Lourdou, Nathalie Cabrol, William Alric et Marcella Romand.
Installées par le Syndicat Hérault Energies, chargé du déploiement des bornes sur le département et financées par Sète Agglopôle, Hérault Energies et l’ADEME, ces stations permettent à 2 voitures en simultané de recharger leur batterie à 80 % de leurs capacités en moins de 1h30 avec la borne accélérée.

D’ici quelques mois, le territoire de l’agglomération sera équipé de 19 bornes réparties sur l’ensemble des communes.

En favorisant la mobilité électrique, Sète Agglopôle et les municipalités concrétisent leur engagement en faveur du développement durable et de la réduction des émissions de gaz à effet de serre mais apportent également un service aux citoyens et aux touristes qui seront bientôt nombreux à posséder un véhicule électrique.
A travers cette initiative, la Ville de Mèze se projette dans l’avenir puisque d’ici 2020, le gouvernement prévoit de faire circuler 2 millions de voitures électriques et hybrides rechargeables.
Avec le déploiement d’une centaine de bornes sur le département, l’objectif du syndicat Hérault Energies est de faire du véhicule électrique un élément central de la mobilité de demain. Pour y parvenir, le syndicat participe à une démarche collective innovante : un réseau régional baptisé Révéo.

Ce réseau comptabilisera à terme 900 bornes pour la région Occitanie. Actuellement, sur l’Hérault, une trentaine de bornes sont opérationnelles.

Pratique

2 façons d’utiliser Révéo

  • L’abonné est muni d’un « pass » qui lui permet de badger sur la borne et de se charger. Il paie par prélèvement mensuel.
  • L’utilisateur occasionnel utilise l’application Révéo sur son smartphone. Il paie à chaque session de charge.

 En savoir plus…

Sur www.reveocharge.com, l’usager peut connaitre l’emplacement et la disponibilité de la borne la plus proche. Cette application permet également à l’utilisateur de gérer son compte en ligne.

Tarifs de la borne accélérée
Le coût de recharge est de 1.50 € pour les abonnées (abonnement à 12€ / an) et de 3 € pour les non abonnés jusqu’à la première heure de charge. Au-delà, le tarif est décompté à la minute (1,50 € / heure, soit 0.025 € la minute, abonné ou pas). Ce tarif est identique pour l’ensemble de la région Occitanie.

Info travaux – circulation – stationnement

Les travaux de réaménagement d’une partie de l’avenue Général de Gaulle continuent. Cette première tranche des travaux concerne le tronçon allant de la rue des Ecoles jusqu’à Domus Médica ainsi que la place De Lattre de Tassigny. Elle porte sur la réalisation complète de l’évacuation des eaux pluviales, sur l’enfouissement des réseaux électriques et sur l’installation de l’éclairage public.

Du mercredi 30 janvier au mardi 6 février, ces travaux vont occasionner de nouvelles perturbations.

La circulation est interdite avenue du Général de Gaulle, depuis l’entrée du parking «Intermarché» jusqu’à la rue des écoles, du mercredi 31 janvier 2018, 7h30 au jeudi 1er février 2018, 19h.

La circulation est interdite avenue du Général de Gaulle, depuis l’entrée du parking «Intermarché» jusqu’à l’intersection de la rue de l’hospice, du lundi 5 février 2018, 7h30 au mardi 6 février 2018, 19h.

Le stationnement est interdit sur l’ensemble du parking place de Lattre de Tassigny, du mercredi 31 janvier 2018, 7h30 au jeudi 1er février 2018, 19h et du lundi 5 février 2018, 7h30 au mardi 6 février 2018, 19h.

Le député réunit les maires du littoral

Jean-François Eliaou, député de l’Hérault, Henry Fricou, maire de Mèze, Eliane Rosay, maire de Bouzigues, Jacques Adgé, maire de Poussan, Alain Vidal, maire de Loupian ainsi que François Commeinhes, président de la SAM et Yves Michel, en sa qualité de président du Syndicat Mixte du Bassin de Thau, rassemblés à Mèze pour plancher sur la Loi Littoral.

