Opération nettoyage à la ZAC des Costes

Lors de la réunion de quartier qui a rassemblé les riverains de la Zac des Costes en avril dernier, le maire, Henry Fricou s’était engagé à répondre favorablement à la demande portant sur le nettoyage et l’entretien des espaces verts de cet ensemble résidentiel.
Les actes ont été joints à la parole, en début de semaine. Deux équipes, l’une dépêchée par la société Hectare et l’autre par le service de propreté de la Ville de Mèze, ont travaillé sur place durant deux jours afin de collecter tous les détritus jetés dans les espaces verts, élaguer l’ensemble des massifs de végétation et nettoyer trottoirs et chaussée de tout le quartier.

Un autre dossier avance pour les habitants de la Zac des Costes. A l’occasion de cette même réunion de quartier, le maire avait proposé d’améliorer les problèmes de stationnement en permettant le libre accès au parking existant. L’acquisition de cet espace par la Ville est actuellement ralenti pour des questions administratives. Afin d’accélérer le processus d’ouverture de ce parking au public, la municipalité a décidé de passer une convention avec la société propriétaire de terrain. Cela devrait aboutir rapidement.

Contournement routier de Mèze : il est urgent d’agir !

Le contournement routier de Mèze est un vieux dossier sur lequel la ville de Mèze interpelle régulièrement le Département de l’Hérault, collectivité en charge des aménagements sur la RD 613. 
Ce fut encore le cas, il y a quelques semaines, quand la fermeture de l’A9 a provoqué de grosses perturbations sur la traversée de la ville.

Le sujet à de nouveau fait l’objet d’un débat et d’une mise au point du maire de Mèze lors de la séance du conseil municipal qui s’est tenue le 17 octobre.

Aujourd’hui, le Conseil départemental prétend que « l’urbanisation non maîtrisée de la ville oblige à passer par Loupian » et que les difficultés viennent de là. Il indique en outre que « le maire de Loupian est opposé au projet de tracé qui passerait en partie sur sa commune ». 

  • Est-il vrai que l’urbanisation de Mèze empêche la réalisation d’un contournement ?

Faux !
Le Plan Local d’Urbanisme de la ville intègre le tracé de contournement proposé et approuvé par le Département. La Zac des Costes, en limite avec le tracé de la future déviation, a, elle aussi, été réalisée avec l’avis favorable du Département. Rien dans le développement urbain de la commune (réalisé ou à venir) ne fait obstacle à l’aménagement du contournement routier du centre-ville. Un travail a été engagé par le Département de l’Hérault dès 2014 sur le futur chantier de la déviation. Plusieurs réunions ont eu lieu à Montpellier auxquelles a participé l’adjoint à l’urbanisme de la Ville de Mèze. Des études d’impacts ont également été menées par le Conseil départemental, signe que le dossier était sur les rails. A l’époque l’urbanisation sur cette zone était absolument identique à la situation actuelle. Et pourtant, le Conseil départemental ne parlait pas d’urbanisation non maîtrisée. 

  • Est-il vrai que le maire de Loupian s’oppose au passage de la déviation sur sa commune ?

Faux !
Le maire de Loupian a réaffirmé, par courrier au maire de Mèze, qu’il n’était pas hostile au passage du contournement sur le territoire de sa commune, rappelant au passage qu’il avait même proposé un tracé au Département de l’Hérault.

Pour des raisons qui ne sont pas clairement exprimées, ce travail préparatoire s’est brusquement arrêté il y a deux ans. Le Conseil départemental semble ne plus vouloir donner suite à ce projet pourtant majeur pour les habitants de Mèze. 

En conseil municipal, Henry Fricou a donc réaffirmer avec force sa demande au Conseil départemental de reprendre les études sur la déviation de Mèze et d’inscrire son financement dans son budget.

Pourquoi la réalisation du contournement de Mèze est-elle urgente ?

