Suivez la transhumance mézoise 2019

Cette année encore, 200 brebis retrouveront les pâturages mézois après un séjour sur les terres villeveyracoises. Le retour des moutons du berger de Mèze, Michel Ibanez, offrira à nouveau l’occasion, aux amoureux de nature et de traditions, de participer à une journée printanière de transhumance. Des ânes de l’association « L’âne Bajanet » et des chevaux de trait avec calèches accompagneront ce grand cortège pastoral. Cette manifestation, organisée par la Ville de Mèze et initiée par l’adjoint à l’environnement Thierry Baëza, aura lieu samedi 6 avril.

Côté pratique, un co-voiturage est organisé à 9h30, depuis le parking du stade du Sesquier, à Mèze pour rejoindre le parking de la salle des fêtes de Villeveyrac à 9h30.

Le départ de la transhumance sera donné à 10h30 route de la Gare, près du cimetière protestant et commencera par la traversée du village. Pour effectuer les 13 km de l’itinéraire, il faudra compter environ 3 heures de marche à travers les garrigues de Villeveyrac, Loupian et Mèze. Des chaussures de marche sont indispensables.

Le parcours sera ponctué, vers 12h30, par une pause avec repas tiré du sac. Un apéritif sera offert aux participants par les Villes de Mèze, Villeveyrac et Loupian. Diverses animations seront également proposées par des associations locales notamment la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) et Lou Biou.

L’arrivée sur Mèze est estimée aux alentours de 16h au Sesquier où les brebis se reposeront afin d’être en pleine forme pour la Fête du printemps qui aura lieu le lendemain, dimanche 7 avril.

ATTENTION ! Les chiens, même tenus en laisse, sont strictement interdits.

Le parcours

Pollution de l’étang : les analyses de la DREAL

Les deux barrages flottants ont été enlevés

Le 12 février, environ 6m3 d’eau boueuse provenant d’une cuve de l’ancienne usine à gaz de la rue de la Méditerranée a été déversée de manière illicite dans le réseau pluvial par une entreprise travaillant sur un chantier privé.
Ces effluents se sont retrouvés dans l’étang de Thau devant la plage du Taurus.
Très vite, les services techniques municipaux, les pompiers, la police de l’eau de l’agglo et la gendarmerie étaient sur place. La canalisation pluviale a été obstruée et nettoyée.
Un premier barrage flottant avait été installé le jour même par le SDIS puis un second le surlendemain pour contenir la zone touchée.
Selon la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL), « ces barrages ont permis de contenir l’essentiel du mélange turbide en fond de plage ».
Dans son rapport d’analyses, la DREAL indique que les eaux rejetées dans l’étang via le réseau pluvial étaient très chargées en matières en suspension, en composés organiques, en azote ammoniacal et significativement contaminées en divers métaux lourds, hydrocarbures et en PCB.
Ces contaminants caractérisent bien les résidus de l’ancienne activité de l’usine à gaz.
Le 14 février, les eaux prélevées à l’extérieur des barrages ne montraient plus que des traces de contamination métaux à des concentrations très faibles, proches ou inférieures aux normes de qualité environnementale.
La DREAL est en train de procéder à un dernier contrôle pour vérifier la présence de micro-polluants dans les sédiments de la zone touchée.
Parallèlement, les analyses effectuées sur les coquillages ne montrent aucun signe de pollution.
Compte tenu de ces résultats, les deux barrages flottants ont été enlevés.

La Ville plante des arbres

Le service municipal des espaces verts lance une grande campagne de plantations d’arbres. Près de 50 spécimens seront plantés d’ici les prochaines semaines. Ils remplaceront notamment des arbres en mauvais état sanitaire, morts, vandalisés, inadaptés au lieu ou dangereux. Ces travaux concernent les rues des Adieux, de Naucelle, des Charons, des Acacias, des Goëlands, Camille Claudel, des Pommettes, la place Baptiste Milhau, la place des Olivettes, la cours de l’école Coty. Muriers platanes, Aulnes de Corse, Poiriers à fleurs, Lilas des Indes ou Micocouliers… Le service des espaces verts choisit les nouvelles essences en fonction de l’espace au sol, des conditions climatiques et de la biodiversité.