Application et contraintes de la Loi Littoral, mise en œuvre du plan de prévention du risque inondation, tels ont été les thèmes abordés, le 19 janvier, au centre municipal le Taurus, à Mèze, lors d’une rencontre organisée à la demande de Jean-François Eliaou, député de la 4e circonscription de l’Hérault.
Cette réunion a été initiée dans le cadre de la mission d’information sur la gestion des événements climatiques majeurs dans les zones littorales de l’hexagone et des Outre-mer portée par l’Assemblée Nationale.
Henry Fricou, maire de Mèze, Eliane Rosay, maire de Bouzigues, Jacques Adgé, maire de Poussan, Alain Vidal, maire de Loupian ainsi que François Commeinhes, président de la SAM et Yves Michel, en sa qualité de président du Syndicat Mixte du Bassin de Thau, ont participé à cette séance de travail sur la vision d’un projet de territoire qui intègre la préservation du littoral comme enjeu majeur du développement à venir.

Travaux avenue du Général De Gaulle


Les travaux de réaménagement d’une partie de l’avenue Général de Gaulle commenceront mi-janvier. La première tranche des travaux concernera le tronçon allant de la rue des Ecoles jusqu’à Domus Médica ainsi que la place De Lattre de Tassigny. Elle portera sur la réalisation complète de l’évacuation des eaux pluviales, sur l’enfouissement des réseaux électriques et sur l’installation de l’éclairage public.

Ce premier chantier d’envergure devrait durer environ 6 mois s’il n’y a pas de retard dû aux fouilles menée par le service d’archéologie préventive de l’agglopôle.

A la suite de cette tranche seront réalisés les aménagements de voirie comprenant le revêtement de la chaussée ainsi que la création de cheminements piétons accessibles aux personnes à mobilité réduite. Cette réalisation préfigure la revalorisation de tout l’axe central de la ville de Mèze. Ce chantier sera subventionné à 50 % par Sète Agglopôle Méditerranée. Ces travaux occasionneront certaines perturbations, notamment concernant le sens de circulation (cf : plan ci-dessous).

Roulez « branché » à Mèze

Une borne de recharge rapide pour voitures électriques a été installée à Mèze, dans le parking du château, à proximité de l’entrée rue Victor Hugo. Elle permet la charge simultanée de deux véhicules.

Sète Agglopôle, en partenariat avec Hérault Energie et l’ADEME, installe actuellement 19 bornes de ce type sur l’ensemble des communes du territoire.

Cet équipement s’adresse aussi bien aux utilisateurs occasionnels qui peuvent payer avec leur carte bancaire qu’aux abonnés au service REVEO qui gère un réseau de 1200 bornes en Occitanie. L’appli REVEO permet de les géolocaliser.

La borne de Mèze a été installée avec le concours des services techniques de la Ville.

Pour en savoir plus :

www.reveocharge.com

L’aire des camping-cars « Escale de Thau » inaugurée

Vendredi 20 octobre, Henry Fricou, maire de Mèze, entouré du conseil municipal, du président de Camping-car Park, Laurent Morice, et de nombreux camping-caristes en vacance à Mèze a inauguré la nouvelle aire de camping-cars de Mèze, baptisée « Escale de Thau ».

Située à proximité du lac du Sesquier, cette aire a fait l’objet d’un réaménagement complet visant à offrir plus de confort et plus de services aux usagers. Une trentaine d’arbres ont été plantés par les services municipaux afin de valoriser la qualité paysagère de l’espace et d’offrir des zones ombragées.

L’aménagement porte également sur l’amélioration de la circulation et du stationnement sur l’aire qui comporte 44 emplacements et restera ouverte toute l’année. La structure est dorénavant équipée de bornes d’alimentation en eau potable et en électricité ainsi que d’une installation pour la collecte des eaux usées.

Le mode d’accueil des camping-cars a évolué vers une prestation payante sur un espace géré par un prestataire privé dans le cadre d’une concession de service public avec la société Camping-Car Park. Cette opération s’inscrit dans la volonté municipale d’améliorer son offre touristique.