Le contournement de Mèze est un dossier urgent à plusieurs titres : lutter contre la pollution au cœur des quartiers habités et les problèmes sanitaires qu’elle engendre, assurer la sécurité des riverains et des usagers de la RD613, fluidifier le trafic, réduire les nuisances sonores, valoriser une artère majeure de la ville et vitaliser son commerce.

La pollution
Une étude a été menée par Air Languedoc-Roussillon en 2013 et 2014, à Mèze, sur la RD613. Elle a apporté la preuve scientifique du lien entre la densité de la circulation, et notamment du transport routier, et la pollution de l’air observée le long de cet axe. Cette campagne de mesure met en évidence la nécessité absolue, pour des raisons sanitaires, d’éloigner le trafic des camions des zones à forte concentration de population. Seule la réalisation du contournement de Mèze permettrait de préserver la population de Mèze des problèmes sanitaires liés à la circulation continue des poids-lourds.

Une traversée dangereuse
La traversée de Mèze par des centaines de poids-lourds et convois exceptionnels représente un danger réel. Des drames ont déjà eu lieu. Une simple défaillance technique sur un véhicule pourrait avoir des conséquences désastreuses, surtout s’il transporte des matières dangereuses.

Un axe saturé
Le trafic sur la RD613 peut atteindre le chiffre impressionnant de 26.000 véhicules par jour, avec un taux très important de poids-lourds. Un tel trafic provoque de nombreux ralentissements, notamment en période estivale, et perturbe la circulation des véhicules de transports en commun.

Une nuisance sonore permanente
Compte tenu de la quantité de poids-lourds qui empruntent cet axe, les riverains sont soumis en permanence à un volume sonore important qui nuit à la qualité de vie.

Un obstacle à la revalorisation du quartier
Les contraintes liées au passage des véhicules lourds et en particulier des convois exceptionnels empêchent la réalisation d’aménagements d’embellissement du quartier. Le transfert d’un trafic de transit sur un nouvel axe de contournement permettrait de rendre toute son attractivité à la traversée de Mèze et d’engager sa revalorisation, à l’image de ce qui a été fait sur l’avenue du général de Gaulle. Ce dont pourraient profiter les habitants, les commerçants qui bordent cet axe et l’ensemble de la population mézoise.

Place Monseigneur Hiral : la concertation avant l’aménagement

Les riverains de la place Monseigneur Hiral à la réunion de présentation du projet d’aménagement par le maire de Mèze.

La Ville de Mèze poursuit sans relâche son programme d’aménagement, de revalorisation et d’embellissement de tout le centre ancien. De nombreuses rues ont déjà bénéficié de ces travaux qui portent sur la rénovation des réseaux souterrains, l’enfouissement des câbles électriques et téléphoniques lorsque cela est possible, la pose de revêtements en pierre et l’installation de l’éclairage public adapté au lieu.

Le prochain chantier concernera un lieu emblématique du centre historique de Mèze : la rue Gambetta et la place Monseigneur Hiral qui donne sur la chapelle des Pénitents. Avant que les travaux ne soient lancés, Henry Fricou a tenu à présenter le projet à l’ensemble des riverains. Une réunion de concertation s’est donc tenue le 27 septembre en mairie. L’occasion pour les résidents de découvrir les propositions d’aménagement et de faire part de leurs avis et de leurs suggestions.

Les grands principes du projet, comme le choix des différentes pierres de pavage pour matérialiser les espaces, le positionnement des 16 places de stationnement, la conservation des arbres existants, la réalisation d’un accès à la chapelle pour les personnes à mobilité réduite, l’enfouissement des câbles électriques traversants… ont été unanimement validés par les riverains qui, comme tous les habitants du centre ancien, restent préoccupés par la problématique du stationnement.

Le chantier devrait être achevé à la fin du mois de juin 2019. Le budget prévisionnel de l’opération se monte à environ 300 000 € TTC. Il sera financé à 100% par la Ville de Mèze.