Pollution dans l’étang : nouvelle action préventive

Une second barrage flottant a été installé pour renforcer la sécurisation de la zone

Avant même de savoir si des produits toxiques sont présents dans les effluents et afin d’éviter tout impact sur l’environnement et, tout particulièrement sur l’activité conchylicole, le maire de Mèze, Henry Fricou, a décidé, ce matin, de lancer une action préventive avec les autorités compétentes.
En concertation avec les services préfectoraux, une opération mettant en œuvre d’importants moyens logistiques spécifiques du SDIS a été mise en place sans délais.

100 000 litres d’eau polluée pompés et stockés provisoirement dans de réservoirs et des citernes

En début d’après-midi, ce 14 février, un second barrage flottant a été installé sur zone pour renforcer celui déjà posé en urgence mardi. Afin d’éliminer la plus grande partie de la nappe toujours présente près du rivage de la plage du Thalassa, une opération de pompage a été effectuée. Quelque 100 000 litres d’eau souillée ont ainsi été pompés. Ils seront provisoirement stockés dans des réservoirs et des camions citernes avant d’être évacués par une entreprise spécialisée.
A ce jour, les analyses complémentaires sur les éventuels produits polluants déversés de manière illicite dans la lagune de Thau sont en cours et les résultats sont attendus dans les tout prochains jours.

Pollution dans l’étang de Thau : premiers éléments d’analyses

Au lendemain du déversement illicite d’effluents dans l’étang de Thau, le laboratoire Médilab a livré ses premiers résultats d’analyses.
Ils montrent que le volume d’effluents pollués rejetés dans la lagune est estimé entre 1 et 4 m3. Selon le laboratoire, « les concentrations de matières en suspension mesurées sont comparables aux taux généralement observés dans les eaux usées à l’arrivée d’une station d’épuration, abstraction faite de l’absence de trace bactériologique dans le cas présent ». Des analyses complémentaires sur d’éventuels polluants dans les sédiments doivent être réalisées par les services de l’Etat (Direction Régionale Environnement Aménagement Logement).
Le barrage flottant installé par le SDIS est maintenu jusqu’à nouvel ordre.

Pollution dans l’étang : le maire de Mèze porte plainte

Gendarmerie, pompiers, police de l’eau et services municipaux immédiatement sur place.

En fin de matinée ce 12 février, à Mèze, une pollution a été observée dans l’étang de Thau, devant la plage du Thalassa.
D’après les premières constatations, une entreprise de terrassement travaillant sur un chantier à proximité aurait été aperçue en train de déverser de manière illicite un produit non identifié dans le réseau pluvial.
Services techniques de la Ville, pompiers, gendarmerie et police de l’eau de l’agglopôle se sont rendus immédiatement sur place afin de prendre les mesures d’urgence.
Très rapidement, la canalisation pluviale a été obstruée et son contenu pompé. Un barrage flottant a été posé sur la zone littorale impactée.
Des prélèvements ont également été effectués dans les eaux de la lagune et en amont. Les analyses sont en cours et les résultats sont attendus dans les meilleurs délais.
Le maire de Mèze, Henry Fricou a décidé de porter plainte. Il suit avec la plus grande vigilance les évolutions de cette pollution et partage tout particulièrement les préoccupations des professionnels de l’étang.

Un barrage flottant a été installé par les pompiers

 

Les pins Place Baptiste Milhau coupés et remplacés

Dans le cadre de la réhabilitation de la place Baptiste Milhau et pour des raisons de sécurité sur la voie publique, les pins qui longent les trottoirs de l’avenue vont être abattus. Supprimer des arbres est une décision qui se prend toujours à contre-cœur mais s’avère parfois indispensable. Ces pins posent d’importants problèmes de sécurité. Les racines soulèvent les enrobés et rendent les trottoirs, complètement déformés, dangereux pour les piétons. Couper seulement les racines aurait, par ailleurs, fragilisé les arbres. Ils auraient fini par mourir, se déchausser et tomber sur la voie publique. Pour ces raisons, et pour sécuriser ce passage très fréquenté, la Ville de Mèze, en accord avec le responsable du service municipal des espaces verts, a fait le choix de couper ces pins. Ils seront remplacés par de nouveaux arbres d’essences locales, et adaptés à l’environnement urbain. Les travaux d’abattage auront lieu du 4 au 6 février 2019.