Une base nautique équipée pour le handivoile


Cela fait déjà 10 ans cette année que le Yacht Club de Mèze est devenu un site pilote pour le développement de la pratique de la voile de loisir et de compétition pour les publics en situation de handicap.
Cela s’est traduit par la réalisation des aménagements nécessaires pour rendre la base nautique accessible aux personnes à mobilité réduite avec l’adaptation des vestiaires, la création des cheminements à l’extérieur et au sein de la structure, la réalisation d’une plateforme handiplage ou encore l’installation de pontons et de potences permettant l’embarquement…
Le Yacht Club de Mèze s’est également doté de voiliers adaptés à la pratique du handivoile et l’équipe des moniteurs est formée à l’accueil et à l’encadrement de ce public.
A la vielle du championnat d’Europe handivalide sur Hansa qui se déroulera à Mèze, du 21 au 27 octobre 2017, le Yacht Club de Mèze continue plus que jamais à se doter des équipements nécessaires à cette activité. Plusieurs pontons installés dans le port du Taurus et l’acquisition d’un monte-fauteuil pour rendre accessible l’hébergement se sont récemment ajoutés aux aménagements déjà réalisés dans l’enceinte du centre Le Taurus.
Ces équipements ont été inaugurés officiellement le 5 octobre en présence de Robert Bonnet, secrétaire général et Marie-Claire Durand, directrice du YCM ainsi que des différents partenaires qui soutiennent, de longue date, le Yacht Club de Mèze dans cette démarche, à savoir la Ville de Mèze, représentée par Thierry Baëza, adjoint aux sports et Daniel Rodriguez, adjoint à l’urbanisme, président de la commission accessibilité, Danièle Azémar, vice-présidente de la Région Occitanie, Stéphane Janneau, président du comité départemental handisport de l’Hérault, Francis Marrot, vice-président à l’action sociale à AG2R la Mondiale, Bernard Porte, représentant la FFV et les représentants du Département de l’Hérault.

L’aire de camping-car à Mèze

L’Aire CAMPING-CAR PARK de Mèze se situe à quelques kilomètres du cœur de ville et de l’étang de Thau. Elle est aménagée de 44 emplacements avec électricité de 6A.

Adresse de l’aire :
Avenue du stade – Le Sesquier
Coordonnées GPS : Lat : 43.441389 Long : 3.594167

Tarifs :
1/01 – 31/03 : 10,80€/24h
1/04 – 31/10 : 12,00€/24h
1/11 – 31/12 : 10,80€/24h

Ouverture :
toute l’année – 24h/24

Réservation et information :
Site >> Camping-car Park

François Commeinhes en visite à Mèze

Daniel Rodriguez, Henry Fricou et François Commeinhes évoquent le projet de pôle culturel à la cave coopérative.

Le président de la nouvelle agglo du bassin de Thau a été récemment accueilli à Mèze par Henry Fricou, maire de Mèze, vice-président de l’agglo et Daniel Rodriguez, adjoint à l’urbanisme. Au programme, une journée de visites et d’échanges sur les projets d’intérêt communautaire qui concernent la commune de Mèze.

Les discussions ont porté sur des projets d’envergure pour la commune.

Les élus se sont d’abord rendus à l’Ecosite, géré jusqu’alors par l’ex CCNBT, afin d’évaluer la possibilité d’y relancer une activité de pépinière d’entreprises. François Commeinhes a ensuite visité la bibliothèque et l’école de musique municipale qui pourraient avoir vocation à être transférées à l’agglo.

Un itinéraire qui s’est poursuivi par une étape à l’ancienne cave coopérative dans laquelle le maire de Mèze a proposé au président de l’agglomération de créer un pôle culturel et d’aménager dans l’espace principal une grande salle de spectacles. Une étude commandée par l’agglo sera réalisée à cet effet.

Autre dossier à l’ordre du jour, l’aménagement de l’avenue du Général de Gaulle. D’importants travaux sur le pluvial seront pris en charge par l’agglo, compétente en la matière, qui apportera de plus un financement pour les travaux que la Ville va réaliser sur cet axe.

Enfin, François Commeinhes s’est exprimé sur la nécessité de créer une piscine dans les prochaines années au Nord du bassin de Thau. Son emplacement est déjà réservé dans le Plu, sur la principale zone aménageable du territoire communal à proximité de la ZAC des Costes. Le site aura par ailleurs vocation à accueillir des logements et une zone d’activités commerciales.

Appobation du Plan local D’urbanisme (Plu)

meze_aerien_large

Mèze, comme les autres villes littorales de l’Hérault et plus particulièrement du Nord du Bassin de Thau, connait une forte pression démographique.