Cliquez sur l’image pour zoomer >>>

 

La Ville soigne ses routes

Depuis la rentrée, les agents municipaux du service voirie s’attèlent à repeindre tous les passages piétons de la ville, zébras et pointillés des voies de circulation afin d’assurer une meilleure visibilité pour les automobilistes et une meilleure sécurité pour les passants. Comme chaque année, les bandes blanches aux abords des écoles ont été repeintes en priorité. Les missions du service voirie sont multiples et variées. Pose de panneaux de signalisation, remplacement de mobilier urbain, entretien des chemins ruraux et des fossés, remise en état des trottoirs, nettoiement des avaloirs… 11 agents aux compétences bien spécifiques travaillent au quotidien sur les routes de la cité pour le confort et la sécurité des Mézois. Ils sont conducteurs de tractopelle, de poids lourd, de giro-broyeur, de mini pelle, maçons ou peintres à mettre leurs compétences au service des Mézois.

Logements : aide à la rénovation dans le centre ancien

 

Sète Agglopôle Méditerranée Archipel de Thau s’est engagée dans une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat (OPAH), sur une période de 5 ans (2018-2023) pour l’ensemble des 14 communes du territoire.

Qu’est-ce qu’une OPAH ?

L’OPAH est un partenariat conclu entre Sète Agglopôle Méditerranée, l’Etat et l’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat) qui a pour but d’accompagner les propriétaires dans leur projet de réhabilitation et de rénovation de leur logement, grâce à une aide financière, une assistante technique et administrative.

 

Quels travaux entrent dans le dispositif OPAH ?

– la lutte contre la précarité énergétique ;
– la lutte contre l’habitat indigne et très dégradé ;
– le maintien à domicile des personnes âgées et/ou handicapées ;
– la mise en place de logements à loyers maîtrisés ;
– la rénovation énergétique des copropriétés fragiles et/ou en difficultés.

Qui peut bénéficier de cette opération ?

– les propriétaires occupants éligibles aux aides de l’ANAH (selon conditions de ressources financières et de temps de présence dans le logement) souhaitant rénover ou adapter leur logement ;
– les propriétaires bailleurs souhaitant conventionner leur logement, avec ou sans financement de travaux ;
– les copropriétés énergivores.

Comment ?

Sète Agglopôle Méditerranée a mandaté les sociétés URBANIS et SA ELIT pour accompagner les propriétaires, depuis le processus de réflexion jusqu’aux paiements des subventions de l’ANAH et sur fonds propres : contact téléphonique, vérification de l’éligibilité du propriétaire, réalisation d’études techniques, finalisation du dossier afin de le déposer à Sète Agglopôle Méditerranée, examen du dossier, visite de conformité à la fin des travaux…

Les permanences mises à la disposition des administrés sont les suivantes :

– permanence physique bimensuelle assurée par le cabinet URBANIS au sein de la Mairie :
le 1er et 3ème lundi de chaque mois, de 14h à 16h.

– permanence téléphonique, le mardi, mercredi et jeudi, de 9h30 à 11h30 :
Tél. 04 99 52 97 92.

LUTTE CONTRE L’HABITAT INDIGNE

Lorsqu’une présomption d’indécence d’un logement est relevée, il est nécessaire de contacter la société SA ELIT, société d’économie mixte locale, afin de réaliser une visite technique du logement en présence du travailleur social qui suit la famille concernée.
En fonction de cette expertise, une procédure d’insalubrité ou d’indécence sera engagée.

Contact : SA ELIT
Tél. 04 67 46 66 56
Mail. yacine.meghzili@saelit.net
Mail. geraldine.landi@saelit.net

Sur le toit des halles

La Ville de Mèze est toujours aux petits soins pour ses halles qui, il faut le rappeler, célèbrent cette année leur 111e anniversaire. Dernièrement, la toiture du vénérable édifice a dû faire l’objet de travaux d’étanchéité. Une équipe de spécialistes s’est attelée à cette tâche, le 23 avril, afin que les commerces n’aient pas à craindre de fuites intempestives lors des épisodes pluvieux.