Visitez la Conque pour la journée mondiale des zones humides

La zone humide méditerranéenne
de la Conque

La zone humide de la Conque  a intégré, en 2017, le réseau des sites naturels de Sète Agglopôle Méditerranée (SAM). Depuis juin 2018, la SAM est devenue le gestionnaire principal de cet espace où tout est mis en oeuvre pour préserver la faune, la flore et restaurer leur habitat naturel. La ville de Mèze en est désormais gestionnaire associé et le conservatoire du littoral propriétaire. L’Ardam est quand à elle gestionnaire délégué.
Afin de sensibiliser le public, l’ ARDAM  propose une animation sur le site de la Conque dans le cadre de la « journée mondiale des zones humides ». Cet espace naturel abrite une biodiversité particulièrement intéressante au cœur de la zone périurbaine de Mèze. Un animateur présentera cet écosystème spécifique de la région et toute la richesse du patrimoine naturel présent dans cette zone humide.

Au programme : balade et découverte de la faune et de la flore présentes sur le site.

« Zone humide de la conque à Mèze, des richesses naturelles aux portes de la ville »
Samedi 9 février de 14h à 16h
Rendez-vous devant le portail du centre d’accueil municipal Le Taurus
15 Rue de la Méditerranée – 34140 Mèze
Prévoir des chaussures fermées pour de la balade (baskets)

Contact : Xavier Aloujes (Ardam) : inscription sur boite vocale obligatoire au 06 42 85 79 48 avant vendredi 8 février à 12h.

Les phœnix du foyer abattus

Comme cela avait été annoncé, les deux phœnix qui ornaient depuis plus de 40 ans le parvis du foyer municipal ont dû être abattus ce 21 janvier. Ces palmiers, comme beaucoup d’autres à Mèze et sur tout le bassin méditerranéen, ont brutalement succombé au charançon rouge. Et ce, malgré les campagnes de traitement préventif effectuées régulièrement par le service des espaces verts de la Ville de Mèze. L’abattage de ces deux phœnix a été réalisé par une entreprise spécialisée qui prend toutes les mesures nécessaires pour éviter la dissémination du parasite.

Des palmiers victimes du charançon rouge

A Mèze, comme sur tout le bassin méditerranéen, le terrible charançon rouge du palmier a fait des ravages. Malgré des traitements biologiques réguliers, sept magnifiques phœnix qui ornaient les espaces publics viennent de succomber à ce fléau. Pour des raisons sanitaires et de sécurité, ces palmiers morts doivent être abattus. Plus d’explications en images avec Thierry Doenlen et Yann Bondon du service des espaces verts de la Ville de Mèze…

Sur le même sujet : le reportage de France 3 Languedoc-Roussillon sur le charançon rouge du palmiers à Mèze

Et l’article sur le site de France 3 >>>

Les jeunes Mézois au chevet de la Conque : place au bilan

Jeudi 6 décembre, les 6 Mézois de la Mission Locale d’Insertion des Jeunes du Bassin de Thau (MLIJ) ont présenté un bilan de leur chantier d’implication sur le site naturel de la Conque, en partenariat avec l’ardam, en présence de Nadine Sabatier, responsable de l’antenne MLIJ de Mèze, de Nathalie Cabrol, adjointe à l’insertion des jeunes et Vice-Présidente de la MLIJ, de Thierry Baëza, adjoint à l’environnement et de Claudette Farenc, directrice de l’ardam. Les jeunes Mézois ont procédé, pendant plusieurs semaines,  à l’aménagement de cette zone protégée. Ils ont installé des ganivelles, enlevé des barrières, nettoyé le site, rénové les chemins, désherbé les plantes envahissantes. Une exposition de photos illustre leur travail. Elle sera visible à la bibliothèque municipale courant 2019, afin de sensibiliser un large public à la protection du patrimoine naturel de la Conque.