La maîtrise de cette croissance et son organisation est plus que jamais à l’ordre du jour pour limiter l’impact sur le milieu environnemental et réduire la consommation d’espaces naturels et agricoles.

Le P.L.U., élaboré par le ville de Mèze, intègre cette exigence et les contraintes fixées par l’Etat, notamment la Loi Littoral, le respect des trames vertes et bleues, la prise en compte du Plan de Prévention des Risques Inondations mais aussi celles données par le S.C.O.T. (Schéma de Cohérence Territoriale) du Bassin de Thau, qui a fixé des objectifs précis à la commune, en matière d’urbanisation, d’habitat, d’équipements et d’activités économiques (commerciales et artisanales).

Le projet de P.L.U. a été arrêté par le Conseil Municipal, le 12 juillet 2016, puis mis à l’enquête publique du 28 novembre 2016 au 3 janvier 2017 inclus. Le rapport, l’avis et les conclusions du commissaire enquêteur sont consultables en ligne ci-dessous.

Le dossier d’enquête publique,  le rapport, l’avis et les conclusions du commissaire enquêteur sont consultables à la mairie, du 3 février 2017 au 02 février 2018, aux jours et heures habituels d’ouverture.

Le projet de P.L.U., modifié pour tenir compte de l’avis des Personnes Publiques Associées à son élaboration, des résultats de l’enquête publique, des observations du commissaire-enquêteur, des erreurs matérielles, a été approuvé en Conseil Municipal le 22 mars 2017.

La délibération du Conseil Municipal approuvant l’élaboration du P.L.U., en date du 22 mars 2017, transmise à la Préfecture le 30 mars 2017, est affichée pour une durée d’un mois sur le panneau d’affichage prévu à cet effet à la mairie, depuis le 30 mars 2017.

La mention de cet affichage dans un journal diffusé dans le département sera effectuée dans Midi Libre le 1er avril 2017. Les formalités d’affichage et de publicité étant accomplies, le P.L.U. approuvé sera exécutoire à compter du 1er avril 2017.

Le dossier du P.L.U. approuvé est consultable sur le site internet de la ville et en mairie, à compter du 31 mars 2017, aux jours et heures habituels d’ouverture.


Consultez le rapport, l’avis et les conclusions du commissaire-enquêteur :

le rapport (pdf)
l’avis et les conclusions (pdf)


Consultez le dossier du P.L.U. approuvé :
(Les différentes pièces en PDF)

1 – Rapport de présentation
1a Diagnostic Territorial
1b Justifications
1c Evaluation Environnementale

2 – Projet Aménagement et de Développement Durable

3 – Orientations d’Aménagement et de Programmation

4 – Règlement
4a
Règlement
4b1 Plan de Zonage (territoire entier)
4b2 Plan de Zonage (extraits zones urbaines)
4c Liste des Emplacements Réservés

5 – Servitudes d’utilité publique
5a1
Liste des servitudes d’utilité publique
5a2 Plan des servitudes d’utilité publique

Pièces Annexes

6 – PPRI
6a
Règlement
6b Zonage

7 – SDAEP – Rapports

8 – Assainissement
8a
 Rapport Assainissement
8b Zonage Assainissement

9 – SDA
9
 Pluvial intercommunal
9b Pluvial – Zonage

10 – Obligations Légales de Débroussaillement

11 – Classement sonore des voies

 

Les documents du PLU présentés lors de l’enquête publique consultables en ligne au format PDF :

1a : Le rapport de présentation – diagnostic territorial
1b : Le rapport de présentation – la justification des choix retenus
1c : Le rapport de présentation – évaluation environnementale
2  : Le projet d’Aménagement et de Développement Durable
3  : Les orientations d’Aménagement et de Programmation
4a : Le règlement
4b : Les plans de zonage
4b1 : Les cartes des plans de zonage
4c : La liste des Emplacements Réservés
5a1 : La liste des Servitudes d’Utilité Publique
5a2 : Le plan des Servitudes d’Utilité Publique
5b1 : Le Plan de Prévention des Risques Inondation – règlement
5b2 : Le Plan de Prévention des Risques Inondation – zonage
5c1 : Le schémas du réseau d’adduction d’eau potable
5c2 : Le zonage d’assainissement des eaux usées
5d : Les schémas directeurs de gestion des eaux pluviales