Avenue Général de Gaulle, les travaux avancent

Le chantier de réaménagement de l’avenue Général de Gaulle avance à grands pas. Après la longue phase consacrée aux réseaux souterrains, notamment la réalisation de l’évacuation pluviale, puis aux allées piétonnières, les travaux portent actuellement sur le revêtement de la chaussée et la création de passages piétons en pavés de pierre taillée.
Durant les prochains jours, les entreprises réalisent le plateau traversant surélevé qui contribuera à limiter la vitesse des véhicules au devant du collège Jean Jaurès, depuis la rue des Ecoles jusqu’à la rue du Sergent-Nunes-Patego. 
Cette opération marquera la fin de la première des trois tranches prévues pour l’aménagement de l’avenue Général de Gaulle et de la place Baptiste Milhau.

L’avenue Général de Gaulle coupée du 16 au 27 avril

 

PLAN DE CIRCULATION DURANT LES TRAVAUX
SUR L’AVENUE GENERAL DE GAULLE, DU 16 AU 27 AVRIL 2018

Les travaux de réaménagement de l’avenue Général de Gaulle se poursuivent. Le chantier va prochainement nécessiter l’interruption complète de la circulation sur cet axe pour la période du 16 au 27 avril 2018 afin de réaliser la chaussée en béton.
Cela impliquera des modifications temporaires de sens de circulation et de stationnement sur plusieurs voies. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi d’entreprendre cette opération durant les vacances scolaires.

Durant cette période :

  • l’avenue Général de Gaulle sera fermée à la circulation dans les deux sens entre la rue Sergent Nunes-Patégo et le boulevard Maréchal Foch.
  • la rue Paul Doumer sera interdite à la circulation, sauf aux riverains depuis la rue Alsace Lorraine.
  • la rue des Ecoles sera interdite à la circulation, sauf aux riverains depuis de la rue Frédéric Mistral.
  • la rue des Adieux sera interdite à la circulation, sauf aux riverains depuis de la rue Frédéric Mistral.
  • la rue Frédéric Mistral sera placée en double sens de circulation.

Les voix de circulations concernées par ces interdictions seront progressivement rouvertes au fur et à mesure de la progression des travaux.

La réalisation de cet aménagement occasionne bien sûr des difficultés de circulation et de stationnement. Mais ce chantier est aujourd’hui indispensable et contribuera, à terme, à l’embellissement du quartier, au renforcement de la sécurité des piétons et, plus généralement, à l’amélioration du cadre de vie de notre commune.

Le chai de Girard en chantier

Le chai du Château de Girard est actuellement en pleine rénovation dans le cadre d’un chantier d’implication porté par la Mission Locale d’Insertion. Cette salle de 200 m² sert chaque année à l’organisation d’expositions, de concerts et de spectacles. Pour des raisons esthétiques et acoustiques les murs du chai sont partiellement recouverts de cloisons placoplâtres.

Depuis le début de l’année, 15 à 20 jeunes travaillent sur ce chantier encadré par un responsable technique, en collaboration avec les services techniques de la Ville pour la mise en place des raccordements électriques.

Ces travaux de remise en valeur du lieu permettront d’accueillir le public dans de meilleures conditions lors des événements qui y sont organisés. La fin du chantier est programmée pour mars 2018.

Le montant de ces travaux s’élève à 6 000 euros financés par la Ville de Mèze avec le soutien de Sète Agglopôle Méditerranée.

Avenue Général de Gaulle : avancement des travaux

Aménagement du réseau pluvial de l’avenue Général de Gaulle.