Chantier d’insertion sur le site de la Conque

Six jeunes Mézois de la Mission Locale d’Insertion des Jeunes du Bassin de Thau (MLIJ) participent depuis 2 semaines à un chantier d’implication sur le site naturel de la Conque, en partenariat avec l’ardam. Les jeunes procèdent à l’aménagement de cette zone protégée. Ils installent des ganivelles, enlèvent des barrières, nettoient le site, rénovent les chemins, désherbent les plantes envahissantes. Une exposition photos liée à ces travaux est en projet. Nathalie Cabrol, maire-adjointe et Vice-Présidente de la MLIJ, a visité ce chantier : « Ce projet est très pertinent et mobilise réellement nos jeunes. Il est particulièrement intéressant de lier l’insertion à des actions environnementales, et notamment à l’aménagement de la zone humide de La Conque. La restauration et la conservation de ce site est indispensable pour préserver les richesses de ce patrimoine naturel. »

La Ville lutte contre le frelon asiatique

La Ville de Mèze a fait procéder à la destruction d’un nid de frelons asiatiques situé à une hauteur de 15 mètres dans un platane route de Villeveyrac. Le frelon asiatique se révèle être un nuisible très invasif. Il ne connait pas de prédateurs. Il a de grands besoins protéinés et tous les autres insectes sont des proies pour lui. Ce frelon menace la chaine alimentaire autour de ses nids. Il est capable de détruire des ruchers d’abeilles domestiques en une seule saison et peut nuit fortement au travail des apiculteurs en ruinant leurs exploitations. Un nid peut contenir jusqu’à 3000 frelons. Il est important de les éliminer en faisant appel à une société certifiée afin de ne pas accélérer la propagation des nids. Le nid sera retiré après traitement, une fois que le produit aura détruit toute la colonie. Il ne faut pas hésiter à faire intervenir une entreprise spécialisée car cette opération est particulièrement dangereuse.

Mèze obtient deux abeilles au label Apicité 2018

De gauche à droite : Gilles Lano de l’UNAF, Henry Fricou, maire de Mèze et Yann Llopis, maire de Montagnac

La Ville de Mèze, comme Montagnac et Villeveyrac, a été promue, par l’Union Nationale de l’Apiculture Française, pour sa démarche remarquable en faveur de la préservation de l’abeille et de la biodiversité. Le maire Henry Fricou a reçu officiellement le label deux abeilles, au Salon des Maires et des Collectivités Locales, à Paris, le 21 novembre dernier. Ce label récompense l’engagement de la Ville de Mèze dans une démarche globale d’interdiction de l’usage des pesticides dans les jardins publics, de plantation d’essences mellifères et économes en eau, de soutien au développement de l’agriculture biologique et des apiculteurs locaux ou encore de sensibilisation dans les écoles. L’Union Nationale de l’Apiculture Française a créé ce label qui vise à mettre en avant l’implication des communes dans la préservation des abeilles domestiques et des pollinisateurs sauvages. Il a pour but de valoriser la prise de conscience et la sensibilisation sur le rôle primordial de l’ensemble des pollinisateurs dans le maintien de la biodiversité ou des ressources alimentaires, et la nécessité d’actions efficaces pour les protéger. Le service municipal des espaces verts, sous la houlette de son responsable Thierry Doenlen et de Thierry Baëza, adjoint à l’environnement, travaille dans ce sens depuis plusieurs années.

Les jardinières de retour à la serre

Il est de nouveau l’heure pour les jardinières du centre-ville, maltraitées par le temps et les incivilités (vandalisme, tags, bosses, etc…), de passer par la case « remise en état ». Les employés du service espaces verts ont transporté près de 80 jardinières jusqu’au Mas de Garric pour une séance de nettoyage, ponçage, décapage et peinture. Elles seront de retour sur les trottoirs mézois dès le printemps, agrémentées de nouvelles variétés de fleurs.