Pourquoi la Ville vend le Thalassa

Tous les Mézois ne le savent pas forcément mais le Village Club Thalassa est une structure d’accueil touristique, propriété de la commune, dont la gestion a été confiée à la SEMABATH (Société d’Economie Mixte du Bassin de Thau) dans le cadre d’une délégation de service public.
En 2016, la Ville de Mèze a pris la décision de vendre cet équipement. Aujourd’hui, cette solution est sur le point d’aboutir. Elle sera prochainement soumise au vote du conseil municipal.
Certains ont pu s’interroger sur l’opportunité de céder ce bien communal à un opérateur privé.

Vendre ou ne pas vendre… les conséquences de la décision municipale

Henry Fricou, maire de Mèze, donne les raisons d’un choix qui s’impose à la Ville. « Nous sommes, aujourd’hui, face à une décision cruciale à la fois pour le Thalassa et ses salariés, mais également particulièrement importante pour notre commune.

Vendre le Thalassa, c’est sauver la structure, les salariés, et favoriser le développement d’une activité économique et touristique qui ne peut que bénéficier à Mèze. C’est aussi permettre à la Ville de mieux s’équiper au profit de la population.

Ne pas vendre le Thalassa, c’est condamner cette structure et son personnel à moyen terme. C’est mettre toute la Ville de Mèze en difficulté. C’est priver les habitants d’équipements publics indispensables à leur quotidien.

Depuis 15 ans, je mets un point d’honneur à ne pas augmenter les taux communaux d’imposition. Ne pas vendre le Thalassa, serait contraindre les habitants de Mèze à supporter une hausse de la fiscalité locale. Or, je ne veux pas augmenter les impôts et c’est dans ce sens que j’élabore le budget de la Ville pour 2017.

Enfin, ne pas vendre le Thalassa, c’est exposer la commune à la pire des solutions : une mise en demeure par l’Etat de vente de ce terrain à un promoteur immobilier. »


Les raisons de la cession

Le maire de Mèze, Henry Fricou, explique plus en détail cette décision qui représente un enjeu extrêmement important pour la Ville : « D’abord, parce qu’une commune n’a pas vocation à gérer une structure touristique. Cela n’entre pas dans la mission de service public d’une collectivité locale et nécessite un savoir-faire de spécialistes de l’accueil touristique qui s’appuient sur un véritable réseau de promotion. Le Thalassa n’est pas un équipement public. Il ne bénéficie pas à la population de Mèze.

Ensuite, parce que la structure se dégrade. Elle répond de moins en moins aux exigences qualitatives de la clientèle actuelle et ne correspond plus aux normes.

Aujourd’hui, malgré le potentiel qu’offre ce site, le Thalassa ne rapporte rien à la Ville et donc aux Mézois. Pire que ça, il coûte à la collectivité. Et la municipalité n’est pas en mesure d’assurer les investissements nécessaires à une revalorisation en profondeur de l’équipement autrement que par l’impôt. Selon les estimations les plus basses, il en coûterait près de 2 millions d’euros à la commune. Il est tout simplement inconcevable de faire supporter au contribuable mézois la remise en état d’un équipement qui ne leur sert pas.

À terme, cette situation aboutirait inexorablement à une mort lente du village de vacances et, par voie de conséquence, à des licenciements.

La décision de vendre le Thalassa repose à la fois sur ce constat, qui a été confirmé par un audit précis de la situation, et sur une volonté. Celle d’assurer un avenir à ce village club en passant le relais à des professionnels du tourisme capables de revaloriser la structure et d’en faire un véritable atout pour l’économie locale.

Bien sûr, il n’a jamais été question de vendre le Thalassa dans n’importe quelles conditions.

La Ville de Mèze a imposé un cahier des charges précis qui tient compte de l’avenir du personnel et du maintien de la vocation touristique du site. Cela exclut tout projet de promotion immobilière sur cet espace.

Quatre propositions de grands groupes spécialisés dans le tourisme ont été soumises à la commune. Notre choix se porte naturellement sur celle qui offre les meilleures garanties concernant l’avenir des salariés, le meilleur projet de revalorisation de l’équipement et le meilleur prix d’achat.