Depuis le mois de janvier, le ballet des tractopelles et des camions a investi l’avenue du Général de Gaulle pour un chantier d’envergure devenu indispensable dans ce quartier fréquemment touché par des problèmes d’évacuation des eaux pluviales.
La première tranche des travaux en cours concerne le tronçon allant de la rue des Ecoles jusqu’à la rue Nunez Patego et englobant la place de Lattre de Tassigny devant le collège.
Actuellement, plusieurs entreprises, ainsi que les services techniques de la Ville de Mèze, sont à l’œuvre. La réalisation du nouveau réseau d’évacuation des eaux pluviales sous l’avenue ainsi que la création d’un bassin de rétention sous la place de Lattre de Tassigny constituent la part la plus importante du chantier. Cette partie de l’aménagement est entièrement financée par Sète Agglopôle Méditerranée, collectivité compétente en matière de collecte, de stockage et de traitement des eaux pluviales.
Parallèlement, les réseaux électriques et téléphoniques sont enfouis.
De leur côté, les agents municipaux travaillent sur le renouvellement des canalisations d’eau potable.
Au terme de cette première tranche, seront réalisés les aménagements de voirie comprenant le revêtement de la chaussée avec un plateau surélevé pour sécuriser la voie e circulation ainsi que la création de cheminements piétons accessibles aux personnes à mobilité réduite et l’installation de l’éclairage public. L’achèvement des travaux est prévu pour le printemps 2018.
Le montant global de ce chantier s’élève à 1 500 000 € avec une participation de la SAM à hauteur de 50%.
Un second chantier du même type portera ensuite sur le tronçon entre le collège et le rond-point de la Marianne.
Enfin, la troisième tranche concernera l’aménagement de cet axe, de la rue Nunez Patego à la Poste.

Découvrez les 3 tranches du projet d’aménagement de l’avenue Général de Gaulle et de la place Baptiste Milhau

Cliquez sur l’image pour zoomer

Cliquez sur l’image pour zoomer

Cliquez sur l’image pour zoomer

Le plein de watt !


Le 2 février, Hérault Energies et Sète Agglopôle ont organisé une démonstration de la borne de charge publique pour véhicules électriques dont la commune de Mèze a récemment été équipée.
Cette borne est située dans le parking du château, à proximité de l’entrée rue Victor Hugo. Elle est désormais opérationnelle.
La présentation a été effectuée en présence de Christian Cammal, directeur général d’Hérault Energies, Francis Veaute, vice-président de Sète Agglopôle délégué au développement durable, ainsi que de plusieurs représentants de la Ville de Mèze, Daniel Rodriguez, Mireille Lourdou, Nathalie Cabrol, William Alric et Marcella Romand.
Installées par le Syndicat Hérault Energies, chargé du déploiement des bornes sur le département et financées par Sète Agglopôle, Hérault Energies et l’ADEME, ces stations permettent à 2 voitures en simultané de recharger leur batterie à 80 % de leurs capacités en moins de 1h30 avec la borne accélérée.

D’ici quelques mois, le territoire de l’agglomération sera équipé de 19 bornes réparties sur l’ensemble des communes.

En favorisant la mobilité électrique, Sète Agglopôle et les municipalités concrétisent leur engagement en faveur du développement durable et de la réduction des émissions de gaz à effet de serre mais apportent également un service aux citoyens et aux touristes qui seront bientôt nombreux à posséder un véhicule électrique.
A travers cette initiative, la Ville de Mèze se projette dans l’avenir puisque d’ici 2020, le gouvernement prévoit de faire circuler 2 millions de voitures électriques et hybrides rechargeables.
Avec le déploiement d’une centaine de bornes sur le département, l’objectif du syndicat Hérault Energies est de faire du véhicule électrique un élément central de la mobilité de demain. Pour y parvenir, le syndicat participe à une démarche collective innovante : un réseau régional baptisé Révéo.

Ce réseau comptabilisera à terme 900 bornes pour la région Occitanie. Actuellement, sur l’Hérault, une trentaine de bornes sont opérationnelles.

Pratique

2 façons d’utiliser Révéo

  • L’abonné est muni d’un « pass » qui lui permet de badger sur la borne et de se charger. Il paie par prélèvement mensuel.
  • L’utilisateur occasionnel utilise l’application Révéo sur son smartphone. Il paie à chaque session de charge.

 En savoir plus…

Sur www.reveocharge.com, l’usager peut connaitre l’emplacement et la disponibilité de la borne la plus proche. Cette application permet également à l’utilisateur de gérer son compte en ligne.

Tarifs de la borne accélérée
Le coût de recharge est de 1.50 € pour les abonnées (abonnement à 12€ / an) et de 3 € pour les non abonnés jusqu’à la première heure de charge. Au-delà, le tarif est décompté à la minute (1,50 € / heure, soit 0.025 € la minute, abonné ou pas). Ce tarif est identique pour l’ensemble de la région Occitanie.

Info travaux – circulation – stationnement

Les travaux de réaménagement d’une partie de l’avenue Général de Gaulle continuent. Cette première tranche des travaux concerne le tronçon allant de la rue des Ecoles jusqu’à Domus Médica ainsi que la place De Lattre de Tassigny. Elle porte sur la réalisation complète de l’évacuation des eaux pluviales, sur l’enfouissement des réseaux électriques et sur l’installation de l’éclairage public.

Du mercredi 30 janvier au mardi 6 février, ces travaux vont occasionner de nouvelles perturbations.

La circulation est interdite avenue du Général de Gaulle, depuis l’entrée du parking «Intermarché» jusqu’à la rue des écoles, du mercredi 31 janvier 2018, 7h30 au jeudi 1er février 2018, 19h.

La circulation est interdite avenue du Général de Gaulle, depuis l’entrée du parking «Intermarché» jusqu’à l’intersection de la rue de l’hospice, du lundi 5 février 2018, 7h30 au mardi 6 février 2018, 19h.

Le stationnement est interdit sur l’ensemble du parking place de Lattre de Tassigny, du mercredi 31 janvier 2018, 7h30 au jeudi 1er février 2018, 19h et du lundi 5 février 2018, 7h30 au mardi 6 février 2018, 19h.

Le député réunit les maires du littoral

Jean-François Eliaou, député de l’Hérault, Henry Fricou, maire de Mèze, Eliane Rosay, maire de Bouzigues, Jacques Adgé, maire de Poussan, Alain Vidal, maire de Loupian ainsi que François Commeinhes, président de la SAM et Yves Michel, en sa qualité de président du Syndicat Mixte du Bassin de Thau, rassemblés à Mèze pour plancher sur la Loi Littoral.

Application et contraintes de la Loi Littoral, mise en œuvre du plan de prévention du risque inondation, tels ont été les thèmes abordés, le 19 janvier, au centre municipal le Taurus, à Mèze, lors d’une rencontre organisée à la demande de Jean-François Eliaou, député de la 4e circonscription de l’Hérault.
Cette réunion a été initiée dans le cadre de la mission d’information sur la gestion des événements climatiques majeurs dans les zones littorales de l’hexagone et des Outre-mer portée par l’Assemblée Nationale.
Henry Fricou, maire de Mèze, Eliane Rosay, maire de Bouzigues, Jacques Adgé, maire de Poussan, Alain Vidal, maire de Loupian ainsi que François Commeinhes, président de la SAM et Yves Michel, en sa qualité de président du Syndicat Mixte du Bassin de Thau, ont participé à cette séance de travail sur la vision d’un projet de territoire qui intègre la préservation du littoral comme enjeu majeur du développement à venir.

Travaux avenue du Général De Gaulle


Les travaux de réaménagement d’une partie de l’avenue Général de Gaulle commenceront mi-janvier. La première tranche des travaux concernera le tronçon allant de la rue des Ecoles jusqu’à Domus Médica ainsi que la place De Lattre de Tassigny. Elle portera sur la réalisation complète de l’évacuation des eaux pluviales, sur l’enfouissement des réseaux électriques et sur l’installation de l’éclairage public.

Ce premier chantier d’envergure devrait durer environ 6 mois s’il n’y a pas de retard dû aux fouilles menée par le service d’archéologie préventive de l’agglopôle.

A la suite de cette tranche seront réalisés les aménagements de voirie comprenant le revêtement de la chaussée ainsi que la création de cheminements piétons accessibles aux personnes à mobilité réduite. Cette réalisation préfigure la revalorisation de tout l’axe central de la ville de Mèze. Ce chantier sera subventionné à 50 % par Sète Agglopôle Méditerranée. Ces travaux occasionneront certaines perturbations, notamment concernant le sens de circulation (cf : plan ci-dessous).