L’une d’entre elles a particulièrement retenu notre attention car elle répond en tout point au cahier des charges que nous avons imposé : le prix (2,7 M€), la qualité globale du projet, l’engagement d’investissements pour revaloriser la structure et la meilleure assurance de maintien des salariés qui est pour nous une condition incontournable. Il s’agit du groupe AEC Vacances dont l’expérience dans ce domaine fait référence. »

Le maire de Mèze insiste sur l’importance de l’enjeu que représente la vente du village club. « La cession du Thalassa est un élément capital de la stratégie de la ville, mais aussi de son équilibre financier.

Nous allons prochainement voter le budget de la commune. Comme je le répète, la baisse des dotations de l’Etat met la collectivité en difficulté financière.

Fort heureusement, nous avions anticipé cette situation. Rien dans les décisions que nous prenons n’est le fruit du hasard ou de l’improvisation. La vente du Thalassa s’inscrit totalement dans une logique de gestion visionnaire et responsable.

Aujourd’hui, la baisse des dotations de fonctionnement de l’Etat atteint et dépasse même la somme inimaginable de 800 000 € par an. 800 000 € sur un montant total de 2,3 M€, soit plus d’un tiers ! Pour en illustrer l’importance, il faut savoir que cette somme correspond à 11% de fiscalité pour Mèze.

Outre le fait de sauver et de revaloriser la structure et le personnel, la vente du Thalassa représente aussi un enjeu majeur pour l’avenir de Mèze.

D’abord, il est important de procéder à cette vente dans les conditions les plus favorables, ce qui est aujourd’hui le cas, plutôt que d’attendre que l’équipement soit totalement dévalorisé.

Ensuite, cette opération s’inscrit dans la volonté qui est la mienne de gérer la ville de Mèze de manière réfléchie, pertinente et responsable. »

 

18 M€ d’enrichissement
du patrimoine communal

« La vente du Thalassa est interprétée par certains comme une dilapidation du patrimoine communal » déplore le Henry Fricou. « C’est une contre-vérité que je n’accepte pas !

Depuis que je suis maire de Mèze, je peux me vanter, au contraire, d’avoir considérablement enrichi le patrimoine communal, par des équipements réellement publics ! Les Mézois doivent savoir que je l’ai même enrichi de plus de 18 M€ au cours de mes mandats avec notamment :
Le groupe scolaire Jules Verne : 5 M€
La nouvelle gendarmerie : 5,2 M€
L’EHPAD le Clos du Moulin : 3 M€
L’aire des Tonneliers : 3 M€
Le bâtiment du Quai Guitard : 470 000 €
Salle de Naucelle : 150 000 €
Salle ZAC des Costes : 150 000 €
Cave coopérative : 700 000 €
Crèche Bastide : 1,315 M€
On peut ajouter plus d’un million de revalorisation du Taurus, ou encore la halle photovoltaïque du Sesquier… »

 

Travaux rues Raspail et des Mourgues

Début des travaux de valorisation des rues Raspail et des Mourgues

Rues après rues, le programme municipal de réhabilitation et de valorisation du centre ancien se poursuit. Deux nouveaux chantiers viennent d’être lancés. Ils concernent, cette fois, la seconde partie de la rue Raspail ainsi que la rue des Mourgues.
Après le remplacement du réseau d’eau potable par le service des eaux de la Ville, les deux rues seront à leur tour dotées d’un revêtement en pavés de pierre.
Le montant des travaux s’élève à 200 000 €.

Réunion publique sur les obligations de débroussaillement

Attention ! Le débroussaillement sur les zones non urbanisées soumises aux risques d’incendie est une obligation légale.
La préfecture de l’Hérault a mandaté l’Office National des Forêts (ONF) pour une campagne de contrôles sur les propriétés situées dans les zones exposées de la commune de Mèze.
Avant de procéder à ces contrôles, Julien Carette, technicien de l’ONF, expliquera en détail les règles qui encadrent les obligations de débroussaillement lors d’une
réunion publique organisée le mardi 21 mars à 18h30 au foyer municipal (Esplanade).

Pour plus d’informations sur les obligations légales de débroussaillement, consultez le site de la préfecture de l’Hérault >>>